Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les prix de revient et le contrôle de la gestion dans les manufactures de tabacs du Service d'Exploitation Industrielle des Tabacs et des Allumettes (S.E.I.T.A.) - article ; n°4 ; vol.3, pg 499-516

De
19 pages
Revue économique - Année 1952 - Volume 3 - Numéro 4 - Pages 499-516
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Pierre Berend
Les prix de revient et le contrôle de la gestion dans les
manufactures de tabacs du Service d'Exploitation Industrielle
des Tabacs et des Allumettes (S.E.I.T.A.)
In: Revue économique. Volume 3, n°4, 1952. pp. 499-516.
Citer ce document / Cite this document :
Berend Pierre. Les prix de revient et le contrôle de la gestion dans les manufactures de tabacs du Service d'Exploitation
Industrielle des Tabacs et des Allumettes (S.E.I.T.A.). In: Revue économique. Volume 3, n°4, 1952. pp. 499-516.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_1952_num_3_4_406921LES PRIX DE REVIENT
ET LE CONTROLE DE LA GESTION
DANS LES MANUFACTURES DE TABACS
du Service Exploitation Industrielle
des Tabacs et des Allumettes
S.E.I.T.A.
une époque où Etat étendant largement ses attributions au delà
de leur champ action traditionnel été conduit gérer lui-même de
vastes entreprises industrielles et commerciales et où par ailleurs la préoc
cupation une productivité maxima devient de plus en plus imperative
dans tous les domaines il est intéressant examiner comment le Mono
pole Fran ais des Tabacs cet ancêtre de nos industries nationalisées
au cours de ces dernières années mis au point un système perfectionné
de contrôle de la gestion de ses manufactures
Avant de décrire dans ses grandes lignes outil ainsi créé il est utile
de préciser les caractéristiques essentielles du Monopole des Tabacs
CARACTERISTIQUES DU MONOPOLE DES TABACS
Celles-ci résultent une part des particularités propres industrie
des tabacs en général autre part des conditions spéciales dans les
quelles se trouve placé un Monopole Etat caractère nscal
Caractéristiques propres industrie des Tabacs en général
industrie des tabacs ceci de particulier elle met en uvre une
matière première végétale le tabac en feuilles qui se distingue de celles
qui sont le plus souvent utilisées dans les autres industries par les deux
caractéristiques suivantes
est une matière première fluctuante et difficile définir en ce
sens que le tabac contient une certaine quantité eau de constitution REVUE CONOMIQUE 500
ailleurs variable et est en outre très hygroscopîque si bien au
cours de sa transformation dans le cycle des opérations qui aboutissent au
produit fabriqué la proportion eau contenue dans le tabac change cons
tamment et ceci autant plus on est obligé de le mouiller pour le
hacher puis de le ramener par torréfaction et séchage un taux hu
midité convenable pour les opérations suivantes du cycle de fabrication
Il apparaît donc tout le long de ce cycle de fabrication des excédents
et des déchets impondérables qui ne sont ailleurs pas seulement des
manifestations addition ou de perte eau mais aussi de transformations
plus ou moins profondes dans la constitution même de la matière la
torréfaction la dénîcotinîsatîon par exemple Nous sommes donc loin
des matières premières stables analogues celles des industries de trans
formation utilisant des métaux ou des minéraux par exemple
Le tabac est par ailleurs une matière première de grosse valeur
unitaire actuellement le kilogramme de tabac en feuilles de qualité
courante vaut suivant son or gine de 200 400 francs parfois davan
tage Certaines variétés de qualité supérieure peuvent atteindre et même
dépasser 1.000 fr le kg La matière première intervient donc pour une
part très importante dans les prix de revient des produits fabriqués
contrairement ce qui se passe dans la majorité des industries de transfor
mation où dominent les dépenses de main-d uvre Pour les produits de
vente courante du S.E.I.T.A le pourcentage moyen de élément Matières
premières des prix de revient se chiffre
75 environ pour les scaferlatis paquetes
70 les cigarettes
40 les cigares et les cigarillos confection mécanique
70 la poudre priser
65 les tabacs mâcher
Les pourcentages moyens correspondants de élément Main-d uvre
totale élèvent de leur côté
10 environ pour les scaferlatis paquetes et les cigarettes
35 les cigares et les cigarillos confection mécanique
10 la poudre priser
20 les tabacs mâcher
La part très importante que joue la matière première dans les prix
de revient des produits fabriqués en particulier pour les cigarettes et les
scaferlatis paquetes qui représentent de beaucoup le plus gros volume de
la production du S.E.I.T.A. nécessite donc un contrôle très serré de
emploi de cette matière première et les prix de revient doivent être
aménagés de fa on faciliter ce contrôle Une économie de sur la
matière première entraîne pour ces produits une diminution du prix de LE MONOPOLE DES TABACS 501
revient équivalente une réduction de des dépenses de main-d uvre
Cette considération qui est valable pour toute industrie des tabacs ne doit
jamais être perdue de vue dans les efforts tentés en vue de réduire les
prix de revient et là encore la position du fabricant de tabacs peut
différer de celle que doivent prendre les dirigeants de la majorité des
autres industries où élément prépondérant des prix de revient est très
généralement la main-d uvre
Ceci ne veut toutefois pas dire que les économies de main-d uvre
intéressent pas également le fabricant de tabacs elles sont ailleurs
souvent en liaison étroite avec emploi optimum de la matière première
Notons enfin en règle générale industrie du tabac ne travaille
pas sur commande mais uniquement sur stocks est-à-dire que la produc
tion est continue tel est en particulier le cas pour le S.E.I.T.A
Caractéristiques propres un Monopole de Tabacs
Un Monopole des Tabacs tel que le S.E.I.T.A est la fois une
entreprise industrielle et commerciale livrant des produits la consom
mation et un organisme fiscal ce qui le place dans une situation fort
différente de celle de industrie privée
Un industriel privé est soumis la loi de la concurrence sur le marché
loi laquelle échappe complètement le S.E.I.T.A en tant que Mono
pole Pour être sûr de vendre ses produits et atteindre un chiffre
affaire convenable industriel privé doit serrer de très près ses prix
de revient afin de fixer des prix de vente suffisamment rémunérateurs et
néanmoins susceptibles de supporter la comparaison avec ceux de ses con
currents Il doit donc la fois suivre très attentivement le marché et
connaître en permanence avec une approximation satisfaisante ses prix
de revient Comme la marge de bénéfice il réalise est toujours rela
tivement limitée la connaissance assez exacte et permanente de ses prix
de revient est pour lui une nécessité absolue sous peine de risquer de
travailler perte Les prix de vente de industrie privée sont en effet
en général par rapport aux prix de revient correspondants dans un
rapport de ordre de 12 13 au maximum
Or rien de tel existe pour le Monopole des Tabacs
Les produits fabriqués par le S.E.I.T.A sont une matière fiscale qui
supporte implicitement un très lourd impôt Le rapport entre le prix de
vente au consommateur et le prix de revient moyen global correspondant
tous frais inclus est actuellement en chiffres ronds de 35 pour les
produits courants dont le débit est le plus important ce rapport étant
ailleurs nettement plus élevé pour certains produits supérieurs 502 REVUE CONOMIQUE
En pratique les prix de vente du S.E.LT.A sont établis par voie
réglementaire sans confrontation avec les prix de revient unitaires respec
tifs-dés différents produits Ils sont déterminés de fa on assurer une
recette nette revenu de impôt chiffrée priori compte tenu du débit
probable des divers tabacs fabriqués et des prix de vente il est jugé
convenable de fixer pour chacun des types et qualités de produits vendus
en panant des dépenses totales entraînées par exploitation du Monopole
remises aux débitants inclues est là un procédé exactement opposé
celui que pratique industrie privée et qui explique les assez grandes
variations existant un produit autre dans le rapport entre les prix
de vente et les prix de revient ainsi que le chiffre toujours très élevé de
ce rapport
Il serait évidemment intéressant de discriminer dans la marge existant
entre les prix de vente et les prix de revient du Monopole la part incom
bant impôt et celle ressortant du bénéfice industriel et commercial
En France cette discrimination existe pas officiellement heure actuelle
mais certains Monopoles étrangers la pratiquent est ainsi en Italie
le montant de la redevance du Monopole des Tabacs au titre de impôt
est fixé par avance en partant de prix de revient moyens normaux majorés
un bénéfice industriel de ordre de 20 Une part de ce bénéfice
industriel est laissée la disposition du Monopole le restant venant aug
menter les recettes fiscales Cette distinction fait profiter la fois le
Monopole et le budget de Etat de toutes les améliorations réalisées sur
les prix de revient effectifs par rapport ceux qui ont été pris en consi
dération pour la fixation de la redevance ce qui constitue un stimulant
pour exploitation du Monopole stimulant dont Etat tire également un
bénéfice
Les dispositions adoptées en France ont inconvénient de masquer les
résultats industriels et commerciaux obtenus par le S.E.I.T.A et enlever
la notion du prix de revient une grande partie de son actualité
Nous verrons plus loin comment le mécanisme de calcul des prix
de revient et le système de contrôle de la gestion des Manufactures qui
ont été montés au S.E.I.T.A traduisent le souci ont eu les dirigeants
de ce Monopole de se dégager dans la mesure du possible de ces cir
constances de fait particulièrement défavorables au développement de la
productivité Le compte de résultats du S.E.I.T.A est toujours en effet
très largement bénéficiaire et la partie de ces résultats susceptible de
traduire la qualité de la gestion purement industrielle et commerciale du
Monopole est littéralement noyée dans le produit net total dû pour sa
plus grande part incidence de impôt Il en est que plus difficile
de maintenir constamment en baleine ceux qui tous les échelons LE MONOPOLE DES TABACS 503
peuvent avoir sur le rendement de exploitation une action que rien ne
permet du moins dans les résultats ofnciels de mettre en évidence
Il est enfin une autre tendance contre laquelle il esc nécessaire de
lutter importance fiscale du Monopole des Tabacs tend naturellement
lui imposer un caractère administratif qui joue fréquemment au détri
ment de son aspect industriel et commercial
Le Monopole constituant une source importante de recettes pour Etat
115 milliards environ en 1951 les préoccupations ordre essentiellement
budgétaire de ce dernier sont évidemment dominantes et intérêt non
moins légitime du consommateur auquel le Monopole impose ses produits
risque ainsi être parfois négligé Le S.E.I.T.A. soustrait en outre
aiguillon de la concurrence doit donc imposer tout moment être
la fois au service de Etat et du consommateur la gestion optima de
son exploitation industrielle et commerciale devant ailleurs avoir comme
résultat de satisfaire au mieux la fois un et autre
En définitive il ressort de toutes les considérations qui précèdent
que la nécessité pour le Monopole des Tabacs de disposer un excellent
outil de contrôle de sa gestion est non moins imperative sinon plus que
pour importe quelle industrie privée
II EVOLUTION DE LA TECHNIQUE DES PRIX DE REVIENT
AU S.E.I.T.A
Il est intéressant indiquer très succinctement comment les préoccu
pations une surveillance permanente de sa productivité se sont ainsi
imposées peu peu au S.E.I.T.A pour aboutir finalement la mise au
point progressive un ensemble de documents de contrôle qui est
heure actuelle très complet et très perfectionné
Il lieu de rappeler cette occasion avant la loi du août 1926
qui créa la Caisse Autonome de Gestion des Bons de la Défense Natio
nale et Amortissement de la Dette Publique et qui rattacha cet orga
nisme les recettes du Monopole des Tabacs ce Monopole dépendait direc
tement du Ministère des Finances sous la forme une Direction Géné
rale des Manufactures de Etat analogue aux autres Régies Financières
Contributions Directes Contributions Indirectes Douanes etc.
