Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Une région dynamique et attractive

De
4 pages
Les Pays de la Loire affichent une vitalité démographique qui va de pair avec une population moins âgée qu'en moyenne nationale. Entre 1999 et 2004, la région a bénéficié d'apports de population relativement équilibrés entre les différents âges. Il en résulte une croissance de la population, du nombre d'actifs et du nombre de logements plus soutenue qu'au plan national. Dans les Pays de la Loire, vitalité démographique et vitalité du marché du travail se conjuguent.
Voir plus Voir moins
Les Pays de la Loire affichent une vitalité démographique qui va de pair avec une population moins âgée qu’en moyenne nationale. Entre 1999 et 2004, la région a bénéficié d’apports de population relativement équilibrés entre les différents âges. Il en résulte une croissance de la population, du nombre d’actifs et du nombre de logements plus soutenue qu’au plan national. Dans les Pays de la Loire, vitalité démographique et vitalité du marché du travail se conjuguent.
Jean COLLOBERT Serge FRABOUL
N° 37. Juillet 2005
www.insee.fr/paysdelaloire
Une région dynamique et attractive
NJANVIERdernier, l’estima 2005 tion de population publiée par meEnt de la population réalisée en 2004, l’INSEE à partirdes résultatsde l’enquête annuelle de recense montrait une croissance plus rapide de la population française et de celle de la région des Pays de la Loire par rapport aux années quatre vingtdix. L’exploitation des données individuelles permet à présent de donner, au niveau régional, des éléments statistiques sur le logement, les migrations résidentielles et l’activité de la population des ména ges des Pays de la Loire, évaluée dans l’enquête de recensement 2004 à 3 257 000 habitants.
Les Pays de la Loire confirment leur attractivité
L’attractivité de la région Pays de la Loire, déjà observée lors de la dernière décen nie, ne s’est pas démentie de 1999 à 2004. Le solde migratoire avec les autres régions de la métropole s’est même substantiellement amélioré. Le taux annuel de migration nette est passé
en rythme annuel de 0,20 % de la popu lation à 0,25 % entre les périodes inter censitaires 19901999 et 19992004. Entre 1999 et 2004, 181 000 personnes ont quitté la région pendant que 222 000 s’y installaient. En moyenne ces flux en trants et sortants représentent respecti vement 2,0 % et 1,7 % de la population chaque année.
Concernant l’origine des nouveaux Ligé riens, l’ÎledeFrance demeure la première région : 69 000 nouveaux arrivants en vien nent. Les régions voisines de Bretagne, Centre, PoitouCharentes et Basse Normandie rassemblent ensuite les plus importants contingents de néoligériens : 71 000personnes au total. Enfin, les 82 000 autres personnes venues s’ins taller en Pays de la Loire proviennent des dixsept autres régions avec des flux de moindre ampleur.
L’ÎledeFrance (40 000 personnes) et la Bretagne (38000 personnes) sont les deux premières régions de destination des Ligériens quittant notre région. Au deuxiè me plan, PoitouCharentes et Centre, deux régions limitrophes, accueillent