//img.uscri.be/pth/5b0c52247b4fb3adca81bd0a446f63ed3c7568bf
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Les premières revues de psychologie : la place de L'Année Psychologique - article ; n°1 ; vol.100, pg 71-110

De
42 pages
L'année psychologique - Année 2000 - Volume 100 - Numéro 1 - Pages 71-110
Résumé
Cet article fournit un compte rendu détaillé sur l'origine de L'Année Psychologique (AP). Dans un premier temps l'histoire de la fondation des premières revues allemandes (Philosophische Studien, Zeitschrift fur Psychologie) et des premières revues américaines (American Journal of Psychology, Psychological Review) est présentée. Nous nous sommes tournés par la suite vers les problèmes spécifiques associés à la création de l'AP. En effet, l'origine de l'AP est inséparable du contexte intellectuel et institutionnel de l'époque en France. Les noms de Théodule Ribot (1839-1916), Henry Beaunis (1830-1921) et Alfred Binet (1857-1911) sont intimement associés à la revue. C'est Beaunis qui proposa à Ribot la création du premier laboratoire français de psychologie expérimentale (1889). Sous la direction de Beaunis, ce laboratoire fut établi à la Sorbonne et était rattaché à l'Ecole pratique des hautes études (EPHE). En 1893, les travaux du laboratoire vont être publiés dans une revue annuelle : les Travaux du Laboratoire de psychologie physiologique (2 vol. : 1893-1894). Alfred Binet (1857-1911), qui rejoint le laboratoire en 1891, n'était pas satisfait par la forme de cette publication. Avec l'accord de Beaunis, il crée alors l'AP en 1894 afin d'augmenter la visibilité de la recherche du laboratoire. Le premier tome de cette revue annuelle fut publié en 1895 et contenait des articles originaux, des revues générales et des analyses bibliographiques. Nous avons présenté l'évolution et les vicissitudes de la revue à ses débuts entre 1895 et 1912 avant de finir sur une comparaison avec les conditions de fondation des autres revues en psychologie de l'époque.
Mots-clés : Beaunis, Binet, Ribot, laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, L'Année Psychologique, histoire de la psychologie.
SUMMARY Année Psychologique Comparative history of its foundation This paper provides detailed account of the origins of the french centenarian journal Année Psychologique This journal is presented in the context of the time The history of the founding of several german Philosophische Studien Ebbinghaus and Zeitschrift für Psychologie and american Journals American Journal of Psychology Baldwin and Psychological Review are first exposed Then the specific problems associated with the creation of psychological journal in France are presented Indeed the origin of Année Psychologique is inseparable from the institutional and intellectual context of the time in France The names of Theodule Ribot 1839-1916) Henry Beaunis 1830-1921 and Alfred Binet 1857-1911 are closely associated to the journal Beaunis member of the school of Nancy proposed to Ribot the creation of the first French laboratory of experimental psychology 1889 Under Beaunis direction this laboratory was established at the Sorbonne in Paris but was in fact dependent on another structure Ecole pratique des hautes études EPHE In 1893 the works of the laboratory were first published in yearly review entitled Travaux du Laboratoire de psychologie physiologique vol 1893-1894 Alfred Binet 1857-1911) who joined the laboratory in 1891, was not satisfied by theform of this publication. With Beaunis' agreement, Binet created L'Année Psychologique in 1894 in order to develop the laboratory's reputation for research. This new yearly review was first published in 1895 and contained original papers, general reviews and book reports. We present the evolution and vicissitudes ofthe journal front 1895 to 1912 noting the editors who followed (Piéron, Fraisse, Noizet, Segui), who have also been directors of the Laboratory of Experimental Psychology in Paris.
Key words : Beaunis, Binet, Ribot, laboratory of physiological psychology of the Sorbonne, L'Année Psychologique, history of psychology.
40 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

S. Nicolas
Juan Segui
L Lefrand
Les premières revues de psychologie : la place de L'Année
Psychologique
In: L'année psychologique. 2000 vol. 100, n°1. pp. 71-110.
