Industries agro-alimentaires - Une croissance plus modeste en 1998

De
Publié par

En 1998, la production des industries agro-alimentaires (IAA) a augmenté de 1 % en volume. Ce résultat, plus faible qu'en 1997 (+1,6 %), traduit la stabilisation des exportations, après leur forte expansion de 1997. Les importations ayant augmenté, l'excédent commercial s'est réduit ; il reste cependant élevé (47,1 milliards de francs). En revanche, la demande intérieure a été soutenue : la consommation à domicile des ménages a progressé de 1,5 % et les autres ventes sur le marché intérieur ont été encore plus dynamiques. L'activité des IAA a ainsi contribué, de façon modérée, à la création d'emplois.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°672 - AOÛT 1999
Prix : 15 F (2,29€)
Industries agro-alimentaires
Une croissance plus modeste en 1998
Alain Nolin, division Agriculture, Insee
n 1998, la production des indus- (+ 3,5 %), la fabrication d’autres produits lai-
tiers (+ 3,1 %) et la production de fromagetries agro-alimentaires (IAA) a
(+ 2,3 %).Eaugmenté de 1 % en volume. Ce ré- La croissance a également été notable dans
sultat, plus faible qu’en 1997 (+ 1,6 %), tra- la fabrication des produits divers tels que les
desserts de conserve (+ 5,2 %) et le chocolatduit la stabilisation des exportations,
et la confiserie (+ 5,0 %). L’industrie du pois-
après leur forte expansion de 1997. Les son a fait exception à cette croissance, sa
importations ayant augmenté, l’excédent production ayant baissé de 3,6 %.
La de l’industrie de la viande s’estcommercial s’est réduit ; il reste cepen-
accrue de1%:la baisse de la viande de bou-
dant élevé (47,1 milliards de francs). cherie (-1,6 %) a été plus que compensée par
En revanche, la demande intérieure a été les préparations à base de viandes (+ 3,9 %).
La viande de volaille a maintenu sa crois-soutenue : la consommation à domicile
sance (+ 1,4 % après + 1,3 % en 1997).
des ménages a progressé de 1,5 % et les L’industrie des boissons a contribué forte-
autres ventes sur le marché intérieur ont ment à la croissance des IAA mais la situa-
tion a été contrastée suivant les activités.été encore plus dynamiques. L’activité
Celle des spiritueux a régressé (-9,1 %) tandis
des IAA a ainsi contribué, de façon mo- que les productions de champagne (+ 8 %) et
dérée, à la création d’emplois. de boissons non alcoolisées (+ 6,5 %) ont bé-
néficié de l’effet Coupe du Monde et d’une
demande étrangère importante.
Dans la boulangerie-pâtisserie, la légère
Avertissement : ces résultats sont désor- croissance est venue du pain et de la pâtis-
mais établis dans le nouveau Système eu- serie fraîche (+ 0,4 %) alors que les biscottes
ropéen de comptabilité nationale (SEC 95 et pâtisseries de conserve ont reculé
- cf. Pour comprendre ces résultats). (- 1,3 %).
L’activité sucrière a été la seule à reculer
En 1998, l’activité dans les branches dans de fortes proportions. Après une excel-
agro-alimentaires a continué à progresser lente récolte en 1997, de mauvaises condi-
(+1%en volume - tableau 1). Toutefois, tions climatiques et une baisse significative
cette croissance est moins forte que celle de du rendement des betteraves industrielles
1997. Le ralentissement observé en 1998 est en ont réduit la production en 1998. Cepen-
d’ailleurs suivi d’une légère baisse de l’acti- dant, les besoins en sucre ont été facilement
vité au premier trimestre de 1999.
L’activité des industries agro-alimentaires
(IAA) s’inscrit dans une tendance régulière. Évolution de la production des
Elle contraste avec celle des autres indus- branches en volume
tries manufacturières dont l’évolution a été Base 100 en 1995115
plus rapide mais heurtée, marquée par la
crise de 1993 ou le ralentissement de 1996 110
(graphique 1).
Parmi les IAA, les industries du lait, des pro- 105
duits divers (chocolat, préparations pour
100boissons...), des viandes et des boissons ont
IAA
été les branches les plus dynamiques en ter-
95
mes de production (graphique 2). Industrie manufacturière
La croissance de l’activité laitière (+ 2,0 %) a
90
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998été vigoureusement soutenue par la fabrica-
Source : comptes nationaux, Inseetion des yaourts et desserts lactés frais
INSEE
PREMIEREsatisfaits par un déstockage important Contribution des branches à la croissance en volume des IAA en 1998
qui a permis la croissance des exporta-en % de l'évolution globale
tions.
Industrie du lait
Le tabac a maintenu tout juste son acti-
Divers(1) vité grâce à l’augmentation de la
consommation domestique. CetteIndustrie des viandes
branche avait notablement régressé
Industrie des boissons
en 1997.
Travail du grain et aliments pour animaux
Conserve, jus de fruits Baisse de l’excédent
Pain et pâtisserie commercial
Industrie du tabac
En 1998, le solde des échanges de pro-
Huiles, corps gras duits agro-alimentaires a atteint un ni-
veau encore élevé, + 47,1 milliards deSucre
francs. Cependant, les IAA n’ont pas
-30 -20 -10 0 10 20 30
reproduit l’excédent commercial re-
1. Chocolat, préparations pour boissons, aliments pour enfants, desserts de conserve
cord de 1997 (+ 53,7 milliards de
francs). La diminution du solde est due àSource : comptes nationaux, Insee
la stagnation des exportations (-0,6 %
en volume) conjuguée à l’augmenta- Soldes commerciaux en 1997 et 1998
tion des importations (+ 3,5 % en vo-
Industrie des boissons lume). Au premier trimestre de 1999,
les exportations ont légèrement aug-Industrie du lait
menté, tandis que les importationsTravail du grain
et aliments pour animaux continuent de se réduire depuis le qua-
Sucre trième trimestre 1998.
Deux zones géographiques importan-Industrie des viandes
tes ont subi une crise financière en
Divers(1) 1998 : les pays du sud-est asiatique sur
l’ensemble de l’année et la Russie auPain et pâtisserie 1998
deuxième semestre. Ces crises ont eu
1997Industrie du tabac
des conséquences pour les exporta-
tions de deux branches : les viandes, leHuiles, corps gras
cognac et les spiritueux. Les ventes de
Conserve, jus de fruits
l’industrie des viandes à la Russie ont
baissé. De plus, cette industrie a été-20 -10 0 10 20 30 40 50
pénalisée par la surproduction euro-milliards de francs
1. Chocolat, préparations pour boissons, aliments pour enfants, desserts de conserve péenne de porcs, qui a conduit à une
Source : comptes nationaux, Insee
très forte chute des cours. Au total, ses
exportations ont diminué de 2,3 mil- Production des branches agro-alimentaires*
liards de francs. Quant aux ventes de
Évolution 98/97 (%) 1998 cognac et de spiritueux, celles desti-
Valeur (milliards nées aux pays d’Asie du sud-est ontVolume Prix
de francs) nettement diminué en quantité.
Industrie des viandes 1,0 -5,8 190,2 La chute des cours des céréales et la du lait 2,0 -0,9 106,8 forte concurrence internationale liée à
Industrie des boissons 2,1 1,9 91,0 la surproduction ont pénalisé les ex-
Travail du grain et aliments pour animaux 1,3 -4,5 78,1 portations de produits de travail du
Autres IAA 0,2 2,0 246,8 grain.
1,0 3,7 45,9conserve, prépa. de jus de fruits et légumes À l’opposé, les exportations de cham-
huiles, corps gras -0,6 4,9 13,6 pagne et de vin – avec une percée re-
pain et pâtisserie 0,1 0,6 81,8 marquable au Japon – ont très bien
sucre -9,0 -3,4 20,3 progressé en 1998, l’augmentation des
1 2,5 3,3 85,2divers volumes se conjuguant à celle des prix.
Industrie du tabac 0,5 0,9 6,3 Le solde des échanges de l’industrie
IAA hors tabac 1,0 -1,4 712,8 des boissons s’est ainsi encore amélio-
ré ; il constitue le premier poste, en ter-Ensemble des IAA 1,0 -1,3 719,1
mes d’échanges, du commerce
5,2 -0,8 3604,8Industrie manufacturière hors IAA
extérieur des IAA (graphique 3).
* La production de vin n’est pas une activité des IAA mais une activité agricole.
Les importations ont augmenté pour1. Chocolat, préparations pour boissons, aliments pour enfants , desserts de conserveplusieurs branches (tableau 2). Dans (+ 3,6 %), de vin (+ 2,9 %), mais aussi puis 1993, malgré une pause en 1996.
les produits laitiers, en particulier le d’eaux et de boissons rafraîchissantes Enfin, la consommation d’aliments
beurre et les poudres de lait, les achats (+ 2,7 %) : ces bons résultats des bois- pour l’enfance et diététiques s’est re-
en provenance des Pays-Bas ont con- sons ont, en partie, été liés à la tenue dressée à + 2,1 % ; elle avait ralenti jus-
tribué à la réduction de l’excédent rela- de la Coupe du monde dans notre qu’en 1997, atteignant même une
tif à ces produits. Dans les conserves pays. baisse de -0,5 %.
de poissons, les importations de Côte Les consommateurs de produits lai- La demande intérieure en produits des
d’Ivoire ont progressé, aussi bien en tiers ont plébiscité les yaourts et pro- IAA ne se limite pas à la consommation
volume qu’en prix. En revanche, la duits lactés frais (+ 3 %) et les des ménages. Elle comprend également
baisse des cours des tourteaux, parti- fromages (+ 3 %), mais ils ont délaissé les consommations intermédiaires des
culièrement de soja, a conduit à la ré- les glaces (+ 0,6 %). différentes activités de restauration
duction du montant des importations La consommation des viandes, hors domicile (inclus dans les services
des « huiles et corps gras ». quoique pénalisée par les viandes de aux particuliers), celles d’autres bran-
boucherie, a été fortement soutenue ches des IAA et celles de l’agriculture,
par les préparations à base de viande.La consommation
La consommation de viande de volailledes ménages redémarre Les principales branchesa maintenu sa croissance (+ 1 %).
consommatrices de produitsPrenant le relais du commerce exté- Parmi les autres produits, les conser-
des IAA en 1998rieur, la demande intérieure a exercé ves de légumes et de pommes de terre
une influence favorable sur la produc- (+ 2 %) ont retrouvé le chemin de la En %
tion et a contribué à la croissance en croissance, après -0,9 % en 1997. Ont Part dans la
volume des IAA. aussi augmenté les achats de prépara- consommation
intermédiaire enLe volume de la consommation des tions de jus de fruits et de légumes
produits desménages en produits des IAA a aug- (+ 1,1 %) et ceux en produits de la
IAA
menté de + 1,5 %. transformation et conservation de
Agriculture 14,6Les achats ont progressé sur tous les fruits (+ 2,6 %).
