L'art de découper l'espace : les nouvelles aires urbaines

De
Publié par

En Alsace, les communes sous influence urbaine concentrent aujourd'hui 93% de la population et des emplois, ce qui en fait la 3e région la plus urbanisée. Ces communes s'insèrent dans l'espace urbain Est, qui se déploie de la Moselle jusqu'en Saône-et-Loire et traverse l'Alsace du nord au sud. L'influence de Strasbourg sur ses territoires proches s'est fortement étendue : son aire urbaine rassemble à présent 20% des communes alsaciennes et 35% de la population.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

TERRITOIRE
Les aires urbaines alsaciennes
rassemblent 1 284 000 habitants.
Les communes multipolariséesL’art de découper l’espace : regroupent 330 000 habitants.
L'espace rural alsacien abrite
120 000 habitants.les nouvelles aires urbaines
a mesure de l'urbanisationEn Alsace, les communes L’Alsace, troisième
d'un territoire s'appuie princi- région urbainesous influence urbaine L palement sur deux nomen-
concentrent aujourd'hui Le découpage du territoire enclatures spatiales élaborées par
aires urbaines est basé sur les93 % de la population l'Insee. Elles reflètent des appro-
agglomérations offrant au moins
ches distinctes de la ville. Laet des emplois, ce qui
5000 emplois, dénommées
e première, celle des unités urbainesen fait la 3 région “pôles urbains ”, qui corres-
ou agglomérations, se réfère à la
pondent à l'idée traditionnellela plus urbanisée.
continuité de l'habitat sous la
de la ville. L'Alsace en compteCes communes s'insèrent réserve d'un seuil de population.
aujourd'hui treize. Autour de
dans l'espace urbain Est Le phénomène d'extension des chacun de ces pôles se trouvent
villes qui se développe depuis lesqui se déploie de la Moselle les communes formant la cou-
années 70, a rendu nécessaire ronne périurbaine, qui est unejusqu'en Saône-et-Loire
une seconde approche de la ville : forme de ville plus éclatée, et
et traverse l'Alsace celle des aires urbaines. Elle utilise dont au moins 40 % des actifs
du nord au sud. les déplacements domicile-travail vont travailler dans le pôle.
entre la ville, où se concentreL'influence de Strasbourg Le pôle urbain et son aire
l'emploi, et les territoires qui d'attraction proche formentsur ses territoires proches
l'entourent. Une commune est une aire urbaine.
s'est fortement étendue : alors intégrée dans le milieu urbain Dans certaines communes loca-
son aire urbaine rassemble si une part importante de ses actifs lisées à la périphérie de ces
va travailler dans une grande aires, au moins 40 % des actifsà présent 20 % des
agglomération. Cette approche ne vont travailler dans plusieurs
communes alsaciennes
tient pas compte du type d'habitat aires urbaines, formant ainsi
et 35 % de la population. ou de paysage, mais plutôt du une deuxième couronne de
mode de vie des habitants. “communes multipolarisées”.
9 Alsaciens sur 10 résident en milieu urbain en 1999
Catégorie d’espace Communes Superficie Population Emplois
au lieu de travail (1)
2 nbre % km % nbre % nbre %
Espace à dominante urbaine 757 83,8 6 703,4 81,0 1 614 494 93,1 640 891 93,5
Aires urbaines (2) 417 46,1 3 541,6 42,8 1 284 171 74,1 551 225 80,4
Pôles urbains 88 9,7 1 326,8 16,0 972 420 56,1 478 898 69,9
Couronnes périurbaines (2) 329 36,4 2 214,8 26,8 311 751 18,0 72 327 10,5
Communes multipolarisées 340 37,7 3 161,8 38,2 330 323 19,0 89 666 13,1
Espace à dominante rurale 146 16,2 1 576,8 19,0 119 651 6,9 44 469 6,5
Alsace 903 100,0 8 280,2 100,0 1 734 145 100,0 685 360 100,0
(1) emplois au lieu de travail : nombre d'actifs qui travaillent dans une zone donnée.
(2) y compris deux communes (Siltzheim, Gœrlingen) rattachées à des aires urbaines lorraines (Sarreguemines, Sarrebourg).
Chiffres pour l’Alsace • revue n° 2 • juin 2001 3
nnnnnn
Source : Insee, recensement de la population de 1999.TERRITOIRE
Un espace urbain d’un seul tenant du nord au sud
L'ensemble des multipolarisées. Sous l'in-
aires urbaines et des fluence de plusieurs aires,
communes multipola- ces communes regroupent
risées constituent l'es- 19% des habitants dans
pace à dominante urbaine. la région au lieu de 5 % en
Les délimitations des France. Cette particularité
divers espaces définies à alsacienne s'explique par
partir du recensement de le tissu dense de petites
1990 ont été réactualisées villes qui conservent un
à partir de celui de 1999. dynamisme démographique
Les contours actuels et demeurent attractives.
donnent une vision de Parmi les différentes
l'évolution de l'urbanisation catégories d'espace, ce
au cours de la dernière sont ces communes multi-
décennie. Aujourd'hui, l'es- polarisées qui enregistrent,
pace à dominante urbaine entre 1990 et 1999, la plus
occupe la plus grande forte progression en nom-
partie du territoire alsa- bre de communes et
cien : 81 % de la superficie en nombre d'habitants.
en 1999, au lieu de 69 % L'augmentation de leur
neuf ans plus tôt. Cet population est liée surtout
espace où résident plus de au découpage territorial.
1,6 million d'habitants
regroupe 93 % de la popu- 13 aires urbaines
lation et des emplois (87 % en Alsace
en 1990). L'Alsace se clas-
se ainsi parmi les régions Aujourd'hui, le territoire
les plus urbaines, après alsacien s'organise autour
l'Île-de-France et Nord- de treize aires urbaines
Pas-de-Calais. qui regroupent 417 com-
Si les aires urbaines munes, soit 46% des
rassemblent 74% de communes alsaciennes.
la population régionale, Près de 1,3 million d'ha-
contre 77 % pour l'ensem- bitants résident dans ces
ble du pays, l'Alsace se aires. Elles rassemblent
distingue surtout par l'im- ainsi trois Alsaciens sur
portance de la population quatre et huit emplois sur
qui vit dans les communes dix offerts dans la région.
4 Chiffres pour l’Alsace • revue n° 2 • juin 2001
Source : Insee, recensement de la population de 1999 - © IGN - INSEE.L’aire strasbourgeoise s’étend vers le sud et l’ouest
TERRITOIRE
Strasbourg s'est fortement éten-
due ; elle est passée de 128 à 182
communes. Cette expansion s'est
faite principalement dans deux
directions : à l'ouest de l'agglomé-
ration strasbourgeoise et au sud
de celle-ci, autour d’Erstein et de
Benfeld. En conséquence, les
aires de Saverne et de Sélestat se
sont resserrées.
Par rapport à ses contours de
1990, l'aire strasbourgeoise
gagne ainsi 93 000 habitants ; un
Entre les deux recensements, Forte extension
peu plus de la moitié de cet
ces aires urbaines ont gagné près de l'aire urbaine accroissement est due à cette
de 119 000 habitants. Cet de Strasbourg modification territoriale.
accroissement résulte pour plus
Avec 267 000 emplois en 1999,L'aire urbaine de Strasbourg, avecdes deux tiers d'une augmenta-
l'aire strasbourgeoise bénéficie de
ses 612 000 habitants, se classetion de population due aux mou-
quelque 34000 emplois supplé-eau 9 rang français, après Nantesvements démographiques ; outre mentaires. Aujourd’hui, elle offre
et avant Toulon. Elle rassemblel'arrivée de nouveaux habitants, 39 % des emplois régionaux.
35 % de la population alsacienne.c'est surtout l'excédent des nais-
Parmi les capitales de province,sances sur les décès qui explique L'aire urbaine de
seule Toulouse a un poids pluscette croissance. Le reste de Haguenau absorbe
important dans sa région (38 %).l'augmentation de population celle de Bischwiller
Limoges et Marseille-Aix-en-traduit l'extension territoriale des
L'aire urbaine de Mulhouse, avecProvence, avec 34 % environ, ontaires urbaines : elles comprennent,
271000 habitants et près deen 1999, trente cinq communes un poids voisin de Strasbourg.
