Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un enfant de moins pour les femmes qui travaillent

De
2 pages
D'une manière générale, plus le niveau de diplôme d'une femme est élevé et moins elle a d'enfants. Si elle exerce une profession sa descendance est encore plus réduite. La différence se fait essentiellement avant 25 ans, même si les diplômées rattrapent un peu leur retard en décalant leur fécondité au-delà de trente ans.
Voir plus Voir moins

dos sier Ten dan ces de la fécondité
Un en fant de moins pour
’une manière géné rale, plus le pour les non-diplô mées se situe entre 20 La dif fé rence de fécon di té est encore
niveau de diplôme d’une femme et 24 ans contre 25-29 ans pour les plus marquée selon le sta tut d’acti vi téDest éle vé et moins elle a diplô mées. Avant 25 ans les non-diplô - des fem mes. Les fem mes qui ont un
d’enfants. Si elle exerce une pro fes sion mées font deux fois plus d’enfants. emploi ont 1,53 enfant en moyenne
sa des cen dance est encore plus réduite. contre 2,4 pour les fem mes au chô mage
Si le nombre d’enfants par femme est trèsLa dif fé rence se fait essen tiel le ment et 2,81 pour les inac ti ves. On compte
dif fé rent entre les diplô mées et les non-avant 25 ans, même si les diplô mées ain si plus d’un enfant d’écart sui vant que
diplô mées, il varie éga le ment selon lerat tra pent un peu leur retard en déca - la mère occupe une pro fes sion ou pri vi -
niveau de diplôme. Les fem mes diplô mées lant leur fécon di té au-delà de trente ans. légie la vie au foyer.
de l’ensei gne ment supé rieur ont les taux
de fécon di té les plus fai bles, elles ont en Les chô meu ses cons ti tuent un groupeDans une socié té où les fem mes maî tri -
moyenne 1,6 enfants contre 2,3 pour les inter mé diaire sauf pour les jeu nes âges.sent leur fécon di té grâce à la géné ra li sa -
- fem mes ayant un CAP ou un BEP. Elles ont en effet des taux de fécon di tétion des moyens con tra cep tifs, la fécon
di té est étroi te ment liée au milieu socio-
éco no mique de la famille. Le diplôme de
la mère et sa situa tion pro fes sion nelle Une mé thode ori gi nale
notam ment, exer cent une influence déter -
mi nante sur le nombre d’enfants du
Clas si que ment, les taux de fécon d i té par Cepen dant, cette méthode ne per met pas
couple. Si ce phé no mène est pré ci sé ment âge d’une zone donnée sont cal cu lés en de retrou ver l’ensemble des enfants et
étu dié en métro pole grâce aux enquê tes
rap por tant les nais san ces décla rées à des mères d’une année donnée. A titre
“famil les”, à La Réu nion, l’ana lyse de la l’Etat Civil, ven ti lées par âge de la mère à d’exemple, pour l’année d’étude choisie,
fécon di té à par tir des don nées du recen - la nais sance à la popu la tion moyenne de 1998, on a enre gis tré 13 538 nais san ces
se ment de 1999 per met d’appro cher cette
fem mes du même âge, donnée par le à l’état civil et la méthode DEF ne per met
influence des carac té ris ti ques de la mère recen se ment de la popu la tion. La limite de d’en retrou ver que 12 398. Cela s’explique
sur sa fécon di té. la méthode clas sique réside dans le faible par l’émi gra tion et les décès des mères et
nombre de varia bles pré sen tes dans les des enfants ain si que par les enfantsLes fem mes sans diplôme, qui repré sen -
-bul le tins de nais san ces ce qui rend impos vivant sans leur mère. Ain si pourtent envi ron la moi tié des mères ayant eu
sible de nom breu ses étu des de fécon di té l’ensemble de La Réu nion en 1998, laun enfant en 1998, ont en moyenne 2,53
dif fé ren tielle. méthode DEF donne un ICF de 2,11enfants par femme contre 1,87 enfants
contre 2,31 avec l’état civil. La méthodepour les diplô mées. Cette dif fé rence La méthode DEF (Décompte des Enfants
DEF sous-estime donc la fécon di té glo baleimpor tante de niveau de fécon di té entre aux Foyers) deve loppée par Guy Des plan -
de 0,20 enfant par femme en moyenne. Lediplô mées et non-diplô mées cor res pond ques (1) est une alter na tive à la méthode
choix de prendre l’année la plus proche deà une dif fé rence dans le calen drier de la clas sique, qui per met, mal gré des résul -
l’année du recen se ment per met de réduire fécon di té. Les non-diplô mées ont plus tats moins bons, de cal cu ler des indi ces
au maxi mum ces biais .-d’enfants aux âges jeu nes que les diplô de fécon di té dif fé ren tielle, à par tir des
mées. Le groupe d’âge le plus fécond varia bles du recen se ment. Cette méthode Dans tous les cas, les va leurs des taux de
s’appuie sur l’exploi ta tion d’un tableau de fé con di té par âge et des ICF cal cu lés ne
com po si tion du ménage (TCM) à par tir doi vent être in ter pré tées qu’en va leur re la -
duquel sont recons ti tués les évé ne ments tive ; ils ne re flè tent pas exac te ment la
“nais san ces” d’une année “t“ clas sés par réa li té.
âge de la mère à la nais sance, ain si que