IAA 47,6produits, à l’exception du sucre, des La consommation à domicile de pain et
Biens de consommation 2,3
huiles et corps gras, et, dans une pâtisserie est restée à peu près stable
Biens intermédiaires 2,8
moindre mesure, des produits du tra- (+ 0,2 %), en léger ralentissement par
Transports 0,2
vail du grain (farines...). La plus forte rapport à 1997. Le pain et la pâtisserie
Services aux entreprises 0,1
croissance provient des boissons fraîche ont maintenu leur croissance, aux particuliers
(+ 2,6 %) ; la consommation de pro- tandis que celle des biscottes, des bis- (dont restauration) 24,0
duits laitiers a augmenté de + 2,2 %, cuits et des pâtisseries de conserve a Éducation, santé et action sociale 6,5
celle de viande de + 1,6 %. baissé de -0,5 %. La consommation de Administration 1,9
Les ménages ont bu davantage de chocolats et de confiserie, a augmenté Total 100
champagne (+ 4,3 %), de bière de + 2,6 % en 1998. Elle progresse de-
Indicateurs d’activité des industries agro-alimentaires en 1998
Dépense de consommation des
Produits des IAA Importations Exportations1ménages
Évolution 98/97 (%) 1998 Évolution 98/97 (%) 1998 Évolution 98/97 (%) 1998
Valeur (mil- Valeur (mil- Valeur (mil-
Volume Prix liards de Volume Prix liards de Volume Prix liards de
francs) francs) francs)
Industrie des viandes 1,6 0,7 206,2 -0,3 -2,5 21,4 -6,2 -2,0 26,6 du lait 2,2 0,7 102,8 10,9 3,3 13,5 2,4 -3,7 24,9
2Industrie des boissons 2,6 1,2 105,8 3,5 7,7 11,2 2,0 4,7 55,6
Travail du grain et aliments pour animaux -1,0 0,1 18,8 -4,7 1,8 7,8 3,5 -2,5 15,9
Autres IAA 0,7 2,0 232,7 4,3 3,1 67,4 -3,1 2,2 53,7
1,4 3,3 66,1 7,7 5,4 28,8 -0,9 4,9 11,6conserve, prépa. de jus de fruits et légumes
huiles, corps gras -1,9 2,1 9,0 -2,9 -2,0 12,2 -1,2 5,2 3,5
pain et pâtisserie 0,2 1,1 82,7 4,1 1,6 5,4 6,3 0,9 6,3
sucre -2,2 1,6 3,6 -9,7 2,6 1,3 4,2 -3,1 8,9
3 1,1 1,8 71,3 5,9 3,6 19,8 -9,2 3,0 23,3divers
Industrie du tabac 2,1 3,0 82,1 4,3 1,6 10,2 10,2 4,0 2,0
IAA hors tabac 1,4 1,2 666,2 3,4 2,4 121,4 -0,7 1,0 176,7
Ensemble des IAA 1,5 1,4 748,3 3,5 2,4 131,6 -0,6 1,0 178,7
6,1 -0,3 1 164,6 11,0 1,0 1 419,9 8,2 -0,1 1 519,2Industrie manufacturière hors IAA
1. Au prix d’acquisition.
2. Le vin est un produit des IAA, mais sa production est une activité agricole.
3. Chocolat, préparations pour boissons, aliments pour enfants , desserts de conserve.
Source : comptes nationaux, Inseeen particulier pour l’alimentation ani- Les prix à la consommation des pro- tion de vins n’a pas d’effet sur la production
male (tableau 3). L’ensemble de ces duits des IAA ont progressé plus vite des branches des IAA. Par contre en nou-
consommations intermédiaires repré- que ceux de l’ensemble des produits velle base l’évaluation du commerce exté-
sente près de 30 % de la demande inté- (+ 1,4 % contre + 0,9 %) rieur intègre le vin en tant que produit des
rieure et croît depuis plusieurs années L’activité des IAA a contribué à la crois- IAA, alors qu’en ancienne base, ce produit
sensiblement plus vite que la consom- sance des emplois salariés et non sala- était classé en produit de l’agriculture. Ain-
mation des ménages. riés (+ 0,5 %). La plus forte création si, la valeur des produits dans la nouvelle
En particulier, la demande en produits d’emplois a été réalisée dans les activi- base est supérieure à celle de la base 1980.
des IAA par la restauration privée a tés des viandes et des produits laitiers En outre l’activité de production des charcu-
augmenté de+4%en 1998. Sur l’en- (tableau 4). tiers commerçants est intégrée dans les
semble composé par la consommation branches des IAA.
des ménages et les consommations inter- Pour comprendre La consommation des ménages représente
médiaires des activités de restauration ici la en produits des IAAces résultats
hors domicile, la part de ces dernières re- achetés par les ménages dans le com-
présente un peu moins de 12 %. merce. Elle correspond au concept de dé-
Les comptes des Industries agro-alimentai- pense de consommation des ménages. Les
res (IAA), comme l’ensemble des comptes évaluations incluent donc les marges desBaisse des prix à la production
nationaux, sont désormais publiés en base commerçants et la TVA. En revanche, la
Les prix à la production des branches 1995 (et non plus en base 1980) et établis consommation des ménages n’intègre pas
des IAA ont baissé de -1,3 % en 1998, selon le nouveau système de comptabilité la alimentaire dans les hô-
alors qu’ils avaient augmenté de nationale compatible avec le système euro- tels, cafés, restaurants (privés et publics) et
+ 1,4 % l’année précédente. Cette péen (SEC 95). Le changement de base cantines.
baisse est plus marquée que celle de concerne :
l’industrie manufacturière hors IAA - le territoire, avec l’incorporation des DOM ;
(-0,8 %). - les concepts (par exemple, la production
Les plus fortes baisses ont été enregis- au prix de base comprend les subventions
trées dans l’industrie des viandes, sur les produits reçus par les producteurs et
touchée en particulier par la chute des exclut les impôts sur les produits payés par Pour en savoir plus
cours du porc, dans les aliments pour ces derniers) ;
animaux et dans le travail du grain, - le moment d’enregistrement, qui suit la
« Ralentissement de l’activité des IAA en
pour lesquels la baisse des cours des règle des droits et obligations ;
1998 », Agreste primeur n° 60, juillet
céréales s’est répercutée sur les prix. - le classement (la nomenclature NAF rem- 1999 (résultats provisoires 1998 de l’en-
À l’opposé, les prix à la production ont place la nomenclature NAP). Il en résulte quête annuelle d’entreprise sur les IAA).
augmenté dans les boissons, en parti- une classification des vins dans les pro-
« Les échanges extérieurs de la France enculier le champagne et les vins, les duits des IAA. En revanche, dans le nou-
1998 », Insee première n° 659, juin 1999.
conserves et jus de fruits, et les ali- veau système de comptabilité nationale, la
ments divers (chocolat, préparations viticulture reste considérée comme une « Les comptes de la nation en 1998 -
pour boissons, aliments pour enfants, activité faisant partie de la branche agri- Forte consommation et très faible infla-
tion », Insee première n° 645, mai 1999.desserts de conserve). cole. Ainsi la forte croissance de la produc-
« La nouvelle base de la comptabilité na- Effectifs* salariés et non salariés des branches d’activité des IAA** tionale », dossier d’Économie et Statis-
tique, n° 321-322, 1/2 1999.1997 (milliers) Évolution 98/97 (%) 1998 (milliers)
Viandes et lait 212,3 0,6 213,5 « L’industrie en 1998 - Le marché inté-
Reste des IAA 378,9 0,4 380,5 rieur a pris le relais », Insee première
n° 661 juin 1999.
Ensemble des IAA 591,2 0,5 594,0
3168,8 3174,6 « La consommation des ménages en0,2Industrie manufacturière hors IAA
1998 - Un fort soutien à la croissance »,
* Nombre de personnes physiques.
Insee première n° 657, juin 1999.
** La production de vin n’est pas une activité des IAA mais une activité agricole.
Source : Comptes nationaux, Insee
Direction Générale :
18, Bd Adolphe-Pinard
A RETOURNER A : INSEE-CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80€ 101,07€ 126,08€
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : ___________________________ Rédacteurs : J-W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. TagnaniAdresse : ________________________________________________________________
Maquette : F. Buhot___________________________________ Tél : ______________________________
Code Sage IP99672
Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ____________________________ F.
ISSN 0997 - 3192
Date : _______________________________ Signature © INSEE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.