Bilan 2007 - Tourisme

De
Publié par

Tourisme Une année mitigée qui profite aux hôtels mais nuit aux campings En 2007, le nombre de nuitées passées dans les hôtels de la région a progressé, mais la météo maussade a pénalisé les campings. L’hébergement touristique bas-normand a perdu des clients français, mais a su capter la clientèle étrangère. Campings et hôtels haut de gamme recueillent les meilleurs résultats n 2007, l’hôtellerie de tourisme a généré une activité de 4,7 dans les campings de l’Hexagone. Le taux d’occupation desEmillions de nuitées, soit 150 000 de plus que l’an dernier emplacements s’en ressent, atteignant 32,7 % en 2007, contre (+ 3,3 %). Cette progression vient interrompre une succession 34,7 % en 2006. de baisses intervenues depuis 2004, et s’approche cette La désaffection des campings du nord et de l’ouest de la année du bilan national (+ 3,6 %). Le taux d’occupation des France a profité à ceux des côtes méditerranéennes plus en- hôtels bas-normands évolue en conséquence, passant de soleillées. La Basse-Normandie est cependant parvenue à li- 55,5 % à 57,6 % entre 2006 et 2007. miter ce recul de fréquentation, contrairement aux régions voisines de Haute-Normandie (- 12 %) ou de Bretagne (- 10 %). Au contraire, les campings bas-normands ont souffert des conditions météorologiques peu favorables .
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Tourisme
Une année mitigée qui profite aux hôtels
mais nuit aux campings
En 2007, le nombre de nuitées passées dans les hôtels de la région a progressé, mais la météo
maussade a pénalisé les campings. L’hébergement touristique bas-normand a perdu des clients
français, mais a su capter la clientèle étrangère. Campings et hôtels haut de gamme recueillent
les meilleurs résultats
n 2007, l’hôtellerie de tourisme a généré une activité de 4,7 dans les campings de l’Hexagone. Le taux d’occupation desEmillions de nuitées, soit 150 000 de plus que l’an dernier emplacements s’en ressent, atteignant 32,7 % en 2007, contre
(+ 3,3 %). Cette progression vient interrompre une succession 34,7 % en 2006.
de baisses intervenues depuis 2004, et s’approche cette La désaffection des campings du nord et de l’ouest de la
année du bilan national (+ 3,6 %). Le taux d’occupation des France a profité à ceux des côtes méditerranéennes plus en-
hôtels bas-normands évolue en conséquence, passant de soleillées. La Basse-Normandie est cependant parvenue à li-
55,5 % à 57,6 % entre 2006 et 2007. miter ce recul de fréquentation, contrairement aux régions
voisines de Haute-Normandie (- 12 %) ou de Bretagne (- 10 %).
Au contraire, les campings bas-normands ont souffert des
conditions météorologiques peu favorables . Ainsi, les 2,7 mil- Des hôtels convoités, surtout en ville
lions de nuitées comptabilisées entre mai et septembre expri-
Hormis au mois de juillet, la fréquentation des hôtels bas-nor-ment un recul de 5,7 % par rapport à l’année précédente en
mands a progressé tout au long de l’année. C’est le CalvadosBasse-Normandie, tandis qu’elles ne diminuent que de 1,9 %
qui a contribué le plus à ce rebond (+ 100 000 nuitées en 2007),
grâce à l’affluence de vacanciers étrangers (+ 13,5 %), no-
tamment des Anglais, des Américains, des Hollandais ou des
Italiens. Le taux d’occupation des hôtels calvadosiens dé-
passe ainsi les 60 % en 2007 (+ 2,5 points). L’Orne récupère le
retard enregistré l’an dernier tandis que la fréquentation des
hôtels manchois se stabilise.
La fréquentation a progressé de plus de 10 % en 2007 dans les
hôtels autour de Caen, de Cherbourg ou de la station thermale
de Bagnoles-de-L’Orne. Au contraire, les nuitées dans les hô-
tels du littoral manchois ont reculé de 4 %, même autour du
Mont-Saint-Michel. Ce phénomène a été courant cette année
dans le nord et dans l’ouest de la France où les touristes ont
raccourci, voire parfois annulé leurs séjours sur le littoral
pour se reporter vers les hôtels de l’intérieur et notamment
ceux des villes. Contraints par la météo, ils ont pu ainsi substi-
tuer plus facilement aux activités liées à la mer (plage, nau-
tisme...) des activités plus culturelles.
LA FRÉQUENTATION DES HÔTELS ET DES CAMPINGS EN 2007
Les hôtels du Calvados attirent les vacanciers étrangers
Calvados Manche Orne Basse-Normandie
Évolution Évolution Évolution Évolution
Nuitées Nuitées Nuitées Nuitées
2007/2006 2007/2006 2007/2006 2007/2006
Hôtels 3 068 187 + 3,4 % 1 175 592 + 0,2 % 471 751 + 11,3 % 4 715 531 + 3,3 %
dont Français 2 155 828 - 0,4 % 879 728 - 0,5 % 407 851 + 15,0 % 3 443 407 + 1,2 %
Etrangers 912 360 + 13,5 % 295 864 + 2,4 % 63 900 - 7,9 % 1 272 124 + 9,5 %
0 -1 étoile 626 463 - 4,1 % 249 633 - 8,3 % 105 229 + 3,8 % 981 324 - 4,4 %
2 étoiles 1 159 742 + 4,7 % 628 836 - 1,7 % 276 487 +14,5 % 2 065 065 + 3,8 %
3-4 étoiles 1 281 983 + 6,2 % 297 123 + 13,7 % 90 036 + 11,1 % 1 669 142 + 7,7 %
Campings 1 146 114 - 8,5 % 1 340 102 - 2,7 % 83 167 - 11,2 % 2 569 383 - 5,7 %
dont Français 590 997 - 16,3 % 803 988 - 8,3 % 58 955 - 15,8 % 1 453 940 - 12,0 %
Etrangers 555 117 + 1,7 % 536 114 + 6,9 % 24 212 + 2,2 % 1 115 443 + 4,1 %
Nus 868 192 - 10,2 % 1 017 876 - 4,2 % 77 449 - 12,0 % 1 963 517 - 7,3 %
Locatifs 277 922 - 2,6 % 322 226 + 2,3 % 5 719 + 1,7 % 605 867 0,0 %
Source : Insee - Direction du tourisme
38 Insee Basse-Normandie - Bilan 2007Tourisme
La mesure de la fréquentation dans
les hôtels et les campings
Les résultats sont issus de l’enquête de
fréquentation dans l’hôtellerie (hôtellerie
homologuée et hôtellerie de chaîne non homologuée) et
l’hôtellerie de plein air. Cette enquête est réalisée par la
Direction régionale de l’Insee en partenariat avec la Direction
du tourisme, le Comité régional et les Comités départementaux
du tourisme de Basse-Normandie. Dans l’hôtellerie, elle est
mise en œuvre mensuellement, par sondage auprès d’un
échantillon représentatif du parc hôtelier régional. Dans
l’hôtellerie de plein air, elle est réalisée de mai à septembre
auprès de l’ensemble des campings homologués (les données
concernant les emplacements résidentiels, assimilés à des
résidences secondaires, ne sont pas comptabilisées).
A cette fréquentation, il faudrait ajouter les touristes pratiquant le
tourisme vert (gîtes ruraux, chambres d’hôtes), hébergés dans les
centres ou villages de vacances, possédant ou louant une résidence
secondaire ou en vacances chez des amis ou de la famille.
Nuitées : nombre de nuits passées dans un établissement (pour
2 personnes restant 3 nuits, on compte 6 nuitées, tout comme
pour 1 personne restant 6 nuits). En Basse-Normandie, la fréquentation des hôtels de 3 et 4
Taux d’occupation : rapport entre le nombre de chambres (ou étoiles progresse ainsi de 8 % quand ceux de 0 à 1 étoile enre-
emplacements) occupées et le nombre de chambres (ou gistrent des nuitées en recul de 4 %. Cette tendance est en- réellement offertes dans les hôtels (ou les core plus marquée dans la Manche (+ 14 % contre - 8 %).
campings).
Le phénomène est analogue dans l’hôtellerie de plein air : la
baisse de fréquentation a été contenue parmi les 3 et 4 étoiles
Des hébergements de plein air à la peine (- 3 %), alors qu’elle a été beaucoup plus pénalisante pour les
La désaffection des campeurs français (- 12 %) durant la sai- établissements de 1 et 2 étoiles (- 14 %). Ces derniers dispo-
son 2007 a largement handicapé l’hôtellerie de plein air sant plus rarement d’emplacements locatifs, ils sont à la fois
bas-normande. Toutefois, elle a été en partie amortie par le plus sensibles aux conditions climatiques et moins portés par
soutien de la clientèle étrangère, qui est venue plus nom- le développement du mobile home de ces dernières années.
breuse cette année (+ 4 %).
Jean-Pierre BELVEZET
Premiers concernés par la météo maussade, les emplace- Insee Basse-Normandie
ments nus ont été les plus touchés. Les nuitées y chutent de
7,3 % et le taux d’occupation passe sous la barre des 30 %
(contre 32 % en 2006). Les campeurs traditionnels ne se sont
pas reportés vers les mobile homes puisque la fréquentation
des emplacements locatifs a stagné en 2007 alors qu’elle est
en constante progression depuis plusieurs années. Une
partie de la clientèle s’est donc également détournée de ce
type d’hébergement malgré l’accroissement de l’offre. Le
taux d’occupation des mobile homes (52,2 %) diminue ainsi de
deux points par rapport à la saison 2006.
Avec environ 106 000 nuitées de moins dans ses campings
entre mai et septembre, le Calvados a été le plus affecté par la
diminution de la fréquentation dans l’hôtellerie de plein air,
notamment sur le littoral. L’Orne a également pâti du mauvais
temps. Dans la Manche, les campings situés à l’intérieur des
terres ont été moins affectés, mais la fréquentation sur les cô-
tes s’est là aussi dégradée (- 9 % au Mont-Saint-Michel entre
mai et septembre).
Un haut de gamme qui renforce ses positions
Comme les années précédentes, les établissements de 3 et 4
étoiles s’en tirent mieux que leurs homologues offrant des
prestations de niveau inférieur. Quelques-uns ont d’ailleurs ou-
vert ou sont montés en gamme tandis que ceux de 0 à 2 étoiles
continuent de fermer en 2007 (- 17 hôtels et - 9 campings).
Insee Basse-Normandie - Bilan 2007 39

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.