Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sur l'articulation des formations économico-sociales : communautés villageoises et seigneuries au nord de la Péninsule ibérique (Xe-XIIIe siècles) - article ; n°1 ; vol.44, pg 193-216

De
25 pages
Publications de l'École française de Rome - Année 1980 - Volume 44 - Numéro 1 - Pages 193-216
Les communautés villageoises provenant de la bordure cantabrique : des galiciens, des astures, et surtout des cantabres et des basques, avaient accompli avant le Xe siècle, et ont continué à le faire par la suite, un important processus de colonisation. L'occupation des terres, les défrichements, etc., nous montrent une expansion qui a été en partie antérieure et en partie contemporaine de l'expansion et du développement du féodalisme.
Les documents, du Xe au XIIIe siècles, nous renseignent sur la structure des communautés. Structures de parenté, sociales, économiques, etc. Cette structure ressemble à la «forme germanique» décrite dans les formations économiques pré-capitalistes. Les communautés ont coexisté avec les structures proprement féodales en formation et expansion. Leur incorporation effective à la formation féodale s'effectue par deux voies différentes. Par la première, l'ensemble communal entre en dépendance, par la deuxième, la pénétration se produit de façon lente et individualisée à travers les interstices que permet l'organisation de la forme germanique.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins
Reyna Pastor
Sur l'articulation des formations économico-sociales : communautés villageoises et seigneuries au nord de la Péninsule ibérique (Xe-XIIIe siècles) In: Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches. Actes du Colloque de Rome (10-13 octobre 1978). Rome : École Française de Rome, 1980. pp. 193-216. (Publications de l'École française de Rome, 44)
Résumé Les communautés villageoises provenant de la bordure cantabrique : des galiciens, des astures, et surtout des cantabres et des basques, avaient accompli avant le Xe siècle, et ont continué à le faire par la suite, un important processus de colonisation. L'occupation des terres, les défrichements, etc., nous montrent une expansion qui a été en partie antérieure et en partie contemporaine de l'expansion et du développement du féodalisme. Les documents, du Xe au XIIIe siècles, nous renseignent sur la structure des communautés. Structures de parenté, sociales, économiques, etc. Cette structure ressemble à la «forme germanique» décrite dans les formations économiques pré-capitalistes. Les communautés ont coexisté avec les structures proprement féodales en formation et expansion. Leur incorporation effective à la formation féodale s'effectue par deux voies différentes. Par la première, l'ensemble communal entre en dépendance, par la deuxième, la pénétration se produit de façon lente et individualisée à travers les interstices que permet l'organisation de la forme germanique.
Citer ce document / Cite this document : Pastor Reyna. Sur l'articulation des formations économico-sociales : communautés villageoises et seigneuries au nord de la Péninsule ibérique (Xe-XIIIe siècles). In: Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et perspectives de recherches. Actes du Colloque de Rome (10-13 octobre 1978). Rome : École Française de Rome, 1980. pp. 193-216. (Publications de l'École française de Rome, 44) http://www.persee.fr/web/ouvrages/home/prescript/article/efr 0000-0000 1980 act 44 1 1218 _ _ _ _ _ _
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin