Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les tendances se déclinent au niveau communal

De
2 pages
Au cours de la dernière décennie, la baisse et le décalage dans le temps de la fécondité se vérifie au niveau communal. Pourtant des disparités subsistent. Les communes du nord-ouest, à l'exception du Port, se distinguent par une fécondité plus tardive, les femmes y étant plus diplômées et mieux insérées dans la vie active. À l'inverse les cirques et le Sud sauvage se caractérisent par une fécondité plus précoce. Si la plupart des communes ont réduit leur fécondité au cours de la dernière décennie une tendance inverse se dessine depuis 1997.
Voir plus Voir moins

dos sier Ten dan ces de la fécondité
Les ten dan ces se déclinent
u cours de la der nière décennie, la Avi rons, Saint-Denis) ont éga le ment les et 34 ans et vice ver sa. La fécon di té
baisse et le déca lage dans le pro por tions de fem mes au chô mage les après 34 ans, beau coup plus réduite,Atemps de la fécon di té se véri fient plus fai bles (de 22 à 23 %). connaît moins de varia tions selon les
au niveau com mu nal. Pour tant des dis pa - com mu nes.
En revanche sept com mu nes ont uneri tés sub sis tent. Les com mu nes du
fécon di té supé rieure à la moyenne. Ce Les com mu nes qui ont une fécon di ténord-ouest, à l’excep tion du Port, se dis -
groupe assez hété ro gène com prend aus si faible voire très faible avant 25 ans sonttin guent par une fécon di té plus tar dive,
bien des vil les d’impor tance moyenne prin ci pa le ment les com mu nes du nord etles fem mes y étant plus diplô mées et
(Le Port, Saint-Benoit, Saint-Louis), que de l’ouest. Dans ces com mu nes ce sontmieux insé rées dans la vie active. A
des com mu nes rura les iso lées (Salazie, moins d’un tiers des nais san ces qui ontl’inverse les cir ques et le Sud sau vage se
Sainte-Rose) ou des com mu nes fai ble - lieu avant 25 ans. Le lien entre fécon di técarac té ri sent par une fécon di té plus pré -
ment urba ni sées de l’ouest (Saint-Leu, tar dive et haut niveau d’étude secoce. Si la plu part des com mu nes ont -Etang-salé). confirme ici. La majo ri té de ces com mu réduit leur fécon di té au cours de la der -
nes ont les plus for tes parts de diplô mées nière décennie une ten dance inverse se
(entre 56 et 66 % des fem mes de 15 à 49Fécon di té plus tar dive dansdes sine depuis 1997.
ans) et tout par ti cu liè re ment de diplô -le nord et l’ouestMême sur un ter ri toire réduit comme mées de l’ensei gne ment supé rieur (de 10
celui de La Réu nion, la fécon di té dif fère à 17 %).
En moyenne sur les dix der niè res années, beau coup d’une com mune à l’autre. Si,
Dans 14 com mu nes la fécon di té desun tiers de la fécon di té de l’ensemble depour l’ensemble de La Réu nion, l’indice
fem mes de moins de 25 ans est supé -La Réu nion est due aux fem mes deconjonc tu rel de fécon di té s’éta blit en rieure à la moyenne. Les taux les plusmoins de 25 ans, plus de la moi tié à cel -moyenne à 2,39 enfants par femme au
éle vés se retrou vent dans les cir ques etles qui ont entre 25 et 34 ans, et seu le -cours de la der nière décennie, il varie
dans le “sud sau vage”, ain si que dans lament 15 % des nais san ces ont lieu alorsconsi dé ra ble ment selon la com mune de
que la mère a dépas sé 34 ans. Cette ville du Port. Tou tes ces com mu nes ontrési dence. Il passe ain si d’un mini mum
aus si une forte pro por tion de fem mesrépar ti tion de la part des taux de fécon di -de 2,04 enfants par femme à Petite-Ile à
té par âge dans la fécon di té glo bale varie non-diplô mées. Les com mu nes deun maxi mum de 2,77 pour la com mune
sui vant la com mune de rési dence de la Salazie, Saint-Phi lippe, Cilaos, Sainte-de Saint-Benoît.
mère. Ain si, la part de la fécon di té avant Rose et Le Port notam ment, figu rent
La moi tié des com mu nes ont un indice 25 ans varie d’un mini mum de 28 % dans le groupe de tête des com mu nes qui
conjonc tu rel de fécon di té proche de la - ont la pro por tion de non-diplô mées lapour la ville de Saint-Denis à un maxi
moyenne. Cinq com mu nes se dis tin guent plus impor tante (entre 57 % et 64 % demum de 40 % pour la com mune de
par une fécon di té infé rieure. Par mi cel - non-diplô mées par mi les fem mes d’âgesSalazie. Les com mu nes qui ont les parts
les-ci, les com mu nes qui ont les indi ces de fécon di té les plus fai bles avant 25 féconds). Le taux de chô mage des fem -
de fécon di té les plus bas (Petite-Ile, Les ans, ont les parts les plus éle vés entre 25 mes y est aus si plus impor tant.
20dos sier
au ni veau communal
Saint-Paul, Saint-Pierre, Le Tam pon, âges mais la reprise se fait plus tôt, puis -
Saint-Benoît) mais aus si des com mu nes qu’elle a lieu dès 25 ans et se pour suit
moins peu plées comme l’Etang-Salé, ensuite de façon régu lière jus qu’à 39
Bras-Panon, La Pos ses sion, Sainte-Rose, ans. Ce sous-modèle com prend les com -
et Saint-Leu. mu nes de Sainte-Marie, le Port, Les Avi -
rons, Saint-Louis, Sainte-Suzanne, Entre- L’allon ge ment des étu des, les dif fi cul tés
Deux, Petite-Ile, Saint-Joseph.d’inser tion sur le mar ché de l’emploi et
donc d’indé pen dance éco no mique sont Cer tai nes com mu nes échap pent au
des fac teurs qui peu vent expli quer ce modèle. Ain si les com mu nes de Saint-
phé no mène de recul de l’âge à la nais - André et de Saint-Phi lippe connais sent
sance du pre mier enfant et de “rat tra- une baisse des taux entre 15 et 19 ans
page” de la fécon di té après 30 ans. Les puis une hausse dès 20 ans. Quant auxDans le modèle domi nant la fécon di té com mu nes de la Pos ses sion, du Tam pon, com mu nes de Cilaos, Salazie, La Plainebaisse jus qu’à 30 ans puis aug mente.
de Saint-Leu, de Saint-Pierre et deDans huit com mu nes la hausse inter - des Pal mis tes et Trois-Bas sins elles ont
vient dès 25 ans. Saint-Denis sont cel les qui enre gis trent les de trop petits effec tifs de nais sance et de
plus for tes bais ses des taux avant 25 ans. popu la tion, ce qui entraîne une dis tri bu -
-tion aty pique sou mise à de for tes fluc S’inté res ser aux nais san ces de très jeu - Mis à part ce modèle domi nant, on peut
tua tions selon le groupe d’âge. nnes mères per met de mieux com prendre déga ger un sous-modèle, assez proche
cette dif fé rence de calen drier de la du pre mier qui réu nit huit com mu nes. Franck TEMPORAL
fécon di té sui vant les com mu nes. Le taux Dans ce modèle on observe éga le ment
de fécon di té des 15-19 ans est proche de une baisse de la fécon di té aux jeu nes
42 ‰ pour l’ensemble Réu nion, il fluctue
-cepen dant énor mé ment sui vant les com
mu nes. Il est ain si infé rieur à 35 ‰ à Les ten dan ces de la fé con di té par com mune (1991-2000)
Petite-Ile, Les Avi rons, Saint-Denis,
Ce sont les com mu nes qui avaient les nom - qui a un niveau de fécon di té assez bas,Sainte-Marie et la Plaine des Pal mis tes
bres moyens d’en fants par femme par mi les ces com mu nes qui ont vu leur ICF aug -alors qu’il atteint son maxi mum en étant
plus im por tants qui ont connu les bais ses men ter entre 1991 et 2000 avaient unproche des 60 ‰ pour Sainte-Rose, Le
les plus for tes. En ef fet, 6 des 7 com mu nes niveau de fécon di té glo bal très proche de Port, Salazie, Saint-Phi lippe et Cilaos.
qui ont en core un ICF moyen su pé rieur à l’ensemble de La Réu nion. On neOn retrouve approxi ma ti ve ment nos deux
2,5 ont en re gis tré les plus for tes bais ses de compte aucune com mune avec un ICFgrou pes pré cé dents.
leur ICF. Sa lazie se situe en tête des com - éle vé qui connaît une ten dance à la
mu nes qui ont les ni veaux de fé con di té les hausse.
Les déca la ges du calen drier
plus im por tants (2e) et qui ont connu les
Dans cer tai nes com mu nes la fé con di téde la fécon di té plus for tes bais ses (3e).
est par ti cu liè re ment stable. La plu part de
Mal gré une ten dance géné rale à la baisse ces com mu nes ont un ni veau de fé con di té L’ana lyse des ten dan ces évo lu ti ves des
du nombre moyen d’enfants par femme bas, voire très bas, sauf la com mune dutaux par âge per met de mieux com -
entre 1991 et 2000, on compte tout de Port qui voit son ICF se main te nir à unprendre la ten dance géné rale de l’ICF et
même 5 com mu nes qui ont enre gis tré une ni veau éle vé (plus de 2.7 en fants par-sur tout d’appro cher les pro fils de fécon
hausse de leur ICF. Mis à part Saint-Joseph femme).di té.
Le modèle domi nant réu nit dix com mu -
nes où la ten dance géné rale est à la Ni veaux moyens de fé con di té (ICF 1991-2000)
baisse des taux de fécon di té quin quen-
ICF Faible ICF in ter mé diaire (entre
ICF Fort (> 2,5 en fantsnaux avant 30 ans sur la période 1991- (< 2,3 en fants par 2,3 et 2,5 en fants par
par femme)femme) femme)2000. La baisse la plus pro noncée
Faible part de la fé con di té St-Paul (9), Ste-Marie La Pos ses sion (5),concerne les 20-24 ans, sui vis des 25-29 Saint-De nis (22)*avant 25 ans (18) , Entre- Deux (15) Etang-Salé (6)
ans, puis des 15-19 ans. Dans le même
Forte part de la fé con di té Saint-Pierre (16), Le St-Be noît (1), Sa lazie (2),Ci laos (20)temps, on observe une remontée de Tam pon (17) Ste-Rose (4), St-Leu (7)
l’ensemble des taux après 30 ans, la Bras-Pa non (14), Les Avi rons (23) avant 25 ans Trois-Bas sins (19)hausse concerne sur tout les 30-39 ans,après 40 ans les évo lu tions sont moin dres. Pe tite-Île (24) Sainte-Su zanne (13), Le Port (3)
Faible part de la fé con di té La Plaine desCe phé no mène de baisse de la fécon di té
avant 25 ans Pal mis tes (12)aux jeu nes âges et de reprise après 30
Forte part de la fé con di té Saint-Jo seph St-André (8) St-Louisans concerne cinq des com mu nes les (21) (10), St-Phi lippe (11)
plus impor tan tes de l’île (Saint-Denis,
21

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin