Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Supplément à l'inventaire des instruments perforés pour les départements de Charente, Charente-Maritime et Gironde - article ; n°1 ; vol.72, pg 368-381

De
15 pages
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1975 - Volume 72 - Numéro 1 - Pages 368-381
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

A. Coffyn
J. Gachina
J. Gomez
Supplément à l'inventaire des instruments perforés pour les
départements de Charente, Charente-Maritime et Gironde
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1975, tome 72, N. 1. pp. 368-381.
Citer ce document / Cite this document :
Coffyn A., Gachina J., Gomez J. Supplément à l'inventaire des instruments perforés pour les départements de Charente,
Charente-Maritime et Gironde. In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1975, tome 72, N. 1. pp. 368-381.
doi : 10.3406/bspf.1975.8340
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1975_hos_72_1_8340Bulletin de la Société préhistorique française, tome 72, 197л, Etudes et Travaux
Supplément à l'inventaire des instruments perforés
pour les départements de Charente,
Charente-Maritime et Gironde
par .1. Gachina, J. Gomez et A. Coffyn
Un certain nombre d'instruments perforés 2. Idem.
inédits ayant été portés à notre connaissance Ancienne collection Favraud, Faculté des depuis la publication d'un inventaire pour la Sciences de Poitiers. Charente-Maritime (Coffyn et Gachina, 1969), il Demi-bipenne en basalte très altéré, selon nous paraît utile d'en faire maintenant les la détermination donnée par le laboratoire de descriptions en complément des travaux de géologie de la Faculté des Sciences de Poitiers recensement déjà entrepris. Certaines pièces sont (fig. 1 A, n° 2). Une face présente une surface des trouvailles récentes, dont une en stratigraphie
légèrement concave, l'autre est plane. La peravec datations С 14 sur un chantier de sauvetage foration est cylindrique de 18 mm de diamètre du site de La Sauzaie, commune de Soubise, Cha environ ; largeur actuelle du tranchant : 36 rente-Maritime. Afin de ne pas alourdir le texte mm ; longueur du fragment : 57 mm ; largeur de cet inventaire, mais pour donner cependant maximum actuelle : 35 mm ; épaisseur au quelques précisions sur la position stratigra-
niveau de la perforation : 27 mm. La longueur phique et le matériel associé à cette pièce, nous primitive de cette bipenne peut être évaluée à reporterons en annexe I les indications utiles. 125 mm approximativement. Les analyses pétrographiques d'un certain
Ces deux instruments portent à six le nombre nombre d'objets seront données en annexe II
de ces objets actuellement connus dans le déparpar C.-T. Le Roux.
tement de la Charente, dont nous rappelons
brièvement la liste (carte, fig. 2). CHARENTE. 3. — Maumont.
1. — Camp de Bois-Menu, commune de l'Isle- Bipenne cordiforme en grès de l'usine de d'Espagnac. Maumont, près d'Angoulême (Trémeau de Roche-
Demi-hache-marteau (?) (fig. 1 A, n° 1) trouvée brune, 1865).
en 1905. Collection Denis, Musée de la Société 4. — Edon. Hist, et Archéol. de la Charente.
Sphéroïde de la grotte de la Gélie (Patte, 1941). Façonnée dans une roche d'origine volcanique 5. — Saint-Quentin-de-^Chalais. probable, une cassure récente laisse voir une
couleur noirâtre alors que la surface est d'un Hache-marteau, au Musée de Rochechouart
gris clair par altération. Une ancienne étiquette (Riquet, 1959).
porte comme indications : « Anse de vase en 6. — Cognac. syénite cristalline verte. Camp de I3ois-Menu Bipenne symétrique trouvée aux environs de près Angoulême, 1905 ». Ce fragment repré
cette ville (Riquet, 1955). sente la partie portant le tranchant de l'instr
ument, tranchant non pas aigu, mais offrant une Il est curieux de constater la relative rareté
facette de 5 mm dans sa plus grande largeur. des instruments actuellement connus dans
La perforation est régulièrement cylindrique, ce département en regard des découvertes
d'un diamètre de 26 mm. La largeur de l'outil recensées dans les régions voisines (Charente-
peut être évaluée à 56 mm et l'épaisseur à Maritime, Gironde, Dordogne) et nous pouvons
40 mm environ. penser que ce n'est pas là le reflet de la réalité.
368 Illustration non autorisée à la diffusion
1. — A. Charente : №s 1 et 2, Camps de Bois-Menu, PIsle-d'Espagne (1, coll. Denis, Musée de la Soc. Hist, et Archéol. Fig. de la ; 2, Ane. coll. Favraud, Fac. des Sciences de Poitiers). — B. Charente-Maritime : № 1, Barzan (coll. Voisin et Tillier, Royan). № 2, La Sauzaie 2 b. Echelle valable pour tous les objets. C. Gironde : N° 1, Ligueux « Picat » ; 2, Ligueux « Les Creux » (1 et 2 coll. Marvy) ; 3, Pavie à Saint-Emilion (coll. Fayard, Musée de St-Émilion) ; 4, Langoiran (Musée d'Aquitaine) ; 5, Roanne à Villegouge (coll. A. Coffyn).
3, n° 2), le tranchant est très endommagé par CHARENTE-MARITIME.
des cassures, on y remarque des traces d'écra
sement. Les faces sont concaves et le tranchant 1. — La Sauzaie, commune de Soubise (sau s'élargit symétriquement. Longueur du fragvetage, J. Gachina).
ment : 77 mm ; largeur : 37,8 mm ; largeur Fragment d'une belle naviforme (fig. 3, n° 1). actuelle du tranchant : 38,5 mm ; épaisseur Les deux faces sont évidées, le tranchant régulière de 22 mm de diamètre environ ; la arrondi et relevé. Longueur du fragment : longueur primitive de cet instrument peut être 65,3 mm ; largeur : 44,2 mm ; épaisseur au évaluée approximativement à 160 mm. Cette niveau de la cassure : 21,4 mm ; largeur du hache parfaitement polie a été façonnée dans tranchant : 30 mm ; poids : 95 g. La roche une belle dolérite de couleur vert sombre (anest une hornblendite du type С (annexe II) nexe II), sa position stratigraphique se situe entièrement polie, la couleur rose-orangé est due à un niveau supérieur à celui de la bipenne au fait que cette hache a subi l'action d'un précédente mais, chronologiquement, également feu violent, ce qui est confirmé par la couche voisine de 2400 av. J.-C. stratigraphique qui l'a livrée (terre brûlée). Le
matériel associé appartient à la civilisation peu- 2 b. Idem. richardienne, les С 14 obtenus permettent de
dater cette naviforme entre 2460-2410 ± 120 Egalement sur le même site, dans un sondage
av. J.-C. (annexe I). par C. Gabet, un fragment de hache-marteau
a été trouvé dans une lentille cendreuse. Il est en 2. — Idem. roche gris-bleuté, constellé de minuscules cri
Sur le même site (sauvetage par C. Gabet), staux brillants (annexe II). Le polissage est altéré
une demi-bipenne cassée à la perforation (fig. sur le côté où se voit un concrétionnement de
369 VENDEE
Fig. 2. — Carte de répartition des instruments perforés actuellement connus en Charente, Charente-Maritime, Gironde (les
numéros sont ceux qui ont été utilisés dans le texte).
370 5. — Le Treuil-Bonnin, commune de Sainte- terre cendreuse qui atïecte surtout la cassure
au niveau de la perforation. Ce fragment est Gemme, canton de Saint-Porchaire. Collection
issu de plusieurs cassures anciennes (transver P. Bertrand.
sale et longitudinale), il représente approxima
n° Fragment 5). Notre de inventaire bipenne de trouvé 1969 était en 1968 à l'impres(fig. 3, tivement le quart de l'instrument. Ces cassures
ont préservé une faible portion de la perforation sion lorsque nous avons eu connaissance de en partie dégradée, qui devait être biconique avec cette trouvaille que nous n'avions alors pu que un évasement accentué à l'ouverture. Sur le citer en additif. C'est un fragment d'une bipenne talon très endommagé, il ne subsiste que quel façonnée dans une roche dure de couleur gris ques minuscules traces de polissage. Une face clair superficiellement, tandis qu'une cassure était convexe, l'autre au contraire montre une récente laisse apparaître une couleur sombre, légère concavité. Le côté est de section convexe légèrement verdâtre, que C.-T. Le Roux, après et garde à l'approche de la perforation, l'amorce examen à l'œil nu, nous avait indiqué à l'époque d'un renflement périorificiel. La cassure longi et sous réserve d'une analyse plus approfondie, tudinale a subi une légère usure (début de polis comme une dolérite probable. Entièrement polie, sage ?) qui en a atténué quelques reliefs. Lon elle présente une concavité assez marquée sur gueur actuelle du fragment : 59 mm ; poids : les deux faces (environ 2 mm de creux), Cassée 80,2 g (fig. 1 B, n° 2). à la perforation, le tranchant lui-même a disparu.
La perforation est cylindrique d'un diamètre de 3. Saint-Martin-de-Villeneuve. 25 mm ; longueur du fragment : 72 mm ; lar
Les collections de la Faculté des Sciences de geur maximum : 44,6 mm ; épaisseur au niveau
de la perforation : 37,3-36,7 mm ; poids : 150 g. Rennes n° 3) cassée gardent à un la fragment perforation de bipenne et également (fig. 3,
6. — Les Brandes, commune de Champagne, amputée de l'extrémité fonctionnelle. Les deux canton de St-Agnant, arrondissement de Roche- Collection" faces sont faiblement concaves, la perforation fort. P. Morot. légèrement biconique a ses orifices marqués par
un évasement un peu plus accentué. Longueur Fragment de bipenne (?) possible, trouvé en
1971 (fig. 3, n" 6). Objet très dégradé qui a du fragment : 44 mm ; perforation de 19 mm
de diamètre environ (annexe II). C'est une trou gardé cependant quelques traces de polissage.
En roche de couleur grisâtre clair superficielvaille ancienne et, nous avons dû nous livrer
lement, les surfaces polies ont pris une couleur à des recherches pour retrouver ce lieu de pro
venance qui ne figure sur aucune carte actuelle. sombre (dolérite) (annexe II j. Longueur du
fragment : 65 mm ; largeur : 35 mm maximum ; Notre enquête nous a fait connaître que cette
29 mm minimum. L'état de cet objet ne permet commune a été débaptisée vers 1925 et porte
guère d'apprécier sa forme primitive, aussi nous aujourd'hui le nom « La Grève-sur-Mignon »,
ne l'indiquons qu'avec réserves. canton de Courçon-d'Aunis, arrondissement de
La Rochelle. Nous avions également cité, en 1969, deux
fragments de haches naviformes qui étaient
4. — La Chadenne, commune de Rétaud, can signalées dans un bulletin de la Société de Géoton et arrondissement de Saintes. graphie de Rochefort (2e série, t. II, n° 1, 1967,
p. 6), l'un provenant d'Etaules, l'autre de Saint- Hache-marteau (fig. 3, n" 4) trouvée il y a Crépin. Nous avons pu depuis étudier ces objets. quelques années au cours de travaux agricoles, Celui d'Etaules est à rayer de la liste des instruelle est entière et de conservation parfaite. C'est ments perforés car il s'agit en fait d'un tranun outil de forme assez particulière ; à partir chant de hache polie en roche dure (dolérite A), du tranchant, il s'élargit régulièrement jusqu'au dont la forme n'est pas sans rappeler quelque niveau de la perforation où prend naissance une peu certains tranchants de naviformes, par sorte d'épaulement qui se prolonge en s'élargis- contre la faible épaisseur laisse difficilement sant faiblement jusqu'au sommet qui est arrondi penser que cet instrument ait pu être perforé. et sur lequel se voient des marques d'écrase Notons que le tranchant offre une facette de ments. La perforation est légèrement biconique
3 mm de largeur parfaitement polie comme le de 31,5-32 mm de diamètre extérieur ; intérieur
ovalisé 28 X 26 mm ; longueur totale de l'in reste n" 4) de pour l'outil, en nous montrer en donnons l'originalité. le dessin Par contre (fig. 4,
strument : 106,6 mm ; largeur maximum : 49 le fragment signalé pour Saint-Crépin s'avère mm ; épaisseur au sommet : 33;5 mm ; épais une pièce de choix. seur au tranchant : 30,3 mm ; poids : 268 g.