Les de Etat qui avaient dans leurs attributions
que la culture les achats et la fabrication des tabacs leur vente étant du
ressort de la Direction Générale des Contributions Indirectes ne tenaient
pas de comptabilité en partie double du genre industriel et commercial 504 REVUE CONOMIQUE
mais simplement une comptabilité budgétaire permettant de suivre par
chapitre artide et ligne de la nomenclature budgétaire emploi des
crédits délégués Il était donc pas publié de bilans et de comptes de
résultats annuels ni calculé de prix de revient comptables Les prix de
vente étant comme nous avons signalé précédemment fixés sans que soit
nécessaire la connaissance des prix de revient individuels des divers pro
duits fabriqués on se contentait de faire apparaître le bénéfice net global
de exploitation du Monopole par comparaison entre les recettes nettes
de la vente remises aux débitants déduites et les dépenses totales exploi
tation correspondantes distinguées par rubriques budgétaires
Il était évidemment loisible de calculer statistiquement de manière
plus ou moins compliquée et plus ou moins approchée des prix de revient
individuels partir des éléments donnés par la comptabilité-matières ser
vie en quantités et la comptabilité budgétaire ainsi que des éléments utilisés
pour le service de la paye Mais de tels calculs se situaient en dehors de
toute comptabilité et étaient effectués que sporadiquement titre pure
ment documentaire
La comptabilité-matières tenue avec soin permettait il est vrai de
faire ressortir des renseignements quantitatifs concernant les taux emploi
de matières premières Mais tous ces documents étaient nullement adaptés
en vue obtenir sous une forme rationnelle et synthétique une vue
ensemble commodément et rapidement exploitable de la gestion indus
trielle
En un mot les Manufactures de Etat de par leur structure
même avaient un caractère beaucoup plus administratif que véritablement
industriel
Ce défaut évidemment pas échappé la commission Sergent-
Citroën qui en 1925 avait été chargée étudier les réformes suscep
tibles améliorer le rendement financier du Monopole des Tabacs Les
propositions formulées par cette commission et qui aboutirent en 1926
la création du Service Exploitation Industrielle des Tabacs ratta
chée la nouvelle Caisse Autonome Amortissement tendaient essentiel
lement en effet industrialiser ce Service
En particulier une des principales réformes préconisées et réalisées
en 1926 lors de la création du Service Exploitation Industrielle des
Tabacs fut de doter cet organisme une comptabilité en partie double
tenue suivant les usages de industrie et du commerce au moyen de
laquelle seraient calculés des prix de revient de chaque produit fabriqué
et qui aboutirait en fin exercice la publication annuelle un bilan
et un compte de résultats LE MONOPOLE DES TABACS 505
Les conditions de base essentielles un contrôle systématique et ration
nel de la gestion du Monopole étant ainsi créées le Service Exploitation
Industrielle des Tabacs était désormais en mesure de surveiller correcte
ment les résultats de sa marche industrielle et commerciale et outil
il monté cet effet est amélioré progressivement la dernière
guerre des prix de revient comptables ont été ainsi pour chaque produit
fabriqué établis trimestriellement et complétés par des états de taux
emploi quantitatifs de matières premières
Il est apparu toutefois expérience que ces documents périodiques
dont élaboration nécessitait un travail matériel assez long et étaient
de ce fait utilisables avec un retard de deux trois mois par rapport
leur période de référence étaient pas suffisants pour permettre de
suivre en permanence activité des Manufactures de Tabacs Le souci de
productivité ayanc pris surtout au cours des années qui ont suivi la
dernière guerre une acuité particulière le S.E.I.T.A est donc attaché
perfectionner son organisation comptable et mettre au point petit
petit tout un ensemble de documents cohérents et aisément utilisables
qui le mettent heure actuelle la tête un appareil très complet
de contrôle de sa gestion Cet appareil est décrit schématiquement ci-après
dans sa forme présente
TECHNIQUE ACTUELLE DES PRIX DE REVIENT
ET DU CONTROLE DE LA GESTION
DES MANUFACTURES DE TABACS DU S.E.I.T.A
Les documents qui intéressent les prix de revient du S.E.I.T.A
Tabacs peuvent se classer en deux groupes
une série états périodiques donnant par manufacture des résul
tats complets et détaillés établis partir de données comptables
une série de renseignements mensuels permettant de contrôler en
permanence la gestion des manufactures
Les états périodiques ci-dessus visés sont les suivants
un état annuel des prix de revient comptables des différents pro
duits fabriqués des états annuels donnant par produit les taux em
