Des dynamiques de développement variées autour de Cadarache

De
Publié par

Territoire d'implantation du futur réacteur ITER, la zone composée des communes à moins de vingt minutes de Cadarache a connu au cours de la dernière décennie une forte expansion démographique. Peu dense, la pression foncière y est moindre que dans la région urbaine Marseille - Aix-en-Provence. C'est pourquoi de plus en plus de résidants viennent s'installer depuis la région métropolitaine voisine, tout en continuant à y travailler. L'activité économique est assise sur la recherche et le développement autour de Cadarache, et aussi sur une industrie dynamique et diversifiée autour des sous-traitants de Cadarache, de l'industrie agroalimentaire, du pôle "saveurs et senteurs" et d'une agriculture de qualité. Ce territoire est morcelé en plusieurs espaces, ayant chacun leur propre logique de développement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
SUD INSEE N° 86  novembre 2005 l'essentiel Des dynamiques de développement variées autour de Cadarache
Territoire d’implantation du futurrance, composé des 31 communes si tuées à moins de 20 minutes de trajet de réacteur ITER, la zone composée Cadarache (cf. encadré "Le territoire à des communes à moins de vingt moins de 20 minutes..."). minutes de Cadarache a connu au cours de la dernière décennie uneUn territoire hétérogène entre rural et urbain forte expansion démographique. Peu dense, la pression foncière y A la frontière de quatre départements, cette zone de 1320 km² est morcelée est moindre que dans la région ur entre trois aires urbaines, onze unités ur baine Marseille  AixenProvence. baines, quatre zones d’emploi, dix inter C’est pourquoi de plus en plus decommunalités et les deux parcs naturels régionaux du Luberon et du Verdon. La résidants viennent s’installer depuis moitié de sa superficie est couverte par la région métropolitaine voisine, tout la forêt. Douze des 31 communes la composant, au sud de la zone, font en continuant à y travailler. L’activi té économique est assise sur la Un territoire situé au confluent de la Durance et du Verdon recherche et le développement au Vaucluse Alpesde HauteProvence tour de Cadarache, et aussi sur une Apt industrie dynamique et diversifiée Manosque autour des soustraitants de Cada Pertuis Cadarache rache, de l’industrie agroalimen Zone ITER20MN Bouches duRhône taire, du pôle "saveurs et senteurs" AixenProvence et d’une agriculture de qualité. Ce Etang Var territoire est morcelé en plusieurs de Ber espaces, ayant chacun leur propre Marseille logique de développement.Mer Méditerranée Toulon Hyères Zone ITER20MN L’implantation du réacteur de fusion nucléaire ITER va avoir un impact imCette synthèsesur la situation socioécono portant, au cours des prochaines années, mique actuelle de ce territoire a été réalisée à la demande de la Préfecture de région et de la sur la région ProvenceAlpesCôte DRTEFP ; elle constitue un point de départ aux d’Azur, et plus précisément sur le terri réflexions et aux actions qui seront conduites toire environnant SaintPaullèsDupour accompagner le projet ITER.
©INSEE 2005
SUD INSEE l'essentiel
N° 86  novembre 2005
Le territoire à moins de 20 minutes autour de Cadaracheest composé des 31 communes suivantes :dans les AlpesdeHauteProvence, La Brillanne, Corbières, EsparrondeVerdon, GréouxlesBains, Manosque, Oraison, Pierre vert, SaintMaime, SaintMartindeBrômes, SainteTulle, Valensole, Villeneuve, Volx ; dans les BouchesduRhône, Jouques, Meyrargues, PeyrollesenProvence, Le PuySainteRépa rade, SaintPaullèsDurance, Venelles ; dans le Var, Artigues, Ginasservis, Rians, SaintJulien, La Verdière, VinonsurVerdon ; et dans le Vau cluse, La Bastidonne, BeaumontdePertuis, Grambois, Mirabeau, Pertuis, La Tourd’Aigues. Dans les illustrations ce territoire est appelé ITER20MN.
Une répartition inégale de la population Densité de population Nombre d'habitants Contour de la zone 9 600 Limites de département 4 800
Vaucluse
Manosque
Alpes-de-Haute-Provence
partie du périmètre de la région urbaine Marseille  AixenProvence. Ce posi tionnement géographique au confluent de la Durance et du Verdon se traduit Pertuis par une partition en quatre zones à la Le Puy-façon d’un trèfle à quatre feuilles, au Sainte-Réparade tour de Cadarache, ayant chacune sa propre dynamique de développement (cf. encadré "Les quatre zones..." page 6).Var Venelles Le pays manosquin, malgré le vieillis sement de sa population, se développe autour de Manosque, ville la plus im Bouches-du-RhôneEn habitants/km² portante du territoire et aussi du dé 269,2 78,7 partement, bien que n’y étant ni préfec ture, ni souspréfecture. Les franges Source : INSEE - Recensement de la population 1999 du Luberon, à la périphérie du pays d’AixenProvence, sont une zone à laUne zone en expansionUne zone peu densément fois résidentielle et économique danshabitée démographiquerapide une dynamique périurbaine; le Haut Var, plus âgé et moins riche, presqueAvec une densité faible, même dans lesLa population du territoire a plus que entièrement composé de communescommunes urbaines, les 101 000 habidoublé depuis 1962. C’est plus que rurales, à l’exception de Rians quitants de la zone ne sont pas répartisdans la région, ellemême une des plus connaît une forte progression démoégalement sur le territoire; quatredynamiques de France. Cette progres graphique grâce aux arrivées decommunes se partagent la moitié de lasion est due essentiellement à un excé populations de Marseille AixenPropopulation :Manosque, qui frôle lesdent migratoire très élevé, le solde vence ; enfin, le Verdon, assez proche20 000 habitants, Pertuis les 18 000 hanaturel (naissances moins décès) se re du Haut Var dans sa compositionbitants, Venelles (7500 habitants) etdressant récemment.Un habitant ac sociodémographique, mais où le touLe PuySainteRéparade (4800 habituel sur quatre est installé depuis 1990 risme fait toute la différence.tants). dansle territoire. Ce sont les zones les moins peuplées qui ont vu leur popula La population a plus que doublé depuis 1962 Evolution de la population depuis 1962tion le plus augmenter en proportion Indiceentre 1990 et 1999. 300 ITER20MN 250 Une forte mobilité 200résidentielle, en provenance des territoires 150 voisins Région Provence-Alpes-Côte d'Azur 100 Les habitants en provenance des aires 50 urbaines de Marseille  AixenProvence et de Paris représentent les deux tiers 0 1960 1970 1980 1990 2000 2010 20202030de l’excédent migratoire. Les échanges sont forts, dans les deux sens, avec ces * Ce scénario ne prend pas en compte larrivée de la population suiteàlimplantation dITER. Source : INSEE - Recensements de la population - Projections Omphale
©INSEE 2005
2
SUD INSEEN° 86  novembre 2005 l'essentiel deux espaces très peuplés. Cependant,La progression démographique est essentiellement due aux migrations Taux annuel de variation de population en % les échanges avec l’agglomération pa risienne sont beaucoup plus déséquili 2,5 brés que ceux avec la métropole 0,31 0,09 régionale :les immigrants en prove 2 Provence-Alpes-Côte d'Azur ITER20MN nance de la région parisienne sont trois 1,5 fois plus nombreux que les émigrants0,28 0,27 allant s’y installer, alors qu’on enre2,02 0,13 11,97 gistre trois arrivées en provenance de 0,22 0,21 1,18 0,19 l’aire urbaine marseillaise pour deux 0,50,95 0,95 0,67 0,68 0,44 départs. 