L'aire urbaine de Louhans

De
Publié par

Dans la ligne des dossiers déjà parus sur onze aires urbaines de Bourgogne, ce dossier présente l'aire urbaine de Louhans (Saône-et-Loire). Des informations sur la démographie, le logement, les revenus, les infrastructures, l'emploi et les établissements, y sont rassemblées pour décrire ce territoire. Réalisé par l'Insee Bourgogne et la Direction Régionale de l'Équipement, ce document met à disposition des éléments importants pour comprendre le fonctionnement de ce territoire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Démographie - Logement - Revenus Louhans
Une aire urbaine peu dense
L’aire urbaine
L’aire urbaine de Louhans se Louhans, la ville-centre,
de Louhans
compose de la ville-centre de est la commune la plus im-
Louhans* (sous-préfecture) et de portante avec 6 250 habi-
11 autres communes. Quatre des tants, soit près de la moitié 12 communes
communes de l’aire urbaine des habitants de l’aire.
(1)
14 595 habitants(Branges, Bantanges, Rancy et Trois communes comptent
Sornay) forment avec Louhans entre 1 000 et 2 100 habi- (2)7 596 logements
un pôle urbain (agglomération tants (Branges, Sornay et
(3)comptant plus de 5 000 emplois). Saint-Usuge). Les autres sont 831 établissements
L’aire urbaine de Louhans de petite taille, aucune ne
(4)
5 946 emploiss’étend sur 190 km² et relève dépasse les mille habitants.
de quatre cantons : Louhans La plus petite est Montcony
(1) (2) et (4) : Recensement de la population de 1999.
(9 communes regroupées en une avec 225 habitants. (3) : Répertoire des entreprises et établissements
erau 1 janvier 2004.communauté de communes),
Beaurepaire-en-Bresse, Cuisery,
Montpont-en-Bresse (une com-
mune chacun). L’aire urbaine de Louhans
En 1999, l’aire urbaine de
Nombre d'habitantsLouhans compte 14 600 habi-
6 240tants. Par sa population, elle se
e
classe au 13 rang parmi les
MontconySaint-Usuge2 08015 aires de Bourgogne, après
celle de Cosne-Cours-sur-Loire
(15 600 habitants) et devant celle
Vincellesde Migennes (13 300 habitants). Montagny-
près-LouhansBrangesAu niveau national, Louhans
figure parmi les aires les moins
e Ratte
peuplées et se situe au 312
rang sur 354, entre les aires Louhans
d’Honfleur (Calvados) et Saint- Sornay
Marcellin (Isère). L’aire urbaine
Bantanges Bruaillesne compte que 77 habitants au
2 e
km , soit le 13 rang des 15 aires
urbaines bourguignonnes en ter- Rancy
La Chapelle-Naudemes de densité de population.
Ville-centre
Bourgogne 5Km
Autres communes
de l’aire urbaine
* La commune de Louhans comprend la
commune associée de Châteaurenaud. © IGN - Insee 2005Source : Insee - Recensement de la population de 1999.
Définition des aires urbaines :
Pour étudier les villes et leur territoire d’influence, l’Insee a défini, en 1997, une nomenclature spatiale :
le zonage en aires urbaines. Ce zonage a été redéfini avec les résultats du recensement de 1999.
Une aire urbaine est constituée d’un pôle urbain et d’une couronne périurbaine.
Le pôle urbain est une agglomération (ici composée des communes de Louhans, Branges, Bantanges,
Rancy et Sornay) d’au moins 2 000 habitants et 5 000 emplois.
La couronne périurbaine, territoire sous influence de la ville-centre, est un ensemble de communes
qui envoient travailler dans l’aire au moins 40 % de leurs actifs résidents.
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006Démographie - Logement - Revenus Louhans
Chapelle-Naude, Montcony et Les aires urbainesExtension de l’aire
Saint-Usuge (1 710 habitants au de Louhans et Chalon-sur-Saônelimitée
total). Sur cette période, la popu- de 1968 à 1999
lation de la ville-centre augmenteDéfini à chaque recensement
un peu (à peine 100 habitantsà partir de la localisation de la
supplémentaires) alors que cellepopulation et des déplacements Beaune
des autres communes de l’aire 1968domicile-travail, le périmètre d’une
diminue.aire urbaine évolue au cours du
L’aire urbaine de Louhans esttemps.
située entre deux autres airesEn 1968, l’aire urbaine de
plus importantes : Chalon-sur-Louhans est constituée de la ville-
Chalon-Saône (130 800 habitants etcentre, de Sornay et de Branges. sur-Saône
55 300 emplois) au nord etEntre 1968 et 1975, les limites
Lons-le-Saunier (54 500 habi-de l’aire urbaine ne changent pas. Lons-le-Saunier
tants et 23 300 emplois) à l’est.En 1982, deux petites commu- Louhans
Ceci l’empêche vraisemblable-nes situées au nord intègrent
ment de s’étendre. De plus, lel’aire : Vincelles et Montagny-
nombre d’emplois ne cesse deprès-Louhans. Ces communes doi-
diminuer depuis 1975.vent leur rattachement à des pertes
d’emploi qui génèrent des déplace-
Croissancements domicile-travail de leurs actifs
à l’extérieur et notamment dans le démographique
pôle urbain. Ces deux nouvelles de la ville-centre
Beaunecommunes apportent 680 habitants 1982
supplémentaires. Dans le même Les communes composant l’aire
temps la ville-centre perd 260 habi- sont assez peu peuplées et peu
tants, son excédent naturel (+ 100) dynamiques démographiquement,
ne suffisant pas à compenser son voire même en déclin pour la
déficit migratoire (- 360). moitié d’entre elles (Bantanges,
Chalon-
sur-SaôneEntre 1982 et 1990, l’aire gagne Montcony, Rancy, Ratte et Saint-
quatre nouvelles communes qui Usuge).
Lons-le-Saunier
totalisent 2 250 habitants. La Dans son périmètre de 1999,
population de la ville-centre con- l’aire urbaine perd près de 900
Louhanstinue à diminuer : au déficit mi- habitants entre 1975 et 1999,
gratoire (- 260) s’ajoute un déficit soit une baisse de 0,2 % par an.
naturel (- 80). Dans les autres Le déclin démographique de
communes de l’aire, la population l’aire urbaine s’est toutefois atté-
diminue aussi : les décès sont nué entre 1990 et 1999 (- 0,1 %
plus nombreux que les naissan- par an) par rapport à la période
ces (120 de plus) et le solde mi- 1975-1990 (- 0,4 % par an).
gratoire est nul. Entre 1990 et 1999, les arri-
BeauneL’extension de l’aire urbaine vées dans la ville-centre l’empor- 1999
reste faible entre 1990 et 1999 tent sur les départs (+ 440) com-
avec seulement trois petites pensant ainsi le déficit naturel
communes supplémentaires, La (- 340). La construction d’un peu
Chalon-
sur-SaôneÉvolutions naturelle et migratoire entre 1990 et 1999
Lons-le-Saunier
Soldes entre 1990 et 1999 Louhans
Population
Global Naturel Migratoire
en 1999
Aire urbaine 14 595 - 80 - 467 + 387
Dont
Louhans 6 237 + 97 - 344 + 441
Autres communes
8 358 - 177 - 123 - 54 Source : Insee - Recensements de la population. © IGN - Insee 2005de l’aire urbaine
Source : Insee - Recensements de la population de 1990 et 1999.
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006Démographie - Logement - Revenus Louhans
plus de 200 logements sur cette La population par âge en 1999
période a sans doute contribué à
Part de la tranche d’âge dans la population totalecette revitalisation de la ville-
%centre. En revanche, sur l’en-
25
semble des autres communes Ville-centre
Autres communes de l’aire urbainele déficit naturel (- 120) s’ajoute
20au migratoire (- 50).
15Une population âgée
La de l’aire ur-
10
baine de Louhans est la plus
âgée de toutes les aires bourgui-
5gnonnes : un habitant sur deux a
plus de 45 ans (38 ans pour l’en-
semble des aires). La population 0
De 0 De 15 De 30 De 45 De 60 75 ansde la ville-centre est plus âgée
à14ans à29ans à44ans à59ans à74ans et plus
que celle des autres communes
Source : Insee - Recensement de la population de 1999.de l’aire : 46 ans d’âge médian
à Louhans contre 44 ans dans
les autres communes.
Le déficit de jeunes dans l’aire A l’inverse, les personnes Croissance
de Louhans est très important : âgées de 75 ans et plus sont da- du parc de logements
les 15 à 29 ans ne représentent vantage présentes dans l’aire ur-
que 16 % de la population contre baine de Louhans : elles repré- En 1999, l’aire urbaine de
21 % en moyenne sur l’ensemble sentent 13 % de la population Louhans compte 7 600 loge-
des aires bourguignonnes et 25 % contre 8 % en moyenne. Cette ments, dont moins de la moitié
dans l’aire de Dijon. Ce déficit est part dépasse même 15 % dans (43 %) dans la ville-centre. Avec
davantage marqué dans les au- la ville-centre. 530 logements de plus par rap-
tres communes de l’aire (15 %) Les jeunes adultes (30-45 ans) port à 1990, le parc de l’aire ur-
que dans la ville-centre (17 %). et leurs enfants (moins de 15 baine augmente de 7,5 %. Cette
Les jeunes quittent l’aire pour ans) privilégient la localisation évolution est identique à celle de
pouvoir suivre des études supé- dans les autres communes où ils l’ensemble des aires urbaines
rieures et trouver leur premier représentent 36 % de la popula- bourguignonnes (+ 8 %). Le parc
emploi. De fait, leur taux de chô- tion contre 31 % en ville-centre. de logements connaît sensible-
mage est particulièrement faible. ment la même progression dans
la ville-centre et dans les autres
communes de l’aire avec toute-
Le parc des logements en 1990 et 1999
fois des progressions plus mar-
quées à Sornay et à Branges
Résidences
Ensemble Résidences (plus de cinquante nouveaux lo-secondaires et Logements vacants
des logements principales
occasionnelles gements).
Le mouvement de construc-Nombre Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution
en 1999 99/90 (%) en 1999 99/90 (%) en 1999 99/90 (%) en 1999 99/90 (%) tion s’accélère entre 2000 et
2004, avec en moyenne 120 nou-Aire urbaine 7 596 + 8 6 313 + 6 709 + 13 574 + 23
veaux logements commencés
Dont
par an contre 60 entre 1990 et
Louhans 3 249 + 7 2 842 + 6 148 - 6 259 + 27
1999. Entre 2000 et 2004, près
Autres communes
4 347 + 8 3 471 + 5 561 + 20 315 + 20 de 600 logements ont été ainsi
de l’aire urbaine
commencés sur l’ensemble de
l’aire dont 60 % d’individuels.
Source : Insee - Recensements de la population de 1990 et 1999. er
Au 1 janvier 2004, l’aire ur-
baine compte 506 logements
Définitions : le logement est défini selon son utilisation : c’est un local séparé et indépendant utilisé
sociaux HLM localisés princi-pour l’habitation.
palement dans la commune deOn distingue quatre catégories de logement :
- résidence principale : logement où la personne réside la plus grande partie de l’année ; Louhans (64 %) mais présents
- logement occasionnel : utilisé une partie de l’année pour des raisons professionnelles ; dans toutes les communes de
- résidence secondaire : logement pour les loisirs ou les vacances ; l’aire. Depuis les années 1990, la
- logement vacant : logement sans occupant.
construction de logements so-
ciaux n’est en effet plus unique-
ment localisée à Louhans.
