Bilan 2011 - Construction, logement

De
Publié par

l’activité du bâtiment dans le département. Dans l’Orne, la re- prise plus mesurée (+ 3 %) se concentre, comme dans laLa construction neuve Manche, sur le collectif. reprend doucement La Basse-Normandie fait partie des régions où l’essentiel de la construction de logements est constitué de maisons indivi- duelles (près de 69 % des mises en chantier en 2011). C’est un Après plusieurs années de baisse, les surfa- peu moins qu’en Limousin, en Poitou-Charentes ou en Au- ces de locaux d’activité se stabilisent en vergne (entre 75 et 83 %), mais plus qu’en Haute-Normandie, 2011. La construction de logements neufs en région Centre ou en Bretagne (entre 60 et 66 %). Même si reprend même légèrement en Basse-Nor- cette proportion est moins élevée que dans la Manche ou mandie alors qu’elle baisse en France, après dans l’Orne, la part de l’individuel reste importante dans le le rebond enregistré l’année dernière. La re- Calvados (61,5 %), département le plus urbanisé. prise des ventes d’appartements neufs, ali- Léger regain des surfaces de locaux d’activitémentée par le marché calvadosien, se confirme également. La baisse continue depuis 2007 des surfaces mises en chan- tiers de locaux d’activité a été endiguée en 2011. Avec près de (1) vec près de 7 600 mises en chantier en 2011 , la cons- 600 000 m², l’année 2011 affiche même un léger regain (+ 6 %)Atruction neuve de logements renoue avec la croissance par rapport aux 565 000 m² de 2010 (1 730 000 m² en 2007).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

l’activité du bâtiment dans le département. Dans l’Orne, la re-
prise plus mesurée (+ 3 %) se concentre, comme dans laLa construction neuve
Manche, sur le collectif.
reprend doucement La Basse-Normandie fait partie des régions où l’essentiel de
la construction de logements est constitué de maisons indivi-
duelles (près de 69 % des mises en chantier en 2011). C’est un
Après plusieurs années de baisse, les surfa- peu moins qu’en Limousin, en Poitou-Charentes ou en Au-
ces de locaux d’activité se stabilisent en vergne (entre 75 et 83 %), mais plus qu’en Haute-Normandie,
2011. La construction de logements neufs en région Centre ou en Bretagne (entre 60 et 66 %). Même si
reprend même légèrement en Basse-Nor- cette proportion est moins élevée que dans la Manche ou
mandie alors qu’elle baisse en France, après dans l’Orne, la part de l’individuel reste importante dans le
le rebond enregistré l’année dernière. La re- Calvados (61,5 %), département le plus urbanisé.
prise des ventes d’appartements neufs, ali-
Léger regain des surfaces de locaux d’activitémentée par le marché calvadosien, se
confirme également. La baisse continue depuis 2007 des surfaces mises en chan-
tiers de locaux d’activité a été endiguée en 2011. Avec près de
(1)
vec près de 7 600 mises en chantier en 2011 , la cons- 600 000 m², l’année 2011 affiche même un léger regain (+ 6 %)Atruction neuve de logements renoue avec la croissance par rapport aux 565 000 m² de 2010 (1 730 000 m² en 2007).
(+ 7,5 %) après trois années de baisse consécutives. La re-
Ce rebond concerne notamment les locaux industriels, parti-
prise des autorisations constatée dès 2010 s’est en effet ré-
culièrement touchés en 2010, les locaux commerciaux et les
percutée sur les ouvertures de chantier cette année. Leur
hébergements hôteliers. Les entrepôts, en revanche, ne
maintien s’est prolongé tout au long de 2011, alimenté par des
confirment pas le sursaut enregistré en 2010, et les locaux
investisseurs ayant sans doute anticipé la réduction des
agricoles continuent de reculer. Les surfaces de locaux ac-
avantages du dispositif Scellier.
cueillant des services publics confortent la reprise observée
La Basse-Normandie s’affiche ainsi comme une région où la en 2010, les mises en chantier atteignant un niveau compa-
construction de logements progresse en 2011, contrairement rable en 2011.
aux régions voisines : - 4 % en Haute-Normandie, - 7 % en Bre-
L’embellie de 2011 tient à la croissance des surfaces mises en
tagne, - 12 % dans les Pays de la Loire et à la France (- 4 %).
chantier dans le Calvados (+12 %) et dans l’Orne (+11 %), tan-
Toutefois, ces évolutions sont à nuancer car, tant en France
dis qu’elles continuent de diminuer dans la Manche, à un
que dans ces régions, la reprise avait été particulièrement
rythme moins important (- 5 %).
marquée en 2010.
Le Calvados booste les ventes
d’appartements neufs
La bonne tenue de la commercialisation d’appartements
(2)
neufs de 2010 s’est confirmée en 2011. Avec 1 380 ventes,
l’activité progresse même légèrement (+ 2,1 %). Dans l’hexa-
gone, après un regain nettement plus vigoureux en 2009, et
une croissance encore vive en 2010, la commercialisation
d’appartements a reculé en 2011 (- 9,1 %). Le poids de la
Basse-Normandie s’est donc légèrement renforcé cette
année, pour atteindre 1,5 % des ventes nationales.
L’activité a été portée par le Calvados, qui a concentré plus de
huit ventes sur dix en 2011. Avec un peu plus de 200 ventes, la
Manche enregistre un léger recul cette année et l’Orne reste
sur la situation de 2010, avec un marché atone (une dizaine de
ventes).
La reprise bas-normande est surtout tirée par l’activité du Les promoteurs ont poursuivi sur leur lancée de 2010 en met-
Calvados (+ 9 %). Elle provient essentiellement de la nette re- tant sur le marché de nouveaux biens. Les stocks constatés
prise de la construction de maisons individuelles en milieu en fin d’année sont ainsi un peu plus élevés en 2011 (990 loge-
diffus (+ 22 %), les maisons en lotissement affichant un niveau ments contre 860 fin 2010), mais loin des niveaux atteints en
proche de celui de l’année précédente. La construction de lo- 2007 et 2008.
gements collectifs calvadosiens est également repartie
Après le pallier de 2009, les prix avaient particulièrement aug-(+ 6 %) pour se rapprocher des 1 200 unités, soit un volume su-
menté en 2010. Avec 3 442 €/m², ils se stabilisent en 2011périeur aux 800 à 1 000 logements observés au début des an-
(+ 0,8 %). Le marché bas-normand ne suit donc pas la ten-nées 2000.
La progression est un peu moins franche dans la Manche, (1) Données en dates réelles (voir encadré).
mais reste de bonne tenue (+ 7 %). L’individuel se maintient et (2) Source : Dreal de Basse-Normandie - Enquête sur la Commercialisation
c’est le collectif, avec près de 600 logements, qui entretient de Logements Neufs (voir encadré).
18 Insee Basse-Normandie - Bilan 2011LES LOGEMENTS EN 2011
Collectif manchois et individuel pur calvadosien relancent la construction neuve
(1)Total logement individuel pur individuel groupé collectif et résidences
ÉvolutionÉvolution Évolution Évolution
Nombre Nombre Nombre Nombre
2011/2010 (en %) 2011/2010 (en %) 2011/2010 (en %) 2011/2010 (en %)
Logements mis en chantier
Calvados 3 985 + 9,1 1 857 + 22,4 594 + 2,1 1534 - 1,2
Manche 2 661 + 6,8 1 733 - 2,9 288 + 14,9 640 + 40,4
Orne 934 + 2,8 655 + 0,6 80 - 1,2 199 + 12,4
Basse-Normandie 7 580 + 7,5 4 245 + 7,4 962 + 5,1 2 373 + 8,6
Logements autorisés 10 332 + 11,4 5 142 + 9,8 1 500 + 6,2 3 690 + 15,9
(1) lotissements essentiellement
Source : Dreal Basse-Normandie, Sit@del 2 en dates réelles avril 2012 (voir encadré)
dance nationale : le prix de vente des appartements a conti-
nué d’augmenter quasiment au même rythme qu’en 2010
(+ 5,6 %) alors même que les ventes ont diminué. La
e
Basse-Normandie n’en demeure pas moins la 5 région la plus
chère, entre l’Aquitaine et le Poitou-Charentes.
Le maintien des prix bas-normands tient à la poursuite d’un
double phénomène : d’une part, la concentration croissante
des ventes dans le Calvados, où les prix sont plus élevés, et
d’autre part, le poids grandissant des petits logements dans
les ventes (61 % de T1 ou de T2 en 2011, contre 52 % en 2010).
Ce phénomène se retrouve également dans les régions voisi-
nes, mais la proportion de T1-T2 n’atteint pas le niveau de la
Basse-Normandie (entre 53 et 57 %).
Construction neuve : les données proviennent des
permis de construire collectés dans la base Sit@del 2. On
distingue les logements et les locaux d’activité. Deux séries
sont observées : les autorisations (permis de construire
autorisés par les autorités compétentes) et les mises en
chantier (début des travaux).
Avertissement : les données prises en compte dans la rédaction
de ce bilan sont issues des séries en dates réelles, rattachant
chaque événement (autorisation, mise en chantier) au mois au
cours duquel il s’est effectivement produit et non à la date à
laquelle il a été intégré dans la base. En conséquence, les
données présentées dans ce Bilan ne sont pas comparables
avec celles des éditions précédentes.
Les loyers du privé restent stables Commercialisation des logements neufs : l’Enquête sur la des Logements Neufs (ECLN) est réaliséeAprès une légère hausse l’an dernier, les loyers du secteur
(3) auprès des promoteurs. Les résultats présentés ici concernentprivé se maintiennent en 2011, avec une valeur au mètre car-
uniquement les données sur les logements collectifs. Onré qui s’établit à 11,2 € pour la Basse-Normandie. Stables à
distingue les ventes (logements réservés), les mises en ventes
12 €/m² dans le Calvados, les loyers se sont légèrement re-
(logements proposés à la vente par les promoteurs) et les
pliés, autour de 8,6 €/m², dans la Manche tandis qu’ils ont
stocks (encours de logements disponibles à la vente qui n’ont
augmenté dans l’Orne (7,8 €/m²). En France, le prix des loyers pas trouvé acquéreur en fin de période).
au m² continue de progresser pour atteindre 12,5 €/m² en
Loyers du secteur privé : base Clameur (Connaître les Loyers et
2011. Les loyers bas-normands restent comparables à ceux
Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux).
de Haute-Normandie et demeurent plus élevés qu’en
Loyers du secteur public : l’Enquête sur le Parc Locatif Social
Pays-de-la-Loire, en Bretagne et en région Centre. (EPLS) a été remplacée en 2011 par un Répertoire du Parc
Locatif Social (RPLS). Le nouveau contour de l’interrogation,Jean-Pierre BELVEZET
notamment sur la nature de la surface comptabilisée, ne permet
Dreal Basse-Normandie
pas de comparer les données de loyer entre les deux dispositifs.
(3) Source : base Clameur
Insee Basse-Normandie - Bilan 2011 19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.