Inventaire communal : Territoires et services

De
Publié par

Organisation territoriale de l'emploi et des services : Les équipements dont a besoin la population sont plus ou moins dipersés sur le territoire (des moyennes et petites villes, pôles d'emploi et de services, des bourgs ruraux pôles de services). Aires d'influence des pôles de services en 1998. Niveau d'équipement et pouvoir d'attraction des pôles. Evolution des pôles de services et de leurs aires sur près de vingt ans. Graphiques, cartes, tableaux, méthodologie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Tags :
Nombre de pages : 47
Voir plus Voir moins

LE DOSSIER
INSEE AQUITAINE
ICNVENTAIRE OMMUNAL
TSERRITOIRES ET ERVICES
INSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
N°3 4
DÉCEMBRE 2000Ce dossier a été réalisé au sein du Service des Etudes et de la Diffusion par :
Mireille Dalla-Longa, Jean-Pierre Duban, Paul Ahmed Michaux
avec la contribution de Nadine Gonzalez et Jean-Marie Dubreuil pour la cartographie
INSEE AQUITAINEAvant-propos
Longtemps, la compréhension de l’organisation d’un territoire s’est appuyée sur des défini-
tions géographiques suivant largement les logiques administratives. Un raisonnement qui
paraît moins pertinent désormais car il exclut les transformations de l’espace provoquées par
les évolutions démographiques endogènes ou exogènes et celles des modes de vie.
En effet, un territoire s’organise en fonction du comportement des individus qui y vivent :
les déplacements qu’ils y effectuent, liés soit à l’usage des services soit à l’activité profes-
sionnelle, mettent en évidence de nouvelles cohésions territoriales. Ainsi, l’accès aux servi-
ces et à l’emploi structure l’espace d’une part, en pôles de services avec leur aire
d’attraction et d’autre part, en pôles d’emploi. Pôles définis grâce à l’inventaire communal
pour les premiers et au recensement de la population pour les seconds.
L’inventaire communal de 1998 a été réalisé par l’Insee et les services statistiques du minis-
tère de l’Agriculture et avec le soutien de la Délégation à l’aménagement du territoire et à
l’action régionale (Datar). Il fournit une description du territoire à partir des informations
sur la fréquentation des services à la population et apporte une aide au débat sur l’aména-
gement du territoire. Outil pertinent pour l’analyse des problématiques liées aux services
et aux équipements, il permet d’appréhender plus spécifiquement le monde rural.
Des liens se créent entre les communes possédant un équipement et celles ne le possédant
pas, ainsi se constituent des aires autour d’un pôle d’attraction. Ces pôles et ces aires peu-
vent être hiérarchisés selon quatre gammes de services et d’équipement : de base, de
proximité, intermédiaire et élargie. C’est la gamme des services intermédiaires qui a été re-
tenue dans cette étude. En Aquitaine, 187 pôles de services maillent le terri-
toire plus ou moins densément selon la géographie physique de la région et selon qu’ils
appartiennent à l’espace urbain ou à l’espace rural. Leurs aires d’influence ne respectent ni
les limites départementales ni les limites régionales.
Le Directeur régional de l’INSEE
Michel SCHRANTZ
INVENTAIRE COMMUNAL - Territoires et services 3 INSEE AQUITAINESOMMAIRE
Organisation territoriale de l’emploi et des services . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Aires d’influence des pôles de services en 1998 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Niveau d’équipement et pouvoir d’attraction des pôles. . . . . . . . . . . . . . . . 15
Evolution des pôles de services et de leurs aires sur près de vingt ans . . . . . 19
Annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Méthodologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
INVENTAIRE COMMUNAL - Territoires et services 5 INSEE AQUITAINEOrganisation territoriale de l’emploi et des services
’Aquitaine, au regard du maillage dû aux pôles de ser- d’emploi, l’étendue de ces déplacements et leur fréquence
vices intermédiaires, est significativement partagée s’effectuant dans le cadre d’une aire d’attraction, soit urbaine,
en trois parties séparées par deux lignes qui vont de soit rurale. Pour chacune de ces zones, le recensement deLSoulac-sur-Mer à Agen, le long de la Gironde puis de 1999 donne l’effectif des habitants et son évolution à géo-
la Garonne, et de Bayonne à Mont-de-Marsan, le long de graphie constante.
l’Adour et de la Midouze. Ces trois parties s’affranchissent des A l’issue de l’inventaire communal de 1998, l’Aquitaine
limites départementales et constituent des sous-ensembles compte 187 pôles de services intermédiaires et autant d’aires
homogènes. d’influence, qui structurent aussi solidement le territoire ré-
Au nord de la ligne Soulac-Agen, notamment autour de Bor- gional que les aires urbaines. L’offre simultanée de biens et de
deaux et, vers l’est, le long des principaux cours d’eau et des services essentiels (vêtements, médicaments, santé, sécuri-
voies de communication, le maillage est très dense. Les pôles, té,...) draine toute une population qui n’habite pas forcément
très nombreux, attirent en général beaucoup de communes et la commune siège de ces biens et services.
leur aire d’attraction n’est pas très étendue, y compris en Dor- La carte des territoires vécus reflète la superposition de ces
dogne. deux phénomènes de polarisation, l’un par l’emploi, l’autre
Au sud de la Midouze puis de l’Adour, la densité des pôles de par les services. Ces territoires se différencient selon qu’ils po-
services est de nouveau très importante, sauf bien entendu larisent par les services ou/et par l’emploi. De surcroît, ils peu-
dans la chaîne pyrénéenne. On y retrouve un alignement le vent être classés en trois groupes selon leur taille et celle de
long des principaux cours d’eau bordés par des voies de cir- leur population.
culation.
