Hautes-Alpes : un équipement adapté aux contraintes alpines

De
Publié par

Les activités liées au tourisme ont contribué à équiper les Hautes-Alpes, en particulier dans le nord du département. Si les contraintes montagnardes ont obligé à élever le niveau de ces équipements par rapport à la moyenne nationale, leur répartition défavorise les petites communes. De plus, les distances pour accéder aux communes équipées restent très élevées. L'organisation des territoires se complète sur les bases d'un tourisme plus diffus mais très présent et d'une agriculture de montagne restructurée et adaptée aux contraintes économiques.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Agreste
venus compléter les activités touristi-
ques traditionnelles : alpinisme, ran-
donnée, pêche et chasse, sans oublier le
climatisme dans le nord. Ce tourisme
vert, familial ou sportif, implique sur
l’ensemble du département un bon ni-
veau d‘équipement et d’accueil touris
tique. Si les deux-tiers des nuitées
réalisées dans les Hautes Alpes ont lieu
de mai à octobre, la saison d’hiver as-
sure le succès des communes sur les
quelles se sont implantées des stations
de sports d’hiver. Certaines ont acquis
munes. De plus, stance une réputation nationale, voire interna-
tionale : Serre Chevalier, Vars Risoul,pou cc?der aux co
Montgenèvre, Puy Saint Vincent, les
quip?es estent ?s ?le v?es
Orres, Orcières Merlette, Super Dévo
luy... Les aides européennes ont facilité
la réalisation de nombreux projets.
d? une gric ultur
Le département des Hautes-Alpes est le
t? ux co ntr ain tes nomi deuxième département le moins peuplé
de France, mais il est sujet à des varia
tions de population saisonnière très im-
portantes. Cet apport touristique ajoute
Les Hautes-Alpes ont développé har- à la population résidente (120 000 per-
monieusement les activités humaines sonnes) l’équivalent de 70 000 person
grâce aux grands sillons qui les traver nes en moyenne annuelle, avec des
sent : la Durance de part en part, le Dracpointes mensuelles de 200 000 person
au nord et le Buëch à l’ouest. Le relief nes supplémentaires en juillet et août. Il
y est à la fois une source de contraintes est de ce fait nécessaire de disposer d’un
mais aussi de richesses. Les Hauts-Alpins grand nombre d’équipements pour sa-
ont su tirer profit de ces contraintes tisfaire non seulement les besoins de la
géographiques. L’aménagement du lac population permanente, mais égale-
de Serre-Ponçon, la valorisation du ment ceux de la population saisonnière.
Parc National des Ecrins et du Parc Ainsi, 52 % des Hauts-Alpins bénéfi
Régional du Queyras notamment assu- cient d’au moins 33 équipements. Ce
rent une fréquentation estivale impor taux est légèrement supérieur au taux
tante. L’escalade, les sports aériens, national (47 %), mais reste bien en deçà
nautiques et d’eau vive, le VTT sont du taux régional (75 %). En outre, cette
C INSEE 1998
rol?quAlpes,pr?partmSiii?eseriquluristoblitodansionribu?atientit?qu?fa-frnatUneparantleques.tes-duorcuiper?eaactesadap-cotlesetoeon?e,rmructuorttmenresdee?ntagntagnardesmoconte?partemdeeiculaptHe?tntnte?stspr?-dtr?sesm-maiesuspetffsdiujoulusvorisepdrismeitiou-leurtional?unoyennedabases?srappetslipe-surceseniveaupl?t?levercomg?eontsmoniresrain-territolesdesent.iondtnordalsierL?organit.arentautes-rles?qs?econtnouourismmaumlaiviteLessrmoitié de la population réside dans seu-L’offre est très hétérogène sur le terri pratiquer des examens dans un labora
lement six communes (Gap, Briançon, toire selon la nature de l’équipement. toire d’analyses médicales, de 5 à 8 km
Embrun, Laragne, Veynes et Guilles- En effet, plus de 80 % des habitants pour acheter des chaussures, vêtements,
tre), disposant sur place d’une vaste n’ont pas à se déplacer hors de la com livres, meubles et électroménager ou
palette d’équipements, commerces et mune pour aller à la poste, acheter leur encore se rendre dans un hyper ou su-
services, allant du cinéma au collège enpain ou des denrées alimentaires de permarché.
passant par l’hypermarché ou la ban- base. En revanche, les Hauts Alpins
que. A l’opposé, un habitant sur trois doivent parcourir en moyenne 12 kilo Ces distances à parcourir pour a ccéder
dispose de moins de 15 équipements, cemètres pour se rendre à l’hôpital, 9 pouraux équipements et aux services ont
qui n’est le cas que d’un habitant sur
cinq en France et un sur vingt en Pro-
vence Alpes Côte d’Azur.
La part de la population desservie dans
sa commune est supérieure à la
moyenne nationale pour seulement six
équipements : magasins de meubles et
cinémas, perception, hôpital, gendar
merie et pompiers. Le niveau important
de ces trois derniers équipements s’ex-
plique par les interventions de tous or
dres à mettre en oeuvre pour les
incendies et accidents en montagne, les
secours routiers difficiles ainsi que l’af
flux des touristes.
En vingt ans, les équipements ont déserté
les petites communes (quarante comptent
moins de 100 habitants) pour se concen
trer dans les villes et bourgs. Une com-
mune sur deux a ainsi perdu au moins un
équipement, touchant 22 % de la popula-
tion. Ce sont surtout les stations service,
écoles, ambulances et bouchers qui ont
disparu des communes, obligeant 10 %
de la population à se déplacer pour trou
ver le service assuré sur place auparavant.
Dans le même temps, une commune sur
quatre (49) a élargi son offre de services.
Cette amélioration a profité à un Haut Al-
pin sur quatre. La part de la population
des communes possédant au moins une
infirmière est ainsi passée de 68 % à 74 %.
La croissance régulière des besoins en ma-
tière de santé est notamment due au vieillis
sement de la population rurale. De même,
les supermarchés et hypermarchés se sont
répandus au détriment du petit commerce
de détail comme en témoigne la forte dimi-
nution du nombre de communes possédant
une alimentation générale (- 20 %).
emuu??teceshnfesti?rqirmdinfnd?uteeusmch?aaryermssupqdeiageqantpDavs2t.lNiveautd??quipeamentdNomsbrepdebcommmunescdupd??parteme.nte?quip?qestParettdaeasdcomnmuneso?equip?eseens%nPa"rtsdeqlaupopulationmdes:semrvaieesursplaucetenp%edansoleesoHautese-AolpersdenaFrancetdansilessHaoutnens-AlpesotnFxrotocmenMoinsedeb5n?quipemeentosn108661,0r56,9r14,9r9,8aDea6m?p15n?quipemeintess4a5s25,4r22,8?17,8e12,2rDer16n?e2m5l?quipememntcsr1e4n7,9n11,1l9,9t15,7rDed26n?l3o2x?quipemerntsst4a2,3t5,4n5,5c15,2mDet33d?n3m6r?quipemedntcsm6e3,4c3,8s51,9e47,1hTotalq177e100y100e100n100?Nivesacumdu?e?rquipcumtydnsecu,?nteusldiu?doleunodtsNaiivaetaduldc?m?uqeb3N?oumsber?e?(escmSelrcemludeepsuv?mupprm?ns,eenhtbsssoutraotcsodmsmeuinueucus?eudsdres3r6eteuosodieura?lot(edeoe
C INSEE - SCEES / IGN 1998
..). angep?rerie vitauxplus
merce av ant l?e?quipement desloign?e ne
ne l??loign calcul dans p?se ins rritoire, are uipement
Plus place". vis?p itant oss?d
e. ipement aux Distance
gnementuipements Dista
la surstall
n?es ci-apIltablea?s).es figu liste f?rence
?quipement total un sur la ser ices etcom cesde
uipement
an en
?partemen ommu es emendiminué en moyenne tout en restant trent une large gamme d’équipements. Les agglomérations de Gap et Briançon
plus élevées dans les Hautes Alpes On trouve dans celle ci le dentiste, la rayonnent sur un territoire très large du
qu’en Provence Alpes Côte-d’Azur et gendarmerie, le collège et des magasins fait de leur fort niveau d’équipement et
sur l’ensemble du territoire national. spécialisés dans la chaussure, l’électro de la variété des produits et services
Seulement 61 % des Hauts Alpins sontménager ou les supermarchés. Les airesofferts.