0 1975-1982 1982-1990 1990-1999 1999-20021975-1982 1982-19901990-1999 1999-2002 L’essentiel des migrations avec la zone Variation due au solde migratoireVariation due au solde naturel urbaine marseillaise se fait depuis et Source : INSEE - Recensements de la population, estimations de population vers les communes périphériques de la zone autour de Cadarache, Rians com depuis 1968 dans presque toutes lesplus, qui seraient 42 000 en 2025. Ain prise. Les échanges sont importants communes. Ce phénomène devrait sesi, plus d’une personne sur trois aurait dans les deux sens. En revanche, les poursuivre puisque le poids des per60 ans ou plus, pour moins d’une per communes du pays manosquin ont peu sonnes âgées de 75 ans et plus devraitsonne sur quatre en 1999. d’échanges avec la métropole régio (1) encore doubler d’ici 2025. Si l’évo nale, sauf Manosque ellemême. lution démographique se poursuivait Des maisons individuelles comme entre 1990 et 1999 (sans prendre Parmi les arrivants dans la zone, les jeuplus grandes et davantage en compte les effets de l’implantation nes couples et leurs enfants, ainsi que de propriétaires d’ITER sur les évolutions démographi les personnes en fin de vie profession ques), la population atteindrait 115 000 nelle, sont surreprésentés, alors que les personnes en 2015 et 123 000 en 2025.La faible densité, et donc une moindre jeunes adultes, particulièrement les étu L’essentiel de l’augmentation concerpression foncière, a permis aux habi diants, sont sousreprésentés. A l’in nerait les personnes âgées de 60 ans ettants de vivre plus souvent dans des verse, les jeunes adultes sont surre présentés parmi les partants, allant pour Un tiers de personnes âgées de 60 ans et plus en 2025 suivre leurs études ou chercher un pre mier emploi dans les grandes aggloméProjection de population rations de la région ou d’autres régions.1999 %2025 %Evolution 19992025 en % Moins de 15 ans Hommes 9683 9,510 0008,1 3,3 Une population qui vieillit Femmes 8951 8,810 0008,1 11,7 et qui vieillira Ensemble 18634 18,320 00016,3 7,3 15-24 ans Le phénomène général de vieillisse Hommes 5975 5,96 0004,9 0,4 Femmes 5450 5,46 0004,9 10,1 ment concerne évidemment aussi le Ensemble 11425 11,212 0009,8 5,0 territoire, puisque le nombre de per 25-39 ans sonnes âgées de 75 ans et plus a doubléHommes 9863 9,711 0008,9 11,5 Femmes 10475 10,310 0008,1 -4,5 Ensemble 20338 20,021 00017,1 3,3 De nouveaux résidants en 40-59 ans provenance principalement de Hommes 13630 13,414 00011,4 2,7 l'aire urbaine marseillaise Femmes 13852 13,614 00011,4 1,1 Ensemble 27482 27,028 00022,8 1,9 Principaux flux migratoires avec les aires 60-74 ans urbaines entre 1990 et 1999 Hommes 7565 7,412 0009,8 58,6 Aires urbainesArrivées Départs Solde Femmes 8122 8,013 00010,6 60,1 Marseille-Aix-en-Provence 9931 6428 3503 Ensemble 15687 15,425 00020,3 59,4 dont 75 ans et plus Ville d'Aix-en-Provence3 6852 5121 173 Hommes 3161 3,17 0005,7 121,4 Ville de Marseille3 4441 9961 448 Femmes 4984 4,910 0008,1 100,6 Paris 3596 1135 2461 Ensemble 8145 8,017 00013,8 108,7 Toulon 680673 7 Total Nice 649495 154 Hommes 49877 49,060 00048,8 20,3 Avignon 382433 -51 Femmes 51834 51,063 00051,2 21,5 Lyon 485260 225 Ensemble 101711 100,0123 000100,0 20,9 Autres aires urbaines7 2064 7282 478 Source : INSEE - Recensement de la population 1999 - Projections Omphale Ensemble 22929 14152 8777 (1) Source : INSEE - Recensement de la population 1999Voir SUD INSEE l’essentiel n° 57 "La région pourrait compter 5 millions d’habitants dès 2020".
3
SUD INSEEN° 86  novembre 2005 l'essentiel Un revenu médian plus élevé aux franges du Luberon et du Pays d'Aix maisons individuelles. Plus de deux ré Revenu annuel médian par unité de consommation et par commune en 2002 sidences principales sur trois sont des maisons individuelles, alors qu’elles ne représentent que 40 % des résiden ces principales dans la région. Plus la La Brillanne densité est faible, plus la proportion de Oraison Saint-Maime maisons individuelles est élevée : ainsi Villeneuve dans le Haut Var et le Verdon, trois ré Volx sidences principales sur quatre sont des Valensole Manosque maisons individuelles.
Les résidences principales sont ainsi plus grandes puisqu’elles comprennent quatre pièces par logement, pour seule ment 3,51 en ProvenceAlpesCôte d’Azur. Elles sont aussi plus remplies avec 2,47 personnes par logement (2,32 dans la région). La part des pro priétaires est élevée. Plus de la moitié des ménages de la zone est propriétaire d’une maison individuelle, contre seu lement le tiers en ProvenceAlpesCôte d’Azur. A l’inverse, la proportion de ménages locataires HLM est nettement plus faible que dans la région.
Des ménages de retraités, aux revenus moyens
Le revenu médian par unité de consom mation de 15 000 euros est proche de la moyenne française et régionale. Ce pendant la composition sociale diffé rente des quatre territoires entraîne une grande disparité des revenus : le Lube ron, avec une proportion de cadres et de professions intellectuelles supérieu res plus élevée que dans la région, est le plus riche; dans le Haut Var et dans une moindre mesure le Verdon, dans lesquels la proportion de retraités est très élevée et le chômage assez fort, les revenus sont les plus modestes.
Pierrevert Saint-Martin-de-Brômes Sainte-Tulle Gréoux-les-Bains Corbières Grambois Esparron-de-Verdon Beaumont-de-Pertuis La Tour-d'AiguesVinon-sur-Verdon Mirabeau Saint-Julien La Bastidonne Saint-Paul-lès-Durance Pertuis Le Puy-Ginasservis La Verdière Sainte-Réparade Peyrolles-en-Provence Jouques Meyrargues Rians Venelles Artigues
Contour de la zone Secret statistique
Source : INSEE - DGI, revenus fiscaux des ménages
De nombreuses femmes travaillant à temps partiel
Parmi les 43 300 actifs habitant la zone en 1999, 36 600 ont un emploi; la population active a augmenté plus ra pidement que la moyenne régionale (respectivement + 11 % et + 7 % entre 1990 et 1999).
La part des femmes travaillant à temps partiel est particulièrement élevée dans la zone (cinq points de plus que dans la région) et à tous les âges, mais surtout pour les femmes ayant entre 25 et 49 ans. Le taux d’activité des personnes
Le tiers des actifs travaille à l'extérieur de la zone Dé lacementsdomiciletravail en 1990 et en 1999 Effectifs 1990Effectifs 1999Evolution 19901999 en % Actifs occupés au lieu de résidence 33593 9,5426 36 résidant et travaillant dans la mê- 10,315 349me commune17 104 ré1,025 37825 127sidant et travaillant dans la zone travaillant en dehors de la zone8 29911 21535,1 Actifs venant travailler dans la zone5 6567 76837,3 Emplois au lieu de travail30 78333 1467,7 Source : INSEE - Recensements de la population 1999 et 1990
En euros 16 435 14 093 12 086
âgées de 55 ans à 65 ans est légèrement plus faible que dans la région.
En 1999 le taux de chômage, quel que soit l’âge et le sexe, était inférieur de deux points au taux régional mais reste supérieur à la moyenne nationale. Le nombre de chômeurs (mesuré par les DEFM) a ensuite diminué entre 1999 et 2004, mais de façon moins soutenue qu’à l’échelle régionale.
33 000 emplois dont les deux tiers à Manosque, Pertuis et SaintPaullèsDurance
L’emploi offert dans la zone a augmen té de presque 8 % entre 1990 et 1999, et atteint 33 000 emplois en 1999. Il est essentiellement concentré dans trois pôles d’emploi: Manosque avec près de 10000 emplois, puis Pertuis, avec 5 500emplois, et SaintPaullèsDu rance avec presque 4 800 emplois. Par mi les 50 plus grands établissements, 21 sont implantés à Manosque ; huit à SaintPaullèsDurance, six à Pertuis.
©INSEE 2005
SUD INSEE l'essentiel
N° 86  novembre 2005
De plus en plus de navettes domiciletravail, surtout en provenance ou à destination de l’aire urbaine marseillaise
Alors que le nombre de personnes tra vaillant et résidant dans la zone se sta bilise autour de 25 000 emplois, les na vettes domiciletravail ont beaucoup crû dans les deux sens entre 1990 et 1999.
Ainsi, 11 200 personnes habitant dans la zone vont travailler en 1999 à l’exté rieur ;elles n’étaient que 8300 en 1990. Dans le sens inverse, 7 800 per sonnes résidant hors de la zone vien nent y travailler en 1999, alors qu’elles n’étaient que 5700 en 1990. L’aug mentation des entrants (+37 %)est même un peu plus forte que celle des sortants (+ 35 %). En 1999 donc, près du tiers des actifs ayant un emploi travaille à l’extérieur de la zone, contre un quart seulement en 1990. C’est essentiellement avec l’aire ur baine marseillaise que les échanges sont intenses: 3170 entrées pour 8 300 sorties.
Quelques secteurs d’activité déterminants
Avec 2 700 emplois le secteur de la re cherche et le développement, autour du site de Cadarache, donne à la zone une spécificité très marquée (mesurée par le rapport entre le pourcentage d’em plois du secteur dans l’emploi total de la zone et celui de la région ou la France). Dans une moindre mesure, la production d’électricité, ainsi que les industries des équipements mécani ques, les industries des équipements électriques et électroniques, les indus tries agroalimentaires et l’agriculture sont aussi des spécificités du territoire.
Mais d’autres particularités industriel les se dégagent : par exemple, la phar macie, parfumerie et entretien, sur les traces de l’Occitane à Manosque, se développe autour du pôle "senteurs",
©INSEE 2005
centré à Forcalquier, avec entre autres Terre d’Oc Création à La Brillanne. L’industrie des équipements du foyer est aussi bien présente dans la zone.
Le Commissariat à l’Energie Ato mique (CEA secteur recherche et déve loppement) est le plus gros employeur de la zone, Technicatome (conseils et assistance) et la COGEMA (énergie) à SaintPaullèsDurance se situant aux quatrième et cinquième places.
Près d’un emploi sur sept dans l’industrie, dont un quart dans l’agroalimentaire et un quart dans l’industrie des biens d’équipement
L’emploi industriel ne cesse d’aug menter depuis 1975, passant de 3 200 emplois à 4 600, constatation rare dans la région qui voit son emploi industriel baisser. Sa part dans l’emploi total se maintient autour d’un emploi sur sept.
Avec plus de 1100 salariés, le quart des salariés de l’industrie, et une pré sence assez marquée par rapport à la ré gion, les industries agricoles et alimentaires sont le plus gros secteur industriel employeur de la zone. Parmi les grands établissements, citons ABC Industrie à PeyrollesenProvence (pré paration industrielle de produits à base de viande), la SIGAL à Manosque (pain et pâtisserie fraîche), la Salaison pertuisienne et François Doucet Confi seurs (chocolaterieconfiserie) à Orai son.
L’industrie des biens d’équipement est le deuxième secteur employeur dans l’industrie : pour les équipements mé caniques avec plus de 600 salariés et deux grands établissements : Pellenc à Pertuis (fabrication de matériel viti cole), et Filclair à Venelles ; et pour les équipements électriques et électroni ques (ces activités s’étaient dévelop pées comme soustraitantes du CEA) avec 450 salariés et un grand établisse ment à Manosque (Westinghouse Bar ras Provence qui fabrique des équipements de contrôle des processus
5
Près d'un emploi sur sept dans l'industrie
Emploi au lieu de travail depuis 1975 en quatre grands secteurs ITER20MN PACA Effectifs %% Agriculture 1975 2825 12,66,7 1999 1608 4,9 3,1 Industrie 1975 3220 14,4 19,1 1999 4586 13,9 11,3 Construction 1975 4025 18,0 12,5 1999 2374 7,2 6,1 Tertiaire 1975 12315 55,0 61,7 1999 24339 74,0 79,5 Ensemble 1975 22385 100,0 100,0 1999 32907 100,0 100,0 Source : INSEE  Recensements de la population
industriels) et un à SaintPaullèsDu rance (Energie Industrie Services).
Avec plus du cinquième des emplois industriels, l’énergie, grâce à l’implan tation de la COGEMA, a plus que dou blé ses effectifs entre 1990 et 1999 en arrivant à 1 000 emplois.
Santéaction sociale et commerce de détail dominent le secteur tertiaire
Depuis 1975 on compte 12000 em plois supplémentaires dans le secteur tertiaire, ce qui a augmenté la part de ce secteur dans l’emploi total, mais en la laissant inférieure à la part régionale. Il représente trois emplois sur quatre (contre un sur deux en 1975), moins qu’en ProvenceAlpesCôte d’Azur.
L’administration a quasiment augmen té de 50% ses effectifs par rapport à 1990. Comme en ProvenceAlpesCôte d’Azur, les principaux secteurs em ployeurs de la zone sont le secteur de la santé et de l’action sociale avec 3 800 emplois en 1999 et celui du commerce de détailréparations avec 3000 em plois.
La Caisse de Crédit Agricole de Ma nosque et la commune de cette ville sont les deuxième et troisième plus gros em ployeurs de la zone derrière le CEA.
SUD INSEEN° 86  novembre 2005 l'essentiel Les quatre zones autour de Cadarache hectares de prairies permanentes. Les franges du Luberon autour de Pertuis: zone la plus peuplée (49 000 habitants soit près de la Viennent ensuite les vignes sur 5250 moitié de la zone à 20 mn autour de Cadarache), autour de Pertuis. La progression démographique a hectares, les vergers sur 900 hectares, été très forte entre 1990 et 1999, surtout dans le Luberon, non seulement grâce à l’intensité des mi principalement des pommiers, aux grations résidentielles en provenance de l’aire urbaine Marseille  AixenProvence, mais aussi à un solde naturel vigoureux dans la plupart des communes. En effet, la population y est plutôt jeune, com quels il faut ajouter l’oléiculture sur posée surtout de couples avec enfants, à part sur les franges est du Luberon, où résident plus de per 470 hectares. sonnes plus âgées et vivant seules. Les migrations rajeunissent la population. Ce sont maintenant les populations des communes du nord de la zone qui progressent beaucoup, les installations se faisant de plus en plus loin, là où la pression foncière est la moins forte.La zone est également au carrefour de La zone est plus favorisée que les autres : plus de diplômés, plus de cadres, revenus plus élevés, et plusieurs aires d’appellation contrôlée : taux de chômage moyen. deux AOC oléicoles, "huile d’olive de Le pays autour de Manosque: cette zone de 38 000 habitants est dominée par Manosque, pôle ur Haute Provence" et "huile d’olive d’Aix bain (20 000 habitants et 9 460 emplois) et plus grande ville du département, bien que n’étant ni pré enProvence" et trois AOC viticoles, fecture, ni souspréfecture. La part de personnes âgées de 60 ans et plus de cette zone est très élevée. Seules Manosque, Oraison et Volx ont une activité commerciale affirmée. La construction est"Coteaux de Pierrevert", "Coteaux assez présente dans presque toutes les communes. Entre le pôle "senteurs" et la soustraitance de d’Aix" et "Côtes du Luberon". Dans l Cadarache, Manosque a su développer un secteur industriel en plus de son attractivité traditionnelle zone, environ 300 viticulteurs et 80 de bourg commercial pour tout son pays. oléiculteurs respectent les clauses des Le Haut Var: bien qu’intégrée en totalité dans le périmètre de la région urbaine Marseille  Aixen produits sous appellation d’origine con Provence, cette zone peu dense est, de par sa géographie, relativement moins accessible. Cepen trôlée. Ils exploitent près de 10 000 hec dant la population de ces communes a beaucoup augmenté entre 1990 et 1999, grâce aux arrivées tares. Les tendances des vingt dernières de nouveaux habitants, le solde naturel étant partout négatif ou nul. 1 500 habitantssont arrivés en provenance de l’aire urbaine marseillaise (seulement 450 sont allés y vivre), soit un habitant actuel années montrent que les producteurs sur cinq. Un grand nombre de ces nouveaux résidants continue à aller travailler dans l’aire urbaine sous signe de qualité ont plus de facilité voisine. Avec 6 800 habitants, dont la moitié à Rians, la zone est habitée par une forte proportion de personnes âgées, aux revenus très modestes, vivant dans des maisons individuelles dont elles sontpour maintenir leur activité agricole. propriétaires. Plus d’un ménage sur deux est composé d’une personne seule de 60 ans et plus. Le Verdon: le pays du Verdon ressemble assez au Haut Var, mais le tourisme y fait la différence. En Le nombre total de lits effet, cette zone d’à peine 5 000 habitants est vieillissante, très peu dense, avec toutefois une pro touristiques a légèrement gression démographique notable depuis 1990, due essentiellement aux arrivées de nouveaux habi tants ayant plus de 40 ans (la moitié a plus de 60 ans) et venant surtout de Marseille. Retraités et diminué en dix ans, alors qu’il a agriculteurs y sont dominants. Les maisons individuelles y sont prépondérantes. augmenté dans la région Avec les trois communes de la zone autour de Ca darache offrant le plus grand nombre de lits, GréouxlesBains, EsparrondeVerdon et ValenLa zone a une fonction touristique (me Alpesde 20 km HauteProvence sole, le tourisme fait en partie vivre le territoire : l’é surée en nombre de lits pour 1 000 ha Pays tablissement thermal de GréouxlesBains emploie bitants) moins développée que d’autres Manosquin entre 50 et 100 salariés ; l’aménagement du lac à Vaucluse Verdon EsparrondeVerdon a été le moteur du développeterritoires de la région. L’essentiel de Luberon Vinon sur Pays d'Aixla capacité touristique est concentré ment touristique de la commune. Environ deux lo Verdon gements sur trois sont des résidences secondaires dans la zone du Verdon à Gréoux Haut Var dans ces deux communes. Les services aux parti BouchesduRhône VarlesBains et EsparrondeVerdon. culiers, les commerces, et aussi la construction y sont bien implantés. Dans une moindre part, l’agri culture, surtout à Valensole avec le lavandin, reste000 lits,Le territoire offre en tout 45 importante pour l’économie. dont les trois quarts en résidences se condaires et le cinquième dans les cam vingt ans auparavant. Près de la moitié Une production agricole pings. Avec 9200 lits en camping, la d’entre elles sont qualifiées de "pro de qualitézone a une spécificité assez marquée fessionnelles" mais, avec une taille par rapport à la région. La capacité en moyenne de 56 hectares, elles utilisent L’agriculture et la construction ont per hôtels et en autres hébergements est 90 % de la surface agricole de la zone. du 40 % de leurs effectifs depuis 1975. peu développée. Leurs poids, relativement important en MarieAnnick BRAS 1975, a fortement diminué en 1999Les terres agricoles sont en majorité même s’il reste légèrement supérieur àdes terres arables, cultivées pour des avec la participation de celui observé dans la région.céréales, essentiellement du blé dur.Christine CHASSANG C’est aussi une zone de production deMarjorie MARTIN et Paul PIERRACCINI En 2000, 1 317 exploitations agricoleslavandin, en particulier sur le Plateau et la collaboration de utilisent 37600 hectares. Leur taillede Valensole. L’élevage, avec un chep Gérard DAVOULT moyenne atteint 29 hectares contre 16tel ovin de 28000 têtes, utilise 8550 Service de la statistique Pour en savoir plus : Direction régionale de l’Agriculture et de Rapport d’études sur www.insee.fr et www.sdtefppaca.travail.gouv.frla Forêt de ProvenceAlpesCôte d’Azu Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques ©INSEE 2005 ProvenceAlpesCôte d'Azur Dépôt légal : novembre 2005 17, rue Menpenti N° CPPAP : 0909B05336 13387 Marseille Cedex 10 Directeur de la publication : François Clanché N° ISSN : 1287292X Téléphone : 04 91 17 57 57 Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal Oger Prix : 2,20 eurosFax : 04 91 17 59 60 Rédacteur en chef : Annie Mulard Code Sage : SIE058632Téléchargeable sur internet : www.insee.fr/paca
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.