Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

lutte au tabagisme - Lutter contre tabac ou contre fumeurs

De
3 pages

lutte au tabagisme - Lutter contre tabac ou contre fumeurs

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 106
Signaler un abus
Valérie Gaudreau,
Le Soleil
, 13 janvier 2010
Écrasons la cigarette, pas le fumeur : un psychiatre
rallume le débat encore vif
(Québec) En reconnaissant certaines vertus au tabagisme et en plaidant pour la
compassion envers les fumeurs, le psychiatre Jean-Jacques Bourque est bien conscient
qu'il ne se fera pas que des amis. Et que son essai
Écrasons la cigarette, pas le fumeur
risque de «rallumer» un débat encore vif dans la société.
«Je connais bien mon sujet, je me suis lancé et je suis capable de répondre aux
questions», lance d'entrée de jeu le psychiatre à la retraite qui a souvent rencontré des
fumeurs fortement dépendants lors de ses années de pratique.
Ce sont justement ces témoignages qui l'ont incité à écrire ce «plaidoyer pour un peu de
compassion» après une longue réflexion. «Je veux soulager ceux qui fument et qui ont de
la misère à arrêter en leur disant que quelqu'un les comprend», dit ce fumeur de pipe qui a
aussi pigé dans son expérience personnelle.
Lui-même victime d'un infarctus du myocarde en 2004, le Dr Bourque dit avoir eu la
chance d'être traité par des cardiologues qui ont accepté qu'il continue à fumer à
condition de réduire sa consommation. «Ils ont compris que l'importance du stress lié à
l'arrêt pouvait être dommageable pour celui qui est habitué de réduire son anxiété par la
consommation de tabac», écrit-il dans son essai qui paraît aujourd'hui.
Cri du coeur
Un livre malgré tout nuancé, que l'auteur qualifie davantage de «cri du coeur» que de
pamphlet accusateur.
«Je suis totalement d'accord que la lutte au tabac a donné de bons résultats. La moitié des
gens ont arrêté de fumer. Mais ce que je dis aussi, c'est qu'il y a des zones grises. Tout
n'est pas tout noir ni tout blanc. C'est important qu'on voie ça», explique le Dr Bourque.
N'empêche que le psychiatre n'est pas tendre avec les autorités de la santé qui, selon lui,
ne montrent qu'un côté de la médaille. «Disons que je les attaque gentiment.»
Il critique par exemple l'argumentaire contre la fumée secondaire, à ses yeux pas aussi
dommageable qu'on le dit. «De 1940 à 1950, 75 % des hommes fumaient partout, à la
maison, au travail, au restaurant, même dans les salles de cinéma. Eh bien, cela n'a pas
empêché ceux qui étaient ainsi exposés à la fumée secondaire de briser des records de
longévité», soutient-il.
Dans son livre, le Dr Bourque démonte aussi un à un les avertissements de Santé Canada
qui apparaissent sur les paquets. En citant diverses études, il met en doute les chiffres sur