La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Commission d’étude sur la gestion des forêts

De
12 pages
ACTION FORÊT OUTAOUAIS 12, rue Tremblay, Gatineau (Québec) J8L 3M9 Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel : rging.f@videotron.ca Commission d’étude sur la gestion des forêts Pré-consultation ACTION FORÊT OUTAOUAIS Problématique forestière de la région de l’Outaouais (État général) Mise en situation Composition, produits et utilisations La majeure partie des forêts de Outaouais se situe dans la zone des forêts feuillues, alors que la partie nord se situe dans la zone des forêts mélangées. Ces forêts contiennent une multitude d’essences forestières commerciales, trouvant preneur pour leur transformation industrielle. Les dimensions des tiges, leur qualité et leur forme font en sorte qu’on peut retrouver jusqu’à quatre (4) utilisateurs dans le même arbre. Cette particularité régionale entraîne une moyenne de 10 détenteurs de contrats d’approvisionnement dans une même aire commune, et dans certains cas on en retrouve jusqu’à 16 (073-02). Représentativité Québécoise La zone des forêt feuillues et mélangées se retrouve dans la partie sud du Québec seulement. Sur la base des volumes exploités, les essences feuillues au Québec comptent pour 14%, comparativement à 86% pour les essences résineuses. Par contre, elles présentent une problématique d’aménagement, d’exploitation et de transformation bien particulières. Structure industrielle et emplois Les forêts publiques de la région de l’Outaouais ...
Voir plus Voir moins
ACTION FORÊT OUTAOUAIS3M912, rue Tremblay, Gatineau (Québec) J8L  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caCommission d’étude sur la gestion des forêts Pré-consultation ACTION FORÊT OUTAOUAIS Problématique forestière de la région de l’Outaouais (État général) Mise en situation Composition, produits et utilisations La majeure partie des forêts de Outaouais se situe dans la zone des forêts feuillues, alors que la partie nord se situe dans la zone des forêts mélangées. Ces forêts contiennent une multitude d’essences forestières commerciales, trouvant preneur pour leur transformation industrielle. Les dimensions des tiges, leur qualité et leur forme font en sorte qu’on peut retrouver jusqu’à quatre (4) utilisateurs dans le même arbre. Cette particularité régionale entraîne une moyenne de 10 détenteurs de contrats d’approvisionnement dans une même aire commune, et dans certains cas on en retrouve jusqu’à 16 (073-02). Représentativité Québécoise La zone des forêt feuillues et mélangées se retrouve dans la partie sud du Québec seulement. Sur la base des volumes exploités, les essences feuillues au Québec comptent pour 14%, comparativement à 86% pour les essences résineuses. Par contre, elles présentent une problématique d’aménagement, d’exploitation et de transformation bien particulières. Structure industrielle et emplois Les forêts publiques de la région de l’Outaouais alimentent 37 usines détentrices de CAAF dont 22 se situent dans la région même (voir annexe 1), alors qu’on retrouve plus de 120 installations qui transforment la matière ligneuse et qui procurent plus de 5200 emplois directs. Les opérations forestières, quand à elle, fournissent plus de 2100 emplois directs pour un total de 7300 emplois qui dépendent directement de la forêt (voir annexe II). Situation géographique des forêts Les forêts publiques de la région de l’Outaouais sont situées entre deux grands pôles de population. D’une part, la région métropolitaine située à l’est (grande région de Montréal) et d’autre part, la région d’Ottawa située à l’ouest. Elles subissent donc de fortes pressions pour des utilisations multiples quelques fois difficilement conciliables avec les activités de récolte de la matière ligneuse.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
1
ACTION FORÊT OUTAOUAIS12, rue Tremblay, Gatineau (Québec) J8L 3M9  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caPossibilité forestière et allocations Les forêt publiques de la région de l’Outaouais supportent une possibilité forestière toutes essences et tout produit de 3 827 800 m³, d’après les PGAF en vigueur jusqu’en 2005. Les allocations toutes essences totalisent 3 299 800 m³, réservations de bois incluses (315 600 m³), soit 86 % de la possibilité totale ou 78 % sans les réservations. Il reste donc une disponibilité toutes essences de 528 000 m³ ( en majorité composée de bois feuillus de qualité pâte), et des réservations pour des projets éventuels de 315 600 m³ ( Voir annexe III). Forêts du régime privé Les forêts du régime privé ont atteint un niveau d’utilisation de la fibre tous produits s’approchant du maximum permissible, quand à la disponibilité de la fibre utilisable. D’après une étude réalisée par le Plan d’Action Forêt Outaouais en novembre 2001, le prélèvement toutes essences et tous produits des forêts privées de l’Outaouais a atteint 96.9 % de la coupe permissible (voir annexe IV). Les forêts privées de l’Outaouais contribuent pour environ 29 % des besoins en approvisionnement en fibres de bois rond des usines. Les forêts privées sont réglementées et organisées, particulièrement pour les bois destinés à la pâte et aux panneaux, alors que ces produits sont mis en marché en exclusivité par les syndicats et offices de producteurs de bois. La mise en marché de ces bois a évolué au cours des ans. yLes bois du groupe SEPM sont graduellement passés de la pâte vers le sciage; yLes bois du groupe des peupliers et des bouleaux sont de plus en plus dirigés vers le marché des panneaux; yLes bois du groupe des feuillus mélangés ont pris graduellement une part de marché dans le sciage au cours de la dernière décennie; yLes volumes globaux mis en marché dans la région ont doublé de 1981 à 2000. Les bois de chauffage prennent une place importante avec 268 000 m³ de récolte par année, soit 21 % de la récolte totale. Diminution constante de la qualité des approvisionnements Les billes de sciage et de déroulage des feuillus destinées aux usines de transformation ont subi au cours des années une diminution constante de leurs dimensions et de leur qualité. Cette diminution affecte la rentabilité de ces usines. Il faut aussi souligner que généralement, les usines de sciage de feuillus du territoire n’ont jamais réussi à obtenir 100 % de leur allocation pour diverses raisons. Cette proportion qui était d’environ 75 % il y a quelques années est en forte diminution présentement, à un point tel que plusieurs usines ont dû affronter des diminutions de production importantes, voire même des fermetures. Cette situation a un impact sur toute la chaîne d’approvisionnement des autres usines telles que les pâtes et les résineux car leurs produits sont récoltés en quantités inférieures.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
2
ACTION FORÊT OUTAOUAIS(Québec) J8L 3M912, rue Tremblay, Gatineau  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caEnjeux en gestion des forêts publiques Planification des activités forestières et récolte Enjeu Solution proposée Connaissance de la forêt Augmenter le niveau d’échantillonnageLes données d’inventaire forestier qui sont afin d’obtenir une précision par strate sous la responsabilité de la province, sont forestière plus élevée, et éviter le imprécises car, pour toute la zone des regroupement de peuplements de feuillus, les strates forestières sont plus compositions différentes, ce qui diminue la nombreuses et de plus faible superficie. précision des données. Leur composition forestière est plus hétérogène et requiert un niveau d’échantillonnage plus intensif. Ce manque de connaissance a un impact direct sur la qualité de confection des PGAF Calcul de la possibilité Augmenter les traitements applicables aux Le calcul de la possibilité forestière reposeforêts feuillues sur des traitements prévus au Manuel Ce point est directement relié au précédent d’aménagement forestier. Les normes car en multipliant les strates d’aménagement d’exécution des travaux limitent on doit prévoir des modes d’interventions l’aménagiste dans le choix des traitements à différents et appliquer des traitements qui y appliquer. De plus on constate que les correspondent. traitements applicables inscrits au Manuel sont en nombre limité. Planification forestière Simplifier le mécanisme par la mise en La planification forestière en forêtsplace de processus d’amélioration feuillues est très complexe, coûteuse,continue nécessite beaucoup d’énergie et des délais Afin de bien comprendre le système et de d’attente démesurés. Elle constitue un item diminuer les frictions entre les représentants important du coût de la ressource et affecte du MRNFP et ceux de l’industrie, nous souvent la rentabilité des usines. Elle est avons mis en place dans la région un souvent une source de conflits entre les processus d’amélioration continue des plans industriels eux mêmes et avec les et rapports. Après un an de travail, on représentants du MRNFP constate des améliorations sensibles. Ce processus doit être amélioré et reconnu par les autorités au niveau provincial afin d’inciter tous les fonctionnaires à le reconnaître et le mettre en application..
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
3
ACTION FORÊT OUTAOUAIS3M9(Québec) J8L 12, rue Tremblay, Gatineau  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caStratégies d’intervention Réviser les stratégiesd’intervention et Certaines stratégies d’intervention permettre de procéder à des essais de appliquées dans la forêt feuillue sont très nouvelles stratégies s’appliquant à des strates dispendieuses à réaliser. Elles sont difficiles définies. Elles permettront un meilleur d’application, et ne permettent pas retour de la forêt et une stabilité dans les d’alimenter les usines selon leur niveau approvisionnements. d’allocation. Rentabilité économique des traitements Notion de coûts sylvicolesSi certains traitements sont économiquement Lors du développement et de l’application irréalisables, l’État devra considérer des des stratégies d’aménagement, le MRNFP compensations monétaires ou des traitements ne considère pas la capacité de payer des de remplacement afin que l’ensemble de la différents bénéficiaires pour les produits qui structure industrielle en place puisse recevoir se dégagent des interventions sylvicoles. leur attribution et puisse survivre. Baisse des possibilités forestières et des Mise en place d’un programme allocations d’aménagement intensif La récente constatation des effets réels de en forêt feuillue et mélangée. Il est possible certains traitements en forêts feuillues d’intervenir en forêt feuillue avec des combinée à la restriction des territoires traitements appropriés qui auront pour effet affectés à la récolte de matière ligneuse, d’augmenter le rendement en quantité et en provoqueront des baisses importantes de qualité des forêts et dans certains cas d’en possibilités forestières et des allocations diminuer les rotations. Ces interventions aux usines. Il est à prévoir une diminution auraient un effet positif sur le maintient des des activités économiques et des emplois. activités économiques tout en permettant de rendre disponibles certains territoires à d’autres activités que la récolte forestière intensive. Participation du public à la planification Création d’un guichet unique forestière Ce rôle devrait être assumé par le Cette participation est prévue dans la loi surMRNFP. les forêts. Par contre, les balises sont Afin d’améliorer l’efficacité du processus, la souvent confuses, et plusieurs interlocuteurs consultation interministérielle devrait se faire cherchent à régler leurs problèmes à part, et ne pas affecter le processus. Enfin, personnels plutôt que dans l’intérêt il faut trouver un moyen d’appliquer la collectif. La démarche est fort complexe. consultation aux plans quinquennaux seulement et d’éviter de les reprendre à chaque année.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
4
ACTION FORÊT OUTAOUAIS3M9(Québec) J8L 12, rue Tremblay, Gatineau  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caApprovisionnement Enjeu Solution proposée Mode d’allocation Révision du mode de gestion Le territoire Québécois est subdivisé en aires Afin de faciliter l’intégration des activités communes et bientôt en unités d’aménagement, d’améliorer l’application d’aménagement. Dans l’Outaouais, des PGAF, de favoriser l’impartialité des l’industrie a proposé la création de 6 UA au ingénieurs forestiers, de permettre un lieu de 11 aires communes dans la situation meilleur respect du rendement soutenu et actuelle. Bien que cette réduction aura des éventuellement de diminuer les coûts répercussions positives, il persistera des d’approvisionnements, il serait intéressant lacunes, telles qu’un trop grand nombre de mettre en place une entente spécifique d’intervenants, ce qui ne favorise pas pour la réalisation d’un projet pilote de l’intégration. On a tendance à se favoriser au création et d’implantation d’une société de détriment de l’aménagement forestier et de gestion dans une UA. l’intégration des activités d’aménagement. Manque de main-d’œuvre forestière et Revalorisation des métiers forestiers et formation adéquate formation Il y a une pénurie de main-d’œuvre dans Il faut revaloriser ces métiers par un plusieurs spécialités ( abatteurs, conducteurs programme de propagande favorable de machinerie, techniciens etc.) contrairement aux tendances des dernières années, et rapprocher la formation de la main-d’œuvre de la clientèle en la donnant dans la région même du lieu des activités. Mécanisation des opérations forestières Développer des normes adaptées à ces La rareté de la main-d’œuvre oblige uneconditions mécanisation des opérations d’abattage en Des études sont en cours dans ce domaine. forêts feuillues. Les normes d’intervention Il faudra faire du transfert technologique, ne sont pas adaptées à cette mécanisation. modifier et adapter les normes et faire de la formation adéquate.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
5
ACTION FORÊT OUTAOUAIS(Québec) J8L 3M912, rue Tremblay, Gatineau  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caStratégies de récolte Ajout de stratégies de récolte La coupe de jardinage a été empruntée de Il y a lieu de faire de la place à des essais technique européennes pratiquées dans des d’implantation de techniques nouvelles conditions souvent très différentes des d’intervention en forêts feuillues afin de nôtres. On a aussi utilisé à outrance ce type maintenir les stocks en place à cour et à d’intervention dans des peuplements qui ne long terme en plus d’en augmenter la s’y prêtaient pas. Après quelques années de quantité et la qualité. Nous faisons face à suivi des effets réels, on constate qu’ils sont une rupture sérieuse de bois de qualité. Il différents de ceux simulés dans les calculs faut donc prendre des moyens efficaces d’accroissements. pour diminuer les effets de cette rupture le plus rapidement possible. Il faudra en plus, tel que cité précédemment, avoir recours à des techniques de rendement accru en forêts feuillues. Entretien des chemins principaux Politique d’entretien et projet pilote On constate des lacunes à propos des La mise en place d’un projet pilote par responsabilités d’entretien des chemins l’entremise d’une entente spécifique compte tenu des différents utilisateurs pourrait mener au développement d’un ( industrie, ZEC, pourvoiries, modèle d’opération applicable à tout le récréationnistes, etc.) territoire. Structure industrielle régionale Enjeu Solutions proposées L’industrie forestière régionale est en Une plus grande écoute de la part de difficultésl’État Elle a une longue histoire qui remonte au Afin de favoriser la recherche, la tout début de la colonisation. Elle a permis le consolidation et l’implantation développement de nombreuses villes et d’entreprises à valeur ajoutée. villages et contribue encore aujourd’hui à maintenir l’activité économique de plusieurs villes et villages de l’Outaouais. Cette industrie est en difficulté dans la plupart des domaines traditionnels ( sciage de feuillus et de résineux, pâtes et papiers, cartons etc). yLes coûts d’approvisionnement sont trop élevés; yLes droits de coupe ne cessent d’augmenter et ne sont pas en proportion des marchés; yLa qualité de la matière ligneuse diminue dangereusement; yLes affectations de territoires à d’autres fins que la récolte menacent la continuité des entreprises.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
6
ACTION FORÊT OUTAOUAIS3M9(Québec) J8L 12, rue Tremblay, Gatineau  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caTrop peu de transformation à valeur Stabiliser les approvisionnements en ajoutée quantité et en qualité e e Le contexte actuel ne favorise pas la mise enFavoriser la 2 transformation enet 3 place de projet à valeur ajoutée alors qu’onrégion sait pertinemment que ces projets devraient Afin d’y parvenir, il faut dans un premier consolider les entreprise en place et temps stabiliser les approvisionnements de ere améliorer leur rentabilité la 1 transformation et par la suite, fournir  des incitatifs financiers et autres permettant à des organismes d’investir dans des projets à valeur ajoutée. Format préconisé pour la consultation Compte tenu de la nature de notre organisme, (ACTION FORÊT OUTAOUAIS constituée de membres industriels), il est nécessaire de consulter nos membres sur les positions communes prise lors de cette consultation. Nous privilégions donc la formule de la rédaction et de dépôt de mémoire. Toutefois, nous recommandons la procédure suivante : yEnvoi du mémoire aux membres de la Commission quelques temps à l’avance afin qu’ils en prennent connaissance et soulèvent leurs interrogations sous forme de questions et explications demandées; yFaire parvenir les questions et les explications à chaque groupe qui a déposé un mémoire au préalable; yDépôt officiel du mémoire bonifié des explications et réponses à une date et un lieu déterminé; yPrésentation verbale du mémoire et explications d’usage et additionnelles devant un auditoire public; yRéponses à des questions additionnelles.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
7
N.D. de Pontmain
Lac Supérieur
400
64700
2200
1200
46500
5900
800
34000
51700
15300
39100
12600
320000
22800
50200
25300
53200
16000
2600
50000
124000
700
 .032 Val d'Or
23600
1000
23200
4700
.023
900
KMS
300
9200
17800
34500
10000
Domtar
1800
85000
72000
6600
2000
5600
ACTION FORÊT OUTAOUAIS3M9(Québec) J8L 12, rue Tremblay, Gatineau  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.ca
21800
31000
126500
8000
68000
95000
11900
22500
5000
100
100
4800
30800
62700
46500
1200
63600
18200
52300
66900
10700
201000
666200
1900
10700
1900
102600
13400
12700
138
Annexe 1 Compilation des volumes de CAAF et CtAF par entreprise (région de l'Outaouais) Bénéficiaire U.A. Localisation 071-01 071-04 071-20 071-21 072-01 072-02 072-03 073-01 073-02 074-01 074-02 Total
269
330
147000
6000
6000
142300
147000
142300
97000
237000
140000
390200
330000
31000
126500
57400
21800
176900
3000
563600
7700
30500
Papiers Fraser
Mitigog inc
P.F. Laurentien
2600
10300
48700
21700
33700
29200
16900
P.F. Coulonge
12600
2600
15300
600
166 Grand Remous
3200
152 Mansfield
38600
228100
2300
60200
60200
39100
22800
600
320000
12700
1300
124000
L'Annonciation
Mont Laurier
5700
12600
7900
76100
46400
3300
78900
5000
96700
40100
154 Déléage
165 Maniwaki
160 Thurso
9400
6000
226 Mégantic
273 La Minerve
2600
15600
11100
3500
54400
Forespect
Tembec ind. Inc. Usine Davidson
359 Mansfield
Louisiana-Pac.
Lauzon
9000
161 Namur
Maibec
Papiers Masson
10300
76500
2000
150
IMM
S. Brunet & Fils
50800
14600
14600
500
30600
60700
343 Maniwaki
2500
114300
1800
44000
7600
9000
81400
.025 Masson
Maniwaki
Entreprise
506800
Smurfit-Stone
10000
379 Clarendon
283 St-Michel
159 Thurso
158 Masson
141 L'Annonciation
394 CtAF
14000
8
14000
85000
3062600
85000
11400
41500
34600
1100
49500
13500
30600
57400
9900
3600
44100
1000
2500
14900
139
Bois Oméga
B.K.
50800
71100
30200
Bowater
Bondu
 281 Sainte Thérèse
 163 Northfield
 155 Denholm
 153 LOW
 170 Kipawa
 149 R. des Joachims
 251 Princeville
6900
Cambium (Srtella-Jones) Commonwealth
162 Fassett
 168 Belleterre
 169 Belleterre
145
397 Messines
22800
Total région Note: Mitigog inc. détient un CtAF
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
32200
30000
148 Portage-du-Fort
Tremblay F.
2000
ACTION FORÊT OUTAOUAIS12, rue Tremblay, Gatineau 3M9(Québec) J8L  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caAnnexe II Tableau montrant le nombre d’installations de transformation de matière ligneuse dans la région de l’Outaouais par catégorie et le nombre d’emplois directs Catégorie Sous catégorie N. d'installations N. d'employés Bardeaux 1 30 (estimé) Sciage et rabotage de feuillus 9  de résineux 5  séchage, planchers 5  Petites scieries 19 Total 38 1815 Placage & contreplaqué 2 50 Charpentes de bois 3 12 Armoires & cuisines 32 124 Portes & fenêtres 7 103 Bois travaillé 14 29 Poteaux 1 30 Panneaux 1 160 Autres 12 230 Papiers Papiers fins 2  Pâtes commerciales 2 Total 4 1510 Papier journal 2 1035 Boites 1 3 Produits du papier 2 82 Papier transformé 1 8 Total usines de transformation120 5191
Services forestiers Exploitation forestière Total
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
25 94 119
495 1590 2085 7276
9
ACTION FORÊT OUTAOUAIS12, rue Tremblay, Gatineau 3M9(Québec) J8L  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caAnnexe III Possibilités forestières et volumes attribués Région 07 (en 1000 m³) AUTRES F.  SEPM PIB PIR PRUCHE THUYA BOJ BOP ÉRABLES DURS Total PEUPLIERS TOTAL  Sc. & Pâte Total Total Total Total Total Total Total Total F. DURS Total Possibilité 980,2 358,4 48,7 36,3 148,1 281,6 501,8 745,2 249,1 1777,7 478,4 3827,8 1 Allocation 939,1 358,4 48,6 14,2 147,8 174,6 430,2 543,8 179,6 1328,2 463,5 3299,8 Disponibilité 41,1 0,1 22,1 0,3 107 71,6 201,4 69,5 449,5 14,9 528 Source : MRN Janvier 2003 1 Note : Inclue 315 600 m³ de bois en réservation toutes essences. L’allocation réelle est donc de 2 984 200
Annexe IV Plans conjoints de la région de l’Outaouais. Comparaison entre la coupe permissible et le prélèvement (m³)
Coupe permissible Prélèvement
%
SEPM 152723
161104
105.5 %
Peuplier 240082
256746
106.9 %
F. mélangés 490777
558523 113.8 %
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
Pin, pruche 196121
69606 35.5 %
Total 1079703
1045979 96.9 %
10
ACTION FORÊT OUTAOUAIS12, rue Tremblay, Gatineau (Québec) J8L 3M9  Tel. : (819) 986-8861 Télécopieur : (418) 986-6767 Courriel :rging.f@videotron.caAnnexe V Extrait du mémoire déposé à la Commission d’étude sur la maximisation des retombées économique de l’exploitation des ressources naturelles dans les régions ressources en janvier 2003 Redevances forestières versées en région Nous avons, dans le peu de temps qui nous a été consenti, réussi à obtenir quelques statistiques à ce sujet pour l’année 2001-2002. Voici quelques point spécifiques à cette année : 1. Les travaux sylvicoles inscrits aux plans généraux d’aménagement forestier (PGAF) de toute la région pour la période 2000-2005 devraient nécessiter un déboursé annuel de 18 127 000 $ pour leur réalisation; 2. Les travaux sylvicoles inscrit aux plans annuels d’intervention forestière de 2001-2002 totalisaient 12 205 000 $; 3. Les droits de coupe payés pour les bois mesurés et livrés aux usines en 2001-2002 ont été de 17 760 000 $; 4. Les montants retenus et investis en 2001-2002 dans la région sous différentes formes sont de 13 595 000 $ répartis comme suit : Tableau IV Montants provenant des redevances forestières réinvestis dans la région en 2001-2002 Item Montant $ Traitements sylvicoles payés 5 600 000 Programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier Volets I 400 000 Volets II 1 600 000
Création d’emploi 560 000 Traitements sylvicoles non payés, non présentés etc. 5 435 000 Total 13 595 000  Source : MRN  5. Il est resté en 2001-2002 une disponibilité de 4 165 000 $ de droits de coupe non utilisés en région. Il faut souligner que nous présentons l’image d’une année en particulier, l’année 2001-2002. Il n’en est pas ainsi pour toutes les années. À titre d’exemple, au cours de l’année 2002-2003, il se sera dirigé beaucoup moins de volume aux usines pour diverses raisons, et il y aura alors beaucoup moins de droits de coupe qui seront versés, laissant ainsi beaucoup moins d’argent disponible en région.
Pré-consultation du 13 février 2004, Gatineau
11