Façonnée dans une roche noire verdâtre (annexe 7. — Le Frêne, commune de Saint-Crépin, II), elle est entièrement polie. arrondissement de Rochefort. Collection P.
Bitaubé. Nous n'avons pas trouvé de parallèle exact
pour cette hache-marteau. Si le renforcement Demi-naviforme de grande taille à tranchant
relevé (fig. 4, n° 5). Longueur du fragment : périorificiel est bien connu sur un certain
1 18 mm ; largeur : 73,5 mm ; largeur du trannombre d'instruments (Vendée, Deux-Sèvres,
etc.) il se limite à la perforation, le corps de chant : 55,7 mm ; épaisseur : 35-35,5 mm ;
l'outil reprenant ensuite sa largeur à peu près poids : 525 g. La longueur présumée pouvant
être de 230 mm environ. La perforation est initiale.
371 Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 3. — Charente-Maritime : № 1, La Sauzaie, Commune de Soubise, chantier J. Gachina ; 2, Idem, chantier С Gabet ;
3, Saint-Martin-de-Villeneuve (act. La Grève-sur-Mignon) (Fac. des Sciences de Rennes) ; 4, La Chadenne, Rétaud (coll. Bouquet) ; 5, Le Treuil-Bonnin, Sainte-Gemme (coll. P. Bertrand) ; 6, Les Brandes, Champagne (coll. P. Morot) ; 7, Charente-Maritime, authenticité douteuse (Musée municipal d'Angoulême) ; 8, Origine inconnue (Muséum d'Histoire Naturelle, La Rochelle).
372 Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 4. — Charente-Maritime : № 1, La Terre des Pots, Ozillac (Musée de la Soc. Archéol. de Jonzac) ; 2, Saint-Eugène (coll. P. Bernard) ; 3, Les Herses, La Vallée (coll. Burgaud, Musée de la de Géogr. de Bochefort) ; 4, Etaules (même musée) ; 5, Saint-Crépin « Le Frêne » ; 6, Charente-Maritime (5 et 6, coll. P. Bitaubé).
373 cylindrique de 32 mm de diamètre « Les Herses », signalé par P. Burgaud, nous régulièrement
n'avions pas pu retrouver l'objet dans la partie et porte des traces de rotation de l'outil de
forage. Ce bel instrument est entièrement poli de sa collection déposée au Musée de la Société
et façonné dans une roche vert clair grisâtre de Géographie de Rochefort. Depuis, un fragment
mouchetée de cristaux noirs (hornblendite C) de hache-marteau dont la perforation est restée
(annexe II), 2 profondes rayures récentes ont inachevée a été retrouvé à l'école de La Vallée
endommagé la face inférieure, tandis que la face où Burgaud a longtemps enseigné, et a été décrit
supérieure porte un fort concrétionnement cal dans une courte note par l'un de nous (Gachina,
1972). Nous avons toutes raisons de croire qu'il caire (non reproduit sur notre dessin). La cas
sure de cette bipenne paraît assez récente, plus s'agit du même instrument. C'est un outil cassé,
l'amorce de perforation que l'on voit sur les récente en tous cas que la période de concré
tionnement, car en effet, elle n'en est pas affectée. deux faces est due à une réutilisation d'ailleurs
abandonnée avant son achèvement. Ces débuts 8. — La Terre-des-Pots, commune d'Ozillac, de perforation se présentent sous la forme de canton et arrondissement de Jonzac. Musée de cuvettes ovales de 30-32 X 24 mm et 5 mm de la Société Archéologique de profondeur, elles ont été obtenues par piquetage,
Pic double ou pioche (fig. 4, n" 1). C'est une le reste de l'outil étant poli. Le talon porte des
pièce curieuse en roche noirâtre (annexe II) étoilures de perdition (fig. 4, n° 3). La roche
entièrement travaillée par piquetage et début de est une rhyolite gris jaunâtre, selon la déte
rmination de C.-T. Le Roux effectuée à la demande polissage. Longueur : 232 mm ; largeur max
imum : 44 mm ; poids 710 g. Section subcircul de M. Rouvreau (annexe II).
aire, la face inférieure est irrégulièrement plane 11. Barzan. Collection Tillier-Voisin. et imparfaitement polie, ce polissage semble pour
L'un de nous (A. C.) avait anciennement pu une partie assez récent (probablement dû à un
étudier cette pièce citée par J.-R. Colle (Colle, malencontreux essai d'utilisation comme pierre
1969). Il s'agit en fait d'un fragment de bipenne, à affûter, surtout sur une des extrémités) qui a
mais non naviforme (fig. 1 B, n° 1). Cette pièce cependant laissé subsister par endroits des
est très usée, cassée à la perforation, le tranchant témoins de piquetage accusant une faible défor
a également été amputé. Roche gris-noir. Lonmation au moins pour une des pointes. Sur cette
gueur : 93 mm ; largeur : 41 mm ; épaisseur : même face se trouve une amorce de perforation
20 mm. Perforation cylindrique dont les bords obtenue également par piquetage et qui se pré
sont légèrement évasés ; diamètre : 19-20 mm sente sous la forme d'une cuvette ovale de 31 X
environ. Il est à noter l'épaisseur relativement 23,5 mm, profonde de 5 mm. Sur la face supé
faible de cet instrument. L'état de la pièce ne rieure, à l'opposé de l'amorce de perforation, se
permet guère une appréciation précise de sa trouve une sorte de bourrelet de faible hauteur
longueur primitive. et de forme circulaire, légèrement déporté sur
un côté, laissant en son centre une faible dépres 12. — Provenant de Charente-Maritime, mais sion partiellement polie. Les deux extrémités de de localisation actuellement oubliée, nous avons cet objet sont terminées par une pointe mousse. pu étudier une très jolie moitié de bipenne de Il semble que nous ayons là un instrument la collection P. Bitaubé. abandonné en cours de fabrication. C'est une moitié de grande bipenne syméNous n'avons pas trouvé d'objet permettant trique de forme élancée (fig. 4, n" 6). Longueur
une comparaison avec cette pièce, plusieurs du fragment : 135 mm ; largeur : 51,5 mm ;
collègues consultés n'ont pu hélas nous apporter épaisseur : 31 mm ; largeur du tranchant :
les précisions souhaitées. 47,5 mm ; perforation cylindrique de 24 mm de
diamètre, portant des traces de rotation de l'outil 9. — Saint-Eugène, canton d'Archiac, arron de forage ; poids : 409 g. La longueur primitive dissement de Jonzac. Collection P. Bernard. de cette bipenne peut être évaluée à 262 mm
environ. Façonnée dans une roche dont la patine n° Marteau-double 2). Trouvaille sans ou contexte. masse bipointes Roche gris (fig. clair 4, est de couleur gris jaunâtre avec cristaux noirs,
verdâtre (annexe II). Cet outil a été façonné par une rayure récente montre une couleur interne
un polissage assez grossier, forme générale ovale, gris verdâtre (hornblendite C) (annexe II). L'alté
les deux extrémités sont mousses et portent des ration de la surface n'a laissé de traces du
marques d'écrasement. La perforation est bico- polissage initial que sur les cristaux noirs plus
nique largement évasé, son axe n'est pas perpend durs. Les deux faces sont planes, un très léger
iculaire à l'axe longitudinal de l'outil. Lon filet de 1 mm de relief limite la jonction avec
gueur : 87,4 mm ; largeur : 01 mm ; épaisseur les côtés, ce qui nous fait comparer cette
maximum : 38 mm ; diamètre minimum de la bipenne à celle de Castelnaud-Montratier (Lot),
perforation : 18,5 mm ; maximum : 32-34 mm ; cependant un peu plus courte que la nôtre,
poids : 288,15 g (Tutard, 1972). 230 mm (Cordier, 1964), ou à la bipenne draguée
dans la Saône à Mantoche (Haute-Saône) (Thé- 10. — La Vallée, canton de Saint-Porchaire, venin, 1960) (la figuration de la coupe fait arrondissement de Saintes. ressortir des filets semblables à notre bipenne,
alors que la description indique... « fines canneNous avions précédemment (1969) indiqué un
fragment de hache-marteau provenant du lieu-dit lures longitudinales »).
374 — Bien qu'étant d'origine inconnue, nous uns ne nous étaient connus que par bibliographie 13.
signalons une grosse hache perforée qui se ou des renseignements aimablement communiq
trouve au Muséum d'Histoire Naturelle de La ués, nous avons pu depuis étudier certaines de
Rochelle, don du Baron Alquier, n" P. H. 557. ces pièces et nous sommes amenés à faire quel
C'est une pièce de grande taille (fig. 3, n° 8), ques rectifications : le fragment de naviforme
longue de 226 mm ; large de 77 mm ; épaisseur : signalé provenant d'Etaules est à éliminer,
comme il a été dit plus haut, de même que le 57 mm, le sommet est arrondi. Perforation régu
lièrement cylindrique d'un diamètre de 31 mm, fragment sans origine du Musée Fleuriau à la
dont l'axe n'est pas perpendiculaire à l'axe lon Rochelle (qui n'était pas pris en compte dans
gitudinal (environ 4° d'inclinaison). Façonnée les instruments recensés), il s'agit en fait d'un
dans une roche noire avec de grands cristaux fragment de hache polie en silex dont la cassure
fortement ondulée imite une cassure de perfoblancs, elle est entièrement polie et patinée, il
ration. Aux neuf instruments restants s'ajoutent reste cependant quelques traces de piquetage.
Le donateur était une personnalité rochelaise, les 10 du présent supplément.
une origine locale semble possible mais ne peut Du plagiat de notre travail de 1969, publié par pas être affirmée. Cette hache trouve sa réplique J.-R. Colle (Colle, op. cit. 1969) outre le fragment avec celle du Musée de Royan, signalée par J.-R. de bipenne de Barzan de la collection Tillier-
Colle, comme provenant de Béloire, près de Voisin décrit plus haut, nous ne retiendrons Meschers (Colle, 1969, op. cit.), cette pièce est avec réserves que deux instruments parmi ceux cependant plus courte, longueur : 180 mm. qui étaient ajoutés : hache-marteau de Beloire,
près de Meschers, fragment de bipenne de 14. — Le Musée municipal d'Angoulême pos Cordie. Le reste, à une ou deux exceptions près sède une curieuse hache perforée en calcaire n'étant qu'un lot de faux qui, malgré une appadur ; collection Lhomme, n° 1645. Elle provien rente dispersion des trouvailles présumées, prodrait de Charente-Maritime, sans plus de préci viennent du même atelier et, à la différence des sion. Cette pièce (fig. 3, n° 7) possède une perfo faux dont il est parlé plus haut, la mauvaise ration très irrégulière, biconique, l'outil de imitation ne laisse pas place au doute. forage ayant été fréquemment dévié par la
rencontre de débris fossiles très durs. Le tran Le département de la Charente-Maritime
chant aigu est plus étroit que le corps de la compte donc actuellement 21 instruments per
hache et l'allure générale est celle d'une hache forés dont 20 ont une origine connue (fig. 2),
polie de type classique ; le talon est pointu, la une pièce provient du département sans locali
section ovalaire. L'axe de la perforation forme sation précise connue.
un angle de 95° environ avec l'axe longitudinal,
de même l'axe du tranchant est dévié de 10° GIRONDE. par rapport à celui de la perforation. Longueur :
167 mm ; largeur au : 43 mm ; lar A la suite de la note de l'un de nous sur les
geur maximum : 54 mm ; épaisseur maximum : instruments perforés du Musée de Libourne
42 mm ; diamètres de la perforation : 25 et (Coffyn, 1962), quelques collègues ont tenu à
13-14 mm. Cette hache bizarre possède une belle nous faire connaître des objets inédits ou à
patine d'un roux parfois noirâtre, mais nous signaler des omissions. Nous les assurons
laisse perplexe quant à son authenticité, d'au de notre gratitude.