Citer ce document / Cite this document :
Nicolas S., Segui Juan, Lefrand L. Les premières revues de psychologie : la place de L'Année Psychologique. In: L'année
psychologique. 2000 vol. 100, n°1. pp. 71-110.
doi : 10.3406/psy.2000.28628
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2000_num_100_1_28628Résumé
Résumé
Cet article fournit un compte rendu détaillé sur l'origine de L'Année Psychologique (AP). Dans un
premier temps l'histoire de la fondation des premières revues allemandes (Philosophische Studien,
Zeitschrift fur Psychologie) et des premières revues américaines (American Journal of Psychology,
Psychological Review) est présentée. Nous nous sommes tournés par la suite vers les problèmes
spécifiques associés à la création de l'AP. En effet, l'origine de l'AP est inséparable du contexte
intellectuel et institutionnel de l'époque en France. Les noms de Théodule Ribot (1839-1916), Henry
Beaunis (1830-1921) et Alfred Binet (1857-1911) sont intimement associés à la revue. C'est Beaunis
qui proposa à Ribot la création du premier laboratoire français de psychologie expérimentale (1889).
Sous la direction de Beaunis, ce laboratoire fut établi à la Sorbonne et était rattaché à l'Ecole pratique
des hautes études (EPHE). En 1893, les travaux du laboratoire vont être publiés dans une revue
annuelle : les Travaux du Laboratoire de psychologie physiologique (2 vol. : 1893-1894). Alfred Binet
(1857-1911), qui rejoint le laboratoire en 1891, n'était pas satisfait par la forme de cette publication.
Avec l'accord de Beaunis, il crée alors l'AP en 1894 afin d'augmenter la visibilité de la recherche du
laboratoire. Le premier tome de cette revue annuelle fut publié en 1895 et contenait des articles
originaux, des revues générales et des analyses bibliographiques. Nous avons présenté l'évolution et
les vicissitudes de la revue à ses débuts entre 1895 et 1912 avant de finir sur une comparaison avec
les conditions de fondation des autres revues en psychologie de l'époque.
Mots-clés : Beaunis, Binet, Ribot, laboratoire de physiologique de la Sorbonne, L'Année
Psychologique, histoire de la psychologie.
Abstract
SUMMARY Année Psychologique Comparative history of its foundation This paper provides detailed
account of the origins of the french centenarian journal Année Psychologique This journal is presented
in the context of the time The history of the founding of several german Philosophische Studien
Ebbinghaus and Zeitschrift für Psychologie and american Journals American Journal of Psychology
Baldwin and Psychological Review are first exposed Then the specific problems associated with the
creation of psychological journal in France are presented Indeed the origin of Année Psychologique is
inseparable from the institutional and intellectual context of the time in France The names of Theodule
Ribot 1839-1916) Henry Beaunis 1830-1921 and Alfred Binet 1857-1911 are closely associated to the
journal Beaunis member of the school of Nancy proposed to Ribot the creation of the first French
laboratory of experimental psychology 1889 Under Beaunis direction this laboratory was established at
the Sorbonne in Paris but was in fact dependent on another structure Ecole pratique des hautes études
EPHE In 1893 the works of the laboratory were first published in yearly review entitled Travaux du
Laboratoire de psychologie physiologique vol 1893-1894 Alfred Binet 1857-1911) who joined the
laboratory in 1891, was not satisfied by theform of this publication. With Beaunis' agreement, Binet
created L'Année Psychologique in 1894 in order to develop the laboratory's reputation for research. This
new yearly review was first published in 1895 and contained original papers, general reviews and book
reports. We present the evolution and vicissitudes ofthe journal front 1895 to 1912 noting the editors
who followed (Piéron, Fraisse, Noizet, Segui), who have also been directors of the Laboratory of
Experimental Psychology in Paris.