ploi quantitatifs de matières premières de main-d uvre et de fournitures
de fabrication
des états de taux emploi similaires relatifs au premier semestre
de année 506 REVUE CONOMIQUE
Les renseignements mensuels de contrôle permanent de la gestion sont
matérialisés par une série indices dont le principe consiste traduire
chaque mois les variations des résultats effectifs de la gestion de chaque
manufacture par rapport des résultats théoriques considérés comme
standards de référence ec qui nouvel ordre sont les résultats
moyens correspondants obtenus au cours de année précédente dans le
même établissement Ces indices appliquent
aux taux emploi de matières en quantités
aux taux de main-d uvre en heures
aux taux de consommation des fournitures de fabrication
ensemble des éléments dépenses diverses exploitation décom
posé en
dépenses globales de main-d uvre de fournitures de fabrication
autres dépenses diverses
au prix de revient moyen de heure de main-d uvre par catégorie de
personnel ouvrier cadre technique et cadre de la fabrication
la dépense moyenne par agent du cadre secondaire chefs de section
et atelier
au taux de rémunération du personnel ouvrier par catégorie compte
tenu une part des éléments horaires autre part des éléments mensuels
intervenant dans cette rémunération
Les états mensuels concernant les indices de taux emploi de la
main-d uvre et des dépenses diverses exploitation font apparaître éga
lement les indices cumulés depuis le début de année
Il convient ajouter la liste de documents ci-dessus enumeres un
tableau détaillé de emploi de la main-d uvre en heures par atelier et
par nature de main-d uvre qui est établi par manufacture pour le premier
semestre de chaque année période qui est pas troublée par les congés
payés Nous reviendrons plus loin sur intérêt de ce tableau
Le S.E.I.T.A dispose ainsi un outil de travail très complet qui lui
donne la possibilité de gérer son exploitation en toute connaissance de
cause et intervenir le cas échéant sans retard auprès des manufactures
dont activité donnerait sur des points particuliers lieu des critiques
Un des soucis essentiels qui présidé la mise au point de cet ensemble
été de mettre en évidence et utiliser directement dans toute la mesure
du possible pour le calcul des prix de revient les éléments quantitatifs
les plus intéressants pour le contrôle de la gestion taux emploi de
matières premières de main-d uvre de fournitures de fa on disposer MONOPOLE DES TABACS 507 LE
ainsi un ensemble homogène facilement exploitable et éviter établis
sement états de renseignements divers ne se contrôlant pas un par
autre
Nous donnons ci-après quelques précisions sur les divers éléments de
cet ensemble
Prix de revient annuels
La méthode de calcul des prix de revient qui été finalement adoptée
tout en apparentant assez étrokement avec le procédé actuellement clas
sique des sections homogènes présence quelques caractéristiques particu
lières dues son adaptation industrie des tabacs dans laquelle comme
nous avons déjà souligné la matière première joue un rôle primordial
Dans ces conditions on été conduit
lo séparer le prix de revient matières premières du prix de
revient dépenses diverses le premier étant calculé directement au moyen
des taux emploi quantitatifs unitaires de matières premières de chaque
produit fabriqué et des prix de revient unitaires des mélanges mis en
uvre eux-mêmes obtenus partir de prix forfaitaires des diffé
rentes espèces de tabacs en feuilles utilisées et le cas échéant des résidus
réintroduits
Ces prix forfaitaires résultent de leur côté de la valeur de revient
comptable des stocks existant au Pr janvier de année considérée et
éventuellement des achats de année en cours
découper pour le calcul des divers éléments de dépenses
diverses du prix de revient la chaîne de fabrication de chaque produit
en un certain nombre de stades ou groupes ateliers compris entre deux
points de pesée et prendre comme unité ceuvre le Kilogramme Poids
Vénal de produit fabriqué K.P.V. donc comme mesure des uvres
pour chacun de ces groupes ateliers équivalent P.V correspondant
ce dernier étant défini comme suit P.V un groupe
ateliers situé entre deux points de pesée représente pour un produit
dont la fabrication utilise ce groupe ateliers le nombre de kilogrammes
poids vénal de ce produit qui serait fabriqué avec les quantités de matières
manipulées dans le groupe ateliers considéré si ces matières suivant le
circuit normal de fabrication étaient utilisées la seule fabrication dudit
produit
Les produits fabriqués du S.E.I.T.A sont comptés en Kilogramme
Poids Vénal K.P V. K.P correspondant par définition 1.000
cigarettes ou cigarillos 250 cigares 25 paquets de scaferlati en
40 grammes

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin