Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Recensement de la population
Projections démographiques :
des scénarios pour la Bretagne
Si les tendances démographiques de la période récente se
maintiennent, la population bretonne continuera de croître
durant les prochaines années, mais à un rythme ralenti.
Le vieillissement de la population, conséquence différée du
baby-boom, est inéluctable. La démographie bretonne pourrait être
marquée dans l’avenir par une baisse du nombre des naissances, une
hausse assurée de celui des décès et donc une chute du solde naturel
régional. Si le comportement actuel en matière d’activité et de
migrations se maintenait, la population d’âge actif diminuerait.
L’Ille-et-Vilaine continuera de bénéficier de la plus forte croissance
démographique.
e nouvelles projections démogra- tendances démographiques. prochaines années. Pour fixer les idées,Dphiques ont été réalisées par le scénario central chiffre à près de 3,3
l’Insee Bretagne, sur la base d’hypothè- millions la population en 2030, soitUne population en croissance
ses retenues par un groupe de travail 345 000 habitants de plus qu’en 2000.
constitué avec la Préfecture de Région, Quelque soit le scénario choisi, le soldeLes trois scénarios envisagés (voir enca-
le CESR et le Conseil Régional. Elles dré page 6) diffèrent, mais tous trois naturel s’abaisserait au fil des ans, ce
s’appuient sur les résultats du recense- qui pèserait sur le rythme de croissance.aboutissent à une croissance de la po-
ment de 1999 et sur les dernières pulation bretonne au cours des trente
Projections de la population bretonne selon les trois scénarios retenus Le nombre des naissances
3 600 000 cesserait de progresser
Scénario haut à partir de 2005
3 400 000 Scénario central
La croissance démographique dépend
Scénario bas
en premier lieu de la vigueur de la nata-
3 200 000 lité qui résulte de deux grandeurs : le
nombre de femmes en âge d’avoir des
enfants et leur comportement en ma-
3 000 000
tière de fécondité.
En Bretagne comme dans toutes les au-2 800 000
tres régions, le nombre de femmes en
âge d’avoir des enfants va désormais di-
2 600 000 minuer au fil des ans. C’est la consé-
quence directe de la baisse de la natali-2 500 000
té des décennies précédentes, c’est1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030
donc une évolution presque certaine, à
Source : INSEE
moins d’une arrivée massive de jeunes
4 Octant n° 87 - Octobre 2001Recensement de la population
adultes, éventualité décrite dans la va- Projections des naissances en Bretagne selon les trois scénarios retenus
riante haute.
40 000
Si l’indicateur conjoncturel de fécondi- 38 000
té atteint 2 enfants par femme en 2005,
36 000puis se stabilise à ce niveau proche du
seuil de remplacement des générations, 34 000
il faut s’attendre à une augmentation
32 000des naissances d’environ 0,6 % par an
jusqu’en 2005, puis à un recul d’envi- 30 000
ron 0,8 % l’an entre 2005 et 2020. Avec
28 000les hypothèses du scénario bas, la chute Scénario haut
serait nettement plus rapide : -0,8 % par 26 000 Scénario central
an entre 1999 et 2020.
24 000 Scénario bas
22 000
La hausse inéluctable
20 000
des décès
1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030
Source : INSEELes trois scénarios aboutissent à une
croissance assez proche du nombre de
décès. Les projections tiennent compte
des progrès médicaux, puisqu’elles pro-
longent la baisse des taux de mortalité
Projections des décès en Bretagne selon les trois scénarios retenusparallèlement à l’évolution nationale.
Elles intègrent aussi l’arrivée aux âges 40 000
plus exposés à la mortalité des classes
38 000
nombreuses du baby-boom. Rappelons
qu’en Bretagne le comportement migra- 36 000
toire accentue le vieillissement de la po-
34 000
pulation : de nombreux retraités vien-
32 000nent vivre dans la région.