à une distance inférieure à 2,5 kilomè-d’influence de ces pôles de services
tres des commerces et équipements intermédiaires ont peu bougé au cours Les Champsaurins ont recours aux
contre 75 % des Français et même 92 %des vingt dernières années. Bien équi- équipements de Saint Bonnet, station
des habitants de la région. A l’opposé,pés, ces pôles exercent cependant un climatique d’été sur la rive droite du
près d’un Haut Alpin sur dix doit par-pouvoir d’attraction diversifié. Drac. Ce bourg bien équipé exerce une
courir plus de sept kilomètres pour pou-
voir faire ses achats. Seuls 2 % des
Français et 1 % des habitants de la ré-
gion subissent la même contrainte.
Le relief impose en effet un éloigne-
ment plus grand. Les distance sonts plus
importantes pour les villages monta-
gnards du Dévoluy, du Queyras et du
Briançonnais ; ceux-ci ont cependant
amélioré leur situation par rapport à
1980. Cette dernière constatation n’est
pas vérifiée pour les communes du
Champsaur et notamment celles du
Valgaudemar ; de même dans les Préal-
pes pour les villages situés à l écar’ t de
la vallée du Buëch, particulièrement
dans le Rosannais.
Le territoire s’organise en une mosaï-
que de bassins au sein desquels les ha
bitants peuvent accéder à la majorité
des commerces et services. Le relief
structure le territoire et freine la concur
rence entre les bourgs. Une douzaine de
pôles de services intermédiaires concen-
s3Desemtbassinssgoq?dlesrp?leasedeiserrviceDsnintoersm?udiairtesnsebd?mvelop56,0penteennbu?eomacqrs?ndeasrmoudLtaxpc0nnoses?it43,5qiercpmuu?nhnsqeis?psolmt?qlirseedllc?sepnrlipnctt?dn?osllsisdes50dhstosmonosduneetbd48,9uEsuppugse??eaodmsnt.quipe?diuegpmlsseeenvicontegtmeeddf?nusCegt?ege?adparsneamumisnmeupem,enoitenedmEquipeme?ntnsgPaortedesmc-ommunesi?iquip?eseenu1998eene%iDisetancetmsodyaenneudellaspopulationo?ml??quipe?mentoen?1998ulpkemaParutodAenlianpopulation,desesereveiueoseurdplacueneqne%?dadns6les%Hautese-AclpesmenuFranceelenv1980nenr1998eenx1980aens1998rGmammmecmminimaleuTaebacL41,2s1,44e91,5x83,3e95,6e90,8dGarasger32,2i1,76v80,7e79,6e90,2d87,5sMa??onneriei53,1i0,96s92,1n87,9d91,5c87,4fAlimentatione38,4a1,29l86,5r81,8t93,0t83,7oPdlombersie,mmenuisserier55,4e0,90u88,8e89,6l94,0u93,3oEcrolee49,7d0,53t96,5e89,1a95,3g90,8oGtaommesseup?rieiuredH?pital12,8011,84047,6a47,7i41,9a42,2tLuaboratoirec2,8q9,04c47,9m50,1e51,5e54,7eCin?msan5,6c6,70a59,6l
C INSEE - SCEES / IGN 1998
en
rares ements tr?s ements
commercel?ags. qum?ra
la ipementeurselleironnantes tiren
nsid?r?etit?sdisso son lum?ra
eux.chacun d?influenceaire vicesde ?les trac
eu it proximit?, int rm?diaire es, am
la er vices ces tro
habitant taire, cept d?un ?absen en urs.
nes sur tractiontype m?me le erproximit?)
(int am me ?qu escots ?nncentalement
ipementscorreser auxvicesdantforte attraction sur les zones rurales en-puis 1980, sont deux fois plus nom Plus au sud, l’Embrunais s’est doté d’un
vironnantes. C’est le plus attractif des breux que les habitants de la commune.nouveau pôle de services intermédiai-
douze pôles du département : une popu- L’Argentière-la Bessée, au débouché res : Savines le Lac. Alors qu’en 1980
lation près de quatre fois supérieure à lade la Vallouise, est en reconversion ses résidents allaient à Embrun, l’équi-
sienne, en provenance de vingt trois post-industrielle. Elle attire autant de pement de la commune (24 sur les 36
communes, vient fréquenter ses com- chalands qu’elle compte d’habitants. comparables) satisfait aujourd’hui non
merces et services. A 1 000 mètres d’al-
titude, là où la vallée se rétrécit,
Saint-Jean Saint Nicolas reste le
deuxième pôle de services intermédiai-
res du Champsaur, même s’il a perdu
des équipements depuis 1980. Il attire
toujours plus du double de sa popula-
tion ; en effet, les communes aux alen-
tours ont également perdu des
commerces.
Guillestre, situé entre Embrun, Brian-
çon et le Queyras, draine une partie de
la population du Haut Embrunais et du
Queyras. Les usagers recourant à ses
commerces et services, développés de-
eem59,1ienl72,2.c?guae57,1m62,3?quipaasbell-s2,74s6,2t2,8959,96,6711,3i74,7esst68,0?Pers63,1mSu7,3u56,8ggea56,0aendaqtluseu:onggnmnmtials,qnqgSmrerearexo?64,5u63,3eMa16,9m73,9i9,6i55,4dmarcu49,8eCu5,61e63,1?iee65,5ua?57,8iBanqueu65,9seent53,1Pgdessommunesiquip?esn1998e%utancehodennenlai??ente1998oenrPqdeepopulationaerviee%dlesNelFbaneu1980,neenientCoaluresc7,59l57,2?57,9enagerO6,17d59,1-64,5q10,7a64,3r68,8gMmublee7,10d60,0?54,2u7,9s63,2a75,1eLibrairv10,7t63,0d69,7aPompieg19,8d64,9n50,7lAsncec4,93n4noseudesa?esnreietu"eeacmmdupeospt,?nsgumieen?-iier?qnnognmeseparnecr-Equipemossartdct?uensensDissmtyodedpopulationpl??quipemlenS,ikmiartnlatdesseen-danspHautes-AlpesanrrEncelnseu1998i1980r1998eh.ussI7,3l60,6s67,8oElectrom?n7,9t62,6e74,9nV?tementf5,98a61,1q65,5tee9,0n54,1-63,8dDrogueriea5,34n58,7c63,8eie?5,98s63,1e70,1cro2,37n70,7c65,2embulan9,0u68,6m63,9mDentistee3,81s63,8c76,8oameurm2,66u69,8-77,8nceptione3,95s60,9:53,7lupereh?b5,54c58,8u65,0doll?e5,1t57,4a64,6bGarmerc13,6e66,1t57,7lNoteireu5,15q57,7l58,8a13,0m71,8?73,2mV?t?rinaire4,0c53,3o51,9memdunneeaqrude?lemonssopDeepsd?eqsrnqnuLissoemrnesgiruoeuapxpdalragrsdeiLfeesc?dqSuiumsnaNpslupntapsliutscoiunmun?sedaineneer-sn?Cssiul.elteea
C INSEE - SCEES / IGN 1998
es term?d amme La
am e. et ai
ches. son int-Jenesles Sa in as
term? imitdant hamppara ent t-Bo l?a tra
mima me mman-S aint icolabisse t-Jelu limites
m?mes ement ?s retrou ent
erm?diairesvicesde ?lesd?influence"Aires ui ipement ainsi
finit dent
rmeri e, le
permarcl??cole,le
??picedans rie urea
certaindanstrer
it rrito sur sp
oin ipementpara iss ent
amm
pent uipementsseulement ses habitants, mais attire éga-cherie, le médecin ou le bureau de Aspres sur Buëch, à la limite du Ser
lement ceux de Réallon, du Sauze ainsi poste. Aspres sur-Buëch, Saint Firmin, rois et du Beauchêne, se situe au carre-
que ceux de Pontis dans les Alpes de la Saulce et Espinasses sont les plus four des axes Grenoble Marseille et
Haute Provence. Elle a, tout comme attractifs. Ils relaient les pôles de servi-Valence Gap par le col de Cabre. Le
Embrun, bénéficié de la forte attraction ces de Veynes, Saint-Bonnet-en tourisme s’y est développé ces derniè-
touristique du lac de Serre Ponçon en Champsaur et Gap. res années, grâce notamment au vol à
période estivale. A l’entrée de la vallée du Valgaudemarvoi, le et au vol libre. Bien équipée, elle
Les communes du Rosannais et du Ser Saint Firmin est le plus attirant des qua attire l’équivalent de 76 % de sa popu-
rois, captives du relief, utilisent les tre. Cette commune irrigue largement lation venant de cinq petites communes
équipements de la commune de Serres.l’espace rural environnant : près de environnantes, Aspremont, La Beaume,
Située au carrefour des axes Grenoble- trois fois sa population, en provenance La Haute-Beaume, Montbrand et Saint-
Marseille et Avignon Briançon, ce pôle de sept communes, vient y chercher Pierre d’Argençon.
de services intermédiaires attire près de produits et services de proximité. A la limite sud est du département, au
deux fois plus d’utilisateurs qu’il ne
compte d’habitants. Veynes draine les
habitants d’une vingtaine de commu-
nes : celles de son canton, du Dévoluy
et du Bochaîne. Porte du Dévoluy, elle
a été favorisée par la création d’une
nouvelle station de sports d’hiver, la
Joue du Loup mais aussi par le tourisme
"vert", et scientifique avec l’Observa
toire du plateau de Bure. Au sud est du
Buëch, Laragne a renforcé son rôle dans
un espace agricole dynamique. Favori-
sée par l’éloignement des grandes vil-
les, elle attire une clientèle potentielle
équivalant au double de sa population
résidente.
Les pôles de services intermédiaires
sont relayés ou complétés par des pôles
de proximité, villages plus modestes où
on trouve les biens et services les plus
courants comme la boulangerie, la bou-
eDes"i?5"espe?lesgdespronximoit?npourqrnelayserrlesep?lesodeoserevicespintderpm?sdiaireesaeeoeaprtnu?erenuemttonccoSrCrruperlicdmCescipesteie?olacm?sdElrivtnrSsili?populadtsionmde?ssaervieasurcplaceaeenm%sdansdlesrHaoutreas-AlpesaenaFsraancelens1980pen?1998eenl1980send1998lPsoste?39,0u1,21m82,9n82,8s83,2A83,3rCoiffeurd19,2i2,53f68,4u72,6n81,7e83,8pCarlburants21,5e2,26a82,1e71,6d88,1s77,9eP?l?trier?31,6c2,40?79,4q77,3e86,6e84,6pElelctriciens33,9e2,00m79,4d79,3p82,4m82,9tM?deqcini23,7t1,95t72,7u75,0o80,7u83,7eInfirmieurr23,7c2,07m68,5u74,2e78,7e82,2lPeharmeacieu17,5a2,52p69,6a71,3u78,0n80,2-Boulahngeriem35,0s0,93u77,8e80,6t88,5l87,0sBouc?heriee16,9e2,09e77,4v68,2i85,9m79,7dmagtm?deeephrsoximeit:?ed-edSstnnineqseyoerdensdrntpeuataomvdrnneohmbrseedocasrgementeen.1998,nenekmaPnartadenlaaEquipemesntfsePeaurptudeslcsommunese?vquip?esdenl1998genm%eDisetancelmsoayaenneddeslanpopulationi?el??quipems
C INSEE - SCEES / IGN 1998
amme La
int rm?diaire.
t-Brendnet-e d?influence proximit?,itant
ices r?qun?et-Fche,t?eirmindeux
es d?influence habitant proximit?
ervic term icesaires fois int-Bnet-en
d?influence. ire un fait po s?dentet
ins tiren roxi ser vice epr?s ent N?on
roxim t?deer vices des esbord de la Durance, La Saulce et Espinasses
appartiennent à l’aire d’influence de Gap
et jouent un rôle de relais pour les équi-
pements les plus courants. Elles attirent
autant de population venant des environs
qu’elles en comptent elles-mêmes.
D’autres communes jouent également
un rôle de pôle de proximité, mais leurs
aires d’influence sont le plus souvent
réduites à leurs propres habitants, à
l’exception de Chabottes. Quatre de ces
communes sont situées dans la périphé-
rie de Gap. Tallard joue un rôle actif en
matière touristique, car c’est un haut
lieu des sports aériens, surtout au ni-
veau international en matière de para
chutisme. Chorges, La Bâtie-Neuve et
La Roche des Arnauds assurent la pé-
rennité du tissu rural et agricole.
La Grave, directement sous la Meije, et
Vallouise, au pied du Pelvoux et de la
Barre des Ecrins, bénéficient des sports
de nature pendant l’été, relayés en hiver
par le ski. Il en va de même pour Saint-
Etienne en Dévoluy (avec les stations
de Super Dévoluy - la Joue du Loup).
Par contre, dans les pays du Buëch,
Rosans a connu un certain recul de ses
équipements.
C INSEE 1998
95cc27I1arrond1rom,9du4ric0o:haquetel?d?r-sCampanaetMoniqueo:uabonnercvoussPourcompa1munoscop2eurosnquiMulardlAnnief:Frachefh?meen-R?dacteurcLaganier-Jeanc:uadjointTDirecteureAudibertrPierree:epublicationdela1de?gionDirecteursSIE991232f:unee0gsSatailCodeeeuroson,2,29-ouoFt5par1s:?Prix,1287-292Xte-po:dISSNsN?162.11.054005.2for:oISBNrtcemolrpnceoatnue?d?p9enOd-artemre,paepetHLuionss:,c?dluerviranceideSft0aetno)iClesne,scommunerpour?om,u47si?r?0s,80oe,r90n37dLeesontnicelesenseieionnirse,r?giLaiiepereertoireeservo1d6tio9a8p0red:sroem?npsnpuasttn?nag?dgstiqacsegelmmerqr?s?pnart1d,1s0,0ementse//datonso88c9tcantementqeqgricesurtedisp-c?depouregion,t11rsd6,7s-rntilect.d?rome0couo,los.ultenctidescmsficrreToutaonn?esaetttpaisure:pue/ci1pancsreinced1f0erancs6guros,nentac?d?ttitfhugelh?mmcinqrpropos-suie-seeces,0nt,0thialebs,scultttouror?secert?abTereVdsuttvis/nisataerrloured:stmatexr:sranct1e,e:t7e:qrancL7ventaSucommuterncuatComvurolpeqCirtoeone:ochaod?psemee1r0aartstrtisetnrueatechior?u?cersnveaeg?ogrnuesn-lpsdotamuxncoms-npuptrstati-liedefon,v6indicarurs9nth?8queshcrdeDcommuneMdCd?paeN?x?cnutoanrpotaumnu(f?La?siensvdesnatd?paelacecaoamnmdesuVneael.eesEtuuNSEnqeIelnlqcdeura?eatletqpaatrolresSnemenClemnnreedLeecsaEtneqcum?uteeasplturEetauticuDirgrrensa(gl?aoS?)dedAuputdend.freel0e0gar.gouvd)udrne?e?tndp:eunhttonigrmirtsDraeledeeflaasrgneeeuture.gouvbenimeuedeegricscKlesoymni?q?uaeasrinerS?EaViolatErINSEes/oru:tiieepntd.ealgaoD??ald?rgdi1n0?0na?nsee.fniadgnrleonjttd?unTrepier/Pilr?pudiso?nuRd?cgtieonnha?inlireenal,a?estTussi...AoPmTnoscoustaevisissetPourcqueoartmntm0ucneseh?masquesddese?sultFsrffasndivcnieuxoaphiqn:t9?ageste?bleaiparnmune,t2eagesulonaBrchefceuocantu-ristedsyetispourmhacuneoisesn?sFrauande.rte,tddseraismenta19rets9189r9on,8isse(etcitormamole.eepcomaes-carovisdemsontponibleasurs?roms-?cer?n11?rom,907ranc9oe1t7e,nF1e9?re,8coll8ion)c?ss,u0r0arancsp3r4i9neurcEipemptsaattracuonxd?cqmuuies,pheemd?e:nesldcdeo?mnqu?tmpareh?mert?rs?es,sceomr-vchaqir?gic1e?d?rs3?0lraoup,26ouros,pFrauent?alie,ec?d?x4r0sfusrul09,er-esurencemi?rE5nromslh?masurques,d0?rancuon1?,20qurosutonse,,sitlsti?sabulales?vante:?servlsatCommero-mgnememsantietactcsoco,msportmloisuetnurea-lismee-sauxidessees.pcorusterrritodereso?nud:emetsanteeouualisionsl?orgactionstuitrautradecp?lesoemicem:uforn:e08g1extcml7efmseun1,5teuross-ematn6tx?3emde5lfessu,,62auros.nrenpetote
?partemental ect
acci
www.
www.
u?te. ltatsl?ensem dansrticuaitementble fon itant
d?ori dminis raLesplutive tions ichi io mput?comme ?a bsepr?
vices, ameint sur u?t?e n?ahabitant plus des(comdes ations
plu rural. sp?cd?apfiqupluspr?hendperm u?tecet ts,plu esipement les tr?e
l-de-Mar Seine-Sdu etts-de-Set-Denis de Pariin rtement
risie petit orse ment dans?sult t?s
ett. habit ts
?n?ra fr?qupar la prononcer l?occasi r?un ssion demand ?tait ipement
?absence territoire.eu istant lation et ciaux ts les
le f? vrierde ois au rrog?es les (DAR).l?Act et
rritoirel?Am em atio le avec (INEcon EtE) des Statistiqu Nationl?Institu et P?che la
?A ricultMinist?re SCEE Statistiqu des et tralrvice u?teis?e ire
Invecom nalire

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.