Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

N°92 - 2001
Vivre en zone franche : un attachement
au quartier malgré les difficultés
A la question « Vous plaisez-vous dans le quartier ? », 68% des ménages
résidant dans les zones franches picardes ont répondu par l’affirmative.
Cependant, à peine quatre ménages sur dix se déclarent satisfaits
ou très satisfaits de leurs conditions de logement. Ceux logés en HLM
sont les plus mécontents et les plus nombreux à vouloir changer de logement :
55% en expriment le souhait.
La majorité des résidents des zones franches de Picardie manifestent
peu d’inquiétude sur les problèmes de sécurité. Même si le phénomène
est plus fréquent qu’ailleurs, seulement un ménage sur dix résidant en zone
franche a été victime d’un cambriolage ou d’une tentative d’effraction
dans l’année qui précède. Les actes de vandalisme dans les immeubles
collectifs sont évoqués par trois ménages y résidant sur dix.
utre les informations sur les tants, agglomérations de référence semble des propriétaires, et entre
caractéristiques des loge- dans cette étude. Par ailleurs, près 55% et 60% des locataires, qui sontO ments occupés et des ména- des deux tiers des résidents en lo- satisfaits ou très satisfaits de leurs
ges, qu’on peut trouver par ailleurs gement individuel se déclarent satis- conditions de logement.
dans les résultats du recensement faits ou très satisfaits, alors que c’est


de la population, la dernière enquête seulement le cas pour un tiers des




logement de 1997 met en avant l’opi- ménages en immeubles collectifs. A

nion des habitants sur leur résidence l’opposé, 18% des ménages des zo-



et leur désir de mobilité. C’est un des nes franches trouvent leurs condi- !
volets novateurs pour approcher les tions de logement insuffisantes ou




problématiques des quartiers sensi- très insuffisantes. Ce ratio est trois



bles. fois plus faible dans les aggloméra-
L’appréciation des conditions de tions de référence.
logement diffère selon le type d’ha-
bitat, le statut d’occupation et le type Les locataires HLM,
de ménage. Mais l’environnement les moins satisfaits
immédiat du logement, comme la
sécurité d‘accès à l’immeuble, les Trois ménages sur quatre parmi
bruits subis de la part du voisinage les propriétaires, accédants ou non,
ou la proximité des équipements, est considèrent leurs conditions de loge-
aussi un facteur d’appréciation. ment satisfaisantes ou très satisfai-
Seulement 43% des ménages ré- santes. Chez les locataires, la pro-

sidant dans les zones franches portion de ménages exprimant la



d’Amiens, de Creil ou de Saint-Quen- même opinion s’élève seulement à


tin se déclarent satisfaits ou très sa- 27% pour le secteur HLM et à 34%

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin