Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Station du Néolithique moyen à la pointe du Payré, Jard-sur-Mer (Vendée) - article ; n°1 ; vol.72, pg 333-342

De
11 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1975 - Volume 72 - Numéro 1 - Pages 333-342
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Roger Joussaume
Pierre Perray
Station du Néolithique moyen à la pointe du Payré, Jard-sur-Mer
(Vendée)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1975, tome 72, N. 1. pp. 333-342.
Citer ce document / Cite this document :
Joussaume Roger, Perray Pierre. Station du Néolithique moyen à la pointe du Payré, Jard-sur-Mer (Vendée). In: Bulletin de la
Société préhistorique française. 1975, tome 72, N. 1. pp. 333-342.
doi : 10.3406/bspf.1975.8338
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1975_hos_72_1_8338■

:

Bulletin de la Société préhistorique française, tome 72, 1975, Etudes et Travaux
Station du Néolithique moyen à la pointe du Payré,
Jard-sur-Mer (Vendée)
par Roger Joussaume (*) et Pierre Perray (**)
Le site de la Pointe du Payré fut découvert dans le Nord de la Vendée (Coëx, 2) et jusque dans le pays de
Retz (3), le Choletais (4) et même dans la Vienne (5). en 1960 par P. Perray et Ch. Sacchi, au cours
— Le Chasséen à vase-support récemment mis en évidence à d'une promenade, alors qu'ils s'abritaient auprès
la Pointe du Veillon (R.J.) et encore inédit, que l'on connaît d'un buisson de chênes verts. L'existence à la
en Vendée aux Châtelliers-du-Vieil-Auzay (6). surface du sable, de quelques tessons de cér
— Le Néolithique Final et le Chalcolithique un peu partout, amiques et éclats de silex les amena à prospecter
avec le débitage côtier si caractéristique qui plonge ses racines une zone d'environ 5 m de large et 10 m de dans des traditions bien antérieures. long. Ils recueillirent là un lot important de — Le Campaniforme également abondant sur les sites de silex et poteries qui présente un grand intérêt Bourgenay et l'Anse de la République (7) mais aussi dans le du fait de la méconnaissance du Néolithique tumulus du Paradis-aux-Anes (8) et le dolmen du Grand- Moyen dans cette région. Il faut souligner que Bouillac (9). la récolte fut faite uniquement dans la couche
de sable qui surmonte la falaise. Il s'agit donc Aucune structure ne fut reconnue lors du
d'un milieux sableux absolument inculte à ramassage qui consiste uniquement en silex et
proximité immédiate de la falaise. Il est assez tessons de poteries.
difficile de connaître les limites exactes du site
recouvert d'une couche de sable plus ou moins INDUSTRIE LITHIQUE. épaisse, mais il semble que les inventeurs ont
à peu près sondé tout l'espace occupé. Peut-être Elle est presque exclusivement réalisée à partir
d'autres emplacements à proximité furent-ils d'un silex gris dont le gisement d'origine pourraussi des lieux d'habitats plus ou moins tempor ait être également littoral à quelques kil
aires, nous ne pouvons nous prononcer dans omètres de là. l'état actuel des choses.
Le littoral atlantique entre Les Sables-d'Olonne
et Longeville montre partout des traces impor
tantes d'occupation préhistorique. Nous citerons n» Coëx (2)8, (Vendée). Joussaume pp. 240-243. Bulletin R. (1969) de la — Société Mésolithique Préhistorique et Néolithique Française, à
pour mémoire (fig. 2) :
(3) Tessier M. (1965) — Gisements tardenoisiens de surface — Le Paléolithique : essentiellement dans la coulée de soli- de la pointe St-Gildas, communes de Préfailles et Ste-Marie fluxion qui uniformise toute cette région silex moustériens. (L.-A.). Bulletin de la Société Préhistorique Française, n° 3, pp. XCIH-XCVI, 1 flg. — L'Epipaléolithique : abondamment représenté avec les sites (4) Cassens S. (1975) — Technique de fabrication des micro- de Bel-Air et St-Jean-d'Orbestier découverts par l'Abbé Robin lithes. Sciences, Lettres, Arts, n° 13, pp. 17-23, 3 flg. ainsi que ceux de la Mine et la Pointe du Payré que nous avons (5) Patte E. (1971) — Quelques sépultures du Poitou, du découverts (R.J.). Ib sont caractérisés par l'armature à éperon et Mésolithique au Bronze Ancien. Gallia Préhistoire, tome XIV, la flèche du Châtelet (1), industrie lithique que l'on retrouve fascicule 1, pp. 139-244, 50 flg.
(6) Joussaume R. (1972) — Les fouilles du docteur Guérin sur l'éperon des Châtelliers-du-Vieil-Auzay (Vendée). Bulletin de la Société Préhistorique Française, tome 69, Etudes et Travaux, fascicule 1, pp. 417-429, 10 flg. (*) Roger Joussaume, Laboratoire de Préhistoire du Muséum (7) Joussaume R. (1969) — Station préhistorique de l'Anse d'Histoire Naturelle, L.A. 184 — Institut de Paléontologie de la République, St-Hilaire-de-Talmont (Vendée). Bévue du Humaine, 1, rue René-Panhard, 75013 Paris. Bas-Poitou et des Provinces de l'Ouest, nos 3-4.
(**) P. Perray, 43, rue du Palais, 85100 Les Sables-d'Olonne. (8) Joussaume R. (1968) — Tumulus campaniformes à Jard (Vendée). L'Anthropologie, tome 72, nos 5-6, pp. 545-551, 3 pi. (1) Joussaume R., Rozoy J.-G. et Tessier M. (1970) — Deux nouveaux types d'armatures épipaléolithiques dans l'Ouest. (9) Chaigneau P.-R. et Sacchi D. (1965) — Les mobiliers archéologiques de quelques dolmens de Vendée. Bulletin de la Etudes préhistoriques et protohistoriques des Pays de la Loire, volume 1, pp. 11-20, 2 flg. Société Préhistorique Française, tome LXII, n° 2, pp. 386-396.
333 .
.

que quelques ramassages furent effectués dans
la coupe même de falaise ; elles peuvent donc
provenir d'un niveau inférieur.
Décompte de l'industrie lithique en dehors de
trois pièces précédemment citées.
Grattoirs simples sur éclat (fig. 4, nos 6 à 11) 11 sur éclat denticulé (fig. 4, nos 6 à 11) 2
Grattoir burin (fig. 5) 1
Burin sur éclat denticulé 1
Raclette (avec coche inverse) 1
Racloir (5 cm X 3 cm) 1
Perçoirs 2
nos 1 à 5) 10 Couteaux à dos abattu (fig. 4,
Pièces esquillées 3
Eclats denticulés 4
1. — Dolmen des Cous et site de la Pointe-du-Payré Fig. Lames retouchées (fig. 3, nos 1 à 7) 6 (Vendée). (7,5 cm X 2,5 cm — 7 cm X 2 cm — 4,5 cm X 2 cm
5,5 cm X 2,5 cm — 6 cm X 2,5 cm — 5,5 cm X 3 cm)
Fragments de lames retouchées (dont une avec action the
rmique) 5
Lames brutes 11
(5 cm X 2 cm — 5,5 cm X 2 cm — 4,5 cm X 2 cm
4 cm X 1,5 cm — 5 cm X 3 cm — 4,5 cm X 2 cm
4 cm X 1,5 cm — 4 cm X 2 cm — 4 cm X 2 cm
7 cm X 2 cm — 5 cm X 2 cm)
Fragments de lames brutes (2,5 cm < L < 3,5 cm) 5
Lamelles brutes (3 cm < L < 4 cm) (fig. 3, nos 8 à 13) 18
Fragments de lamelles brutes (1 cm < L < 3 cm) 12
Fragment de lame ou éclat à retouche abrupte des 2 bords
(A.T.T. ?) 1
Eclats retouchés 43
Fig. 2. — Les sites préhistoriques du littoral atlantique entre Eclats bruts 80 La Mine (commune de Talmont-Saint-Hilaire) et Belesbat (commune de Saint-Vincent-sur-Jard). Pour être complet il Lame à crête 1 faudrait ajouter qu'une industrie paléolithique (Moustérien) Nucleus 35 se rencontre dans la coulée de solifluxion qui couvre toute cette région et que de nombreux silex du Néo-chalcolithique Hache polie (1 grand fragment en roche verte) 1 régional (« débitage côtier ») jonchent la base des dunes sur le littoral.
Cette industrie lithique est donc caractérisée
par l'abondance des lames retouchées et des
couteaux à dos. On remarque l'existence de Ce qui surprend au premier abord c'est la
burins dont l'un, exceptionnel par ses dimensqualité de cette industrie, qualité à laquelle nous
ions, fut fabriqué sur un grand grattoir (fig. 5), ne sommes pas habitués avec le « débitage
et de lamelles relativement nombreuses et jamais côtier » (10).
retouchées. Les grattoirs sont de très bonne facTrois pièces, tant par leur morphologie, que ture. par leur nature pétrographique, troublent l'h
omogénéité de cet ensemble : il s'agit de deux La céramique. microburins de base et d'un fragment de triangle
La récupération des tessons de poterie fut scalène élaborés dans un silex différent des
assez pénible à cause de l'humidité qui les renautres pièces. En se référant aux découvertes de
dait très fragiles. G. Bellancourt à la Butte-aux-Pierres (11) on
est en droit de penser que ces pièces sont Les formes reconstituables sont assez peu nomb
contemporaines du reste de l'industrie. Nous ne reuses. Aucun fond plat n'a été rencontré. Nous
le croyons pas car en plus de la différence mor avons pris la peine de dessiner tous les fragments
phologique et pétrographique il faut remarquer de bords qui font que nous pouvons estimer à
environ 50 le nombre de vases dont quelques
débris ont été recueillis.
(10) Joussaume R. (1970) — Les gisements préhistoriques de Types de vases reconnaissables. la côte rocheuse entre les Sables-d'Olonne et Saint-Vincent-sur- Jard (Vendée). Etudes préhistoriques et protohistoriques des — Vases globuleux à col concave (fig. 6 ; fig. Pays de la Loire, volume 1, pp. 21-55, 14 fig. n° 9 et bien d'autres proba11, n° 2 ; fig. 12, (11) Bellancourt G. (1966) — Découverte au voisinage de l'estuaire de la Loire d'un habitat chasséen superposé à un n° 3 ; fig. 12, pratiquement blement tels fig. 11, néolithique à poterie non décorée. Congrès Préhistorique de tous et plusieurs de la fig. 13). C'est de loin le France, pp. 160-168.
334 О 1 5 cm
ю 12 13
Fig. 3. — Industrie lithique du site néolithique de la Pointe du Payré ; 1 à 7 : lames retouchées ; 8 à 13 lamelles brutes.
335 :
Fig. 4. Industrie lithique du site néolithique de la Pointe du Payré ; 1 à 5 : couteaux à dos ; 6 à 11 grattoirs.
336 — Vases globuleux à bord droit (fig. 7, n° 2 ;
fig. 9, nos 2 et 3 ; fig. 10, n° 4 ; et plusieurs de
la fig. 13 probablement).
— Vases globuleux à panse rétrécie sous le
bord (par exemple le n° 4 de la figure 10) qui
font la transition entre le vase globuleux à col
concave et le vase globuleux à bord droit rentrant
ou éversé.
n° —1). Vases globuleux à col cylindrique (fig. 11,
— Coupes (fig. 11, n°4).
Moyens de préhension.
Ils sont peu nombreux et consistent unique
ment en boutons qui peuvent être ronds (fig. 9,
n° 5) ou allongés (fig. 7, nos 1 et 2 ; fig. 8, nos 4) nos 3 et 4). Ils paraissent être 1, 2 et 3 ; fig. 9,
souvent uniques sur le vase et situés non loin
de l'ouverture. Il peut y en avoir plusieurs sur
un même vase et sont parfois rapprochés (fig. 8, Fig. 5. — Industrie lithique du site néolithique de la Peinte du n° 1). Un seul des huit tessons qui portent un Реггау : grattoir — burin.
bouton présente un bouton allongé bifide (fig. 9,
n° 4). Certains sont placés obliquement sur la
n° 2). Notons enfin qu'aucun des type prédominant. Remarquons que le passage paroi (fig. 7,
boutons connus n'appartient à un vase globude la panse au col, s'il est brutal, ne constitue
pas une carène dans le sens exact du terme leux à col concave. Pas un seul autre type de
(notons à ce sujet qu'une carène ne peut être moyen de préhension n'a été reconnu dans cet
ensemble. Il faut toutefois signaler deux tessons obtenue que par la rencontre de deux courbes
portant une perforation biconique (fig. 10, nos 1 convexes et symétriques par rapport à la bissec
trice de l'angle interne qu'elles forment). et 2).
