//img.uscri.be/pth/8828161b265841b5d6cfe8476f8a279cf147d272
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Présentation du cours de langue juridique

De
2 pages
Présentation du cours de langue juridique espagnole Nous proposons aux étudiants hispanistes des essais de traduction de la constitution espagnole actuelle, en initiation à la langue juridique française et espagnole. L’histoire de la démocratie espagnole commence à la mort de Franco, le 20 novembre 1975 ou plus exactement, le 22 novembre 1975, jour de la proclamation de Juan Carlos I roi d’Espagne par les Cortes. Grande était alors l’incertitude sur l’avenir du pays. « Il n’est pas d’Espagnol en âge de raisonner et de se souvenir qui ne se soit, à un moment ou à un autre interrogé sur le passage du franquisme à la démocratie. A mesure que les mois passaient, la surprise et l’étonnement faisaient place à l’espoir : sans bruit de bottes, sans grève générale, sans intervention extérieure, lentement, de lui-même, le régime se dissolvait. Au franquisme succédait la démocratie comme le réveil succède au sommeil. Cet après-franquisme, qui ne l’attendait ? Combien étaient morts dans l’aube grise de l’exil en rêvant de retours triomphants ? Vainqueurs ou vaincus, tous l’avaient attendu dans le désir et la crainte, ne sachant comment il surviendrait... » (Goulemot Maeso, Maria, L’Espagne, de la mort de Franco à l’Europe des douze, Collection Voies de l’histoire, Paris, Editions Minerve, 1989) L’Espagne traverse alors la période nommée la Transición, que l’on considère généralement comme terminée en octobre 1982 lors de la victoire socialiste aux ...
Voir plus Voir moins

Présentation du cours de langue juridique
espagnole


Nous proposons aux étudiants hispanistes des essais de traduction de la
constitution espagnole actuelle, en initiation à la langue juridique française et
espagnole.

L’histoire de la démocratie espagnole commence à la mort de Franco, le 20
novembre 1975 ou plus exactement, le 22 novembre 1975, jour de la proclamation
de Juan Carlos I roi d’Espagne par les Cortes. Grande était alors l’incertitude sur
l’avenir du pays.

« Il n’est pas d’Espagnol en âge de raisonner et de se souvenir qui ne se soit, à
un moment ou à un autre interrogé sur le passage du franquisme à la démocratie.
A mesure que les mois passaient, la surprise et l’étonnement faisaient place à
l’espoir : sans bruit de bottes, sans grève générale, sans intervention extérieure,
lentement, de lui-même, le régime se dissolvait. Au franquisme succédait la
démocratie comme le réveil succède au sommeil.
Cet après-franquisme, qui ne l’attendait ? Combien étaient morts dans l’aube grise
de l’exil en rêvant de retours triomphants ? Vainqueurs ou vaincus, tous l’avaient
attendu dans le désir et la crainte, ne sachant comment il surviendrait... »
(Goulemot Maeso, Maria, L’Espagne, de la mort de Franco à l’Europe des douze,
Collection Voies de l’histoire, Paris, Editions Minerve, 1989)


L’Espagne traverse alors la période nommée la Transición, que l’on
considère généralement comme terminée en octobre 1982 lors de la victoire
socialiste aux élections législatives. Ce passage à la démocratie s’est fait par le
consensus des forces politiques en présence et par la mise en place d’un nouveau
système politico-juridique, dont la pièce maîtresse est la Constitution de 1978.

La Carta Magna, la « Grande Charte », comme la nomment les espagnols,
est une des clefs du passage en douceur de l’Espagne de la dictature à la
démocratie. Il ne se passe pas de jour sans que la presse ne rende compte de
débats autour de la constitutionnalité de telle loi ou de telle décision
gouvernementale ou de l’administration des autonomies. Sauvegarder leur
Constitution et défendre l’Etat de droit n’est pas seulement une pose rhétorique
ou une nécessité pour l’intégration économique de l’Espagne dans le camp des
démocraties occidentales. C’est aussi une absolue nécessité pour ce pays dont la
nouvelle organisation territoriale est l’occasion de conflits permanents autour des
notions de souveraineté, d’Etat, d’Autonomies, et de compétences de l’un et des
autres.

Les difficultés proprement linguistiques de la traduction juridique existent
assurément, mais il ne faut pas les confondre avec les difficultés de la science
juridique elle-même. Après examen attentif des textes, on n’y trouve un petit nombre de spécificités syntaxiques. Il est bien certain qu’il n’y a que dans les
textes de lois espagnols que l’on rencontre le subjonctif futur, expression de
l’éventualité dans le futur, avec une nuance d’improbabilité. Dans la Ley
Orgánica del Código penal de 1995, à l’article 485.1, on trouve : « El que matare
al Rey...será castigado ». L’éventualité est perçue comme tout-à-fait improbable.
Si le texte disait « El que mate al Rey » l’éventualité serait envisageable, banale
en quelque sorte. On retrouve dans Cervantes la même nuance d’improbabilité, à
laquelle s’ajoute l’incrédulité : « si ella fuere de tanta hermosura como significáis,
confesaremos la verdad ».
D’autres spécificités syntaxiques seront examinées tout au long de nos
propositions de traduction.

L’impression d’étrangeté que le profane éprouve en lisant ces textes tient
davantage à un vocabulaire et à des tournures lexicales, récurrents et d’autant
mieux repérables, qu’à la syntaxe. Certaines de ces locutions ont apporté un réel
enrichissement terminologique et conceptuel à la langue courante : elles sont
apparues dans la spécialité juridique puis ont occupé le devant de la scène
médiatique car elles sont l’affaire de tous, en Espagne. Comme par exemple les
notions fondamentales de souveraineté nationale (soberanía nacional) et d’« Etat
des Autonomies » (Estado de las Autonomías, o Estado Autonómico), compromis
pragmatique (et difficile) entre l’Etat centralisé et le fédéralisme. Notions
juridiques passées au cœur des préoccupations des espagnols car ils savent bien
qu’il y va de la viabilité de leur système administratif, et, in fine, de la viabilité
de l’Etat espagnol.
Nous mettons en ligne sur Initerm un lexique juridique de base. Cependant,
la véritable initiation à la langue juridique se fait non par l’établissement de
listes de termes, mais par la fréquentation des textes et l’exercice répété et
attentif de la traduction.