CUS : localisation différenciée de l'emploi et de la population

De
Publié par

À l'inverse de la population, qui est répartie sur tout le territoire, les emplois sont plus présents dans le centre-ville de Strasbourg et dans quelques zones d'activités périphériques. Dans la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS), trois emplois sur quatre sont occupés par des actifs qui y résident ; deux personnes sur trois qui y travaillent utilisent exclusivement leur voiture. L'usage de la voiture dépend de l'éloignement entre le domicile et le travail ainsi que du niveau d'offre en transport en commun. Il est également lié à la catégorie sociale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0CUS : localisation différenciée
de l'emploi et de la population
Du centre-ville à la deuxième couronne :À l’inverse de la population,
les 27 communes de la CUSqui est répartie
sur tout le territoire,
lesemploissontplusprésents
dans le centre-ville
de Strasbourg et
dans quelques zones
d’activités périphériques.
Dans la Communauté Urbaine
de Strasbourg (CUS),
trois emplois sur quatre
sont occupés par des actifs
qui y résident ;
deux personnes sur trois
qui y travaillent utilisent
exclusivement leur voiture.
L’usage de la voiture dépend
de l’éloignement
entre le domicile et le travail
ainsi que du niveau d’offre
en transport en commun.
Il est également lié à la
catégorie sociale.
Les activités sont fortement concen- quartiers de la Gare, de l’Hôpital
Un tiers des emplois dans la CUS trées dans les quartiers centraux de civil, du Wacken, de la Krutenau,
sont concentrés dans le "centre Strasbourg. Un emploi sur trois de de l’Esplanade, de l’Orangerie et
élargi" de la ville de Strasbourg.
la communauté urbaine (un sur le Quartier allemand.
73 % des emplois sont occupés par
deux de la commune de Stras- Plus encore, c’est dans le
des résidants de la CUS.
100 100bourg) est situé dans les quelque centre-ville, qui comprend le quartier
64 % des actifs travaillant dans la
11 km² du centre-ville élargi, qui insulaire, autour de la cathédrale etCUS utilisent exclusivement leur95 95
rassemble le quartier insulaire, les de la place Kléber, les quartiers devoiture.
75 75
25 25
5 5
0 0
3Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
1CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:06Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
la Gare et de l’Hôpital civil, que la Plaine des Bouchers et le Port du ces sont également très présents
concentration est maximale. Ce Rhin. dans le centre-ville. Ce sont 40 %
territoire, d’à peine 3 km², regroupe La concentration des emplois dans des emplois de la CUS dans les
presque autant d’emplois que l’en- le centre-ville de Strasbourg est activités de l’hôtellerie et de la res-
semble des six autres grandes particulièrement marquée pour tauration qui y sont implantés. La
communes de la Communauté certaines activités tertiaires. Un fonction touristique du quartier in-
Urbaine de Strasbourg (CUS), à tiers des emplois du commerce de sulaire, inscrit au Patrimoine Mon-
savoir Bischheim, Hoenheim, détail de la CUS y sont localisés, la dial de l’UNESCO, est très pré-
Illkirch-Graffenstaden, Lingols- concentration maximale étant at- gnante. On y trouve aussi un tiers
heim, Ostwald et Schiltigheim, et teinte pour les boutiques spéciali- des emplois de la banque et de la
presque deux fois plus que la sées en habillement et en chaus- finance, soit autant que dans le
somme des deux grandes zones sures (75 % des emplois de la CUS quartier financier du Wacken.
d’activités strasbourgeoises, la pour ces secteurs). D’autres servi-
Répartition
plus équilibrée
Les emplois sont concentrés de la population
La densité de l’emploi est ainsi
maximale au centre, et décroît au
fur et à mesure qu’on s’en éloigne.
Pour sa part, la population est ré-
partie de manière plus équilibrée.À
Strasbourg même, la densité dé-
mographique est forte dans
presque tous les quartiers, au
centre comme dans les faubourgs.
Pour le reste de la CUS, la densité
démographique est également
élevée dans les six autres grandes
communes, qui forment la pre-
mière couronne : Bischheim,
Hoenheim, Illkirch-Graffenstaden,
Lingolsheim, Ostwald et Schiltig-
heim. Dans les communes de la
deuxième couronne, où la maison
individuelle domine, la densité dé-
mographique est plus faible.
Rapports
emploi-population
très contrastés
100 100
95 Dans le centre élargi de Stras- 95
bourg, activités et population
75 75
25 25
5 5
0 0
4 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
2CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:10Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
Densité de la population100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
d'habitat privé, comme la Robert-
sau, Neudorf et le nord de la Mei-
nau. On compte, cependant, dans
les faubourgs et la première cou-
ronne, plusieurs zones d’activités
très peu peuplées, comme à Stras-
bourg les zones du Port du Rhin (à
dominante industrielle) et de la
Plaine des Bouchers (commerce de
gros et industrie), ou encore, à
Illkirch-Graffenstaden, les zones du
parc d’innovation (à dominante uni-
versitaire) et de l’Orme (à domi-
nante industrielle).
Les communes de la deuxième
couronne sont, elles aussi, princi-
palement résidentielles. C’est le
cas d’Oberschaeffolsheim, de
coexistent. C’est, en particulier, le
cas du quartier insulaire et du
quartier de la Gare, dans lesquels
Densité de l'emploila densité est très forte, pour la
population comme pour les em-
plois. Cependant, certains quar-
tiers centraux sont essentielle-
ment tournés vers les activités,
commeleWackenaunord(activi-
tés financières), le campus uni-
versitaire de l’Esplanade ou l’Hô-
pital civil au sud. Dans d’autres
quartiers centraux, en revanche,
les emplois sont peu nombreux.
Les quartiers autour du boulevard
de la Marne et certaines zones de
l’Esplanade sont principalement
des quartiers d’habitation.
La vocation des faubourgs stras-
bourgeois et de la première cou-
ronne est globalement plus résiden-
tielle, qu’il s’agisse des quartiers
d’habitat social, les grands ensem-
100 100bles de Cronenbourg, d’Haute-
pierre,delaCitédel’Ill et du Neu-
95 95
hof, ou des quartiers à dominante
75 75
25 25
5 5
0 0
5Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
3CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:15Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
Les zones d’activités sont peu nombreuses
100 100
95 95
75 75
Lecture : un quartier tramé en vert est une zone résidentielle, un quartier tramé en marron est une zone d'activité.
25 25
5 5
0 0
6 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
4CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:21Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
Au centre et dans la deuxième couronne,
les actifs domiciliés hors de la CUS sont plus nombreux
100 100
95 95
75 75
25 25
5 5
0 0
7Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
5CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:25Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
Plobsheim, d’Eckwersheim. Néan- Relativement moins de voitures au centre
moins, certaines d’entre elles, au
sud ouest, autour de Geispolsheim
et de Fegersheim, et au nord
ouest, autour de Mundolsheim et
de Vendenheim, accueillent égale-
ment d’importantes zones d’activi-
tés industrielles et commerciales.
40 % des emplois
sont occupés
par des actifs de la
même commune
La différenciation entre lieu de
résidence et lieu de travail a des
conséquences sur le volume des
déplacements quotidiens, ainsi
que sur les modes de transport
utilisés. Ces conséquences sont
amplifiées, car la CUS n’étant pas
un territoire clos, une proportion
non négligeable des emplois y est
occupée par des non-résidants.
Seuls, 73 % des emplois offerts
dans la CUS sont occupés par des
actifs qui résident dans la CUS.
Cette proportion varie fortement
selon les quartiers et les commu-
nes de la CUS. De manière symé-
Lecture : plus de 75 % des actifs occupant un emploi dans les quartiers et communes
trique, 13 % des actifs occupés qui tramés en rouge, utilisent une voiture pour se rendre au travail.
Proximité des lieux de domicile et de travail,
pour les emplois situés dans les quartiers d'habitat social
Répartition des actifs dont autres communes CUS
dont Strasbourg (en %)
selon le lieu de résidence (en %)
Cus
dont dont dont(en %) dont
Lieu de travail total centre total première deuxième
faubourgs
élargi couronne couronne
Quartiers d’habitat social de Strasbourg* 80 61 9 49 20 14 6
100 100
Total des faubourgs 74 47 10 38 26 15 11
Total Strasbourg 74 48 17 31 26 15 11
95 95
* les grands ensembles de Cronenbourg, Hautepierre, l’Elsau, le Neuhof et la Cité de l’Ill.
Lecture : 80% des personnes en emploi dans les quartiers d’habitat social résident dans la CUS, contre 74% des personnes en emploi dans l’ensemble des75 75
faubourgs.
25 25
5 5
0 0
8 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
6CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:27
Source : Insee, recensement de la population de 1999Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
résident sur le territoire de la CUS 60 %) dans les quartiers d’habitat et le stationnement sont diffici-
sont employés hors de la CUS. social, et particulièrement ceux du les, ce sont "seulement" 45 %
Dans les communes périphériques sud : la Canardière et le Neuhof des actifs qui se rendent à leur
(la deuxième couronne), la part (65 %), mais aussi dans les quar- travail en voiture (moins de 40 %
des emplois occupés par des habi- tiers aisés, comme l’Orangerie et pour le seul quartier insulaire).
tants de la CUS est relativement le Quartier des Quinze (60 %). Pour aller travailler dans le reste
faible (68 %), à l’exception de Dans les communes périphéri- du centre élargi de Strasbourg,
Plobsheim et Eschau (90 %). Le ques à forte implantation d’activi- le taux de recours à la voiture
Port du Rhin, à Strasbourg, se ca- tés, peu d’emplois sont occupés s’établit en moyenne à 55 %,
ractérise également par la relative par des résidants de la commune. avec un minimum de 45 % dans
faible part d’emplois occupés par C’est le cas notamment pour Geis- le quartier, encore très central,
des habitants de la CUS (66 %). En polsheim, Fegersheim, Venden- de la Place de la République, et
revanche, les emplois des fau- heim et Souffelweyersheim (entre un maximum de 70 % dans le
bourgs strasbourgeois, et particu- 15 % et 17 % des emplois). quartier financier du Wacken.
lièrement ceux des quartiers d’ha- Dans les faubourgs strasbour-
bitat social - Cronenbourg (80 %), geois, le taux de déplacement enLa voiture domine,
Neuhof (83 %), la Canardière Est voiture est globalement inférieur àsurtout en périphérie
(90 %), la Cité de l’Ill (95 %) - sont 70 %. Il s’établit à 60 % pour Neu-
S’agissant des modes de dépla-plus fréquemment occupés par dorf et autour de 50 % dans les
cement, 64 % des actifs qui tra-des actifs habitant dans les com- quartiers d’habitat social. Il atteint
vaillent dans la CUS utilisent ex-munes de la CUS. C’est aussi le 75 % dans les zones d’activités
clusivement la voiture pour secas pour deux communes de la comme la Plaine des Bouchers et
rendre à leur travail. L’usage depremière couronne : Ostwald et le Port du Rhin.
la voiture est proportionnel à l’é-Lingolsheim (80 %). Dans les six communes urbaines
loignement du lieu de travail parGlobalement, dans la communau- de la première couronne, la situa-
rapport au centre de l’agglomé-té urbaine, 40 % des emplois sont tion est très contrastée entre Bis-
ration.occupés par des personnes habi- chheim, commune où la voiture
Dans le centre-ville de Stras-tant la même commune. À Stras- ne compte que pour 60 % dans
bourg, qui bénéficie d’une offrebourg, 50 % des emplois sont oc- les modes de déplacement domi-
importante de transports encupés par des Strasbourgeois, le cile-travail et Illkirch-Graffensta-
commun, et où l’accès en voituremaximum étant atteint (plus de den, où elle dépasse 75 %.
L’usage de la voiture est moins fréquent au centre
Strasbourg (en %) Autres communes de la CUS (en %)
Modes de déplacement CUS dont dont dont dont
pour se rendre à son travail (en %) total centre centre- total première deuxième
élargi ville couronne couronne
À pied 78 10 10 462
2 roues 5555554
Voiture particulière 64 59 51 45 74 71 78
Transports en commun 12 15 18 23 7 7 6100 100
Plusieurs modes 10 11 14 16 7 8 6
Sans objet 222133495 95
Ensemble 100 100 100 100 100 100 100
75 75
25 25
5 5
0 0
9Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
7CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:28
Source : Insee, recensement de la population de 1999Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite Trame par dØfaut
100 100
95 95EMPLOI
75 75
25 25
5 5
0 0
En revanche, 80 % des actifs tra- facteurs qui déterminent le nes sont rarement des automo-
vaillant dans les communes de la mode de transport utilisé pour bilistes, mais après 25-30 ans,
deuxième couronne utilisent une les trajets domicile-travail. Les l’âge n’explique plus les diffé-
voiture pour se rendre sur leur lieu possibilités de stationnement rences. Le sexe non plus, ne les
de travail. C’est pour les emplois jouent aussi au lieu de domicile. explique pas, à l’exception de
localisés dans ces communes, À lieu de travail identique, les ré- cas particuliers liés, sans doute,
mais aussi pour les emplois situés sidants du centre-ville utilisent au nombre de voitures dans le
dans les zones d’activité du Port moins souvent la voiture que ménage : ainsi, si elle habite
du Rhin à Strasbourg, dans le leurs collègues domiciliés ail- dans le centre de Strasbourg,
Parc de l’Innovation et la zone de leurs dans la CUS. quel que soit le lieu où elle tra-
l’Orme à Illkich-Graffenstaden que La catégorie sociale joue égale- vaille, et quelle que soit sa caté-
l’usage de la voiture est maximal. ment un rôle important. La pro- gorie sociale, une femme utilise-
babilité qu’un cadre ou un indé- ra moins fréquemment une voi-
pendant utilise sa voiture est ture qu’un homme.La voiture
supérieure à celle d’un employédavantage utilisée
ou d’un ouvrier, quel que soit lepar les cadres
lieu de travail, au centre ou enet les indépendants
Ahmed SAÏB
périphérie, à proximité ou loin de
Agence de Développement
La distance entre le domicile et son domicile, et quel que soit et d’Urbanisme
le travail, la configuration du ré- l’âge ou le sexe. de l’agglomération
seau routier, l’offre en transports Les autres caractéristiques per- strasbourgeoise
en commun, la facilité d’accès sonnelles interviennent peu, (Adeus)
en voiture, l’offre en places de quand il s’agit d’expliquer le re- Jean-Paul STRAUSS
stationnement sont les premiers cours à la voiture. Les plus jeu- Insee
Méthodologie
Le recensement de 1999 ne nous avait pas tout dit :
Les études des déplacements domicile-travail au sein de la CUS sont réalisées grâce à une exploitation particulière d’un quart des
questionnaires du recensement de la population de 1999. Alors que les exploitations précédentes déterminaient la commune de tra-
vail, cette nouvelle exploitation permet de localiser l’emploi à l’échelle infra-communale (l’iris-2000, soit une fraction de quartier regrou-
pant environ 2 000 résidants ou 1 000 emplois). La localisation de l’emploi est permise grâce à l’adresse du lieu de travail déclarée sur
100 100
le questionnaire (81 %), la raison sociale de l’employeur (12 %) et divers redressements statistiques (7 %).
95 95
La localisation à l’échelle infra-communale n’a pas de sens pour l’ensemble des emplois. C’est pourquoi le champ de ces études ne
comprend pas les personnes travaillant en des lieux variables ou chez des particuliers, ainsi que celles travaillant dans le secteur de la
75 75Défense Nationale. Environ 14 000 emplois, sur un total de 224 000 emplois, ne sont pas pris en compte.
Cette étude, comme la suivante, a été réalisée grâce à un partenariat entre l'Insee et l'Adeus, avec la collaboration de la CUS.
25 25
5 5
0 0
10 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 23 · novembre 2004
8CPA R 23 PAGES 3 9.ps
R:\Publications\REVUE\CPA Revue 23\CPA R 23 PAGES 3 9.vp
mercredi 24 novembre 2004 14:36:29

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.