Des systèmes complexesLe sous-ensemble du milieu s’étend sur l’immense forêt lan- ■
daise et girondine, jusqu’à la pointe du Médoc. Il est peu four-
Cette forme d’organisation territoriale est caractéristique des
ni en pôles d’attraction, à l’exception notable du bassin
grandes et des moyennes métropoles. L’attraction par l’em-
d’Arcachon ; il est constitué d’aires d’influence étendues qui
ploi s’étend sur un vaste territoire et est relayée en périphérie
regroupent pourtant peu de communes.
par des pôles de services.
Cette juxtaposition de deux logiques d’organisation, propreCommunes attirées et population concernée■ aux grandes villes, est particulièrement visible sur l’aire ur-
caractérisent les pôles
baine de Bordeaux, notamment au nord et à l’est du pôle ur-
bain proprement dit, alors qu’à l’ouest la polarisation parL’importance des aires d’attraction de ces pôles, aussi bien en
termes de communes attirées que de population concernée, l’emploi n’est pas relayée par des pôles de services.
varie énormément : en Lot-et-Garonne, Beauville n’attire Au nord du département de la Gironde, Blaye et Pauillac, de
qu’une commune et, à elles deux, elles comptent à peine plus part et d’autre de l’estuaire, cumulent les fonctions de pôle
de 700 habitants, tandis qu’en Gironde, l’aire d’influence de rurald’emploietdepôledeservices.Al’est,entrelesdeux
Bordeaux regroupe 63 communes et près de 780 000 habi- aires urbaines de faible importance que sont Libourne et
tants. Entre ces extrêmes, existe toute une gamme d’aires d’in- Langon, la polarisation par l’emploi pénètre
fluence des pôles de services intermédiaires. Ces pôles l’Entre-deux-Mers qui ensuite ne dispose plus que de pôles
peuvent être de type très différent selon leur caractère rural ou de services qui organisent le territoire, jusqu’à La Réole et
urbain, leur taille et leur polarisation par l’emploi. Ils résultent Sainte-Foy-la-Grande.
d’une évolution du territoire et de la localisation des popula-
Pau et son aire urbaine sont un autre exemple typique de cette
tions depuis plusieurs décennies. double polarisation. Son influence est bornée à l’ouest par
En effet, la croissance des villes et le dépeuplement des cam- deux importants pôles d’emploi ruraux, Lacq et Mourenx,
pagnes sont des phénomènes déjà anciens en Aquitaine, puis au sud-ouest par le pôle urbain d’Oloron-Sainte-Marie
comme ailleurs en France. Plus précisément, le développe- et, enfin au sud-est et à l’est, dans la région voisine, par Lour-
ment de la périurbanisation s’étendant largement sur d’an- des et Tarbes. Ces quatre aires urbaines forment un ensemble
ciennes zones rurales, accompagné d’une augmentation de la continu d’ouest en est. Finalement, seule la partie septentrio-
mobilité liée au travail et à la satisfaction des besoins, a contri- nale de l’aire paloise est largement ouverte vers d’importants
bué à organiser l’espace aquitain ces vingt dernières années. pôles uniquement de services, Lembeye, Garlin et
Arzacq-Arraziguet.Cette interactivité des hommes et des territoires qui se traduit
par l’organisation des communes autour d’un pôle, peut être Toujours dans les Pyrénées-Atlantiques, l’aire urbaine de
évaluée par les résultats récents du recensement de popula- Bayonne, qui concentre pourtant plus de population que
tion de 1999 associés à ceux de l’inventaire communal de celle de Pau (207 000 contre 195 000), n’est relayée que par
1998. des pôles de dimension modeste au rayonnement faible. Au
Déjà le recensement de 1990 avait permis à l’Insee de définir nord toutefois, dans le département voisin des Landes, Cap-
17 aires urbaines et 28 pôles ruraux, à partir de la notion de breton et Soustons offrent des emplois, en tant que pôles ru-
polarisation par l’emploi. Les activités professionnelles en- raux, et, avec Saint-Vincent-de-Tyrosse, offrent des services,
traînent des déplacements qui convergent vers des pôles en tant que pôles intermédiaires.
INVENTAIRE COMMUNAL - Territoires et services 7 INSEE AQUITAINEOrganisation territoriale de l’emploi et des services
Des moyennes et petites villes, Des bourgs ruraux pôles de services■ ■
pôles d’emploi et de services
Nombreux en Aquitaine, ces pôles ruraux, qui ont parfois
l’aspect de petite ville, offrent en général autant de servicesParmi ces villes, où les influences de l’emploi et des services
s’équilibrent, on trouve les trois autres chefs-lieux de départe- dits de proximité que les pôles urbains. Leur aire d’influence
est souvent assez étendue et leur attractivité comparable àment de la région, Périgueux, Agen et Mont-de-Marsan, aux-
bien des pôles urbains. En revanche, ils n’offrent pas beau-quels s’ajoutent Dax, Orthez, Bergerac, Sarlat-la-Canéda,
coup d’emplois et leur attractivité dans ce domaine est faible.Libourne, Langon, Marmande, Villeneuve-sur-Lot et Olo-
Appartiennent pourtant à cette catégorie d’anciens sites in-ron-Sainte-Marie. Ces villes moyennes et petites ont pour ca-
dustriels connus, comme ceux de Lacq ou de Fumel, mais laractéristique principale d’avoir un bassin d’attraction étendu,
plupart offrent plutôt des emplois liés aux activités agricoles etvoire très étendu pour les chefs-lieux de département.
aux services.Ces bassins, où l’emploi est souvent concentré dans les pôles
Au nord, le département de la Dordogne est constellé presqueurbains, sont aussi les lieux de fréquentation régulière des ser-
uniformément de pôles de services intermédiaires et de pôlesvices de proximité ; à ce titre, Mont-de-Marsan et Dax en sont
des illustrations caractéristiques : les usagers des services de ruraux. Cette constellation uniforme est révélatrice d’un dé-
partement à la population également répartie peu affectée parproximité, que ces villes offrent, viennent de communes éloi-
des mouvements tant naturels que migratoires notables.gnées, notamment de la Grande Lande. Par contre, Périgueux
Abstraction faite des limites départementales, les trois airesconcentre emploi et fréquentation de services très limités à
son aire, il en est de même pour Agen et Marmande, ou Berge- urbaines de ce département, Périgueux, Bergerac et Sar-
lat-la-Canéda, sont remarquablement entourées d’une cou-rac.
ronne de pôles ruraux offrant services et emplois. CeDans ce type de villes, Arcachon se révèle être un cas un peu
phénomène se retrouve aussi bien dans le Lot, qu’enparticulier : petite commune par sa surface, Arcachon agglo-
Lot-et-Garonne et aux franges orientales de la Gironde.mère autour d’un pôle urbain toutes les communes du sud du
bassin et ne possède pas de couronne périurbaine. De même, Au sud, dans le triangle, Mont-de-Marsan-Pau-Bayonne,
l’ensemble du pôle est certes entièrement et bien équipé en existe une concentration de ces bourgs ruraux importants qui
services, tant publics que privés, mais n’exerce aucune in- sont comparables à de petites villes, les emplois en moins. La
fluence sur les communes environnantes. D’ailleurs, d’une diversité de ces pôles ruraux est très importante. Elle tient sur-
manière générale, les communes du littoral n’exercent pas tout à leur taille, de quelques communes, parfois deux seule-
d’attraction en termes de fréquentation de services. Elles sont ment, et quelques centaines d’habitants, elle peut atteindre
pratiquement toutes bien et suffisamment équipées et offrent 20 000 habitants et 28 communes (Sainte-Foy-la-Grande,
une gamme de services étendue à leur population qui peut Lesparre-Médoc,...). Dans ces cas, seul le nombre d’emplois
décupler l’été. A l’exception de Bayonne et d’Arcachon, elles offerts les différencie de la catégorie précédente, celles des
appartiennent à la catégorie des bourgs ruraux. petites villes.
INSEE AQUITAINE 8 INVENTAIRE COMMUNAL - Territoires et servicesOrganisation territoriale de l’emploi et des services
TERRITOIRES VÉCUS
Limousin
Poitou-Charentes
PÉRIGUEUX
Libourne
Sarlat-la-Canéda
Bergerac
BORDEAUX
Arcachon
MarmandeLangon
Villeneuve-sur-Lot
AGEN
MONT-DE-MARSAN
Dax Midi-Pyrénées
Orthez
Espaces à dominante urbaineBayonne
Pôles urbains
Couronnes périurbaines
PAU
Communes multipolarisées
© IGN-INSEE 2000© IGN-INSEE 2000
Oloron-
Ste-Marie
Espaces à dominante rurale
Communes sous faible influence urbaine
Pôles ruraux
Communes sous influence des pôles ruraux
0 25 50 km
Communes rurales isolées
Aire d’attraction
Limite de département Un trait relie chaque commune
au pôle de services intermédiaires
Source : Insee - Recensement de la population de 1990, Inventaire communal de 1998 fréquenté habituellement
INVENTAIRE COMMUNAL - Territoires et services 9 INSEE AQUITAINEINSEE AQUITAINE 10 INVENTAIRE COMMUNAL - Territoires et services

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.