L'année économique et sociale 2005 - Marché de l'immobilier

Publié par

En 2005, près de 41 000 logements ordinaires ont reçu une autorisation de construire enIle-de-France, soit une baisse de 6 % par rapport à 2004, année exceptionnelle. Le secteur de l'habitat collectif qui avait fortement progressé en 2004 enregistre une baisse de 10 %.A l'inverse, la maison individuelle, dont la part atteint 30 % des logements construits, gagne 2,5 %. Conséquence du nombre élevé d'autorisations de construire en 2004, les mises en chantier poursuivent leur progression en 2005. Contrairement aux autorisations, la croissance est due au collectif alors que l'individuel est en recul. Les évolutions sont très contrastées d'un département à l'autre, la construction est plus active dans l'est de la région et dans les Yvelines. Les ventes de logements neufs sont équivalentes à celles des deux années précédentes, la Seine-et-Marne concentre un tiers des ventes de maisons. La construction de locaux non résidentiels se stabilise, mais ce constat masque des disparités au sein de la région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

28 Marché de l'immobilier
Construction : un secteur toujours dynamique
près une année 2004 excep- ments ; aussi pour la région, le niveau 24 % après la forte hausse enregistrée en
tionnelle, le nombre de loge- est proche de 36 800 logements et la 2004 (+ 65 %). Dans ce département, lesA ments ordinaires autorisés recule hausse sur un an atteint 8 %. secteurs des bureaux et des équipements
de plus de 6 % en 2005 pour atteindre collectifs, moteurs de la croissance enLes évolutions sont très contrastées : le
41 000. Ce chiffre est toutefois l’un des 2004, perdent respectivement 20 % etnombre de logements commencés aug-
meilleurs résultats enregistrés depuis 1999 54 % de leurs surfaces. A l’est de la région,mente fortement dans les trois départe-
en Ile-de-France. Les autorisations de la Seine-et-Marne accueille massivementments de l’est francilien ainsi que dans les
construire des logements collectifs qui les surfaces de stockage (363 000 m²Yvelines, alors qu’il diminue dans
avaient fortement progressé en 2004, dé- autorisés en 2005, soit 54 % du volumel’Essonne et les Hauts-de-Seine. Contrai-
croissent de 10 %. A l’inverse, la maison régional) : les surfaces gagnent 50 %, tousrement aux évolutions enregistrées sur les
individuelle, dont la part atteint près de locaux confondus.autorisations, on observe un recul des lo-
30 % des logements construits, gagne gements commencés dans l’individuel et
Activité soutenue sur le marché2,5 % grâce à la vitalité de la promotion une hausse importante dans le collectif.
1immobilière. Les autorisations de cons- de l’immobilier tertiaire
truire sont en baisse dans tous les dépar- Beaucoup de ventes de logements
En hausse de 14 %, le montant des
tements sauf en Seine-et-Marne et dans neufs en Seine-et-Marne investissements en immobilier d’entreprise
le Val-de-Marne. Les plus fortes chutes
en Ile-de-France atteint 11,6 milliardsEn 2005, les ventes de logements neufsconcernent la Seine-Saint-Denis et le
d’euros. La demande placée, qu’il s’agisseont atteint un niveau équivalent à celuiVal-d’Oise (respectivement -24 % et -26 %).
d’acquisition ou de location, a franchi lades deux années précédentes (21 400).
barre des 2 millions de m² de bureaux. LeEn revanche, la répartition entre loge-Les mises en chantier :
secteur des affaires de l’Ouest (arrondisse-ment individuel et collectif devient plusla hausse se poursuit
ments de l’ouest parisien) et de La Défense,favorable au premier, en hausse de 13 %,
Conséquence du nombre élevé d’au- ainsi que la première périphérie, enre-tandis que le second diminue de 4 %. La
torisations de construire en 2004, les gistrent une croissance importante desSeine-et-Marne se distingue au sein du
mises en chantier poursuivent leur pro- transactions. L’offre immédiatement dispo-marché régional : elle concentre un tiers
gression en 2005. Avec 35 751 loge- nible de surfaces tertiaires est de 2,77 mil-des ventes de maisons (plus de 1 000
ments commencés, la hausse annuelle lions de m², contre 3 millions l’annéeunités en 2005) et fait maintenant jeu
avoisine 5 %. Mais ce résultat est précédente, du fait d’un renouvellementégal avec les Hauts-de-Seine pour les
sous-estimé en raison d’une collecte insuffisant face à la forte demande.ventes d’appartements (autour de 3 500).
d’informations très partielle à Paris : ■■■■ François DUBUJET
Les prix poursuivent leur ascension etdans ce département, le volume réel de Dreif
augmentent de 15 %,quel que soit le
mises en chantier se situe plus proba-
1- Sources : DTZ Research, CB Richard Ellis,type de construction. En moyenne sur
blement aux alentours de 2 000 loge- Immostat.
l’année, le prix du m² s’établit à 3 685€
dans le collectif (contre 3 213 € en Pour en savoir plusDéfinitions
2004) ; dans l’individuel, le prix du lot Godonou C. : «La construction en 2005 : laOn distingue les logements ordinaires des
(maison et terrain) atteint 323 000 € prospérité du logement se confirme», Inseerésidences (résidences pour personnes
(contre 280 000€ en 2004). première, n° 1083, juin 2006.âgées, pour étudiants, de tourisme…).
Chamboredon H., Portas C. : «FranciliensLes logements et locaux autorisés sont
La construction de locaux sans domicile : un sur trois est sans loge-comptabilisés à partir des permis de cons-
non résidentiels en hausse ment depuis plus d’un an», Inseetruire ayant reçu un avis favorable.
Ile-de-France à la page, n° 259, Insee-DrassLes logements et locaux commencés ou en grande couronne
Ile-de-France, décembre 2005.«mis en chantier» correspondent aux Dé-
En 2005, la construction de locaux non ré- Sur la construction neuve (Sitadel) et leclarations d’Ouverture de Chantier (DOC)
sidentiels se stabilise à son bon niveau de marché du logement neuf (ECLN), voir lesconsécutives aux autorisations de construire.
publications de la DREIF sur le site :2004. Mais, ce constat masque de grandesLa demande placée concerne le marché de
www.ile-de-france.equipement.gouv.fr,l’immobilier tertiaire. Elle correspond à l’en- disparités au sein de l’Ile-de-France. Ainsi,
rubrique «Habitat Logement».semble des transactions à la location ou à les surfaces autorisées sont en recul dans la
Sur l’immobilier d’entreprise, consulter les sites :la vente réalisées par des utilisateurs finaux petite couronne (- 14 %) et en progression
www.dtz.com www.cbre.fr(y compris les pré-commercialisations et dans la grande couronne (+ 12 %). Dans
www.webimm.comles clés-en-main). les Hauts-de-Seine, les surfaces baissent de
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005Construction : un secteur toujours dynamique
29
Logements ordinaires autorisés selon la destination Evolution des logements autorisés et commencés
60 000
Evolution2004 2005
2005/2004 (%) 55 000
Ensemble 43 807 40 918 -6,6
50 000
Individuel 11 824 12 117 2,5
Location 1 024 954 -6,8 45 000
Logements de fonction 92 120 30,4
40 000Occupation personnelle 6 818 6 383 -6,4
Vente 3 890 4 660 19,8
35 000
Collectif 31 983 28 801 -9,9
Location 8 559 7 213 -15,7
30 000
Logements de fonction 310 322 3,9
Occupation personnelle 180 207 15,0 25 000
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005*
Vente 22 934 21 059 -8,2
Logements autorisés Logements commencés
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADEL *les mises en chantier sont sous-estimées en 2005 en raison d'une collecte d'informations
partielle à Paris.
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADELLogements ordinaires autorisés et commencés en 2005
par département
Logements autorisés Logements commencés
Ventes de logements neufs en 2005
Evolution Evolution
Nombre 2005/2004 Nombre 2005/2004 Logements individuels Logements collectifs
(%) (%)
Prix moyen Prix moyen
Nombre de Nombre deParis* 2 387 1,7 917 -56,8 en milliers du m²
ventes ventesd'euros en eurosHauts-de-Seine 6 042 -6,3 3 807 -17,8
Seine-Saint-Denis 5 197 -23,9 5 541 11,2
Paris n.s. n.s. 782 7 174
Val-de-Marne 5 341 4,4 4 798 26,3
Hauts-de-Seine 102 486 3 544 4 614
Petite couronne 16 580 -9,8 14 146 5,4
Seine-Saint-Denis 214 242 2 883 3 067
Seine-et-Marne 9 306 7,9 35 751 18,5
Val-de-Marne 210 333 2 227 3 614
Yvelines 4 676 -4,9 4 572 27,5
Seine-et-Marne 1 022 312 3 473 2 921
Essonne 4 222 -6,0 3 583 -7,2
Yvelines 565 365 2 051 3 516
Val-d'Oise 3 747 -25,7 3 706 1,0
Essonne 496 312 1 557 3 157
Grande couronne 21 951 -4,9 20 688 11,4
Val-d'Oise 417 288 1 804 2 973
Ile-de-France 40 918 -6,6 35 751 4,8
Ile-de-France 3 035 323 18 321 3 685
*pour Paris, la collecte d'informations sur les mises en chantier a été très partielle en 2005.
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France,
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADEL Enquête sur la commercialisation des logements neufs (ECLN)
Evolution entre 2004 et 2005 des surfaces de locaux autorisés par département et destination
Evolution 2004/2005 des SHON* (en %)
SHON*
en m² Equipements
Ensemble Industrie Stockage Commerce Bureaux Autrescollectifs
Paris 23 396 7,8 133,0 171,9 80,9 -56,0 12,2 128,3
Hauts-de-Seine -241 599 -23,9 50,7 94,7 -26,9 -19,6 -54,0 29,6
Seine-Saint-Denis -18 715 -4,0 80,9 -48,3 -37,0 27,7 -36,1 -9,5
Val-de-Marne 311 0,1 -19,2 193,7 -69,7 19,5 19,6 -34,2
Petite couronne -260 003 -13,7 32,0 77,8 -47,4 -5,9 -34,1 -10,0
Seine-et-Marne 333 162 50,3 70,8 165,7 -33,1 30,7 41,0 3,7
Yvelines -27 663 -6,2 -48,8 -68,6 -7,7 10,5 54,0 93,8
Essonne -95 142 -18,3 -23,6 -48,3 -25,5 -27,0 18,9 14,7
Val-d'Oise 39 499 9,3 -10,8 173,1 40,3 2,5 -33,0 22,7
Grande couronne 249 856 12,2 -2,3 57,9 -17,1 0,1 15,6 23,5
Ile-de-France 13 249 0,3 6,8 61,2 -26,7 -7,1 -7,1 14,4
*SHON : surface hors œuvre nette.
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADEL
Insee Ile-de-France 2006 Regards sur... l’année économique et sociale 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.