Nous ren voyons les lec teurs aux au tresla struc ture par âge de la popu la tion des
ar ti cles qui re po sent sur des in di ces de fé -
fem mes de cha cune des années anté rieu -
con di té cal cu lés à par tir de la mé thoderes. On cal cule ain si les taux de fécon di té
clas sique pour avoir la va leur exacte des
par âge d’une année donnée en rap por -
in di ces de fé con di té.
tant au nombre d’enfants nés cette année,
le nombre de mères cor res pon dan tes. En
rai son nant ain si, on peut cal cu ler des indi -
ces de fécon di té dif fé ren tielle en fonc tion
des carac té ris ti ques de la mère pré sen tes
dans le recen se ment. L’indice Con jonc tu -
(1) Guy Des plan ques, INSEE-INED “Mesu rer lesrel de Fécon di té est la syn thèse des taux
dis pa ri tés de fécon di té à l’aide du seul recen se -par âge. Comme tout indice conjonc tu rel il
ment”, Popu la tion n° 6, 1993, 2011-2024.
est une mesure mêlée de l’inten si té et du
calen drier du phé no mène. Les fem mes non-diplô mées sont
cel les qui ont le plus d’enfants, sur -
tout avant 25 ans.
18dos sier
les fem mes qui tra vail lent
Sta tut d’ac ti vi té et ni veau de di plôme des fem mes ayant eu un en fant en 1998 Réu nion nai ses, Mé tro po li tai nes
et Ma ho rai ses…Acti ves
Au chô mage Inac ti ves Ensemble
oc cu pées
Des fac teurs cul tu rels liés à des modes de
vie et à des visions dif fé ren tes de laSans di plôme 635 2 584 3 055 6 274
famille influen cent aus si la fécon di té.
Leur effet appa raît lors qu’on ana lyse laBEPC 266 452 492 1 210
fécon di té en fonc tion du lieu de
nais sance de la mère. Nous avonsCAP-BEP 608 961 767 2 336
dis tin gué les mères nées à La Réu nion,
les métro po li tai nes, cel les nées dans unBAC 656 392 294 1 342
autre DOM-TOM et les fem mes nées à
Di plôme su pé rieur 916 153 167 1 236 l’étran ger.
Le pre mier cons tat est que ce sont les
Ensemble 3 081 4 542 4 775 12 398
métro po li tai nes qui ont le moins
d’enfants sui vies des nati ves de La
source : Insee, mé thode DEF. Réu nion. En forte baisse le nombre
moyen d’enfants des Réu nion nai ses tend
à se rap pro cher du niveau métro po li tain.
Par ail leurs les métro po li tai nes qui
habi tent à La Réu nion ont légè re ment
plus d’enfants que cel les res tées en
métro pole.
Ce sont les fem mes nées dans un “autre
DOM-TOM” qui ont les niveaux de
fécon di té les plus éle vés de tou tes, avec
3,5 à 4 enfants par femme en moyenne.
À sta tut d’acti vi té iden tique elles ont
tou jours les niveaux de fécon di té les plus
hauts. Huit fois sur dix ces fem mes sont
nées à Mayotte où le nombre moyen
d’enfants par fem mes est net te ment plus
important qu’à La Réu nion. Cepen dant,
même si le niveau de fécon di té de ces
fem mes est plus haut que celui deQuelque soit leur niveau de diplô -Le sta tut d’acti vi té de la mère
l’ensemble de La Réu nion, le faiblemes, les acti ves occu pées ont moins influence for te ment le niveau et le
d’enfants que les chô meu ses et les nombre de nais san ces concer nées (291calen drier de sa fécon di té.
inac ti ves. nais san ces sur un total de 12 398
recen sées en 1998) fait que ces
très éle vés entre 15 et 19 ans. A ces âges com por te ments n’ont qu’une très faiblemoins d’enfants que cel les qui sont inac -
inci dence sur les indi ces de fécon di té depré co ces on peut pen ser que les jeu nes ti ves (1,42 enfants par fem mes contre
l’ensemble de l’île.mères se décla rent plus volon tiers au 3,32). Pour les moins diplômées, le faitchô mage qu’inac ti ves. d’occu per une pro fes sion ou non fait
pas ser le niveau de fécon di té de la
Les effets conju gués du femme du simple au double.
diplôme et de l’acti vi té
Comme l’ensemble des fem mes, les acti -
de la mère ves occu pées ont un calen drier de la
fécon di té dif fé rent selon qu’elles sont
-Le niveau de diplôme et le sta tut d’acti diplô mées ou non-diplô mées : les
vi té conju guent leur influence entre eux non-diplô mées ont plus d’enfants avant
et sur la fécon di té des fem mes. D’une 25 ans et beau coup moins après 30 ans.
part les fem mes diplô mées occu pent En revanche les diplô mées entrent plus
beau coup plus sou vent une acti vi té pro - tard dans leur vie féconde et ont des taux
fes sion nelle que les autres : les trois de fécon di té supé rieurs à par tir de 25
quarts des fem mes qui ont un diplôme de ans. n
Sur les 12 398 nais san ces de l’année 1998 étu -l’ensei gne ment supé rieur exer cent une
diées à par tir du recen se ment de la popu la tion,Franck TEMPORALpro fes sion contre seu le ment 10 % des 10 526 sont le fait de mères nati ves de La Réu -
nion, 998 de mères métro po li tai nes, 583 de mères non-diplô mées. D’autre part les non-
étran gè res et 291 de mères nées dans un autre
diplô mées qui tra vail lent ont net te ment DOM-TOM.
19

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin