Haute-Saône : des pôles intermédiaires au service du monde rural

De
Publié par

Malgré un recul démographique, les services publics se sont maintenus en Haute-Saône et ceux liés à la santé ont progressé. Par contre, les commerces et les autres services disparaissent à un rythme plus ou moins rapide. Ils se concentrent dans les bourgs-centres.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LA STATISTIQUE AGRICOLE
LES ÉQUIPEMENTSNUMÉRO SPÉCIAL
COMMUNAUX EN HAUTE-SAÔNEHAUTE-SAÔNE
Malgré un recul dé-
mographique, les
services publics se
sont maintenus en
Haute-Saône et ceux
liés à la santé ont
progressé. Par con-
tre, les commerces
et les autres servi-
ces disparaissent à
un rythme plus ou
moins rapide. Ils se
concentrent dans les
bourgs-centres.
Entre 1980 et 1998, la pré-
sence des services publics
s’est bien maintenue dans la
campagne haut-saônoise mal-
gré une démographie défavo-
rable. Les collèges, bureaux
Éloignement ou distance moyenne aux équipements Niveau d’équipements de poste, gendarmeries, per-
Distance moyenne des habitants de la commune aux 36 équipements Nombre de commerces et de ceptions sont relativement sta-
de référence. Si la commune possède un équipement, ses habitants services présents sur la
bles. Seules les écoles primai-sont réputés « desservis sur place ». Plus un équipement est rare sur commune sur un total de 36
le territoire, moins il pèsera dans le calcul de l’éloignement : une équipements de référence (dont res reculent fortement. Le
commune qui apparaît très éloignée des équipements l’est donc la liste figure dans le tableau ci-
temps est loin où chaque vil-avant tout des commerces les plus vitaux (boulangerie, supérette...). après). Il n’est pas tenu compte
du nombre de commerces de lage un peu important dispo-
chaque type installés sur la sait de son école communale.
commune.
Ce n’est désormais plus le casNº 25 - MARS 1999
INSEE Franche-Comté - DDAF Haute-Saône - L'ESSENTiEL Nº 25
ESSIC7018 Prix : 15Fque d’une commune sur cinq.
Mais on s’est organisé : 60%
des communes font partie d’un
regroupement pédagogique où
le ramassage scolaire est as-
suré régulièrement.
Les commerces et services
dans les petites communes
rurales ont du mal à se mainte-
nir. Les commerces d’alimen-
tation et les boucheries fer-
ment les uns après les autres,
faute de repreneur. Leur via-
bilité n’est plus assurée. Les
communications plus faciles
ont rapproché la ville des cam-
pagnes. Les petits commerces
souffrent désormais beaucoup
plus de la concurrence des
supermarchés. Une commune
sur cinq dispose encore d’un
Guide de lecture :
Les communes situées aux limites de l’aire d’influence de Pesmes
subissent aussi l’attraction de Gray. Elles apparaissent donc moins
dépendantes des équipements de Pesmes que les communes qui en
sont plus proches.
INVENTAIRE COMMUNAL : L’ENQUÊTE
L’Inventaire communal est une enquête réalisée par le Service
Central des Enquêtes et Études Statistiques (SCEES) du Ministère
de l’Agriculture et de la Pêche et l’Institut National de la Statistique
et des Études Économiques (INSEE) avec le soutien de la Déléga-
tion à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR).
Toutes les communes de France (hors Dom, Corse et petite cou-
ronne parisienne) ont été interrogées au cours des mois de février
et de mars 1998 sur les principaux équipements commerciaux et
services à la population existant sur leur territoire, comme elles l’ont
été par le passé en 1979 et en 1988. En l’absence d’un équipement,
il était demandé à la Commission communale réunie pour l’occasion
de se prononcer sur la commune généralement fréquentée par les
habitants pour trouver cet équipement.
