Bilan 2010 - Construction, logement

De
Publié par

chantier sur dix en 2010 dans ce département, contre trois sur dix l’année précédente. Dans la Manche et dans l’Orne en re-Le repli de la construction vanche, le tassement continue sur un rythme analogue à celui enregistré en 2009, soit respectivement - 10 % et - 26 %.neuve se poursuit La construction de locaux d’activité continue de reculer très fortementLa construction de logements individuels et de locaux continue de se réduire en 2010, La diminution des surfaces de locaux mis en chantier s’est plus fortement en Basse-Normandie qu’au accentuée en 2010 : de 1 100 000 m² en 2009, elle atteint à niveau national. Mais les ventes d’apparte- peine plus de 600 000 m² cette année, soit une baisse de 45 % ments neufs confirment la reprise entamée (contre - 30 % dans l’hexagone). Les réductions les plus marquées en 2009, notamment dans le Calvados et concernent les locaux agricoles et industriels (- 500 000 m²), dans la Manche. suivis des bureaux et des entrepôts. Les surfaces dédiées aux commerces et à l’artisanat en revanche ont très fortement progressé, pour atteindre 200 000 m² en 2010. Les surfaces re- latives aux services publics quant à elles se redressent légè- rement, sans retrouver toutefois les niveaux d’avant 2009.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

chantier sur dix en 2010 dans ce département, contre trois sur
dix l’année précédente. Dans la Manche et dans l’Orne en re-Le repli de la construction
vanche, le tassement continue sur un rythme analogue à celui
enregistré en 2009, soit respectivement - 10 % et - 26 %.neuve se poursuit
La construction de locaux d’activité
continue de reculer très fortementLa construction de logements individuels et
de locaux continue de se réduire en 2010, La diminution des surfaces de locaux mis en chantier s’est
plus fortement en Basse-Normandie qu’au accentuée en 2010 : de 1 100 000 m² en 2009, elle atteint à
niveau national. Mais les ventes d’apparte- peine plus de 600 000 m² cette année, soit une baisse de 45 %
ments neufs confirment la reprise entamée (contre - 30 % dans l’hexagone). Les réductions les plus marquées
en 2009, notamment dans le Calvados et concernent les locaux agricoles et industriels (- 500 000 m²),
dans la Manche. suivis des bureaux et des entrepôts. Les surfaces dédiées aux
commerces et à l’artisanat en revanche ont très fortement
progressé, pour atteindre 200 000 m² en 2010. Les surfaces re-
latives aux services publics quant à elles se redressent légè-
rement, sans retrouver toutefois les niveaux d’avant 2009.
n passant de 7 900 à moins de 7 150 logements mis en La chute des surfaces créées pour les locaux d’activité a étéEchantier, la construction neuve à usage d’habitation a générale, même si elle a touché plus fortement les départe-
continué de décroître en 2010 mais à un rythme moins impor- ments de la Manche et de l’Orne (- 50 % environ) que le Calva-
tant (- 10 %) que l’an dernier. Le niveau des ouvertures de dos (- 40 %).
chantier de 2010 redescend ainsi au niveau de 2002. La légère
Les ventes d’appartements neufs reprennentreprise des autorisations de construire (+ 5 %) n’a pas com-
(1)pensé le net repli enregistré fin 2009 qui, compte tenu du délai La reprise des ventes d’appartements neufs entamée début
entre la délivrance du permis et le début des travaux, s’est re- 2009, après une pause en fin d’année, a été relancée en 2010,
porté en début d’année. Le marché bas-normand marque s’établissant à environ 1 250 transactions, soit une progres-
donc le pas et ne parvient pas à suivre le redressement qui sion de 4,7 % sur l’année. Les ventes nationales, en augmen-
s’opère ailleurs, tant sur le plan national (+ 3 %) que dans les tation également depuis 2009, se sont érodées au second
régions voisines (+ 2 % en Bretagne ou + 6 % en Haute-Nor- semestre, mais s’accroissent néanmoins de 8,6 % en 2010. Le
mandie). marché bas-normand représente 1,2 % des ventes d’apparte-
ments en France. Il reste très majoritairement calvadosien
Le fléchissement de la construction neuve est dû à la pour- (trois ventes sur quatre), mais l’activité a été plus dynamique
suite du ralentissement des chantiers de maisons individuel- cette année dans la Manche (70 logements réservés en plus),
les (850 de moins qu’en 2009), notamment dans l’individuel contrairement à l’Orne, où les ventes se sont réduites à la por-
diffus (- 17 %, contre - 6 % en lotissement), alors que le tion congrue.
nombre de logements collectifs s’est stabilisé en 2010. On en-
registre même une progression du nombre de logements en
résidence avec services (pour personnes âgées ou handica-
pées, étudiants, résidences de tourisme...).
Dans le Calvados, le recul de la construction a été relative-
ment contenu (- 4 %) grâce à la bonne progression du secteur
collectif (+ 21 %) qui a représenté quatre logements mis en
Après l’assainissement du marché intervenu en 2009 visant à
écouler les stocks importants accumulés depuis 2007, les
promoteurs ont recommencé à proposer des biens en 2010,
(1) Source : Dreal Basse-Normandie - Enquête sur la Commercialisation de
Logements Neufs. Les résultats présentés concernent les logements
collectifs.
20 Insee Basse-Normandie - Bilan 2010LES LOGEMENTS EN 2010
Le collectif calvadosien limite la baisse globale
(1)Total logement dont individuel pur dont individuel groupé dont collectif
ÉvolutionÉvolution Évolution Évolution
Nombre Nombre Nombre Nombre
2010/2009 (en %) 2010/2009 (en %) 2010/2009 (en %) 2010/2009 (en %)
Logements mis en chantier
Calvados 3 602 - 4,4 1 411 - 20,1 617 - 15,2 1 403 + 21,4
Manche 2 645 - 10,3 1 807 - 11,3 384 + 22,7 409 - 29,4
Orne 893 - 26,4 672 - 21,9 137 - 19,4 79 - 48,7
Basse-Normandie 7 140 - 10,0 3 890 - 16,6 1 138 - 6,0 1 891 + 0,1
Logements autorisés 9 298 + 5,0 4 947 + 11,3 1 808 + 39,7 1 763 - 17,1
(1) lotissements essentiellement
Source : Dreal, Sit@del 2
Avertissement : un nouveau mode de collecte et de calcul a été mis en place à partir de mars 2009. Les chiffres présentés sont issus de cette nouvelle série
Sit@del 2, rétropolée sur les années précédentes et peuvent donc afficher des écarts par rapport aux séries Sit@del publiées antérieurement.
notamment au premier semestre. De 750 loge-
ments à la fin de 2009, les encours d’appartements
disponibles sont passés à environ 860 au dernier
trimestre 2010.
Corollaire de ce rebond, les prix ont continué à re-
monter tout au long de l’année 2010, et ont passé la
barre des 3 500 €/m² au quatrième trimestre, soit
une hausse annuelle de 9 %, contre 5 % dans
l’hexagone. La Basse-Normandie se trouve ainsi
e
au 5 rang des régions les plus chères, après
Île-de-France, Paca, Poitou-Charentes et Rhône-
Alpes.
La concentration du marché sur le Calvados, en
particulier sur Caen-la-mer et le littoral du dépar-
tement, où les tarifs sont les plus élevés, explique
en partie ce positionnement. Par ailleurs, le ren-
chérissement des prix au m² a été accentué par
une proportion de petits logements dans les ven-
tes d’appartements en nette progression par rap-
port à 2009 : les T1 et T2 représentent désormais
plus d’une vente sur deux, contre un peu plus de
quatre sur dix en 2009.
Les loyers du secteur privé
repartent à la hausse
(2) fluencée par les volumes et les niveaux de prix deSelon l’observatoire des loyers du secteur privé , le marché
de la location bas-normand se relève peu à peu, les prix ayant l’Ile-de-France, mais la Basse-Normandie reste une région
renoué avec la hausse en passant de 11,0 à 11,2 €/m² entre relativement chère par rapport à la province. Dans le parc so-
(3)
cial , comme en 2009, les loyers sont restés stables en 2010.2009 et 2010. En France, le prix au m² est passé de 12,0 à
12,3 €/m². Cette moyenne nationale reste fortement in-
Jean-Pierre BELVEZET
(2) Source : Clameur.
(3) Source : Dreal Basse-Normandie - Enquête sur le Parc Locatif Social Dreal Basse-Normandie
Insee Basse-Normandie - Bilan 2010 21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.