Key words : Beaunis, Binet, Ribot, laboratory of physiological psychology of the Sorbonne, L'Année
Psychologique, history of psychology.L'Année psychologique, 2000, 100, 71-110
NOTE HISTORIQUE
Laboratoire de Psychologie expérimentale
UMR CNRS 8581
Université René- Descartes et EPHE*
LES PREMIERES REVUES DE PSYCHOLOGIE :
LA PLACE DE L'ANNÉE PSYCHOLOGIQUE
par Serge NICOLAS, Juan SÉGUI et Ludovic FERRAND
SUMMARY : L'Année Psychologique : Comparative history of its
foundation.
This paper provides a detailed account of the origins of the french
centenarian journal L'Année Psychologique. This journal is presented in
the context of the time. The history of the founding of several german
(Wundt's Philosophische Studien ; Ebbinghaus and König' s Zeitschrift
für Psychologie) and american journals (Hall's American Journal of
Psychology ; Baldwin and Cattell's Psychological Review) are first exposed.
Then, the specific problems associated with the creation of a psychological
journal in France are presented. Indeed, the origin of « Année
Psychologique » is inseparable from the institutional and intellectual context of
the time in France. The names of Théodule Ribot (1839-1916), Henry
Beaunis (1830-1921) and Alfred Binet (1857-1911) are closely associated to
the journal. Beaunis, member of the school of Nancy, proposed to Ribot the
creation of the first French laboratory of experimental psychology (1889).
Under Beaunis' direction, this was established at the Sorbonne in
Paris but was in fact dependent on another structure, L'École pratique des
hautes études (EPHE). In 1893, the works of the laboratory were first published
in a yearly review entitled Travaux du Laboratoire de psychologie
physiologique (2 vol. : 1893-1894). Alfred Binet (1857-1911), who joined
1. Centre Universitaire de Boulogne, 71 avenue E. -Vaillant, 92774 Bou
logne-Billancourt Cedex. E-mail : nicolas@psycho.univ-paris5.fr. 72 Serge Nicolas, Juan Ségui et Ludovic Ferrand
the Beaunis' laboratory agreement, in 1891, Binet was created not satisfied L'Année by the Psychologique form of this in publication. 1894 in order With to
develop the laboratory's reputation for research. This new yearly review was
first published in 1895 and contained original papers, general reviews and
book reports. We present the evolution and vicissitudes of the journal from 1895
to 1912 noting the editors who followed (Piér on, Fraisse, Noizet, Segui),
who have also been directors of the Laboratory of Experimental Psychology
in Paris.
Key words : Beaunis, Binet, Ribot, laboratory of physiological psychology
of the Sorbonne, L'Année Psychologique, history of psychology.
INTRODUCTION
L'Année Psychologique (AP) publie avec le présent tome
son volume centenaire. Elle fut la première revue française
consacrée exclusivement à la psychologie. Créée en 1894 par
Alfred Binet (1857-1911), elle fut parmi les toutes premières
revues de psychologie fondée dans le monde. Avant elle, on
trouve les Philosophische Studien (1881) fondées par Wilhelm
Wundt (1832-1920), The American Journal of Psychology (1887)
fondé par Granville Stanley Hall (1844-1924), le Zeitschrift für
Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane (1890) fondé par
Hermann Ebbinghaus (1850-1909) et Arthur König (1856-1901)
et The Psychological Review (1894) fondée par James McKeen
Cattell (1860-1944) et James Mark Baldwin (1861-1934). Les
titres de ces revues ainsi que les noms de leurs fondateurs ind
iquent sans conteste le rôle prédominant de l'Allemagne et des
Etats-Unis d'Amérique dans la fondation de la psychologie
scientifique et la diffusion des connaissances. Cependant, l'i
mportance historique de l'axe germano-américain conduit généra
lement encore aujourd'hui à une sous-estimation de la place ori
ginale de la psychologie française. La parution du premier tome
de YAP en 1895 marque une date importante dans l'histoire de
la psychologie puisqu'elle représente le premier support auto
nome de la recherche expérimentale française de l'époque. Si la
revue a fêté officiellement son centenaire le 11 septembre 1994
à l'occasion du XIIIe Congrès annuel de Cheiron- Europe
(un ouvrage spécial lui a même été consacré, cf. Fraisse et
Segui, 1994), la parution du 100e tome de YAP nous fournit L'Année psychologique : Revue centenaire 73
l'occasion de replacer la fondation de la revue dans son contexte
historique1.