Fig. 6. — Céramique du site néolithique de la Pointe du Payré : vase globuleux à col
concave.
337 :
1
\ 1 , ш
У / f / f i 1 / \ V \ \ \ \ \ ч
Fig. 9. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du
Payré 1 : trois cordons en relief sur un tesson très poreux ; 2 : fragment de vase à fond rond et rebord droit ; Fig. 7. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du 3, 4 et 5 : boutons allongés et ronds (le 4 est bifide). Payré : 1 : vase globuleux (bol) ; 2 : vase probablement à fond rond et rebord droit rentrant ; l'un et l'autre portent un bouton qui est oblique par rapport à l'ouverture sur le n° 2. Décoration.
Elle est très peu connue mais non absente.
Un tesson (fig. 10, n° 5) porte un chevron formé
de la rencontre de quatre lignes incisées parall
èles et de deux lignes incisées parallèles. Un
autre, qui doit appartenir à un autre vase, pré
sente uniquement deux lignes incisées parallèles.
Il nous faut aussi mentionner ce fragment
de n° panse 1). qui porte trois cordons parallèles (fig. 9,
Pâtes et teintes.
Les teintes varient du beige clair au brun
foncé en passant par le rouge.
Les dégraissants sont formés de grains de
quartz ou de calcaire mais souvent nous avons
affaire à une céramique très légère constellée de
petites alvéoles représentant très probablement
l'emplacement d'un dégraissant qui aurait dis
paru. Il s'agissait peut-être de cendre ou d'un
élément végétal, pétri avec la pâte et qui aurait
nos 1 disparu à la cuisson (fig. 8, n° 1 ; fig. 9,
n° 4 ; fig. 11, n° 2 ; fig. 12, nos et 3 ; fig. 10,
0 12 3 4 5 cm 1 et 13).
Il arrive donc que les parois externes soient
Fig. 8. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du rugueuses et couvertes de petits trous mais il
Payré : 1 : deux boutons rapprochés sur un fragment de existe aussi des céramiques fines et bien lissées grand vase ; 2 : fragment d'un bouton allongé ; 3 : rebord tels le petit bol (fig. 7, n° de vase avec une partie horizontal. 1) de teinte beige et
338 limitées par un mur bien construit, large cha
cune de 2,50 m environ. Avec plus de 16 m2 de
surface, la chambre du dolmen à couloir n° 1 des
Cous dallée en opus incertum comme le couloir,
est une des plus grandes chambres funéraires
limitée par des dalles appliquées contre une
muraille en pierres sèches. Ce type de sépultures
à chambre parementée de petites dalles et montée
en encorbellement est très répandu sur la côte
armoricaine, de la Loire-Atlantique au Calvados
et dans les Iles Anglo-Normandes, mais on
connaît aussi quelques dolmens à chambre ronde
10. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du Fig. Payré : 1 et 2 : petites perforations circulaires biconiques dans deux tessons de poterie ; 3 et 4 : rebords de vase ; 5 et 6 : décor de lignes incisées.
noir à l'extérieur, beige à l'intérieur au bouton
collé à quelques centimètres de l'ouverture et
parallèlement à celle-ci, ou le vase globuleux à
col cylindrique (fig. 11, n° 1) également de teinte
beige, ou encore la petite coupe n° 4 de la
figure H.
COMPARAISONS ET CONCLUSIONS.
Les meilleures comparaisons que nous puis Fig. 11. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du sions faire pour cet ensemble archéologique sont Payré : 1 : petit bol cylindrique d'un vase globuleux ; 2 : fragment de vase sphérique à col concave ; 3 : fragment de avec les vestiges recueillis au cours de la fouille bol concave ; 4 : rebord d'un vase hémisphérique ; 5 : du dolmen à couloir n° 1 des Cous à Bazoges- d'un vase à col.
en-Pareds (Vendée). Tout d'abord les fouilles
M. Baudouin et L. Rousseau en 1913 (12), puis
construits en pierres sèches au Sud de notre les fouilles R. Joussaume en 1974 (inédites).
monument vendéen ; à Bougon (Deux-Sèvres),
dans le tumulus E, J.-P. Mohen (13) a reconnu Le dolmen à couloir n° 1 des Cous à Bazoges-
deux dolmens parallèles de ce type ; en Charente en-Pareds. certains de la Boixe appartiennent à ce C'est le type même du monument en tholos à type ; en Charente-Maritime fut détruit en 1853 chambre parementée de dalles dressées, à couloir le fameux tumulus de Peu-Pierroux dans l'Ile de longueur moyenne (5 m, c'est-à-dire sens de Ré, qui contenait plusieurs monuments à iblement supérieure au diamètre de la chambre). chambre à encorbellement. Il est inclus dans un tumulus de pierres (le
Le monument, fouillé en 1913, a fait l'objet cairn) formé de deux enceintes concentriques, de nouvelles recherches en 1974. Brièvement, le
(12) Baudouin M. et Rousseau L. (1914) — L'ossuaire de la (13) Mohen J.-P. (1973) — Les tumulus de Bougon. Bulletin de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, n0< ciste des Cous à Bazoges-en-Pareds. Mémoires de la Société Préhistorique Française, 92 p. 2-3, 55 p.
339 furent découverts dans les déblais des précédents
fouilleurs mais nous avons eu le bonheur de
trouver les restes d'une quinzaine de vases, en
avant du mur de façade, sur 3 m environ de
part et d'autre de l'entrée. Huit d'entre eux font
l'objet de la figure 14. Deux grandes séries se
dégagent de cet ensemble :
— des vases globuleux à col concave (fig. 14, nos 1 à 4).
— des bols simples (fig. 14, nos 5, 7 et 8). Des bols à paroi
sinueuse, c'est-à-dire à panse rétrécie sous le bord éversé
font la transition entre les vases globuleux à ccl concave et
les bols simples à bords droits. Certains bols portent un
bouton qui peut être rond ou allongé.
Les affinités avec le matériel de la Pointe du
Payré sont nombreuses tant dans l'industrie lith
ique à base de lames, lamelles et couteaux à dos,
que dans les formes céramiques : vases globuleux
à col concave et bols ; uniquement des boutons
comme moyen de préhension.
12. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du Fig. Payré : rebords et cols concaves.
matériel recueilli au cours de ces deux fouilles
est le suivant :
a) Industrie lithique.
— 5 armatures à tranchant transversal (fig. 14, nos 11, 12 et
13). Prises dans une lame, elles sont à retouche abrupte des
bords.
— 4 couteaux à dos.
— 5 lames (fig. 14, n° 9).
— 4 lamelles (fig. 14, n° 10).
— 4 grattoirs.
— 1 racloir.
— 35 éclats.
b) Industrie osseuse.
— 5 poinçons.
c) Eléments de parure. Fig. 13. — Céramiques du site néolithique de la Pointe du — 310 perles en calcaire. Payré : rebords. — -21 dentales sciés à l'apex.
— 4 purpura lapillus perforées.
— 23 dents d'animaux perforées à la racine. On trouve des parallèles à ce groupe néoli
— 3 pendeloques en schiste et jadéite (?). thique dans ce que G. Bailloud (14) a appelé
« Chasséen du Bassin Parisien ou Chasséen
d) Céramique. septentrional ». Le vase globuleux à col concave
M. Baudouin et L. Rousseau, comme la plupart est connu à Fort-Harrouard, Sorel-Moussel, Eure-
des fouilleurs de cette époque se sont assez peu et-Loir : à la Brèche-au-Diable dans le Cal-
intéressés à la céramique bien qu'ils en aient
récupéré d'assez nombreux tessons. Ils sont
(14) Bailloud G. (1964) — Le Néolithique dans le Bassin actuellement dans une collection privée et nous Parisien. 2e supplément à Gallia Préhistoire, 394 p., 51 flg., ne les connaissons pas. En 1974 quelques tessons 7 pi. photo.
340 0 1 2 3 4 5
7jg. 14. Quelques vestiges archéologiques recueillis lors de la fouille en 1974 du dolmen à couloir des Cous à Bazoges-
en-Pareds : . 1 à 4 .._... : vases globuleux gl. à col concave ; 5 à 8 : bols avec ou sans bouton ; 9 : lame retouchée ; 10 : lamelles brutes ; 11 à 13 : armatures à tranchant transversal à retouche abrupte des bords.
341

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin