Concentration et spécialisation industrielle : atouts et faiblesses

De
Publié par

L'industrie est très présente en Auvergne ; toutefois la spécialisation sectorielle, la concentration d'une partie de l'emploi dans un nombre limité d'établissements ou même la conjugaison de ces deux facteurs, peuvent induire une fragilité de plusieurs zones d'emploi.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Concentration et spécialisation
industrielle : atouts et faiblesses
L’Auvergne dispose d’un tissu industriel fortement
spécialisé dans les secteurs chimie-caoutchouc-plastiques,
métallurgie et transformation des métaux, industries
agricoles et alimentaires.
Certaines zones d’emploi auvergnates présentent des
vulnérabilités, liées soit à une forte spécialisation sectorielle
(Thiers, Yssingeaux), soit à la concentration d’une partie
importante de l’emploi dans un nombre limité d’établissements
(Gannat), soit à ces deux facteurs simultanément (Issoire,
Dompierre-sur-Besbre).
Daniel GRAS,
Jean-Éric PLACE
d'un établissement peuvent avoir des ré-La spécialisation sectorielle
percussions importantes sur le territoire. Unet la concentration des emplois
établissement qui emploie une part impor-d'une zone dans un nombre limité
tante de la main-d'œuvre locale crée une
d'établissements sont des facteurs
vulnérabilité structurelle (source de risque),
de vulnérabilité.
cependant il peut être aussi le poumon éco-
En effet, plus une zone géographique est nomique de cette zone et générer une dy-
spécialisée dans un nombre restreint d'acti- namique très positive.
vités, plus l'impact d'un choc sectoriel sera D'autres indicateurs comme la situation
fort. Néanmoins, celui-ci sera positif ou né- géographique d'une zone d'emploi, son po-
gatif selon la dynamique positive ou néga- tentiel démographique, la qualification de
tive du secteur ou des secteurs de sa main-d'œuvre, la vitalité de son tissu
spécialisation. Il en va de même pour les d'entreprises, voire une coopération inter-
zones où les emplois sont concentrés dans communale générant un projet écono-
un nombre limité d'établissements. La fer- mique concourent aussi à la fragilité ou aux
meture, la délocalisation, la restructuration potentialités de celle-ci.La zone d'emploi d'Issoire est fortement spé-Sur les seize zones d'emploiDes zones d’emploi cialisée dans les secteurs de la métallurgierépertoriées en Auvergne, six
et transformation des métaux, des compo-vulnérables comptent à la fois parmi les plus
sants électriques et électroniques et de la
spécialisées et les plus concentrées
construction navale et aéronautique. Son
de France. niveau de concentration est relativement
Issoire, Dompierre-sur-Besbre, Saint-Pour- fort : les dix plus grands établissements de
çain-sur-Sioule, Brioude, Ambert et Mauriac la zone d'emploi d'Issoire regroupent
présentent ainsi une double vulnérabilité. 43,0 % des effectifs employés. C'est l'un
Spécialisation et concentration des zones d’emploi métropolitaines
Méthodologie carte et graphique
Les zones d'emploi (espaces
géographiques à l’intérieur desquels
la plupart des actifs résident et
Moulins travaillent) ont été regroupées parDompierre-
sur-Besbre tiers selon leur indice de
Montluçon St-Pourçain- spécialisation : peu spécialisées,sur-Sioule
Vichy moyennement spécialisées et trèsGannat
spécialisées. De même, on a
Thiers distingué les zones d'emploi selon
Clermont-
leur indice de concentration : peuFerrand
concentrées, moyennement
AmbertIssoire
concentrées et très concentrées.
Nous avons distingué quatre cas pourBrioudeMauriac
identifier les zones qui présentent des
Yssingeaux
Le-Puy- vulnérabilités, eu égard à l'un de cesSt-Flour
en-VelayAurillac deux critères ou les deux :
- les zones qui sont très spécialisées
(mais peu ou moyennement
concentrées) ;
- les zones qui sont à la fois très
spécialisées et très concentrées ;
Typologie par zone d'emploi - les zones qui sont très concentrées
Très spécialisée et peu ou (mais peu ou moyennement
moyennement concentrée
spécialisées) ;
Très spécialisée et très concentrée
- les zones qui sont à la fois peu ouPeu ou moyennement spécialisée
© IGN - INSEE 2004 et très concentrée moyennement spécialisées et
Peu ou moy concentrées.
et concentrée
70 %
33,3 % 43,7 %
60 %
Très50 %
concentré Dompierre-
sur-Besbre
Saint-Pourçain-
sur-Sioule
Issoire40 % ZE auvergnates
Gannat Autres ZE
Brioude
métropolitainesAmbert
30 % Montluçon
Mauriac
24,0 %Clermont-Ferrand Thiers
Moyennement Moulins20 % Vichyconcentré Aurillac
Le Puy- 16,3 %
Yssingeauxen-Velay Saint-FlourPeu
10 % concentré
TrèsPeu Moyennement
spécialiséspécialisé spécialisé
0 %
0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 %
Indice de spécialisation
Source : INSEE - DADS 2000 - Secteur marchand non agricole hors intérim
- 2 -
Indice de concentrationdes trois niveaux de concentration les plus Les zones d'Yssingeaux
L’indice de concentration utilisé dans élevés au sein des zones d'emploi et de Thiers affichent un indice
l’étude représente la part de l’emploi total régionales. Dans une telle configuration de concentration moyen, voire
relative aux dix premiers établissements structurelle, tout événement qui affecte des faible pour Yssingeaux. Elles
employeurs de la zone. établissements de grande taille, souvent présentent par contre l'une comme
dépendants de groupes industriels interna- l'autre de fortes spécialisations.
tionaux, impacte gravement la zone d'em-L’indice de spécialisation mesure la
ploi. En 2003, la restructuration d'Aubert et La zone d'emploi de Thiers est spécialiséespécialisation des activités de la zone
dans les activités de métallurgie et transfor-Duval Holding, filiale du groupe Eramet etdans un nombre plus ou moins impor-
l'OPA de la société canadienne Alcan sur mation des métaux (42,8 % des effectifs detant de secteurs. Si celui-ci est élevé,
la zone), dans l'industrie du bois et du pa-Péchiney ont directement affecté leurs filia-une part importante de l’emploi est
les issoiriennes : Fortech (ERAMET), Inter- pier (6,5 %) et dans l'habillement-cuirconcentrée dans quelques secteurs dé-
(4,1 %). La concentration de l'emploi estforge (ERAMET) et Péchiney-Rhénalu, quiterminés.
s'inscrivent parmi les dix plus gros em- peu élevée : les dix plus grands établisse-
ments ne représentent que 21,2 % des ef-ployeurs et génèrent environ 2 000 emplois
L’indice de spécificité définit l’éloigne- sur la zone. Indirectement, les emplois in- fectifs. L'activité coutelière, vieille de huit
ment ou la proximité d’une zone par rap- siècles, bénéficie d'un rayonnement supra-duits sont menacés.
port au reste du territoire d’analyse en Au nord-est du département de l'Allier, la national, mais est de plus en plus concur-
terme de répartition sectorielle des rencée par des productions étrangères.zone d'emploi de Dompierre-sur-Besbre
emplois. Plus l’indice est proche de présente une forte spécialisation dans les Dans la zone d'emploi d'Yssingeaux,
zéro, plus la zone ressemble aux autres proche économiquement du départementindustries du bois et du papier mais surtout
zones, plus il s’en éloigne et plus la dans la métallurgie et transformation des de la Loire, les activités de la chimie-caout-
zone est différente. chouc-plastiques, de la métallurgie et trans-métaux. Dans cette dernière activité, la pré-
sence d'un établissement du groupe Peu- formation des métaux et de l'industrie
textile prédominent. Cette forte spécialisa-geot de près de 800 salariés contribue à en
faire une zone d'emploi particulièrement tion (14ème zone française la plus spécia-
lisée) va ici de pair avec une faibleconcentrée. Avec 44,9 % de l'emploi offert
par les dix plus gros établissements de la concentration : c'est la zone d'emploi la
moins concentrée d'Auvergne et parmi lezone, elle affiche le plus fort niveau de
concentration régional et le 5ème parmi les tiers des zones d'emploi les moins concen-
trées de France.348 zones d'emploi métropolitaines.
Principales caractéristiques des zones d’emploi d’Auvergne
Classement sur l’indice de spécialisation parmi les 348 zones d’emploi métropolitaines
Part
de l'emploi Indice de spécificité Indice de spécialisation Indice de concentration Population
régional
Zone d'emploi
Classement Classement Classement Classement
en % en % au niveau en % au niveau en % au niveau au niveau
métropolitain métropolitain métropolitain métropolitain
Thiers 4,2 % 51,1 % 3 63,9 % 5 21,2 % 154 315
Dompierre-sur-Besbre 1,3 % 43,2 % 12 59,5 % 9 44,9 % 5 340
Yssingeaux 5,5 % 43,8 % 10 57,3 % 14 14,8 % 257 230
Issoire 3,8 % 40,7 % 20 56,5 % 16 43,0 % 10 278
Saint-Pourçain-sur-Sioule 1,4 % 38,2 % 34 53,7 % 24 43,6 % 8 342
Ambert 1,9 % 38,3 % 31 52,9 % 30 30,1 % 59 329
Mauriac 1,3 % 33,9 % 74 48,3 % 63 30,7 % 54 326
Brioude 2,2 % 31,1 % 117 43,8 % 115 34,2 % 36 331
Gannat 0,7 % 30,1 % 134 43,5 % 119 34,4 % 34 347
Saint-Flour 1,7 % 29,9 % 136 41,6 % 140 15,1 % 254 316
Montluçon 8,9 % 27,1 % 190 39,0 % 169 27,5 % 84 129
Aurillac 5,3 % 23,0 % 243 32,7 % 237 16,4 % 231 203
Le Puy-en-Velay 6,5 % 22,1 % 257 30,3 % 266 16,8 % 221 171
Vichy 7,5 % 20,2 % 281 29,1 % 276 17,9 % 204 158
Clermont-Ferrand 42,2 % 16,4 % 315 25,9 % 306 22,1 % 142 23
Moulins 5,4 % 16,8 % 310 22,9 % 321 19,0 % 187 211
Sources : INSEE - DADS 2000 - Secteur marchand non agricole hors intérim - Recensement de la population 1999
- 3 -Février 2004 - NN°° 1155
Quant aux zones de Montluçon et de Gan- ment spécialisées sont principalement lo-
nat, elles présentent des niveaux de calisées autour d'aires d'emploi de l'espace
Nouveau
concentration assez élevés, mais elles dis- rural. Seules les zones de Thiers et
posent par ailleurs d'un volant d'activités d'Issoire font exception : elles rayonnent
Le ministère des finances
plus large : cette diversification sectorielle autour de deux petites aires qualifiées d'ur-
au service des entreprises atténue leur vulnérabilité. baines en raison de leur proximité avec la
www.entreprises.minefi.gouv.fr En Auvergne, région traditionnellement in- métropole clermontoise.
dustrielle, les zones d'emploi les plus forte-
Une région à forte
orientation industrielle
Indice de ressemblance de l'Auvergne
L’Auvergne présente une répartition secto- par rapport aux autres régions françaises
rielle d’activités globalement très éloignée
de celle des autres régions françaises (in-
Dans votre région dice de spécificité élevé).
Décliné de l’indice de spécificité, l’indice dePour répondre à vos attentes, les
ressemblance compare la structure des acti-interlocuteurs du réseau « Minefi
vités économiques entre deux régions. Ilau service des entreprises » sont
met en évidence une répartition sectorielle
à votre écoute pour vous informer,
de l’Auvergne proche de celles de la Pi-
vous orienter et vous conseiller.
cardie (11,2 %), de la Bourgogne (11,3 %),
de la Champagne-Ardenne (13,0 %), de la
Lorraine (14,1 %) et du Centre (14,5 %).
Concrètement, si on réallouait sectorielle-
ment 11,2 % des effectifs de l’Auvergne ou
de la Picardie, les structures productives de
ces deux régions deviendraient similaires.
En revanche, l’Auvergne se différencie radi-
calement de l’Île-de-France (34,1 %), mais
aussi des régions méditerranéennes : Corse
(30,5 %), Provence-Alpes-Côte-d’Azur
© IGN - INSEE 2004
(23,3 %) ou Languedoc-Roussillon (22,7 %).
Avertissement
L’indice de ressemblance compare la structure Indice de ressemblance
Une forte spécificité n’a pas toujours
des activités économiques d’une zone avec celle 20 % ou plus
pour corollaire une spécialisation de 15 % à moins de 20 %d’une autre zone en indiquant la proportion de
moins de 15 %sectorielle. En effet, si l’ensemble du
l’emploi total qui se trouve dans des secteurs Auvergneterritoire est très spécialisé sur cer- Source : INSEE - DADS 2000 -d’activité différents entre les deux. Plus cet indice
Secteur marchandtaines activités, les zones les plus
non agricole hors intérimest faible, plus les zones sont proches. À l’in-
spécifiques montrent alors une
verse, plus il est élevé et plus les zones sont diffé-
grande diversification sectorielle.
rentes.
L'Auvergne se positionne, derrière la tiques (10,1 % des actifs occupés en Au-Un actif auvergnat
Franche-Comté, la Corse et l'Île-de-France, vergne contre 2,6 % au niveau national), de
au quatrième rang des régions françaises la métallurgie et transformation des métauxsur dix travaille
les plus spécialisées. En effet, elle présente (7,3 % contre 3,3 %) et des industries agri-
dans le secteur de une faible diversification de ses secteurs coles et alimentaires (5,5 % contre 4,1 %)
d'activité. sont sur-représentés au regard de la struc-la chimie-caoutchouc-
Son indice de spécialisation est proche de ture d'activité métropolitaine. Ces trois sec-
plastiques celui du Limousin, mais également de celui teurs regroupent à eux seuls 56,9 % des
de la Picardie. effectifs industriels auvergnats.
Les secteurs de la chimie-caoutchouc-plas-
- 4 -L'Auvergne, avec 449 600 salariés et ture (7,1 % de l'emploi régional, contreUne population
69 600 non-salariés, regroupe 2,1 % de l'en- 3,8 % pour la France), ce secteur em-
de non-salariés semble des emplois de la France métropoli- ployant principalement des non-salariés.
(1)taine fin 2000 . Elle occupe ainsi la 19ème L'industrie, bien que marquant le pas auimportante
place des régions en termes d'actifs occupés profit du tertiaire, demeure une compo-
et se situe à un niveau comparable à ceux de sante essentielle de l'économie régionale.
la Champagne-Ardenne et de la Basse-Nor- La dynamique industrielle de l'Auvergne
mandie. Son poids en termes d'emploi est s'est fondée à partir du XIXème siècle sur
proche de celui de sa population (2,2 %). l'exploitation des richesses naturelles, le
Entre 1989 et 2000, l'emploi total auvergnat développement de productions déjà im-
a augmenté de 5,1 %, moins que l'en- plantées et la création de nouvelles bran-
semble de la France métropolitaine (8,9 %). ches (sucrerie, industries du caoutchouc,
Cet écart de près de quatre points s'ex- du parapluie). Les replis industriels stratégi-
plique par une baisse plus prononcée en ques, précédant les deux dernières guerres
Auvergne des effectifs non salariés mondiales, ont consolidé cette orientation
(- 30,7 % contre - 26,8 %), tandis que la industrielle. Fin 2000, plus de 21 % des em-
hausse des effectifs salariés est compa- plois se situent dans le secteur industriel,
rable à la moyenne nationale. contre 17,8 % pour la France.
Malgré cette évolution, la proportion de Malgré une évolution favorable du tertiaire,
non-salariés reste la plus élevée après celle ce secteur est toujours sous-représenté en
de la Corse. En effet, l'Auvergne est une ré- Auvergne. Il ne pèse que pour 53,4 % de(1) Estimations d’emploi au
lieu de travail au 31/12/2000. gion profondément marquée par l'agricul- l'emploi total contre 59,1 % en France.
Plus d’industrie en Auvergne et moins de services
70 %
Agriculture
60 % Construction
Commerce
Industrie50 %
Services
40 %
30 %
20 %
10 %
0 %
Auvergne France métropolitaine France métropolitaine hors Île-de-France
Source : INSEE - Estimations d'emploi au lieu de travail au 31/12/2000
Les départements auvergnats présentent ture. Le Cantal demeure une terre profon-Le Cantal et la
une forte disparité économique. Le dément agricole : 16,6 % des emplois relè-
Haute-Loire : deux Puy-de-Dôme et l’Allier regroupent fin 2000 vent de ce secteur d’activité. Le
respectivement 48,0 % et 25,2 % de l’em- Puy-de-Dôme et l’Allier regroupent respec-départements à la ploi régional (tous secteurs confondus). tivement la moitié et le quart de l’emploi in-
Les autres actifs occupés auvergnats se ré- dustriel régional.fois très spécifiques
partissent entre la Haute-Loire (15,4 %) et Les départements du Cantal et de la
et très spécialisés le Cantal (11,4 %). Un quart des actifs occu- Haute-Loire apparaissent très spécifiques,
pés de la Haute-Loire le sont par l’industrie puisque classés en 5ème et en 17ème po-
et un peu moins d’un sur dix par l’agricul- sition parmi les départements français triés
- 5 -
% des actifs occupés au 31/12/2000par spécificité décroissante. Ceux de l’Allier et du Par rapport aux autres départements français, la
Puy-de-Dôme se situent en milieu de classement. Haute-Loire se démarque par une plus forte présence des
En termes de répartition sectorielle d’activités, les trois dé- emplois dans les industries du textile et de la chimie-caout-
partements les plus proches de la Haute-Loire sont la Loire, chouc-plastiques. Pour le Cantal, les deux activités les plus
le Jura et l’Orne. Le Cantal est plus proche de la Dordogne, spécifiques sont l’industrie des équipements du foyer et les
du Gers et des Landes. industries agroalimentaires.
Les départements de la Haute-Loire et du Cantal sont forte- Les industries chimie-caoutchouc-plastiques et métallurgie
ment spécialisés. Ils sont respectivement 7ème et 14ème et transformation des métaux caractérisent plus particuliè-
dans le classement des départements métropolitains les rement les départements du Puy-de-Dôme et de l’Allier
plus Le Puy-de-Dôme et l’Allier se situent quant
à eux en 47ème et en 59ème position.
Deux départements parmi les plus spécifiques de France
Position sur Position sur
l'ensemble Indice l'ensemble
Emploi total Part de Indice de
Département des de des
au 31/12/2000 l'emploi spécificité
départements spécialisation départements
français français
Allier 130 967 25,2 % 18,6 % 57 26,2 % 59
Cantal 59 125 11,4 % 24,6 % 17 34,8 % 14
3, place Charles de Gaulle - BP 120
Haute-Loire 80 020 15,4 % 27,9 % 5 38,7 % 7
Tél. : 04 73 19 78 00
Puy-de-Dôme 249 040 48,0 % 18,4 % 58 27,4 % 47 Fax : 04 73 19 78 09
Auvergne 519 152 100,0 % /// /// Directeur de la publication
René JEANSources : INSEE - Estimations d’emploi au 31/12/2000 et DADS 2000
Directeur régional de l’INSEE
Rédaction en chef
Nicole THOMAS
Nicole MARCZAK
Composition et mise en page
INSEE
Vente et abonnement
Champ étudié Tél. : 04 73 19 78 73
Prix du numéro : 2,2€
Abonnement annuel :
Les données utilisées pour l’étude sont celles des Déclarations annuelles de don- - France : 11€
- Étranger : 13€nées sociales (DADS), document administratif rempli par l’employeur pour les orga-
En complément, abonnez-vous à :
nismes de sécurité sociale et pour l’administration fiscale. INSEE Auvergne « Les Dossiers »
Prix au numéro : variableLes variables d’analyse retenues sont les postes (croisement salarié/établissement)
Abonnement annuel :
- France : 35€regroupés selon la nomenclature économique de synthèse (NES) en 36 secteurs.
- Étranger : 43€
L’étude porte donc sur la totalité des emplois salariés au 31 décembre 2000 des sec- À l’ordre du régisseur
des recettes de l’INSEE
teurs marchands non agricoles. Les salariés des entreprises de travail temporaire
www.insee.fr/auvergne
ont été exclus car les activités des établissements pour lesquels ils travaillent ne Toutes les publications accessibles en ligne
Création maquettesont pas identifiées. Au total, près de 248 500 salariés auvergnats ont été observés.
CRÉATONE
Ces salariés représentent 48 % de l’emploi régional estimé au 31 décembre 2000.
Impression
Imprimerie IMCLe reste des emplois est constitué par les non-salariés et les actifs employés dans
Crédit photos
l’agriculture, l’éducation, l’administration et l’intérim. INSEE Auvergne
ISSN : 1633-2768
Dépôt légal :
1er trimestre 2004
© INSEE 2004
Cette étude a été réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la DRIRE et l’INSEE. Code SAGE : LET041512
- 6 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.