La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

>->^ ^y^ '^<^ A^l ^^t ii ^'^^^ri -, ^ ^'^^\^ ^ V Y Pa :> < '^ 7'' — 2Année. 1 90. 1 UcroBRE 1911 ^THÉATRALE\> Y Journal d'Actualités Dramatiques N HP II B L I A N 1 L t 1 E >: 1 h C CM P L ET CHS P I h C E S O U V L L ES JOUEES DANS LES PRINCIPAUX THEATRES DE PARÍS ATHENEE J lir1 t A«j»»r M'GERMAÜ^C ETY M. M VK,TOH HE.VRV M .OALLET M. «X'EILLE Bff" LANZY HrTxUV* BT* TfÚLXÍER IV SAiJLÚrV m'' pcmOT ao^VAiTTSL M* BKinf m. TERK&Y ivi raí * WBMMJrif' M.SUBKIAC tAlONEADM. "m.KBRIiy "ÍO-HARMAOÍD H *'!Chof dOrchestre "aEO>aCs'*BEBNABD IIIMAVCHE PR(l(:ll\l.> üi SIJ'II.MIIM: I!III á 1 h. 1/2 Copyright by C.corgcs Duval an.l Rolioit CIi; LlIliKlrjIiou Tl-e\-.lrjle paraít mcnsiicllcmcnl ct publie des números spiciaux chaqué foi. niic l'exigc Tactualití dramatiqí. numcio de 1 Vluflrabcu The.üulc nc doit ílrc vci-.du saiis le ni.niero de VViushalioii porlant la mcme date.Aucun Tout abonne i l.llluslmlicn est abonné de droit á Llllustralion l'hcalraU. UN FRANC. — ^^bcnnemeul jmniel : France, "o lr..iu?; Etranger, trancs.Pnx du ]\umfro : j8 i3, lue SAINT-GEORGES, PARJS (9 théátre de l'Athénée.Pickwick, auMonsicnr le ChaiU da Cyijne. de Georges Dnval.iviccmiiwiu- .->_VMi[)iilliic|UP. et XaWer Roux ; il avait joué i-:\e- (111 a (l'aliord attcndu,Li l.uiuellc Duval ct Robert iiion du Mirafle... Sou»MM. Georges menl Enlaul accucilli li's rt-iiréseiila-piiis Devul.adniiniblement Bomiiie» ullés eliiz M. Abel 1^Charvuy eoiinaissent Pick-ickk a l'Athó-tioiía de- Monmtir directeur de l'Alhénée nous donn v dehmguc anglaise;l'un el l'aulrc la d'élíf-mcnts qii'iliit'f, ólait compüHÓc préeieux coascils. L-t pitee fui bien-Tun desM. Gidiges Duval esl nicme dúgaíícr. »ii'i'nt pas MaiiH ¡nlórét de lót miae en réi)6titiüns... de l'ccu-tradueteiirs les plus auloriaés avail laissé,loiiian de DickciiHLi- aussiShakespeare ; mais II esl\re de Ces répétitions furent iongae» et l'avaiwitl'iwprit di' lous ccux quidmiM aiiteur coniique apprécié, puis-un miiiutieuses. Le» auteurs, córame im|)ii'Sí:ion particuliercmentlu. une doit les li\Tets d'ojiérettes Ii-h(lu'on lui le directeur, teniúent á ce queunesouvenait, avec¡i<ííhib\e ; oii se que lee Fliles Michncélebres telles decora et les costuraes évoqua.s.'-ieiil quiot un sourireéiuolioii secrete que André MessaL'cret Virmiique. M. avec exactitude et avec art les liv- bourgeois londoiiiens'avouc. du bon el des vaudevillesniit en musique, bleaux décrits par la plume du giund- qualilés inélé»á dcfauts et(lui íTarríl. le Coupconinie Dix Minutéis qu'ttail Dickcn?. 11^observaleur y sa généro-sa vaiiitt' ct sa serviabilité, momle,(le ¡oiiel et le. Voyagc aitlour da parvcuuü.sont absolument avaieiit assurc- tantet sa iiaivelé,sit¿ en eollaboration avec M. Maurice Hen- — et valuet tant de jaloux,d'ainis et des comódics telles que lenequjn, niais ori-d'avenliu-es sans éclattant Ci/giie, en collaboiMtiojíChunt (hi aniu-tdujours et toujoursginales Roux. Et M. Roberl viveinent intéresséea^ec M. Xavier Lii pressc a élé poiut luqiii n'avaientsanles. Kt ceux en rien sur ce les ci-i-Charvay ne lui cede par cetVe comedie burlesque ; avaient enteiidu pailerce loman en de eespoint, puisqu'il est rauteur tiques parais.scnt avoir cié frapp<^s ¡«ir CBUvrcs capitaleseoinine d'une des Mi- jiiécelégendaires succés : VEnjunl dn ces parlieulañlés : que cclle du sieclelittératui'e anglaisede la et Mademoiselle Joselle ína étre extrémeiiient difticile kráele, avait dú personnagepossédant undeniier, eollaboration avec M. Paul et qu'elle avait étéfemme, en tirer du rom.an, ,I<)sei)há la fois detypi(|ue teiiant done, entre tous une ingéniositéGa%'ault. lis étaient niLse en scéne avec Quicluitte,do Donl'niilluiiiinie et mesure de tirer arlistiqueet mieux que tous, en protcs-sionnclle et ún'goút une vérité d"ob-mais presenté avec anglais la come-de ce fameux román valenl la peine d'élre signalés.qui d'une intensité descrvalion et doué et la comedie burlesque qui per- illuslre autcur dramatique,die, Un de faire figurelui'perniettaientvio qui aux speetateurs frangais de con- Porlo-Riche, til pré-niit M. Georges d<; ees illustrescréationsd'Henrya cote de eiifin M. Pickwick. cclte piéce, siite qui a huit cent vingt-tiviiulie a nlire les qu'il n'avait pas. »il me fit rcmarquer les plus sonoivs, le plus vif succés. — dont cer-ciiiq eompaeles pages élénients vouhisdans sa troupe, les G.-llier exprime, d.^naM. Josephpeu fasti-taines. il t'aut Tavoncr. un jouer Motmevr Pickwick. Nou»pouv cet avis qu'une telle piéceExcelsior,- du ro- oii nouj pounionsHicuMs des deux volumes nous demandánies (oniédie, et uiénio avecjoué n'a avec uneportcr la piéce. L'Alhéuée avait i/« suile a Vaiwnl-yU niiére pagí: Je ht ( rtn'senler mes compaynons de voijiuje. »Scí:nl: MONSIEUR PICKWICK ACTE PREMIER Vn cabincl de travail claiis rapvartemeiit meuUlc qu hábile M. I'id.trict, au premier clage d'iine maison u guillotine donnanl sur rué. Portes et laterales.de Guswell slreel (Londres). Au fond, fenétre la au fond Atu- murs, (iravures, plans, cortes géoíjraphiques; une mappernonde. Ameuhlement covforlaldc, mais simple (année 1831 }. il"" I!.M?DELL. — II est sorti pdur lo mouient... premiéreScéne Asseycz-vous done... luessieurs... Vous m'apportez ma petite rente annuelle? M"" BARDELL. DODSON, FOGG Dodson.— Précisément... Miss Bardell, nous vous liaiikll lurmiiic- le méiiagcAu lover du rkk-au, M""" devons... cent livres... du cabinut de travail de M. Piekwick. —FoGG. Sept shillingí;... — pous- Dodson. — Desquels il a lien de dcdiiii-e...M"" Ba'rdell, seuie. Pas un graiii de y —siére !... M. Pickwick peut se vanter d'avoir, grace FoGG. Honoraires... —a travail mieux teim de toute D0D.SON. Soit: vinat-cinq livres trois shilliiiirs...mol, le cabinet de le FofiG. —rAllgieterre !... (On frappc á la porte.) Elltrez!... (Entrent Huit i)encc... —Dodson et Fogg. Dodson cst gros, court. Togs long ct fluct. Dodson. Ce qiii fait (jn'il noiis reste a vous lis sont engaiilés dans des lialjits noirs rai>és, Tous dcux pcr- reniettro... —sonnilíent la bassc chicanc.) Messieul'S Dodsoll et Fog'g, FoGO. Ilonnctcnicnl... —mes lumimes d'affaii'es!... Mcssieiirs... Dodson. Soi.xante-qninze livres trois sliillings... Dodson. — Nous avons d'abord IVaiipé che/, FoGG.— Quatre [lenee... Dodson — déri.soirevoiis... ct Fogg, onsembie. Somme !... 51""'— —Fo(i(i. En has... Bakdkll. Helas! niessieui-s, c'est bien la Dodson. — bomie iiuus dit que vuus vcrilé... Mais que voulez-vous?... Comme principaleLa i>cl¡te a niaison menblce...éticz... localaire de cetle modeste — —Fo(i(!. En haul... Dodson. Sise Oosweil street... —Dodson. — Che/, volri' lnc-:it,iirc,.. Fogg. I.ondon... — Bardki.l. — Je fais tont ce que je neuxFodi;. Pickwick... W" passages entre astcristiii í ! ! ! ! MONSIEUR PICKWICK '!bons locataires se foiit DoDSON. — Noíremais les loyers baissent... les zele pour vous... —rares... Fogg. Se double..! —— Erreur, madame Bardell... grave DoDSON. Notre dévouement...DoDSON. vous pour- —eneur !... Vous ne faites pas tout ce que Fogg. Se triple... —liez... Si Fogg et moi... DoDSON. Et voila... — Moi et Dodson... Fogg.— Ce qu'il fallait...FoGG. •— place... nos DoDSON —DoDSOX. ...Uüus ótious a votie et Fogg. Démontrer !... —levemis ue tarderaient pas á étre... M"" Bardell, réveuse. J'y songerai... — DoDSON. — SurFociü. Decuples... ce... preñez votre argent, nous —M"" B.^RDKi.i.. Par exemple!... Je serais cu- gardons... —rieuse de savobr... Fogg. Le nótre... DoDSON.—DoDSON. — Simple!... Nous u'avons plus rien á nous diré... — —roGG. Limpide! DoDSON et Fogg. Ser-\-i-teiirs -^DODSON. — Parmi vos locataires, il en est un... DoDSON, á la porte. Notre étude est á deux pas, — si vous avez besoinFogg. Riclie... d'un conseil... un signe... — —DoDSON. Tres !... situation en vue... président Fogg. Et nous voiei d'uu club qui porte son uom... Fogg et Dodson.^ God hy!fondateur — lis sortent.Fogg. Pickwick-Club... —M"" Bardell. Dont il préside, du reste, en séance... Alors'? Scéne IIce moment méme, une —DoDSON. Vous lui servez de gouveruante fidéle... M"" BARDELL, l'U'KWICK—M"* Bardell. Depuis trois années... — Piekwiek cinquante ans... M"" Bardell. — M'appeler M"" Piekwiek!...DoDSON. Or, M. a —Fogg. Au moins... Réaliser le réve de ma vie!... Oh! oh!... iParait Piek- DoDSON.— Vous en eomptez quarante... wiek.) Lui! •— PiCKWiCK.Fogg. Au plus... — En sortant du club, j'ai pris les —DoDSON. Vous étes veuve... II est, lui... devants... Dans une minute, mes amis Winkle, Tup- — man et Snodgrass seront ici...Fogg. Célibataire... DODSON et Fogg, ensemble. E-pou-sez-le !... M™' Bardell, débarrassant Piekwiek de sa canne et de —M""" Bardell.— Eb la !... Eh la !... eonuue vous son chapean. Et cette séance? bien... PiCKwiCK.— Superbe !... Chande,j' allez !... Certes, M. Piek-n-ick est encoré mais superbe !... — OnFoGü. Tres bien... a voté les i'ésolutions les plus graves... Plus que un soupir.— Trop bien jamáis, l'Angleterre aura l'wil sur moi!...M"" Bardell, á pan. avec M"' Bardell, á part. —(Haut.) II représente un parti... un parti superbe !... Qu'il est beau!... —savaut, doublé d'un philosopbe, et, PiCKWicE. Mais j'entends ees messieurs... <\\Mais... c'est un sollicitude... ouvre la porte.) Entrez... entrez... mes braves cniíqui-malgi'é mes soins, mes attentions, ma gnonsmalgré ce qui me reste d'ajipas... il appartient corps d'armes. et fait guere attention á moi...ame a la science, et ne — Scéne IIIDoDSON. Ame simple !... Fogg.— Veuve uaive !... Les mémes, WINKLE, SNODGRASS, TUPMAN —M"' Bardell. Je vous assure... Piekwiek, cinquante ans environ. Prudhomme anglais.—DoDsoN. Tarare!... Vivaut sans cesse auprés Habit de couleur á pans, gilet blanc, pantalón collant, la plus...de lui, dans l'intrmité guétres noires, lunettes d'or, boutons idcm. Snodgrass,—Fogg. Stricte... poete romantique, est cnveloppé d'un mantean bleu—M°" Bardell. Et la plus respectable... Je le fourré de peau de chien. Tupman, court et ventru. jure !... Winkle. allure de sportsman : veste de chasse verte,—DODSON. Précisémeut... voila... étroit pantalón de drap gris, guétres.— Le hio!Fogg. — Winkle, Snodgrass et Tupman, entrant.—DoDSON. Une femme intelligente... Bon- jour, madameFogg. — Désirable... Bardell !... —— rendue... W" Bardell. Votre servante, messieurs!...DoDSON. Aprés s'étre •— PiCKwicK, á m"" Bardell.Fogg. Nécessaire... — Madame Bardell, veuil- —DoDSON. Devrait facilement savoir se rendie... lez nous laisser. (.\ ses amis.) Mes chers amis, mettez- vous a votre aise... et prétez-moi une oreille atten-Fogg. — Indispensable... — tive...DoDSON. De la au mariage, il n'y a... —Fogg.— Qu'uu cbeveu... Les trols Amis. Parlez! — PiCKWiCK. — Messieurs, le moment est venuDoDSON. Un véritable... de — résumerFogg. Saut de pnce... d'un mot cette inoubliable séance du Pick- — —ensemble. — Voila ! wick-Club dont constatons-le modestementDODSON et Fogg. — nous avons été les béros!...DODSON. II suffirait pour cela que vous écou- —tassiez... Les trois Amis. C'est vrai!... Gráce a vous!... Fogg.— conseils... BravoNos — vous PiCKWiCK.— Merei, mes amis, merci !... Done, surDoDSON. En échange desquels nous ne demauderous que... mon initiative, a la suite d'un vote unánime, une — société correspondante du Pickwick-Club, brancheFogg. Vingt-einq pour cent... — filíale d'études voyages. l'avenirDoDSON. Sur la dot ! Une fois deveuue et de se trouve pour madame mathématique, vos revenus constituée... Ses membres?... Nous quatre et c'estPiekwiek... c'est assez!... Son but?... il est grandiose!...gonflent... — Les Amis.Fogg. Nos houoraires aussi. trois — Oui ! Oui !.., ! LILLUSTRATION THÉATRALE PiCKWICK, déclamant. — II s'agit dort'iiavaiit pour une plus vaste échelle... et mériter uieux encoré, s'il nos études t't nos rap- est possible, l'estimenous, g:ráce a uos voyages, de rhumanité... —ports, d'apporter une contribution nouvelle au stock Tous. Bravo i... —connaissances quL coustituent d'ores et déjá le PiCKWICK. Inaugurant nos investiu'atioiis, j'aide trésor de riiumanité. l'intention de taire, pour remboueliure de la Tamise, —Les trois Amis. Bravo!... ce que j'ai í'ait jadis, en sens contraire, jjüiir ses PiCKWICK. — 11 s'asit ])our nous d'e.xplorer les sources lointaines... le programme vous sourit-il? —environs, les faubourfrs et la banlieue de Ix)ndres... Tous. Parfaitement... il s'agit de sonder a fond ees ])euplades encoré mal PiCKWICK, k- doigt sur une carte géographique. — DeS campent autour la capitale... II s'agit ce soir, done, la soeiété correspondante du Pickwick-eonnues qui de enfin de porter, dans un rayen de plusieurs miles... Club inaugurera ses voyages d'études, et nous met- que dis-je?... de plusieurs lieues... de porter haut et trons, tout d'abord, le cap sur Roebester... risques et périls, le flambeau de la Winkle.— Ou Koehester?ferme, á nos c», scienti- —civilisation, le microscope de l'observation PiCKWICK. La-bas... vers l'est... a une dizaine fique, le drapeau de l'humanité et du Pickwick- de lieues d'ici... Tous, héroíquement.—Club !... Bien!... — —Les trois Amis. Hurrah!... PiCKWICK, ému. Messieurs, mes chers compa- —PiCKWICK. Noble mission, raessieurs ; mais mis- gnons... Vous vous attendiez á votre mission... Vos dangereuse Interrogez les voyasfeurs... oon- préparatifs sont-ils termines?sion !... Par- —sultez les explorateurs... que répondent-ils?... Tous. Oui... oui... —tout, sur les grand'routes, le désordre regne... les PiCKWICK, sok-nnei. Les miens aussi!... Alors, diligences versent... les gentlemen,cochers sont démoralisés... les je n'ai plus qu'un mot á vous diré: A la chevaux s'emballent... les bateaux chavirent... les gráce de Dieu!... locomotives font explosión... La main levée vers le ciel. — Tous, méme — la gráce DieuLes trois Aius. Oui!... jeu. A de — dangersPiCKWICK. Jlais ce sombre tablean des qu'offrent les voyages d'exploration n'est pas pour Scéne IVláchementnous émouvoir... ni pour nous enchaíner á nos paisibles foyers... Les memes, M°« BARDELL, puis WARDLE, Les trois Amis. — Xon!... Non!... RACHEL, EÍVnLY, ISABELLA— enthousiasme!...PiCKWICK. Je salue ce noble Wardle, vieux gentleman, habit bleu a boutons d'or,Done, voila qui est entendu... Alea jacta est... culotte de velours, boltes á revers. Rachcl. guáranteWlXKLE, levant. la main tenduc. Alca...se ans, toilette prétentieuse. Emily, Isabella, dix-huit et—SnODGEASS, méme jeu. Jacta... dix-neuf ans. Jolies. Plumes et echarpes.TüPMAN, méme jeu.— Est!... — allons partir, et, dans notre M"" Bardell.— Je vous annonce une surprise !...PiKwicK. Nous héroíque pbalange, cbacun de nous assumera sa M. Wardle, sa soeur et ses deux filies. —spécialité... Winkle, á vous les sports et les exer- PiCKWICK. Qu'ils soient les bienveuus I... Wardle, entrant, les mains tendues. — Mon braveeices physiques... WlNELE, prenant des altitudes sportives. — Oui... ami... nous assistions, ees dames et moi, á la séance Oui !... La cbasse... pan !... pan !... La pécbe... fffttt... du Piekwiek-Club... Quel succés! tennis... — !... Mais lais-fffttt!... Le cbeval!... bop!... bop!... billard... PiCKWICK, modestemcnt. THompbal eserime... boxe!... sez-moi d'abord vous présenter mes compagiions de PiCKWICK. — Assez Winkle... Ne voyage. mes collaborateurs... mes disciples. (Présen-Assez !... !... vous fatigiiez pas prématurément... Vous, Snod- tant.) Messieurs Natbaniel Winkle, Tracy Tupman, grass, vous étes poete... Augustus Snodgi'ass... mon vieil ami, monsieur — naissanee... comme Ovide... A Wardle... Miss Kacbel. sa sa?ur... Misses Emily^ etSnodgrass. De trois ans, je faisais des vers á ma nourriee... A dix Isabella... ses adorables filies... —ans, je caressais l'odelette... A quinze... je compo- Tupman. Miss Racbel... J'ai souvenance que dans une circonstance identique, mais diamétrale-sais... II tire un manuscrit de sa poche. ment inverse, Juliette Capulet murmurait á l'oreille PiCKWICK. — Qa suffit!... Rentrez ?a!... Quelle de sa nourriee: <( Va t'informer si Romeo est marié... Si oui... que mon tombeau soit mon lit nuptial !... »mine d'inspiration ne vous ofírira pas le voyage?... —Tupman... le sondage de ráme féminine a toujours RacheIj, minaudam. Olí! monsieur Tupman... —eu attrait particulier... SXODGRASS. Miss Emily... je fus jusqu'a cepour vous un — bumble poete dénué de muse... A partir deTupman. Je l'avoue... L'amour est le but de jour un ma vie... j'aime!... j'adore la femme!... les femmes... cet instant... je l'ai trouvce... —toutes les femmes!... Emilt. Ob ! vous me comblez !... — Winkle. — Miss Isabella... En ma qualilé dePiCKWICK. En eours de route, vous vous livre- bélas! l'éruditionrez a des études comparativesl... Quant a moi, mes rude sportsman, jí' ne possede, ni amis, vous eomiaissez... Mes travaux sur la dé- littéraire de Tupman, ni les métaphores poétiquesme vous dirai simplement... tout d'unecouverte des sources de la Tamise, ainsi que mes de Snodgrass... Je (( Considérations morales et pliilosopbiques sur l'ap- piéee: Vous étes en pleine forme!... pendice des tétards m'ont deja valu— sans fausse Isabella.— Que de délicatesse!...», —— - Parfait !... Bref, nous venons vousraodestie une flatteuse notoriété dans l'univers Wardle. allez loin?savant... félieiter et vous faii-e nos adieu.x... Vous —Tous. — oui!... PiCKWICK. Jusqu'a Roebester...Oui... — Wardle, souriant.— Ab ! bon !... vous serez de-PiCKWICK. Eh bien !... j'entends, des demaiu, y élargir le cbamp de mes reeberehes... obsen'er sur main...