L'histoire de YAP ne peut être isolée de celle des principales
revues de l'époque et du contexte historique de leur fondation.
Dans le souci d'offrir un panorama de l'édition périodique étran
gère des années 1880-1895, nous donnerons quelques éléments
d'histoire sur l'émergence et les premiers développements des
revues allemandes et américaines parues avant VA P. Nous ver
rons ainsi que, comme pour YAP, les déterminations individuell
es ont joué un rôle moteur dans la fondation de ces revues. Mais
l'objectif principal de cet article sera surtout de présenter le
contexte et les événements qui ont concouru à la création ainsi
qu'à l'évolution initiale et la politique de YAP. Premièrement, la
fondation de YAP est fortement liée à l'intitutionnalisation au
niveau de l'enseignement supérieur de la psychologie française,
voulue au niveau ministériel. Nous allons montrer que ce ne sont
pas les structures universitaires classiques, mais des structures
spéciales de recherche directement dépendantes du ministère de
l'Instruction publique, qui ont favorisé la fondation d'une psy
chologie de laboratoire où YAP servira d'organe de diffusion des
travaux expérimentaux. Deuxièmement, si la fondation de YAP
est liée à l'établissement d'une politique de l'enseignement supé
rieur en France axée sur une compétition avec l'Allemagne, elle
est essentiellement l'œuvre d'un seul homme : Alfred Binet
(1857-1911). Cependant, nous allons montrer que si l'initiative
de la publication de cette revue est due à Binet, ce dernier a la
rgement profité du travail politique et institutionnel réalisé quel
ques années plus tôt par Théodule Ribot (1839-1916) et Henry
Beaunis (1830-1921). Troisièmement, la spécificité de YAP est
qu'elle est liée à une seule structure de recherche (le laboratoire
de psychologie expérimentale de Paris) où les directeurs success
ifs ont aussi assuré sans partage la direction de la revue. Nous
montrerons ainsi que la survie de cette revue est due aux efforts
constants de son fondateur (Binet) et de ses successeurs imméd
iats (Piéron, Fraisse) qui ont toujours garanti son sérieux et
son haut niveau de scientificité en y publiant une partie impor
tante de leurs propres travaux.
1. Le texte que nous proposons ici est une version modifiée et plus déve
loppée d'un article qui doit paraître dans la revue américaine History of Psychol
ogy (Nicolas, Ferrand et Segui, 2000). Cette récente est l'organe officiel de
la section historique de l'Association américaine de psychologie (APA). 74 Serge Nicolas, Juan Ségui et Ludovic Ferrand
1 / LES REVUES DE PSYCHOLOGIE
EXPÉRIMENTALE AVANT 1895 :
L'AXE GERMANO-AMÉRICAIN
Dans le dernier quart du XIXe siècle, les plus grandes Univers
ités vont peu à peu se doter d'un laboratoire de psychologie
expérimentale (pour une liste : cf. Nicolas, 1998a) où les recher
ches vont se développer. Les fondateurs des premiers laboratoi
res ressentir très tôt la nécessité de présenter leurs travaux
dans des revues spécialisées (pour une liste exhaustive des revues
et des publications en série : cf. Osier et Wozniak, 1984). C'est
dans ce contexte que les premières revues vont voir le jour en
Allemagne et aux États-Unis.
a) Les deux premières revues allemandes
Philosophische Studien (1881) ;
Zeitschrift für Psychologie und Physiologie
der Sinnesorgane (1890)
L'Université de Leipzig fut le centre de la psychologie scien
tifique le plus connu pendant des décennies puisque c'est dans
cette Université que se sont formés et ont professé Ernst-
Heinrich Weber (1795-1878) et Gustav Theodor Fechner (1801-
1887), les deux plus connus précurseurs de notre discipline.