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006Démographie - Logement - Revenus Louhans
ments vacants croît de 23 %, soitBeaucoup de maisons Forte augmentation
110 logements vacants de plus.des résidencesindividuelles
secondaires
Revenu fiscal :En 1999, les résidences prin-
part importantecipales représentent plus des L’aire urbaine de Louhans
quatre cinquièmes (6 310) des compte plus de 700 résidences des pensions et retraites
logements de l’aire. Leur nombre secondaires et occasionnelles.
augmente de 5,7 % entre 1990 et En 2002, les ménages deElles représentent 9,3 % du parc
1999 alors que dans le même de logements. La présence de l’aire urbaine de Louhans dispo-
temps la population baisse de résidences secondaires est forte sent d’un revenu fiscal assez
près de 1 %. En conséquence, le faible. La moitié de la populationen dehors du pôle urbain notam-
nombre moyen de personnes par ment au nord et au sud de vit dans un ménage qui déclare
logement diminue de 2,42 en Louhans, proche du Jura. De un revenu par unité de consom-
1990 à 2,26 en 1999. Le nombre mation inférieur à 13 500 euros.1990 à 1999, le nombre de rési-
de résidences principales a aug- dences secondaires de l’aire a Ce revenu médian est bien moins
menté plus fortement à Louhans progressé de 13 %. Cette crois- élevé que celui de la Bourgogne
(+ 6,2 %) que dans les autres (14 600 euros) et la Saône-et-sance place Louhans en tête des
communes de l’aire (+ 5,3 %). aires urbaines bourguignonnes Loire (14 000 euros). Il classe
e
Les maisons individuelles repré- et s’explique par son aspect fina- Louhans au 11 rang des 15 aires
sentent 63 % des résidences urbaines bourguignonnes, justelement assez “rural” qui attire des
principales de la ville-centre et la citadins et aussi quelques étran- derrière Autun (13 600 euros)
quasi-totalité de celles des autres gers. Cette augmentation est ob- et devant Montceau-les-Mines
communes de l’aire (97 %). De (13 300 euros).servée dans toutes les commu-
même, la proportion de proprié- nes sauf à Louhans et à Branges Les ménages de Ratte sont les
taires est nettement plus forte où leur nombre est stable. Paral- plus favorisés de l’aire avec un
dans ces communes (76 % contre revenu médian de 14 700 euros,lèlement, le nombre de loge-
53 %). suivis de ceux de Bruailles
(14 600 euros). En revanche, les
Revenus fiscaux médians revenus médians des habitants
par unité de consommation des ménages en 2002 de Saint-Usuge et Montcony sont
nettement plus faibles (12 100
euros).
La part des revenus d’activité
Plus de 13 900 euros des ménages (66 %) est l’une des
De 13 100 à 13 900 euros Montcony
plus faibles des aires urbainesDe 12 300 à moins de 13 100 euros
Moins 12 300 euros Saint-Usuge de Bourgogne. Elle est nette-
ment inférieure à celle observée
en Bourgogne et en Saône-et-
Montagny-Vincelles Loire (70 %). A l’inverse, la partprès-Louhans
des pensions et retraites (30 %)Branges
est supérieure à celle de la
Ratte Bourgogne (27 %) et de la Saône-
Louhans
et-Loire (28 %).
La part des ménages impo-Sornay
sables est la plus faible observée
dans les aires urbaines bourgui-
Bantanges gnonnes : seul un ménage deRancy
Bruailles
l’aire sur deux est imposable en
La Chapelle-Naude
2002. Cette part est nettement
inférieure à celle observée en
Bourgogne : 14 600 euros Bourgogne (58 %) et en Saône-
France : 15 100 euros
et-Loire (55 %).
Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux des ménages 2002. © IGN - Insee 2005
Note de lecture : à Louhans, la moitié des personnes appartiennent à un ménage
qui dispose d’un revenu fiscal supérieur à 13 500 euros par unité de consommation
et l’autre moitié un revenu inférieur à 13 500 euros. Le revenu fiscal est le revenu
déclaré aux services fiscaux. Ce revenu est établi par unité de consommation pour
tenir compte de la taille des ménages.
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006D996
D972
D978
Infrastructures - Économie Louhans
Place importante de l’agroalimentaire
À37 km au sud-est de Chalon- Les infrastructures de transport dans l’aire urbaine de Louhans
sur-Saône et à 28 km de Lons-
le-Saunier, l’aire urbaine de
Louhans est située à une dizaine
de kilomètres de deux échan-
geurs (Beaurepaire-en-Bresse et
Au Miroir) de l’autoroute A39
reliant Dijon, Dole, Bourg-
en-Bresse, Genève et Lyon. La
population de l’aire peut égale-
ment rejoindre l’autoroute A6
Paris – Lyon à Tournus (30 km) ou
LOUHANS
Chalon-surSaône (40 km).
La Seille
L’aire est traversée d’ouest en
est par la RN78 qui relie Chalon-
sur-Saône au département du
Jura.
La gare de Louhans est située
sur la ligne TER Dijon – Bourg- Limite de l'aire urbaine
Limite de communeen-Bresse qui permet de rejoin-
Autoroute
Route nationaledre Lyon en 1 h 30. Les gares
Route départementale
TGV les plus proches sont celles Voie ferrée
Voie d'eaude Macon-Loché et de Creusot-
Péage
Montchanin situées à environ
Gare
Pôle Observation des Territoires - 25-08-2005 © IGN BdCarto® 1999une heure de route de Louhans.
A Chalon-sur-Saône, une desserte
TGV permet de rejoindre Paris en est organisé par la communauté Bellevesvre, Mâcon, Lons-le-
2 h 30. de communes du canton de Saunier et desservent huit com-
Louhans n’a pas de réseau de Louhans. Trois lignes interurbai- munes de l’aire urbaine sur
bus urbains mais un service de nes de cars traversent l’aire ur- douze.
transport à la demande par taxi baine à destination de Chalon,
Une aire et deux pôles
d’emploiLes déplacements domicile-travail en 1999
L’emploi de l’aire urbaine est
principalement localisé dans deuxLieu de travail
communes : Louhans (3 420 em-
Autres communes
Lieu de résidence Louhans Extérieur Ensemble
de l’aire urbaine plois) et Branges (1 450 emplois).
Les autres communes comptent1 452 308 556 2 316
Louhans
63 % 13 % 24 % 100 % moins de 250 emplois chacune.
Seulement 63 % des Louhan-
Autres communes 920 1 525 948 3 393 nais, soit environ 1 450 actifs, ha-
de l’aire urbaine 27 % 45 % 28 % 100 %
bitent et travaillent en ville-centre.
Cette part est la plus faible enre-Extérieur 1 052 689
gistrée en Bourgogne après celle
3 424 2 522 des aires de Migennes et SensEnsemble
et a fortement diminué. En 1990,
Source : Insee - Recensement de la population de 1999. 1 830 actifs louhannais, soit 72 %
des habitants de la ville-centre,
Note de lecture : parmi les 2 316 actifs ayant un emploi et résidant à Louhans, 1 452 y
y travaillaient.travaillent, 308 travaillent dans les autres communes de l’aire urbaine et 556 ont un
emploi à l'extérieur de l'aire urbaine de Louhans.