Centrée sur les équipements les plus courants, cette enquête per-
met d’appréhender plus spécifiquement le monde rural. La plupart
des communes appartenant à des grandes agglomérations de plus
de 10 000 habitants n’ont donc été enquêtées que sur une gamme
restreinte de services, la présence ou l’absence des commerces
ayant été imputée a priori à partir de fichiers d’origine administra-
tive. Les agglomérations de plus de 10 000 habitants font donc
l’objet d’un traitement particulier dans l’ensemble des résultats de
cette enquête.
INSEE Franche-Comté - DDAF Haute-Saône - L'ESSENTiEL Nº 25commerce d’alimentation et
près d’une sur dix d'une bou-
cherie. Il y a vingt ans, près de
40% des communes dispo-
saient de leur petit commerce
d’alimentation. Seules les
boulangeries restent bien pré-
sentes dans nos communes :
une commune sur quatre dis-
pose de sa boulangerie. Les
Hauts-Saônois, à l’image des
français, restent attachés à leur
baguette traditionnelle.
Une logique
de regroupement
d’équipements
Plus de la moitié des commu-
nes du département ont perdu
un ou plusieurs équipements
(commerces ou services).
Cette situation est compara-
ble au niveau régional et na-
tional. Une commune sur six
seulement en a gagné. Cette
Guide de lecture :
proportion est nettement infé- Faverney est à la fois pôle de services intermédiaires et pôle de services de proximité : les habitants de
son aire d’influence s'y rendent donc pour trouver les commerces de ces deux gammes. En revanche,rieure à la moyenne nationale
Saulx n’est fréquentée que pour les services de la gamme de proximité, les habitants de son aireoù une commune sur quatre a
d’influence se rendant à Vesoul pour les commerces de la gamme intermédiaire.
développé ses commerces et
services. Les artisans subis-
sent une lente érosion : moins Corollaire de cette disparition DES ÉQUIPEMENTS
de garages, de maçons, de plâ- des commerces et services QUI SE REGROUPENT PAR GAMMES
Les équipements apparaissent plus ou moins dispersés sur letriers et d’électriciens. Leur dans les petites communes :
territoire. Ils ont en fait tendance à se concentrer dans certainesrythme de disparition dans les les Hauts-Saônois doivent ef-
communes : le bureau de tabac et l’épicerie dans la même communevillages est cependant moins fectuer des trajets de plus en
que l’école, le supermarché dans le même bourg que la gendarmerie,
élevé que pour les commer- plus longs pour trouver les la banque, le dentiste ou le collège. On définit ainsi quatre gammes
çants. Les professions médi- commerces et services qui ont d’équipements qui se retrouvent très largement dans les mêmes
cales et paramédicales se disparu. Un tiers des Hauts- communes : une gamme minimale, une gamme de proximité, une
gamme intermédiaire et une gamme supérieure.maintiennent bien et progres- Saônois doivent effectuer plus
sent sur le territoire depuis de 5 km pour trouver les cinq
vingt ans : un peu plus de équipements de base (boulan-
DES PÔLES DE SERVICES CORRESPONDANTmédecins, de pharmaciens, gerie, boucherie, alimentation
AUX GAMMES D’ÉQUIPEMENTSmais aussi d’infirmières et de générale, école primaire et Concentrés généralement dans les mêmes communes, les équipe-masseurs-kinésithérapeutes. poste).
ments d’une gamme (intermédiaire ou de proximité) exercent le même
type d’attraction sur les communes non équipées alentours. Ainsi en
l’absence d’une perception et d’un notaire, les habitants de 65% des
communes trouvent ces deux services sur la même commune.
Les deux gammes de services, intermédiaire et de proximité, définissent
de ce fait par leur attraction des pôles de services et une aire d’influence
autour de chacun d’eux.
Les agglomérations de plus de 10 000 habitants sont considérées
comme des entités indissociables qui attirent les communes environnan-
tes par leurs équipements, quelle que soit la commune de l’aggloméra-
tion qui héberge les commerces.
INSEE Franche-Comté - DDAF Haute-Saône - L'ESSENTiEL Nº 25À première vue, les commu-
nes haut-saônoises apparais-
sent moins richement dotées
en équipements que leur ho-
mologues en France. Plus de
75% des communes ne dispo-
sent pas des 5 équipements de
base contre 60% au niveau
national. Seules 8 communes
sont très bien équipées (plus
de 33 commerces et services
différents). Mais la comparai-
son avec la France entière doit
être relativisée au regard du
caractère très rural du dépar-
tement (516 communes de
Haute-Saône sur 546 sont ru-
rales) et à la faible densité de
population (43 habitants au
km²).
Chefs-lieux ruraux
ou périurbains
Les équipements changent et se
L’INVENTAIRE COMMUNAL, C’EST AUSSI...regroupent, souvent autour des
chefs-lieux de cantons. La plu- COMMUNOSCOPES CARTOVISIONS :
part des services intermédiaires Pour chaque département 100 cartes thématiques et des
y sont disponibles. Ces bourgs résultats chiffrés à divers niveaux géographiques : 9 pages de
tableaux par commune, 2 pages par chef-lieu de canton, 6constituent des pôles d’attrac-
indicateurs synthétiques pour chacune des communes dution pour les communes avoisi-
département, des comparaisons entre 1988 et 1998 par can-nantes. On y trouve des équipe-
ton, arrondissement et petite région agricole.
ments qui vont de la supérette et Les communoscopes-cartovisions sont disponibles sur cédérom :
du supermarché au magasin de 1 cédérom par région, 110 francs,
vêtements en passant par le une collection de cédéroms France entière, 2 000 francs.
ÉQUIPEMENTS ET ATTRACTIONS DES COMMUNES,médecin, l’ambulance, le no-
FICHIER DÉTAIL :taire, la banque ou le vétéri-
Toutes les données de l’enquête, par thème et par commune,naire.
sur cédérom :
Quelques chefs-lieux de can- 1 cédérom par région, 310 francs, INSEE Franche-Comté
tons ne jouent pas ce rôle mo- 1 cédérom France entière, 4 000 francs, "le Major" 83, rue de Dole
BP 1997 25020 BESANÇON Cedexteur. Autrey-les-Gray, Cham- 5 cédéroms thématiques France entière, 900 francs par
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99thème (services-commerces, enseignement-santé-action sociale,pagney, Noroy-le-Bourg, Saulx
sports-loisirs-culture, tourisme, réseaux-dessertes).et Amance sont peu attractifs. DDAF de la Haute-SaôneTERRITOIRES VÉCUS :L’explication est simple : ces Service Départemental de Statistique AgricoleLa carte-poster permettant de visualiser l’organisation du
rue René Holognecantons sont proches de plus territoire autour des pôles de services: 76 francs au format 70000 VESOULgrandes villes : Vesoul, Gray, 108 x 116 cm, 50 francs au format 68 x 73 cm. Tél. : 03 84 96 17 17 Fax : 03 84 75 59 56
Lure et Luxeuil-les-Bains. INTERNET :
Directeur de la publication : Jacques Jacobhttp://www.insee.frAmance se voit ravir son rôle
Rédacteur en chef : Jean-Éric Place.agriculture.gouv.frattractif par Faverney commune Auteur : Michel Foin
http://datar.gouv.fr Composition, mise en page :plus importante. Maurice Boguet, Sylvie CudeySUR MESURE : Des extractions ou des tabulations sur
Imprimerie : Éblé BesançonMichel Foin mesure peuvent être réalisées à la demande auprès des
(direction départementale de l'Agriculture Nº de CPPAP : 3 021 ADdirections régionales de l’INSEE ou des directions départe-
ISSN : 1248-2544et de la forêt, service départemental mentales ou régionale de l'Agriculture et de la forêt. © INSEE - DDAF 1999
dépôt légal : mars 1999de statistique agricole)
INSEE Franche-Comté - DDAF Haute-Saône - L'ESSENTiEL Nº 25
??????

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.