Lorsque Wilhelm Wundt (1832-1920) (pour une biographie :
Bringmann, Balance et Evans, 1975 ; Meischner et Eschler,
1979) fut appelé à les rejoindre au commencement du semestre
d'hiver 1875 pour occuper une chaire de philosophie, il crut bon
de préparer le chemin à l'Institut de psychologie expérimentale
qu'il se proposait de créer par des leçons et des exercices essen
tiellement théoriques. C'est seulement pendant l'hiver 1879-
1880 que commencèrent les premiers travaux expérimentaux
(Bringmann et Ungerer, 1980). Il ne disposait alors que d'une
seule pièce et il subvenait lui-même aux frais des appareils et des
expériences. La fondation à Leipzig du laboratoire de psychol
ogie expérimentale en 1879 fut le premier acte officiel de
l'institutionnalisation de notre discipline (cf. Nicolas et Ferrand,
1999). Deux ans plus tard, en 1881, Wundt publia, sur la sugges
tion de son élève Emil Kraepelin (1856-1926), le premier fasci- L'Année psychologique : Revue centenaire 75
cule d'une revue intitulée Philosophische Studien (Etudes philo
sophiques) où seront présentés des travaux expérimentaux issus
du laboratoire ainsi que des essais philosophiques choisis. Le
titre de la revue paraît surprenant mais il doit être perçu comme
une sorte de déclaration de guerre contre la philosophie et la
physiologie traditionnelles. Ce titre soulignait l'aspiration de
Wundt à l'unité de la psychologie et de la philosophie, considé
rant la psychologie comme une préparation et un développe
ment de la pensée philosophique (cf. Wundt, 1903).
Les Philosophische Studien étaient destinées à faire connaître
les travaux réalisés à l'Institut de psychologie expérimentale de
Leipzig. Le premier fascicule, qui contenait 148 pages, fut publié
à la fin de l'année 1881 et contient deux articles qui, historique
ment, sont d'une importance majeure. Le premier a été écrit par
Wundt (1881) et son titre, « Des méthodes psychologiques »,
peut passer pour une préface à la revue car son auteur y déter
mine avec netteté l'objet et les procédés de la psychologie nouv
elle (pour une présentation cf. Nicolas, 1998a). Le second
article est la version abrégée de la première thèse de psychologie
expérimentale réalisée sous la direction de Wundt par Max Frie
drich (1881) et intitulée : « De la durée de l'aperception dans les
représentations simples et composées » (pour une présentation
voir Behrens, 1980). Les fascicules suivants (2, 3 et 4), publiés à
intervalles irréguliers entre 1882 et 1883, contiennent de nom
breux articles écrits par Wundt et ses collaborateurs. L'en
semble des fascicules (1, 2, 3 et 4) forment le premier tome
(618 p.) des Philosophische Studien daté de 1883. Ce n'est pas le
lieu de présenter ici l'ensemble des recherches publiées dans cette
revue mais il est utile de rappeler les contributions les plus mar
quantes des collaborateurs de Wundt jusqu'en 1895, date de
publication de la première AP. Les onze tomes de cette période
renferment entre autres les importantes contibutions de Kraepe-
lin (1883) concernant l'action des substances médicamenteuses
sur la durée des phénomènes psychiques et celles de Cattell
(1885, 1886, 1887) sur les temps de réaction. Ce dernier, premier
assistant de Wundt dans son laboratoire de 1884 à 1886, est
considéré comme le premier Américain a avoir soutenu une thèse
dans le champ de la psychologie expérimentale. Il sera suivi en
cela par de nombreux autres (cf. Benjamin, Durkin, Link, Vest
al et Acord, 1992) tels Harry Kirke Wolfe (1858-1918) qui tra
vailla dans le champ de la psychologie de la mémoire en 76 Serge Nicolas, Juan Ségui et Ludovic Ferrand
s'inspirant des recherches d'Ebbinghaus (Wolfe, 1886), Frank
Angell (1857-1939) qui travailla dans le champ de la psycho
acoustique sensorielle (Angell, 1891), Edward, W. Scripture
(1864-1945) qui travailla sur le thème de la psychologie des sen
timents (Scripture, 1891), Charles Hubbard Judd (1873-1946)
qui publiera sur le thème de la perception de l'espace (Judd,
1896) et enfin George M. Stratton (1865-1957) qui centrera ses
travaux sur la question de la des changements de
pression (Stratton, 1896) et que l'on connaît aujourd'hui pour
ses fameux travaux sur l'image rétinienne inversée. De retour
aux États-Unis avec un doctorat de l'Université de Leipzig en
poche, tous ces personnages fondèrent à leur tour des laboratoi
res de psychologie expérimentale dans leur pays d'origine et
furent impliqués dans la création de nouvelles revues de psychol
ogie, dont nous serons amenés à reparler, contribuant ainsi au
développement rapide de la psychologie américaine. Mais les
Américains ne devaient pas être les seuls à venir se former chez
Wundt et à créer à leur tour des laboratoires, des hommes de
nationalité les plus diverses se retrouvaient à Leipzig et lorsque
leurs recherches étaient de bonne qualité elles étaient publiées
sous forme d'article dans les Philosophische Studien. On trouve
bien évidemment de très nombreux Allemands avec entre autres
les noms prestigieux de Gustav Theodor Fechner (1887), de
Oswald Külpe (1862-1915) et Karl Marbe (1869-1953) qui fondè
rent en 1896 l'école de Würzburg mais aussi Emil Kraepelin (qui
créera en 1895 la revue Psychologische Arbeiten), Götz Martius
(qui créera en 1896 la revue Beiträge zur Psychologie und Philo
sophie), Ernst Meumann (qui créera en 1903 la revue Archiv für
die gesamte Psychologie) et Hugo Münsterberg (qui créera
en 1889 la revue Beiträge zur Experimentellen Psychologie).
L'Anglais le plus connu durant cette période 1881-1895 à avoir
publié dans la revue de Wundt fut sans nul doute Edward Brad
ford Titchener (1867-1927). Cet auteur devait apporter ensuite
aux États-Unis une doctrine extrême du radicalisme structural
iste de l'école de Leipzig. Parmi les Belges on trouve dans les
sommaires de la revue les noms de Georges Dwelshauvers (1866-
1937), Armand Thiéry (?-?) et Jules-Jean Van Biervliet (1859-
1945) qui fondèrent les premiers laboratoires en Belgique dans
les années 1890. Les Français furent peu nombreux à venir se
former à Leipzig, on ne trouve guère que les noms de Benjamin
Bourdon (1860-1943), qui fonda le premier laboratoire universi- psychologique : Revue centenaire 77 L'Année
taire à Rennes en 1896 (cf. Nicolas, 19986) et Victor Henri
(1872-1940), dont nous aurons à reparler puisqu'il fut un élève
de Binet et le principal animateur de VAP dans sa première
période. Ces deux auteurs furent les seuls à publier dans la revue
de Wundt, mais ils ne soutinrent pas une thèse de doctorat
(Nicolas et Ferrand, 1999).
Si à son début, l'institutionnalisation de la psychologie all
emande n'avait pour centre que le laboratoire de Wundt à Leipz
ig, de nouveaux philosophes et psychologues allemands sont
venus à la psychologie par le biais de la lecture des travaux psy
chophysiques de Fechner (1860). Tel est le cas d'Hermann
Ebbinghaus (1850-1909) et de Georg Elias Müller (1850-1934)
qui fondèrent les premiers laboratoires allemands après celui de
Wundt, le premier en 1886 à l'Université de Berlin et le second
officiellement en 1888 à de Gottingue. Ebbinghaus
est bien connu en histoire de la psychologie (pour une bio
graphie : Nicolas, 1994c) pour avoir engagé les premières recher
ches expérimentales dans le champ de la mémoire (cf. Nicolas,
1992). Ayant succédé à Herbart et à Lotze à la chaire de philo
sophie de Gottingue, Müller, quant à lui, fut un important expé
rimentateur dans le champ de la mémoire et de la psycho
physique sensorielle. Son rôle dans le développement de la
psychologie expérimentale allemande reste encore à évaluer
mais il semble qu'il ait exercé une influence au moins tout aussi
importante que celle de Wundt par ses initiatives institutionnell
es et par la qualité de ses travaux. Le développement des
recherches expérimentales dans ces nouveaux laboratoires a ce
rtainement contraint leurs directeurs à fonder des revues pour
diffuser leurs travaux, ceci était d'autant plus nécessaire que la
revue de Wundt n'était pas ouverte aux recherches effectuées en
dehors du laboratoire de Leipzig.
En 1890, Ebbinghaus et le physiologiste Arthur König
(1856-1901) fondent le Zeitschrift für Psychologie und Physiologie
der Sinnesorgane (journal de psychologie et de physiologie des
organes des sens). Du côté de la psychologie, Ebbinghaus
s'adjoint l'assistance de Müller et de Carl Stumpf (1848-1926)
qui venait de lui succéder à Berlin. Ces trois psychologues
(Ebbinghaus, Müller et Stumpf) étaient considérés à l'époque
comme les représentants les plus importants après Wundt de la
nouvelle psychologie en Allemagne. Du côté de la physiologie,
König va s'adjoindre l'assistance de personnages de tout premier 78 Serge Nicolas, Juan Ségui et Ludovic Ferrand
plan intéressés par les questions psychologiques : Hermann von
Helmholtz (1821-1894), Ewald Hering (1834-1918), Wilhelm
Preyer (1842-1897), Johannes von Kries (1853-1928), Sigmund
Exner (1846-1926) et Hermann Aubert (1826-1892). Cette
palette de personnalités eminentes va être à l'origine d'une revue
ouverte à tous, en contraste avec celle de Wundt réservée aux
seuls travaux de ses collaborateurs directs. Lorsque YAP paraît
en 1895, sept volumes ont déjà été édités depuis 1890, les fasci
cules paraissant tous les deux mois. La revue devient le support
de publication privilégié de tous ceux qui n'ont pas été formés
dans le laboratoire de Wundt ou qui n'adhèrent pas à ses idées.
Les travaux des équipes d'Ebbinghaus, de Müller et de Stumpf
vont paraître dans cette nouvelle revue aUemande qui connut un
franc succès dès sa parution. Dans chaque tome on trouve des
articles de recherche mais surtout des analyses bibiographiques
et un bulletin annuel de toutes les parutions de l'année dans le
domaine de la psychologie (contrairement à la revue de Wundt
qui ne publiait que des articles originaux). La forme du
Zeitschrift für ressemblait en fait beaucoup à une
revue américaine publiée antérieurement (1887) sous la direction
de Hall et intitulée The American Journal of Psychology.
b) Les revues américaines :
American Journal of Psychology (1887)
et Psychological Review (1894)
On admet généralement que le véritable fondateur de la psy
chologie scientifique américaine fut William James (1842-1910)
qui organisa dès 1875 des travaux pratiques de psychologie à
l'Université de Harvard. Pourtant, le véritable promoteur de la
psychologie américaine fut un élève de James : Granville Stanley
Hall (1844-1924) (pour une biographie : Bringmann, Bringmann
et Early, 1992 ; Fisher, 1925 ; Ross, 1972). En effet, Hall fut le
premier étudiant à obtenir un doctorat (Ph.D.) dans le départe
ment de philosophie (sur le thème de la perception de l'espace) de
l'Université de Harvard (1878) et le premier étudiant américain à
être accepté par Wundt dans son laboratoire (1879). Hall fut par
ailleurs le fondateur du premier américain de psychol
ogie expérimentale à l'Université John-Hopkins (1883) et le fon
dateur du premier journal de psychologie expérimentale en
langue anglaise (1887). Enfin, il fut le premier président de