Année économique et sociale 2006 en Guyane

De
Publié par

Politique de la ville L’activité économique dans les Z F U de Guyane exonération de taxe professionnelle réées le 1er janvier 1997, Dispositifs de revitalisa- selon les services fi scaux, avec une Cles Zones Franches Urbaines tion économique, les Zo- différence nette entre les deux ZFU (ZFU) sont au nombre de deux en (1 sur 4 à Cayenne et 1 sur 2 à Saint-nes Franches Urbaines ont Guyane : Village Chinois - Quartiers Laurent). Ce faible rapport peut s’ex-Sud à Cayenne et Charbonnière été depuis leur création pliquer non seulement par la sortie - Centre Bourg à Saint-Laurent du un levier de maintien et progressive du dispositif des entre-Maroni. Au 1er novembre 2006, d’attractivité économique prises déjà présentes au 1er janvier environ 1 600 établissements éco- 1997 mais également par des de-nomiques y sont implantés (1 160 sur quelques quartiers, mandes d’inscription non effectuées établissements sur Cayenne et 450 mais celui-ci tend à s’es- de la part des entreprises qui se sont sur Saint-Laurent). Le nombre d’éta- souffl er en 2006. installées durant cette période par blissements présents en ZFU est en méconnaissance du dispositif ou par progression depuis leur création. choix stratégique.Les entreprises implantées dans une ZFU, qu’elles emploient ou non des Le dynamisme économique observé salariés, peuvent bénéfi cier d’exo- (1) L’exonération de taxe professionnelle varie selon les ZFU.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Politique de la ville
L’activité économique
dans les Z F U de Guyane
exonération de taxe professionnelle réées le 1er janvier 1997, Dispositifs de revitalisa-
selon les services fi scaux, avec une Cles Zones Franches Urbaines
tion économique, les Zo- différence nette entre les deux ZFU (ZFU) sont au nombre de deux en
(1 sur 4 à Cayenne et 1 sur 2 à Saint-nes Franches Urbaines ont Guyane : Village Chinois - Quartiers
Laurent). Ce faible rapport peut s’ex-Sud à Cayenne et Charbonnière été depuis leur création
pliquer non seulement par la sortie - Centre Bourg à Saint-Laurent du un levier de maintien et progressive du dispositif des entre-Maroni. Au 1er novembre 2006,
d’attractivité économique prises déjà présentes au 1er janvier environ 1 600 établissements éco-
1997 mais également par des de-nomiques y sont implantés (1 160 sur quelques quartiers,
mandes d’inscription non effectuées établissements sur Cayenne et 450 mais celui-ci tend à s’es- de la part des entreprises qui se sont sur Saint-Laurent). Le nombre d’éta-
souffl er en 2006. installées durant cette période par blissements présents en ZFU est en
méconnaissance du dispositif ou par progression depuis leur création.
choix stratégique.Les entreprises implantées dans une
ZFU, qu’elles emploient ou non des
Le dynamisme économique observé salariés, peuvent bénéfi cier d’exo-
(1) L’exonération de taxe professionnelle varie selon les ZFU. De façon glo-nérations sociales et fi scales, no-est totale pendant 5 ans, puis est prolongée
bale, elles ont été un levier de main-tamment d’une exonération de taxe de façon dégressive, pendant une durée de
1 tien et d’attractivité économique en 3 ans ou 9 ans selon que l’entreprise emploie professionnelle . En 2006, seule
à cette date plus ou moins de 5 salariés particulier sur quelques quartiers, 1 entreprise sur 3 bénéfi cie d’une
les principaux bénéfi ciaires étant
Cabassou et la zone artisanale Gal-
mot à Cayenne, la zone d’activité de Léger ralentissement en 2006
Saint-Jean à Saint-Laurent.
Installations d’établissements en ZFU Après la baisse du nombre de créa-
tions en 2001 impu-
Un rythme table à l’interruption
du dispositif ZFU, d’implantation
le nombre d’instal-
en baisselations annuelles a
de nouveau progressé jusqu’en 2005.
Aujourd’hui, la tendance est à nou-
veau à la baisse du nombre d’établis-
sements créés, due notamment à la
saturation des disponibilités foncières
et immobilières.
Comme pour l’ensemble du territoire
guyanais, les installations nouvelles
Source : Insee - Sirene d’établissements en ZFU correspon-
25
N° 69 - Guyane - Septembre 2007
AES69_guyaneEL.indd 25 11/09/2007 15:52:26Politique de la ville
dent pour plus de 80 % à des créations gressent comme l’éducation, la santé professionnels, la principale diffi culté
d’activités nouvelles. Cependant, les et l’action sociale. Dans tous les cas, est la faible compétence et le manque
taux d’entreprises créées par transfert les services et le commerce sont les de qualifi cation des demandeurs du
ou par achat sont plus élevés dans les principaux bénéfi ciaires et représen- quartier, et non pas le nombre d’offres
ZFU que pour le reste de la Guyane. tent la part prépondérante des implan- d’emploi proposées.
tations nouvelles en 2006 (respective- En étoffant leurs services économi-
Le profi l des entreprises reste stable, ment 28 % et 26 %). Les entreprises de ques et en croisant les dispositifs (Pro-
avec une prédominance des micro- l’éducation, de la santé et de l’action jet de Rénovation Urbaine, Contrat
entreprises. 63 % des établissements sociale pèsent pour 17 % et celles de Urbain de Cohésion Sociale), les vil-
sont sans salarié et 21 % comptent 1 à la construction pour 15 % tandis que les mettent en Mobilisation des
2 salariés. celles de l’industrie (7 %) et des trans- place une stra-
acteurs locauxDes petites entreprises Les secteurs ports (4 %) sont plus marginales. Le tégie globale
classiques tissu économique est caractérisé par qui vise à relancer une dynamiquede commerce et
sont toujours de petites entreprises de proximité. économique à la fois dans et hors du
de services majoritai- quartier. Le travail de conseil et d’ac-
res au sein des nouvelles entreprises L’inadéquation entre l’offre et la de- compagnement des entreprises déjà
(commerces, services aux entreprises, mande est très largement partagée par implantées s’est amplifi é, ainsi que la
construction...). D’autres secteurs pro- l’ensemble des acteurs. De l’avis des mise en place de dispositifs pour aider
les créateurs ou porteurs de projets,
notamment parmi les résidents.De très petits établissements
Taille des établissements installés en ZFU au 15 novembre 2006 Malgré l’effet de levier du dispositif,
le tissu économique des quartiers en
ZFU demeure fragile, notamment
en raison de la nature des activités
implantées (micro-entreprises). De
plus, des problèmes quotidiens de-
meurent : le manque de foncier, la
nature de l’offre immobilière, l’image
négative et le manque d’équipements,
l’inadéquation forte entre l’offre et la
demande d’em- Conforterplois... La pérenni-Source : Insee - Sirene
sation des nouvelles l’implantation
D’abord des établissements commerciaux activités doit rester des entreprises
une préoccupationActivité économique des établissements installés en ZFU
majeure, en poursuivant une politiqueau 15 novembre 2006
de soutien et d’accompagnement auxEn %
entreprises et d’aide à l’emploi. Ces
enjeux sont d’autant plus prégnants
que les deux ZFU guyanaises voient
leurs périmètres étendus en 2007.
Simon LEYENDECKER
Centre de Ressources Politique
de la Ville de Guyane
Source : Insee - Sirene
Pour en savoir plus
« ZFU Mode d’emploi 2007 », Editions de la DIV : http://www.ville.gouv.fr/pdf/editions/zfu-mode-emploi-2007.pdf
Délimitation des périmètres ZFU : http://i.ville.gouv.fr/
N° 69 - Guyane - Septembre 200726
AES69_guyaneEL.indd 26 11/09/2007 15:52:27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.