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006
N78
D971
A39Infrastructures - Économie Louhans
Répartition de l’emploi par secteur d’activité
Part des actifs travaillant dans le secteur en 1999 en %
Commerce
Administration
Santé, action sociale
Services aux entreprises
Ind. des biens intermédiaires
Éducation
Services aux particuliers
Construction
Transports
Ind. des biens d'équipements
Activités immobilières et financières
Agriculture, sylviculture, pêche
Ind. des biens de consommation
Ind. agricoles et alimentaires
Énergie
Industrie automobile
0 2 4 6 8 1012 1416
Aire urbaine de Louhans Saône-et-Loire Ensemble des aires urbaines bourguignonnes
Source : Insee - Recensement de la population de 1999 (nomenclature économique de synthèse).
La commune de Louhans at- dans la commune mais venant se dirigent pour l’essentiel dans
tire 920 actifs venus des autres chaque jour y travailler est passé l’aire urbaine de Lons-le-Saunier.
communes de l’aire, dont les de 590 en 1990 à 1 070 en 1999, Enfin le département de l’Ain at-
deux tiers résident à Branges, soit une augmentation de 80 %. tire chaque jour 120 actifs.
Sornay et Bruailles. Quelque Les importants recrutements ef-
1 050 actifs de l’extérieur de fectués par le principal établisse- De nombreux emplois
l’aire viennent également chaque ment de Branges, LDC (abattage non salariés
jour travailler à Louhans, dont et transformation de volailles),
près de 900 du département de expliquent en partie cette pro- En 1999, l’aire urbaine de
Saône-et-Loire et une centaine gression. Louhans compte 5 946 emplois
du Jura. ce qui la place en avant-dernière
A Branges, 380 emplois sont Travailler à l’extérieur position des aires urbaines bour-
occupés par des actifs résidant guignonnes devant Migennes
sur place. Les autres emplois de En 1999, 1 500 actifs résidant (4 984 emplois) et juste derrière
la commune sont occupés par dans l’aire urbaine de Louhans Joigny (5 992 emplois).
des actifs venant de Louhans vont travailler à l’extérieur. Plus L’emploi non salarié repré-
(240) et de Sornay (une centaine de 1 000 d’entre eux travaillent sente 18 % de l’emploi total :
d’actifs), des autres communes dans le reste de la Saône-et- c’est presque deux fois plus que
de l’aire (180) et du reste du dé- Loire dont 280 dans l’aire urbaine dans l’ensemble des aires bour-
partement (510). L’attractivité de de Chalon-sur-Saône et 120 dans guignonnes (10 %). Ceci est pro-
Branges est croissante : le la commune de Cuisery. Le Jura bablement lié au profil du tissu
nombre d’actifs ne résidant pas attire pour sa part 240 actifs qui productif composé pour l’essen-
tiel de petits établissements.
Dans l’agriculture, plus des
Évolution de l’emploi salarié
trois quarts des emplois sont non
salariés contre 60 % dans l’en-
Évolution 2002/1999 Effectifs
semble des aires. Et ici l’agricul-en 2002
En %
En nombre ture pèse encore lourd : 7 % deannuel moyen
l’emploi contre 3 %.
Industrie - 6 - 0,1 1 769
Les non salariés sont aussi
Construction + 4 + 0,4 360 très présents dans le commerce
Commerce + 52 + 2,3 780 (31 % contre 15 %) et la cons-
Services + 28 + 0,8 1 199 truction (24 % contre 17 % en
moyenne), des secteurs qui ontEnsemble + 78 + 0,6 4 108
par ailleurs une implantation as-
sez proche de la moyenneSource : Insee - Unedic au 31 décembre (hors agriculture et travail temporaire).
des aires.
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006Infrastructures - Économie Louhans
L’industrie compte aussi près Les principaux établissements
de deux fois plus de non salariés de chaque secteur d’activité
que l’ensemble des aires : 9,5 %
contre 5 %. Et ce secteur garde
LDC BOURGOGNEune place importante dans l’aire 697 salariés
urbaine de Louhans puisqu’il re- (BRANGES)
JEAN-PAUL POTHIEUX
36 salariésgroupe un emploi sur quatre
(BRANGES)
contre un sur cinq en moyenne AL-KO SOC FRANCAISES DE NUTRITION ANIMALE
200 salariésdans les aires urbaines de la 97 salariés
(BRANGES) (LOUHANS)LA POSTErégion. L’industrie agroalimen-
57 salariés CSF
taire, avec l’établissement LDC (LOUHANS) 73 salariés
(LOUHANS)Bourgogne, est particulièrement
SOCIETE FRUITS PRIMEURSbien implantée. Elle représente
BONNEFOY
13 % de l’ensemble des emplois 20 salariés
(LOUHANS)en 1999, soit trois fois plus que
VAULX DISTRIBUTIONdans l’ensemble des aires urbai- D.P.S.A. TRANSPORTS PRUDENT 84 salariés
224 salariésnes bourguignonnes. A noter le (LOUHANS)
(BRANGES)
profil très particulier des emplois MARMONT SARL
SARL ENTREPRISE DE NETTOYAGE PETKOVIC 28 salariésdes communes de Rancy et de 53 salariés (LOUHANS) Commerce(LOUHANS)Bantanges orientés vers la fabri- Industrie
Constructioncation de chaises. GUY CANNARD SA Services
46 salariésA l’inverse, les services sont (LOUHANS)
assez nettement sous-représentés
Source : Insee - Répertoire des entreprises et établissements au 1.1.2004 (champ ICS).dans l’aire de Louhans (45 % des © IGN - Insee 2005
emplois contre 57 % dans l’en-
semble des aires bourguignon- l’emploi salarié progresse Le nombre d’emplois a dimi-
nes). En particulier, l’administra- de 7,4 %. Cette diminution est à nué à Louhans (- 7 %, soit 270
tion et la santé-action sociale rapprocher de la réduction du emplois), alors qu’il a fortement
sont moins fréquentes. nombre d’emplois observée augmenté à Branges (+ 37 %,
dans le secteur de l’agriculture soit 390 emplois) du fait de
Forte baisse (- 46 %, soit 320 emplois de l’extension de l’établissement
de l’emploi non salarié moins). Elle est nettement supé- LDC Bourgogne.
rieure à celle observée sur l’en-
En 1999, l’aire urbaine de semble des aires urbaines bour- Légère augmentation
Louhans compte une cinquan- guignonnes (- 17 %). de l’emploi salarié
taine d’emplois de moins qu’en A l’inverse, l’emploi dans le entre 1999 et 2002
1990, soit une baisse de 0,8 %. secteur de la construction aug-
Cette baisse est imputable au mente fortement (+ 32 %, soit
Sur la période plus récente de
recul de l’emploi non salarié qui 100 emplois supplémentaires)
1999 à 2002, l’aire urbaine de
diminue de 47 %, et notamment alors qu’il diminue en moyenne
Louhans a gagné un peu moins
des aides familiaux (- 70 %, soit de 14 % dans les aires urbaines
de 80 emplois salariés dans le
300 emplois en moins), alors que bourguignonnes.
secteur privé marchand (hors
agriculture et travail temporaire),
Population active au lieu de travail
soit une progression annuelle
selon la catégorie socioprofessionnelle moyenne de 0,6 %. Cette aug-
mentation est inférieure à celle
Louhans de l’ensemble des 15 aires urbai-
Nombre Évolution nes bourguignonnes (+ 1,3 %).
en 1999 99/90 (%)
Seuls les effectifs du com-
Agriculteurs et exploitants 300 - 56,1 merce augmentent de manière
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise 653 - 5,1 sensible (+ 2,3 % en moyenne
Cadres et professions intellectuelles supérieures 379 + 10,2 par an).
Professions intermédiaires 910 + 10,4
Hausse du nombreEmployés 1 605 + 18,7
d’employésOuvriers 2 099 - 0,0
Ensemble 5 946 - 0,8
En 1999, les ouvriers consti-
tuent encore la première caté-Source : Insee - Recensements de la population de 1990 et 1999.
gorie socioprofessionnelle de l’aire
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006Infrastructures - Économie Louhans
(35 % des actifs) suivie des em-
Les équipements scolaires en 2005
ployés (27 %) dont l’effectif a
fortement augmenté entre 1990
et 1999. Les cadres et les pro-
fessions intermédiaires restent
peu nombreux (6 % et 15 %) ;
Saint-Usugeleur nombre progresse moins Montcony
que dans l’ensemble des aires
(+ 10 % contre + 19 %). Les agri-
culteurs, pourtant en forte dimi- Vincelles Montagny-
nution, représentent encore 5 % près-Louhans
des actifs. Ils sont davantage
présents dans l’aire de Louhans Branges
qu’en moyenne dans l’ensemble
Ratte
des aires. Il en est de même pour
les artisans, commerçants, chefs LOUHANS
Sornay
d’entreprise (11 % des actifs).
Bruailles831 établissements Bantanges
Rancyprivés La Chapelle-Naude
L’aire urbaine de Louhans
compte 831 établissements au
er (1)1 janvier 2004 (champ ICS ).
École maternelle de regroupementCe sont essentiellement de petits
pédagogique intercommunal
Collègeétablissements comprenant moins
École élémentaire dede cinq salariés. La majorité Lycée d'enseignement généralpédagogique
et technologiqued’entre eux relèvent du secteur
École maternelle
tertiaire (34 % dans le commerce Lycée professionnel
École élémentaireet 37 % dans les services). L’in-
dustrie et la construction rassem- er
Source : Inspection Académique de la Saône-et-Loire - Ramses au 1 septembre 2005.
© IGN - Insee 2005blent près de 15 % des établisse-
ments chacun. Les deux tiers des
établissements sont localisés en
ville-centre mais les plus gros moins un équipement scolaire. âgées. Toutefois, elle ne dispose
employeurs industriels sont à La ville-centre de Louhans est la pas de bloc opératoire et de
Branges: LDC Bourgogne, pro- mieux équipée avec trois écoles maternité, les plus proches étant
ducteur de viandes de volailles, maternelles, deux écoles élémen- à Chalon-sur-Saône et à Lons-
eremploie 700 salariés au 1 jan- taires, un collège et deux lycées. le-Saunier. Les densités en mé-
vier 2004. L’établissement a Dans les autres communes de decins libéraux (un pour 1 330
beaucoup recruté sur la période l’aire, Branges et Sornay sont les habitants début 2005) et en infir-
1996-1999 : les effectifs sont pas- mieux pourvues avec à la fois miers libéraux (un pour 1 460
sés de 290 salariés en 1990, une école maternelle et une habitants) sont parmi les plus
à 400 fin 1996 et 640 fin 1999. école élémentaire. Les autres faibles des aires urbaines bour-
Al-Ko, équipementier automobile communes ne disposent que guignonnes.
emploie 200 salariés. Également d’une école maternelle ou élé-
implanté à Branges, DPSA mentaire en regroupement péda-
Transports Prudent, dans les gogique intercommunal.
services, fait partie des plus gros
établissements de l’aire urbaine Une densité médicale
avec 220 salariés. assez faible
Offre scolaire : Dans l’aire urbaine de Louhans,
tous les équipements de santétoutes les communes
sont concentrés dans la ville-équipées
(1) Champ ICS : secteurs marchands decentre. Louhans dispose d’éta-
l’industrie, de la construction, du com-
blissements de court, moyen etParmi les douze communes merce et des services à l’exclusion de
long séjour ainsi que de cinqqui composent l’aire urbaine de l’agriculture et des activités financières.
établissements pour personnesLouhans, toutes disposent d’au
© Insee Bourgogne 2006 - L'aire urbaine de Louhans Mars 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.