30 000
Par l’effet cumulé de la baisse des nais-
28 000sances et de l’augmentation du nombre
de décès, le solde naturel régional, qui Scénario haut26 000
est la différence entre le nombre des
Scénario central
24 000naissances et celui des décès, se dé-
Scénario basgrade rapidement après 2005 : il de-
22 000
viendrait même négatif à partir de 2015
20 000dans le scénario central, dès 2012 dans
1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030le scénario bas.
Source : INSEE
L’apport migratoire devient
le moteur de la croissance
L’augmentation de population ne dé- Variation annuelle de population due aux soldes migratoire, naturel, total
pendrait donc plus que des échanges
en Bretagne
migratoires. Entre 1990 et 1999, la Bre-
tagne a été attractive, avec un excédent 15 000
migratoire à tous les âges sauf pour les Scénario central
jeunes adultes qui ont été plus nom-
12 000 Migratoirebreux à quitter la région qu’à s’y instal-
ler, essentiellement pour poursuivre des
9000études supérieures ou obtenir leur pre-
mier emploi. Autre caractéristique, les Total
retraités représentent près de 40 % de
6000
l’excédent migratoire.
3000Si ce profil migratoire se maintient sur
les 30 prochaines années (scénario cen-
tral), le solde migratoire breton oscille- 0
rait entre + 9000 personnes et + 11 000 Naturel
personnes par an. Ces excédents pour-
- 3000
raient être plus importants si l’attractivi- 20202000 2010 2030
té de la région se renforçait, situation
Source : INSEE
Octant n° 87 - Octobre 2001 5Recensement de la population
Le modèle OMPHALE
Omphale est un modèle démographique, basé sur l’actuelle Le scénario bas
pyramide des âges de la population, telle qu’elle apparaît au
dernier recensement et sur les statistiques de l’état civil. - La fécondité est maintenue à 1,8 enfants par femme (au
niveau de 1999).
Omphale permet de réaliser des projections de population
par âge et sexe, à moyen terme, sur toute zone formée d’un - La mortalité évolue comme dans le scénario central.
nombre entier de communes, sous réserve de seuils de po-
pulation suffisants, de l’ordre de 50 000 habitants. - Les quotients de migration retenus sont ceux calculés
sur la période 1982-1990.
Pour chaque zone, Omphale calcule des quotients de fécon-
dité, de mortalité et de migrations nettes, dits « quotients de
référence ». Un scénario est bâti en fonction d’hypothèses
Les conséquences du scénario haut
sur l’évolution de la fécondité, de la mortalité et des migra-
tions nettes.
L’hypothèse de réduction du déficit migratoire des jeu-
nes suppose sans doute la création de milliers d’emploisGrâce à ces quotients on calcule , année après année jusqu’à
qualifiés en Bretagne, ce qui, en considérant la conjonc-l’horizon choisi, les projections de naissances, de décès, de
ture actuelle de l’emploi en Bretagne, ne semble pas ir-migrations nettes, et bien sûr de population par sexe et âge.
réaliste. Cette situation provoquerait une transformation
du régime démographique : augmentation du nombre deEn fin de course, les populations de chaque zone peuvent
naissances, maintien d’un solde naturel positif, forte aug-être « calées » sur la population d’une zone englobante.
mentation du solde migratoire qui frôlerait alors les
20 000 par an. En 2030, la population bretonne appro-
cherait des 3,6 millions d’habitants.
Les trois scénarios retenus
Dans ce cas de figure, les quatre départements bénéficie-
raient de la croissance démographique, mais de manière
Ces scénarios de projection définis pour la Bretagne par un différenciée. Entre 2000 et 2030 la population augmen-
groupe de travail constitué avec le Conseil Régional, le CESR terait de 9% dans les Côtes-d’Armor, de 15% dans le Fi-
et la préfecture de Région diffèrent des scénarios nationaux nistère, de 18% dans le Morbihan et de 43% en
dits « standard » publiés dans INSEE Première n°805 . Ille-et-Vilaine. Ce scénario, optimiste, n’empêcherait ce-
pendant pas les décès de dépasser les naissances dans le
Finistère et le Morbihan, mais retarderait l’échéance
d’environ cinq années. Le regain d’attractivité régionale Le scénario central
profiterait fortement à l’Ille-et-Vilaine, et accentuerait les
écarts de croissance démographique.Les hypothèses s’appuient sur les tendances démographi-
ques récentes.