tant que l'un de nous (J. G.) vient de découvrir 1. — Ligneux, au lieu-dit « Picat », collection un certain nombre de fausses haches perforées
Marvy. dans les réserves du Musée de Cognac, quelques-
unes très ressemblantes à celle qui vient d'être Un fragment de bipenne trouvé en 1948. Lon
décrite, toutes façonnées dans le même calcaire ! gueur : 72 mm ; largeur : 45 mm ; épaisseur
Un atelier de Saintonge, celui du sieur Gratiot au niveau de la perforation : 35 mm ; tranchant :
à Juicq, a produit vers le début du siècle une 39 mm ; cylindrique de 29 mm de
importante quantité de faux objets préhisto diamètre environ. En roche noirâtre, les faces
sont légèrement concaves (fig. 1 С, n° 1). riques de toutes sortes qui ont abusé bon nombre
de naïfs de l'époque. Malheureusement, certaines 2. — Ligueux, au lieu-dit « Les Creux », colde ces pièces se retrouvant dans des collections
lection Marvy. parmi des objets authentiques, risquent encore
de causer des erreurs ; il convient donc d'être Fragment de bipenne en roche brune d'appa
assez méfiant, aussi nous ne tiendrons pas rence schisteuse. Longueur : 67 mm ; épaisseur
compte de cet instrument cité pour mémoire (1). au niveau de la perforation : 27 mm ; tran
chant : 28 mm ; cylindrique de L'inventaire de 1969 recensait 10 instruments 22 mm de diamètre (fig. 1 С, n° 2). perforés pour la Charente-Maritime, quelques-
3. — Saint-E milion, collection Fayard.
Demi-bipenne en diorite trouvée au Château
(1) Depuis la rédaction de ce travail, après comparaison de Pavie. Longueur probable à l'origine : 170 mm ; cette pièce avec les faux du Musée de Cognac, nous avons pu nous convaincre de la provenance du même atelier de ces largeur maximum actuelle : 44 mm ; épaisseur objets. Il est donc à considérer que l'instrument du Musée au centre : 30 mm ; tranchant : 35 mm (fig. d'Angoulême est aussi un faux. Un article sur ce sujet est 1 С, п° 3). en projet par l'un des signataires de ces lignes (J. Gomez).
375 — Langoiran. 11. — Ligueux. 4.
Fraginent de sphéroïde en diorite d'un diamètre Bipenne draguée devant Langoiran en 1884.
de 72 mm et de 34 mm d'épaisseur ; perforation C'est un bel instrument en roche schisteuse. Les
de 22 de diamètre (Ferrier, 1948). faces sont légèrement concaves et les tranchants
inégaux. Elle offre une certaine ressemblance 12. — La Réole. avec celle de Berson. Longueur : 132 mm ; lar
La collection Queyron renferme un caillou geur : 53 mm ; épaisseur au niveau de la per
incomplètement perforé provenant de cette ville foration : 30 mm ; largeur des tranchants : 30
(Ferrier, 1937 et 1941). et 32 mm ; perforation cylindrique de 27 mm
de diamètre avec évasement au départ sur chaque 13. — Bègadan, lieu-dit « Laujac ». face (fig. 1 €, n° 4).
« Casse-tête » en granit présenté en 1901 à — Un autre instrument perforé (hache-mar la Société Archéologique de Bordeaux par M.
teau ?) aurait également été dragué devant Lan Meller. Il fut alors qualifié de gaulois, mais il
goiran vers 1900. s'agit sans nul doute d'un instrument perforé,
le seul qui semble connu en Médoc (Meller, 5. — Roanne à Villegouge. 1901). Nous n'avons pas encore retrouvé le
dessin de cette pièce. Fragment de hache-marteau (?) (fig. 1 G, n° 5)
trouvé sur un camp occupé par la civilisation 14. — Roquefort, à Lugasson. peu-richardienne. Longueur actuelle : 49 mm ;
Casse-tête sphéroïde d'après un dessin de épaisseur : 38 mm ; perforation cylindrique
Daleau, cité par A. Roussot (op. cit. 1972, p. régulière de 24 mm environ avec départ légèr
126). ement évasé sur les deux faces. La forme primit
ive de cet instrument est actuellement difficile Ainsi pour la Gironde nous pouvons dénombrer
à apprécier, il est en roche grise constellée de actuellement 13 ou 14 instruments perforés
cristaux noirs brillants. (carte, fig. 2). Cet inventaire ne se veut pas
complet, sans doute existe-t-il d'autres pièces Un certain nombre d'objets perforés prove ignorées qu'il serait souhaitable de voir venir nant de Gironde ont été publiés, ce sont : allonger cette liste. En dehors des bipennes de
Berson, de Langoiran et du casse-tête (?) de 6. — Berson. Bégadan, toutes les autres trouvailles ont été
Bipenne de forme losangique à grosse perfo faites entre Villegouge et Sainte-Foy-la-Grande,
ce qui donne une étonnante concentration dans ration centrale, profil irrégulier, probablement
en amphibolite (Ruffet, 1946). cette partie de la vallée de la Dordogne. Cette
région a connu une intense occupation de la 7. — Saint-Magne-de-Castillon. civilisation S.O.M. (faciès de Campniac) avec les
stations de Guspit à Branné, de Machin à Juillac Bipenne en calcaire saccharoïde comportant et de Ligueux. Cette dernière station a fourni de chaque côté un début de perforation de 15 mm plus de 50 flèches tranchantes et foliacées, une de diamètre. Longueur : 156 mm ; largeur : scie à encoches, un poignard en silex du Grand- 60 mm ; tranchant : 66 mm ; épaisseur : 65 mm. Pressigny ainsi que de gros grattoirs gibbeux. Elle a été découverte au lieu-dit « Yot » (X, 1959). Il s'agit d'un faciès ancien, non influencé par la
civilisation de Peu-Richard. 8. — Idem.
Bipenne symétrique trouvée à peu de distance TYPOLOGIE. de la précédente, au lieu-dit « Gory ». Longueur :
Des instruments perforés que nous venons 180 mm ; largeur : 55 mm ; épaisseur : 50 mm ;
perforation seulement amorcée (Cousté, 1957). de décrire, plusieurs types peuvent être dis
tingués.
9. — Pineuilh.
Bipennes.
Moitié de bipenne naviforme peu arquée, sans a) Bipennes symétriques. Forme la plus frdécor, en roche sombre à grain fin, soigneuse équemment rencontrée qui présente 2 faces légment polie. La longueur totale pouvait être de èrement concaves, des côtés à section convexe 184 mm environ ; largeur : 52 mm ; épaisseur : ou parfois droite, un tranchant élargi de façon 28 mm ; tranchant de 35 mm ; perforation symétrique de part et d'autre de l'axe longiturégulière de 24 mm (Goffyn, ibid.). dinal de l'outil : Bois-Menu n° 2, la Sauzaie n° 2,
Saint-Martin-de- Villeneuve, le Treuil-Bonnin (fig. 10. — Environs de Sainte-Foy-la-Grande. 1 A, n° 2, fig. 3, nos 2, 4, 5). Cette forme trouve
par ailleurs une large répartition. Dans un lieu-dit « La Roche » sur le territoire
d'une commune que nous n'avons pu identifier. Dans ce même type, une variante qui tient
Collection F. Morin au Musée de Libourne. Frag au décor : la demi-bipenne de Charente-Maritime
ment de hache-marteau de forme irrégulière, en sans localisation précise (fig. 4, n° 6). Cette
roche sombre piquetée de blanc, perforation variante paraît assez rare (Castelnaud-Montratier,
décentrée et légèrement biconique (Coffyn, ibid.). Lot ; Mantoche, Haute-Saône).
376

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin