La lecture en ligne est gratuite
Lire Télécharger

Publications similaires

La campagne en ville

de le-nouvel-observateur

Vous aimerez aussi

Séance des 12, 13, 14 et 15 décembre 2016
Vœu relatif au changement de dénomination de la
« Place de la Concorde », en
« Place de la Grande Roue »
Déposé par Eric AZIERE, François HAAB et les élus du groupe UDI-MoDem
Le Conseil de Paris siégeant en formation de Conseil municipal,
Considérant que la Grande Roue s’est établie sur la Place de la Concorde depuis déjà 7 ans, après y avoir été précédemment installée par son propriétaire de 2000 à 2002 ;
Considérant que la Grande Roue a très largement contribué au prestige et à la renommée internationale de la Ville de Paris ;
Considérant que la Grande Roue ne gâche absolument pas la perspective entre la place du Carrousel, le jardin des Tuileries, l’obélisque de la Concorde, les Champs-Elysées et l’Arc de Triomphe, mais qu’elle contribue plutôt à l’exercice d’une vision séquencée de cette perspective unique au monde, et se révèle de fait un test de dépistage très eIcace de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) ;
Considérant que les Chevaux de Marly qui encadrent l’entrée du jardin des Tuileries, et le bas des Champs Élysées ne sont plus en situation d’exposition artistique, mais qu’après tout ce ne sont que de simples copies dont les originaux peuvent être parfaitement visités au Musée du Louvre moyennant un ticket d’entrée;
Considérant que les Fontaines de la Concorde, inaccessibles, au milieu de la place, ne servent à rien, si ce n’est actuellement d’abreuvoir pour les pigeons ;
Considérant que les architectes et sculpteurs qui ont voué leurs talents ou génie à l’équilibre de cette place, Ange-Jacques Gabriel, André Le Nôtre, Guillaume Coustou, ou encore Jacques-ïgnace Hittor, ont quitté ce monde depuis bien longtemps déjà et sont aujourd’hui pratiquement inconnus du grand public ;
Considérant que, dans un publi-communiqué, de nombreux artistes, sportifs, et autres personnalités françaises beaucoup plus connues du grand public, ont fait savoir qu’ils militaient pour l’installation déînitive de la Grande Roue sur la place de la Concorde ;
Considérant que le soutien fervent qu’ils apportent à la Grande Roue en plein milieu de la place de la Concorde, ne préjuge en aucune façon de leur capacité à apprécier la valeur artistique d’une œuvre, la qualité d’un paysage, ou un équilibre architectural, mais témoigne plutôt de la thèse, cent fois vériîée, de la relativité du goût, qui pose le principe qu’il n’existe pas d’objectivité en matière de goût, et qu’il n’y a dans l’absolu, ni bon ni mauvais goût.
Considérant que la Place de la Concorde a déjà changé plusieurs fois de noms, puisqu’elle a aussi été appelée « Place Louis XV » ou encore « Place de la Révolution » ;
Considérant que la notion désuète de « concorde » choisi pour marquer la réconciliation des Français après la Terreur ne signiîe plus grand-chose aujourd’hui, et qu’il ne règne dans notre ville, ni concorde sociale, ni concorde humaine ;
Considérant que les notions de « conservation du patrimoine », et de « site classé », ne peuvent plus être l’apanage d’une quelconque direction régionale des aaires culturelles, et relever d’un soi disant code de l’environnement édictant des avis au nom de l’intérêt général d’une cohorte de Hauts Fonctionnaires.
Considérant que le terme « Neuneu » est bien plus joli, plus populaire, phonétiquement plus agréable que celui de « Tuileries » ;
Eric AZIERE, François HAAB et les élus du groupe UDI-MoDem er proposent au 1 adjoint de la Mairie de Paris, chargé de la culture :
Que la Place de la Concorde soit rebaptisée « Place de la Grande Roue » ;
Que les copies des Chevaux de Marly soient remplacées par des chevaux de manège issus des collections du Musée des Arts Forains ;
Que l’Obélisque de la Concorde soit équipée d’une installation permettant de pratiquer le simulateur de chute libre et rebaptisé « The Egyptian Tower »
Que les Fontaines de la Concorde soient transformées en fontaines de vin chaud pour la Fontaine des Mers, et de chocolat chaud pour la Fontaine des Fleuves;
Que la Ville de Paris charge le Comité d’Histoire de la Ville de Paris d’une mission visant à évaluer la possibilité de rebaptiser le Jardin des Tuileries en « Jardin à Neuneu ».