- L’indice conjoncturel de fécondité monte à 2 enfants par Les conséquences du scénario bas
femme en 2005, puis se stabilise. La fécondité évolue dans
chaque département parallèlement à cette tendance Ce scénario est celui du repli, mais ce n’est pas un scéna-
régionale.
rio catastrophe. La population bretonne continue de
s’accroître, mais à un rythme de plus en plus ralenti : de
- Les quotients de mortalité baissent parallèlement à la ten-
0,34% en 2000 à 0,04% en 2029. Le premier effet est la
dance centrale calculée pour la France entière. chute rapide et continuelle du nombre des naissances :-
18% entre 2000 et 2029, ce qui entraîne la dégradation
- Les quotients de migration nette se maintiennent au niveau du solde naturel, qui deviendrait négatif dès 2012. Une
observé sur la période 1990-1999. Ces quotients sont calcu-
autre conséquence est l’accélération du vieillissement :
lés au niveau département par âge et sexe. l’âge médian de la population bretonne passerait de 39
ans en 1999 à 49 ans en 2030. Deux départements ver-
Le scénario haut raient leur population diminuer : les Côtes-d’Armor dès
2000, puis le Finistère à partir de 2009. La croissance se-
rait ralentie en Ille-et-Vilaine. Le ralentissement serait- La fécondité et la mortalité évoluent comme dans le scéna-
rio central. moins sensible dans le Morbihan : les quotients migratoi-
res de la période 1982-1990 favorisent ce département
- Les quotients de migrations nettes augmentent à tout âge et qui a connu une dégradation du bilan migratoire autour
de Lorient au cours des années 90.plus fortement encore entre 19 et 24 ans, ce qui se traduit par
un quasi doublement du solde migratoire régional.
6 Octant n° 87 - Octobre 2001Recensement de la population
Projections des naissances et des décès en Bretagne selon les trois scénarios retenus (au 1er janvier)
Naissances Décès Solde natutrel
scénario
Haut 35 325 37 777 36 451 38 073 29 861 32 157 34 853 36 392 5 464 5 620 1 598 1 681
Central 35 130 34 538 32 235 32 841 29 831 31 743 34 008 35 103 5 299 2 795 -1 773 -2 262
Bas 34 556 31 894 29 491 28 475 29 774 31 356 33 335 34 237 4 782 538 -3 844 -5 762
(2030 n’est pas disponible)
Source : INSEE
envisagée dans le scénario haut, avec Projection de la population par tranche d’âge en Bretagne -
l’amélioration de l’excédent migratoire scénario central (au 1er janvier)
à tout âge et notamment chez les jeunes
Variationadultes. A l’inverse, si l’on revient à la
Âge 2000 2010 2020 2030 entresituation des années 80 (scénario bas),
2000 et 2030
moins favorable à la Bretagne avec no-
tamment un déficit migratoire pour les 0 à 19 ans 732 034 731 550 733 587 700 408 -31 626
actifs, l’excédent migratoire breton se- 20 à 39 ans 781 109 728 465 677 315 677 937 - 103 172
rait beaucoup plus limité entre 2000 et 40 à 59 ans 733 335 836 646 819 329 767 682 + 34 347
2030, et essentiellement basé sur des ar- 60 à 79 ans 561 929 588 104 729 840 844 809 +282 880
rivées de retraités. 80 ans et + 112 622 182 667 220 633 275 717 +163 095
Total 2 921 029 3 067 432 3 180 704 3 266 553 + 345 524
Source : INSEELe vieillissement
de la population
Projections de la part des moins de 20 ans, des plus de 60 ans et des plus de 80 ans
dans la population bretonneLa Bretagne sera de plus en plus con-
frontée au vieillissement de sa popula- 40
tion. La part des habitants âgés de 60
plus de 60 ansans ou plus passera en 30 ans de 23 % à
Scénario central34 % de la population totale, selon la
30projection centrale.
moins de 20 ansQuatre phénomènes contribuent au
vieillissement inéluctable de la popula-
% 20
tion bretonne :
l’arrivée aux grands âges des généra-
tions plus nombreuses issues du 10
baby-boom
80 ans et + l’allongement de la vie, dû aux pro-
grès médicaux : l’espérance de vie à
0
2000 2020 20302010la naissance gagnerait environ 6 ans
Source : INSEEd’ici à 2030
les flux migratoires qui se traduisent
Pyramide des âges en 2030 en Bretagne selon les trois scénarios retenusen Bretagne par des arrivées de retrai-
tés de plus en plus nombreux 1999 100
Haut la baisse de la natalité qui ne permet 90
Centralpas le remplacement des générations
80(sans apport extérieur). Bas
70
Du côté des grands âges, il faut s’at-
60tendre à une augmentation forte du
nombre de personnes de 80 ans ou 50
plus en Bretagne : 70 000 personnes
40supplémentaires d’ici à 2010 avec
l’arrivée à cet âge des générations de 30
l’entre-deux-guerres. Après 2020, la
20progression du nombre des octogénai-
res devrait se ralentir, puis repartir à par- 10
tir de 2026 quand les baby-boomers -
0générations les plus nombreuses nées 3 000 2 000 1 000 00 1 000 2 000 3 000
entre 1946 à 1950 - atteindront 80 ans. Source : INSEE
Octant n° 87 - Octobre 2001 7
202920292010201020292020200020002000202020102020Recensement de la population
c’est-à-dire un retour au niveau de po- ou, au contraire, à se présenter plusA comportement constant, la
pulation active de la fin des années 80. rapidement sur un marché du travail
population active diminuerait Un retour au comportement migratoire porteur. Certaines personnes inactives
des années 80 (scénario bas) aboutirait peuvent rechercher un emploi si leurs
Une autre conséquence du vieillisse- à une perte de 130 000 actifs en 30 ans. chances de l’obtenir s’améliorent.
ment est la baisse de la population Seule une nette amélioration de la ba- Enfin, l’âge de départ effectif à la retraite
d’âge actif : à comportement constant, lance migratoire permettrait une pro- peut évoluer. La diminution probable
la population active va diminuer. Dès gression de la population active régio- de la population d’âge actif ne signifiera
2006, la première génération du nale (+75 000 avec la variante haute). donc pas automatiquement une dimi-
baby-boom va massivement quitter le Ces résultats sont calculés à taux d’acti- nution équivalente de la population ef-
marché du travail, laissant la place à des vité par âge constants. Or on sait que le fectivement active.
jeunes moins nombreux. En retenant taux d’activité aux différents âges peut
l’hypothèse d’un maintien des taux varier en fonction de l’évolution de la
Une baisse possibled’activité, la projection centrale situation économique et de la situation
conduirait à une baisse de 85 000 actifs des effectifs scolairesdu marché du travail. Les jeunes peu-
entre 2000 et 2030 en Bretagne, vent être incités à prolonger leurs études à l’horizon 2030
Variation annuelle de population active en Bretagne
L’incidence d’une baisse ou d’une
9 000
hausse des naissances ne tarde pas à se
faire sentir sur les effectifs scolaires : dès7 000
deux ans, les plus précoces commen-Scénario central
5 000 cent à emprunter les bancs de l’école.
Le remplissage des écoles se trouve
3 000 donc étroitement corrélé à la fécondité
à venir ainsi qu’au comportement mi-
1 000 gratoire des jeunes parents. Les baisses
0 d’effectifs scolaires commencent par les
- 1 000 classes maternelles, puis se répercutent
mécaniquement aux autres classes,
- 3 000
comme une onde. Il n’y a donc pas une
tendance unique pour les trente pro-
- 5 000
chaines années, mais plutôt des mouve-
ments opposés qui se succéderont selon
- 7 000
2000 2010 2020 2030 les âges, les périodes et les zones
Source : INSEE considérées.
Projection des moins de 20 ans en Bretagne - Scénario central
Si la Bretagne bénéficie dans les 30 pro-
210 000 chaines années d’un apport migratoire
0 à 4 ans
conforme à ce que l’on a observé en
5 à 9 ans moyenne chaque année entre 1990 et
200 000 10 à 14 ans 1999, le nombre de jeunes de moins de
15 à 19 ans 20 ans devrait baisser quelque peu :
-4%entre 1999 et 2030. La légère aug-
190 000
mentation de 2000 à 2015 serait en effet
plus que compensée par une diminu-
tion des effectifs entre 2015 et 2030.
180 000
Cette baisse serait bien sûr encore plus
forte si l’attractivité de la Bretagne s’at-
ténue vis à vis des familles d’âge actif170 000
(scénario bas). Par contre, si le déficit
migratoire de jeunes adultes se réduit
(scénario haut), les effectifs de jeunes160 000
1990 2000 2010 2020 2030 pourraient augmenter de près de 10 %
d’ici à 2030.
Source : INSEE
Projections de la population de moins de 20 ans en 2030 en Bretagne selon les trois scénarios
Population 2030 Variation entre 2000 et 2030
Population
Scénario Scénario Scénario Scénario Scénario Scénario2000âge bas central haut bas central haut
0 à 4 ans 173 003 143 432 166 785 192 303 -29 571 -6 218 +19 300
5 à 9 ans 173 245 148 472 170 136 194 530 -24 773 -3 109 +21 285
10 à 14 ans 187 195 155 851 177 010 201 728 -31 344 -10 185 +14 533
15 à 19 ans 198 591 163 635 186 477 209 939 -34 956 -12 114 +11 348
Source : INSEE
8 Octant n° 87 - Octobre 2001Recensement de la population
La grande diversité des départements bretons (scénario central)
Les départements bretons présentent des potentiels démographiques très différents en 1999. Les différences de fécondité et de
mortalité sont minimes, mais les comportements migratoires diffèrent très sensiblement d’un département à l’autre.
Pyramide des âges en 2030 Projections des naissances et des décès
Côtes-d’Armor - Scénario central Côtes-d’Armor - Scénario central
Depuis plus de 10 ans déjà, le départe- 14 000
2000
90 Naissancesment des Côtes-d’Armor compte 2030
Décès
80 12 000chaque année plus de décès que de
70
naissances. Dans le cadre du scénario
60 10 000
central, qui prolonge les conditions ac-
50
tuelles, le déficit naturel se creuserait.
8 00040
Le maintien de l’apport migratoire serait
30
alors insuffisant pour préserver la crois- 6 00020
sance démographique. La population
10
4 000plafonnerait à 552 000 habitants vers
5 000 2 500 00 2 500 5 000 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030
2010 puis commencerait à décliner len-
Source : INSEE
tement peu après 2015. Cette faible
évolution de la population totale cache Projection de population par tranche d’âge
un double mouvement de baisse du Côtes-d’Armor - Scénario central (au 1er janvier)
nombre de jeunes et d’augmentation du
Variationnombre de personnes âgées. Les Cô-
Âge 2000 2010 2020 2030 entretes-d’Armor comptent actuellement
2000 et 2030plus d’habitants de 60 ans et plus que de
jeunes de moins de 20 ans. Le troisième 0 à 19 ans 128 902 123 809 117 514 105 048 -23 854
âge pourrait atteindre 40 % de la popu- 20 à 39 ans 128 552 112 933 99 209 94 312 -34 240
lation en 2030, soit deux fois plus que
40 à 59 ans 139 994 152 652 140 696 124 322 -15 672
les jeunes.
60 à 79 ans 121 493 122 237 146 482 161 661 +40 168
80 ans et + 24 713 40 002 46 349 56 140 +31 427
Total 543 654 551 633 550 250 541 483 -2 171
Source : INSEE
Pyramide des âges en 2030 Projections des naissances et des décès
Finistère - Scénario central Finistère - Scénario central
14 000
2000
90
2030
80 12 000
Dans le scénario central, la population 70
60 10 000du Finistère augmenterait très peu entre
502000 et 2030 : +4 % seulement. A partir
8 00040de 2010, le nombre des décès l’empor-
30terait sur celui des naissances, ce qui est Naissances
6 00020 Décèsune conséquence directe du vieillisse-
10ment ainsi que de la baisse de popula-
4 000
7 000 3 500 00 3 500 7 000 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030tion d’âge actif. C’est précisément le
nombre de personnes dans les tranches Source : INSEE
d’âge de 20 à 39 ans, c’est à dire les pa-
rents potentiels, qui chuterait de 17 % Projection de population par tranche d’âge
Finistère - Scénario central (au 1er janvier)au cours des vingt prochaines années. A
taux d’activité constant, le nombre
Variation
d’actifs diminuerait de 52 000 person- Âge 2000 2010 2020 2030 entre
nes entre 2005 et 2030. La proportion 2000 et 2030
d’habitants âgés de 60 ans ou plus at-
0 à 19 ans 209 658 204 902 200 843 188 105 -21 553teindrait 35 % en 2030.
20 à 39 ans 225 442 205 398 187 713 182 239 -43 203
40 à 59 ans 215 501 242 427 231 139 211 800 -3 701
60 à 79 ans 169 113 169 499 206 097 235 760 +66 647
80 ans et + 35 109 53 514 61 941 74 518 +39 409
Total 854 823 875 740 887 733 892 422 +37 599
Source : INSEE
Octant n° 87 - Octobre 2001 9Recensement de la population
Pyramide des âges en 2030 Projections des naissances et des décès
Morbihan - Scénario central Morbihan - Scénario central
14 000
2000
90 Naissances2030
Décès80 12 000
70
10 00060 La population du Morbihan pourrait
50 augmenter de 54 000 habitants entre
8 00040 2000 et 2030, selon les conditions du
30
scénario central, mais sa croissance se
6 00020
réduirait peu à peu : 28 000 au cours de
10
la première décennie, 18 000 dans la4 000
6 000 3 000 00 3 500 7 000 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030 seconde, 7 000 dans la troisième. A par-
Source : INSEE tir de 2010, le nombre des décès dépas-
serait celui des naissances. Le renouvel-
Projection de population par tranche d’âge lement de la population active pose
Morbihan - Scénario central (au 1er janvier) également question : à taux d’activité
constant, le nombre de personnes d’âge
Variation
actif risque en effet de diminuer deÂge 2000 2010 2020 2030 entre
47 500 unités entre 2005 et 2030. Le2000 et 2030
poids du troisième âge dans la popula-
0 à 19 ans 161 370 153 895 148 986 137 109 -24 261 tion morbihannaise pourrait frôler les
20 à 39 ans 165 262 148 342 133 106 125 857 -39 405 40 % en fin de période.
40 à 59 ans 165 134 190 593 180 544 163 091 -2 043
60 à 79 ans 130 356 140 008 177 239 207 137 +76 781
80 ans et + 24 780 42 356 53 948 68 018 +43 238
Total 646 902 675 194 693 823 701 212 +54 310
Source : INSEE
Pyramide des âges en 2030 Projections des naissances et des décès
Ille-et-Vilaine - Scénario central Ille-et-Vilaine - Scénario central
14 000
2000
90
2030
80 12 000
70 Sous ces mêmes hypothèses, l’Ille-et-Vi-
10 00060 laine continuerait de bénéficier d’une
50 croissance démographique forte et du-
8 00040 rable, basée sur un solde naturel impor-
30 tant, environ 4 000 personnes par an, et
6 000 Naissances20 un apport migratoire essentiellementDécès
10
composé de jeunes. La population at-4 000
10 000 5 000 00 5 000 10 000 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030 teindrait le million d’habitants vers 2015
Source : INSEE et s’accroîtrait de 29 % entre 2000 et
2030. Sa part dans la population régio-
Projection de population par tranche d’âge nale atteindrait 35 % en 2030, contre
Ille-et-Vilaine - Scénario central (au 1er janvier) 30 % en 1999. La population d’âge actif
augmenterait, de sorte qu’à taux d’activi-
Variation
té constant, la population active progres-Âge 2000 2010 2020 2030 entre
serait de plus de 50 000 personnes d’ici à2000 et 2030
2030. Le rythme de croissance de la res-
0 à 19 ans 232 104 248 944 266 244 270 146 +38 042 source en main d’œuvre diminuerait ce-
20 à 39 ans 261 853 261 792 257 287 275 529 +13 676 pendant au fil des ans:+5000 par an
40 à 59 ans 212 706 250 974 266 950 268 469 +55 763 dans les premières années et + 1 000 par
60 à 79 ans 140 967 156 360 200 022 240 251 +99 284 an de 2010 à 2030.
80 ans et + 28 020 46 795 58 395 77 041 +49 021
Total 875 650 964 865 1 048 898 1 131 436 +255 786
Source : INSEE
10 Octant n° 87 - Octobre 2001Recensement de la population
Comment interpréter ces Écarts entre les données observées au recensement de 1999
et les projections tendancielles réalisées en 1990*projections ?
Population Population Écart de Écart relatif
au RP 1999 projetée* population (en %)Région
pour 1999Les résultats sont sensibles aux hypothè-
(2) (3) (2) - (3) (4) / (2)ses retenues. Une faible évolution de la
fécondité ou du comportement migra- Ile-De-France 10 940 11 370 -430 -3,9
toire modifie assez nettement les trajec- Provence-Alpes-
4 507 4 615 -109 -2,4toires. Malgré tout, il reste des tendan- Côte D'azur
ces fortes. En premier lieu, le Languedoc-Roussillon 2 297 2 351 -54 -2,4
vieillissement de la population va s’ac- Centre 2 440 2 492 -52 -2,1
célérer après 2006. D’autre part, en Haute-Normandie 1 780 1 816 -36 -2,0
l’absence de changement radical de Basse-Normandie 1 422 1 424 -2 -0,1
comportement, les différences actuelles Bretagne 2 907 2 883 +24 +0,8
dans la répartition de la population par
Pays-de-la-Loire 3 222 3 172 +49 +1,5
âge, amènent inéluctablement à creuser
Poitou-Charentes 1 641 1 614 +27 +1,6
les écarts de croissance démographique
Alsace 1 733 1 688 +45 +2,6
entre les départements.
France métropolitaine 58 504 59 144 -640 -1,1
Ces projections ne constituent nulle- * maintien de la fécondité de 1990 et des quotients migratoires de la période 1982-1990
ment des prévisions. Elles permettent de
simuler l’évolution démographique si
les conditions actuelles se prolongent.
Le mouvement d repose modèle Omphale à partir du recense- solde naturel au contraire plus faible
en effet en partie sur l’inertie de la pyra- ment de 1990, où nous avions stabilisé que prévu. En revanche, en
mide, en partie sur les mouvements de les comportements de fécondité et de Ile-de-France, le déficit migratoire de la
la société, qui se traduisent par une évo- migration de la période antérieure. région s’est accentué et le niveau de po-
lution des comportements de fécondité, pulation obtenu par la projection n’a
de mortalité et de migration, c’est-à-dire L’expérience du passé montre que les pas été atteint.
des différents quotients par âge et sexe changements de comportement migra-
pris en compte dans le modèle toire jouent un rôle important et va-
Omphale. Il est intéressant d’observer riable selon le territoire considéré. Ain-
l’écart entre les niveaux de population si, la population projetée pour la
régionale au recensement de 1999 et Bretagne avait été sous-estimée : le
ceux que nous avions obtenus avec le solde migratoire a été plus élevé, le Michel ROUXEL
Pour en savoir plus
Projections régionales de population : l’impact des migrations - L Omalek - Insee Première n°.805..
Projections de population à l’horizon 2050 : un vieillissement inéluctable - C Brutel - Insee Première n°762.
Une démographie sans limite - G Caselli et J Vallin - Population n°1-2-2001
L’Europe va-t-elle disparaître ? - Géopolitique n°74- juin 2001.
La France dans deux générations - G Tapinos - Fayard.
Vers trois millions de Bretons en 2020 - M Rouxel- Octant n°51
Octant n° 87 - Octobre 2001 11
n

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin