L'année économique et sociale 2004 - Politique de la ville

Publié par

Parmi les 717 ZUS de métropole, 157 sont situées en Ile-de-France. La population résidant dans les ZUS est plus exposée au risque de chômage. En 2003, 17 % des demandeurs d'emploi immédiatement disponibles inscrits à l'ANPE de la région habitent dans ces quartiers qui ne regroupent que 12 % de la population francilienne. Toutefois, entre 2002 et 2003, la progression des effectifs de demandeurs d'emploi est plus faible dans les ZUS que dans la région (+ 4,8 % contre + 8 %).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

16
Politique de la ville
ZUS : les demandes d’emploi
continuent d’augmenter,
mais plus faiblement que dans la région
es zones urbaines sensibles et 2001. Il avait fortement baissé en 1999
a loi d’orientation et deL(ZUS) sont des territoires infra- et surtout en 2000. Comme en 2002, laL communaux instaurés par le dégradation de 2003 est toutefois plus programmation pour la
Pacte de Relance pour la Ville 1996. modérée dans ces quartiers que dans er
ville du 1 août 2003Parmi les 717 ZUS de métropole, 157 l’ensemble de la région (+ 8,0 %). En
sont situées en Ile-de-France. Ces quar- particulier, dans l’Essonne et la Seine-et- La loi Borloo d’orientation et de programmation
ertiers bénéficient de mesures dérogatoi- Marne, le nombre des demandes d’em- pour la ville, n° 2003-77, a été adoptée le 1
res, en particulier dans les domaines du ploi progresse moins vite en ZUS que août 2003. Elle comporte quatre volets. Tout
logement, de l’emploi et du développe- dans le reste du département. d’abord, elle vise à assigner des objectifs quan-
tifiés à la politique de la ville. Ainsi, un observa-ment économique. En 2003, la loi Bor-
toire national des zones urbaines sensibles,loo d’orientation et de programmation Dans les ZUS, les demandeurs d’emploi
placé auprès du ministre, est chargé de ras-pour la ville a confirmé les ZUS comme immédiatement disponibles représen-
sembler une série d’indicateurs. De plus,2les territoires d’intervention prioritaires tent près de 90 % des DEFM inscrits au
chaque acteur de la politique de la ville doit réa-pour la politique de la ville. 31 décembre 2003. Ils sont plus nom-
liser à son échelle, de la région au quartier, un
breux qu’un an auparavant : + 5,7 %
rapport annuel d’évaluation.
Le poids de ces quartiers « en difficulté » (DEFM des catégories 1 à 3). Le nombre
Un chapitre de la loi est relatif à la rénovationest élevé dans la région : un Francilien des seuls demandeurs d’un emploi à temps
urbaine (construction de logements sociaux,sur huit y réside. Entre 1990 et 1999, la plein et à durée déterminée et immédiate-
réhabilitations, destructions) et à la gestion ur-population active des ZUS franciliennes ment disponibles progresse plus rapide-
baine de proximité. Une Agence Nationale de
a baissé de 8,2 % (soit un taux moyen an- ment : 6,2 % dans les ZUS et 9,4 % dans la
Rénovation Urbaine (ANRU) est créée.
nuel de - 0,9 %). Ce recul s’explique en région (DEFM de catégorie 1).
La relance du dispositif des zones franches ur-partie par un effet démographique : la
baines (ZFU) constitue un autre volet importantpopulation est en diminution, en particu- erEFM en baisse de cette loi. En Ile-de-France, au 1 janvierDlier aux âges de forte activité. Il tient éga-
2004, 14 nouvelles zones franches urbainespour les manœuvreslement au comportement des habitants :
s’ajoutent aux 9 ZFU créées par le Pacte de
erla persistance d’un fort taux de chômage, et ouvriers spécialisés Relance pour la Ville et entrées en vigueur le 1
par exemple, a tendance à décourager les janvier 1997.
chômeurs de se déclarer comme tels. Le nombre de demandeurs d’emploi ouvriers
Enfin, pour lutter contre le surendettement desqualifiés diminue de 3,8 % en ZUS. La
ménages, la procédure de « rétablissement
baisse est plus marquée pour les manœu-a hausse du nombre personnel » est mise en place ; elle s’adresseL vres et ouvriers spécialisés : - 8 %. Ces aux personnes qui on connu un « accident de lade demandeurs d’emploi évolutions sont plus modérées dans l’en- vie » tel que chômage, maladie ou divorce.
se poursuit semble de la région (respectivement
- 0,8 % et - 5,4 %). A l’opposé, les
our en savoir plusPLa population résidant dans les ZUS est DEFM techniciens et cadres ont aug-
Rapport 2004 de l’Observatoire national desplus exposée au risque de chômage. Les menté de 11,1 % (+ 12 % dans la région).
Zones urbaines sensibles, seconde partiejeunes, les personnes peu ou pas diplô-
« L’activité, le chômage et l’emploi », Les Edi-mées, les étrangers, les ouvriers y sont Parallèlement, le nombre de DEFM des
tions de la DIV, novembre 2004.surreprésentés. personnes sorties du système scolaire
avant la troisième recule de 4,9 % dans les Mas S., Thélot H : « Les bénéficiaires des
1 politiques de l’emploi dans les zones urbainesAu 31 décembre 2003, les ZUS franciliennes ZUS (- 3 % en Ile-de-France). En re-
sensibles en 2002 », Premières informations ettotalisent 127 900 demandeurs d’emploi im- vanche, le nombre de DEFM ayant au mi-
Premières synthèses, n° 35-2, août 2004.2,médiatement disponibles inscrits à l’ANPE nimum un Bac + 2 progresse nettement
soit 17 % des demandeurs d’emploi de la ré- de 18,9 % (+ 17,8 % dans la région). Atlas des Franciliens tome 4 : « Activité et
gion, alors que ces quartiers ne regroupent emploi », Iaurif-Insee 2003. En particulier,
Julie HERVIANT planche 4.12 « En zone urbaine sensible, l’acti-que 12 % de la population régionale.
vité baisse et le chômage augmente ».Insee, Service études et diffusion
En 2003, le nombre de demandeurs Le Toqueux J.-L. : « Le chômage dans les1-TouteslesZUSfrancilienneshormis«leClosEmery»
d’emploi dans les ZUS a augmenté de zones urbaines sensibles », Insee, Donnéesà Emerainville (77).
4,8 %, après avoir déjà progressé en 2002 2 - Hors catégories 4 et 5. sociales 2002-2003.
Insee Ile-de-France 2005 Regards sur... l'année économique et sociale 2004ZUS : les demandes d'emploi continuent d'augmenter, mais plus faiblement que dans la région 17
Les demandeurs d'emploi en fin de mois (DEFM) dans les ZUS*
Seine-
Hauts-de- Val-de- Petite Seine-et- Grande Ile-de-Paris Saint- Yvelines Essonne Val-d'Oise
Seine Marne couronne Marne couronne FranceDenis
Nombre de DEFM fin 2003
ZUS 15 700 15 300 32 000 12 300 59 600 7 700 11 700 13 900 19 300 52 600 127 900
Département 194 700 94 500 121 100 78 700 294 300 65 400 70 400 59 000 72 700 267 500 756 500
Part ZUS/département (%) 8,1 16,2 26,4 15,6 20,3 11,8 16,6 23,6 26,5 19,7 16,9
Nombre de DEFM fin 2002
ZUS 15 400 14 900 30 100 11 600 56 600 7 400 11 000 13 500 18 200 50 100 122 100
Département 184 900 88 000 112 800 72 400 273 200 58 000 64 200 54 100 65 900 242 200 700 300
Part ZUS/département (%) 8,3 16,9 26,7 16,0 20,7 12,8 17,1 25,0 27,6 20,7 17,4
Population des ZUS en 1999 123 100 167 100 305 900 149 100 622 100 86 200 129 900 180 500 190 300 586 800 1 332 000
Population du département 2 125 900 1 428 700 1 382 900 1 227 000 4 038 600 1 193 500 1 354 000 1 134 000 1 105 200 4 786 700 10 951 100
Pop. ZUS/Pop. dép. (%) 5,8 11,7 22,1 12,2 15,4 7,2 9,6 15,9 17,2 12,3 12,2
Chiffres au 31 décembre de chaque année pour les DEFM (catégories 1, 2, 3, 6, 7 et 8).
*sauf ZUS « le Clos Emery » à Emerainville (hors champ de l'îlotage).
Sources : ANPE, fichiers DEFM au 31/12/2003 (chiffres provisoires) et au 31/12/2002 (chiffres définitifs) et Insee, recensement de la population 1999
Répartition des demandeurs d'emploi* Profil des demandeurs d'emploi*
selon leur qualification en 2003
Communes Ile-100%
ZUS** comportant de-
des ZUS** France
75%
Nombre de DEFM catégorie 1, 99 400 290 300 548 400
dont :
50% Moins de 25 ans (%) 16,9 14,2 13,5
50 ans ou plus (%) 13,1 14,9 16,1
25% Femmes (%) 44,4 44,6 45,3
Etrangers (%) 36,1 30,8 24,1
èmeSortis du système scolaire avant la 3 (%) 25,0 20,3 16,0
0%
ZUS* Communes comportant Ile-de-France Bac + 2 ou plus (%) 17,3 26,4 32,7
des ZUS**
Allocataires RMI (%) 12,3 11,5 9,9
Manoeuvres et ouvriers spécialisés Ouvriers qualifiés Employés non qualifiés De longue durée (un an ou plus) (%) 30,9 31,9 31,5
Employés qualifiés Techniciens, cadres
*demandeurs d'emploi de catégorie 1.
**sauf le « Clos Emery » et la commune d'Emerainville.
*demandeurs d'emploi de catégorie 1. Source : ANPE, fichiers DEFM au 31/12/2003 (chiffres provisoires)
**sauf « le Clos Emery » et la commune d'Emerainville.
Source : ANPE, fichier DEFM au 31/12/2003 (chiffres provisoires)
Les demandeurs d'emploi par catégorie en ZUS*
Recherchant…
DEFM catégorie 1 Personnes Immédiatement disponibles Un emploi à temps plein et à durée indéterminée 99 400
à la recherche (ayant exercé une activité
Un emploi à temps partiel 9 300ie 2 d'un emploi, réduite d'au plus 78 heures
tenues au cours du mois) CDD ou intérim 5 200DEFM catégorie 3 d'accomplir
des actes Non immédiatementminée 11 300ie 6 positifs de disponibles (activité réduite
recherche Un emploi à temps partiel 900ou occasionnelle de plus deDEFM catégorie 7 d'emploi 78 heures)
CDD ou intérim 1 800ie 8
Personnes non immédiatement disponibles : autre cas 6 200DEFM catégories 4 et 5
134 100Ensemble des DEFM (catégories 1 à 8)
*sauf ZUS « le Clos Emery » à Emerainville (hors champ de l'ilotage).
Source : ANPE, fichiers DEFM au 31/12/2003 (chiffres provisoires)
Insee Ile-de-France 2005 Regards sur... l'année économique et sociale 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.