109 000 emplois, est la deuxièmede plus qu'en 1990. Entre 1990 et 1999, l'aire de
aire en Alsace. Elle représente
16% de la population et des
emplois de la région. En nombreEn Alsace, près de 1,3 million d’habitants
d'habitants, Mulhouse se classe au
vivent dans une aire urbaine
e31 rang français. L'aire de Colmar
compte 116 000 habitants et près
Aire Communes Population Classement national Emplois
de 53 000 emplois, soit un poidsurbaine 1999 1999 de l'aire urbaine 1999
de 7 % dans la région ; sa popu-Strasbourg (1) 182 612 104 9 267 304
eMulhouse 62 271 024 31 108 570 lation la situe au 67 rang français.
Colmar 36 116 268 67 52 675
Bâle-Saint-Louis (1) 82 83 732 95 23 009
Haguenau 13 59 894 121 30 369
Thann-Cernay 10 31 309 195 13 738
Guebwiller 13 30 738 197 10 264
Sélestat 1 17 179 286 10 371
Saverne 7 16 366 297 9 012
Niederbronn-les-Bains 3 12 992 332 5 256
Obernai 2 11 691 340 7 892
Molsheim 2 11 502 341 7 626
Wissembourg (1) 2 8 584 352 5 062
Total des aires 415 1 283 383 - 551 148
(1) uniquement partie française.
Chiffres pour l’Alsace • revue n° 2 • juin 2001 5
Source : Insee, recensements de la population de 1975 à 1999 - © IGN - INSEE.
Source : Insee, recensement de la population de 1999.Le zonage en aires urbaines en 1999
our étudier les villes et leur territoire d’influence, l’Insee a
défini en 1997 une nouvelle nomenclature spatiale, le zonage
TERRITOIRE P en aires urbaines. Ce zonage, réalisé à partir des données
du recensement de 1990, décline le territoire métropolitain en
quatre catégories. Les trois premières constituent l'espace à
dominante urbaine : ce sont les pôles urbains et les couronnes
périurbaines qui les complètent pour former les aires urbaines, puis
les communes multipolarisées. La quatrième catégorie représente
l’espace à dominante rurale.
Le zonage en aires urbaines, actualisé à partir des données du
recensement de 1999, permet de dresser l’état du peuplement
urbain et rural de la France métropolitaine et d'analyser les dyna-
miques démographiques territoriales.
Entre 1990 et 1999, l'aire de
Espace à dominante urbaine : ensemble des aires urbaines etHaguenau s'est beaucoup agran-
des communes multipolarisées.die. En effet, par continuité de
l'habitat, l'agglomération de Aire urbaine : ensemble de communes d'un seul tenant et sans
Bischwiller a rejoint celle de enclave, constitué d'un pôle urbain et de sa couronne périurbaine.
Haguenau, pour n'en faire plus
Pôle urbain : unité urbaine ou agglomération qui offre au moinsqu'une seule. En intégrant
5 000 emplois sur son territoire. l'ex-aire de Bischwiller, l'aire de
La notion d’unité urbaine repose sur la continuité de l’habitat :Haguenau s'accroît ainsi de
est considéré comme telle un ensemble d’une ou plusieurs14000 habitants environ, soit
communes présentant une continuité du bâti et comptant au moinsles sept dixièmes de l'augmen-
2 000 habitants.tation globale de sa population.
À l'inverse, dans le sud de la Couronne périurbaine (d’un pôle urbain) :communes rurales ou
région, le périmètre de l'aire de unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente
Bâle-Saint-Louis s'est rétréci : il se ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes
limite aujourd'hui à 82 communes attirées par celui-ci.
contre 86 neuf ans auparavant.
Communes multipolarisées : communes rurales et unités urbainesCes 13 aires urbaines, avec les
situées hors des aires urbaines, dont au moins 40 % de la popula-340 communes multipolarisées qui
tion résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires urbaines.les entourent, constituent l'espace
à dominante urbaine en Alsace. Il
Espace à dominante rurale : ensemble des communes n’appar-
occupe la plus grande partie du
tenant pas à l’espace à dominante urbaine.
territoire régional et regroupe 757
communes, soit cinq communes
alsaciennes sur six. Pour la pre-
mière fois, ces communes forment
Communesun seul ensemble continu du nord
Couronne multipolariséesau sud, quasiment à l'image de périurbaine Aire urbaine
l'Alsace. Il s'insère désormais, dans
un “ espace urbain Est ” qui entoure
Aire urbainePôle urbainles Vosges et se déploie jusqu'en
Saône-et-Loire en passant par
l'Alsace. Près de 4,9 millions
d'habitants résident dans ce grand
Aire urbaine Espace à dominante urbaine
espace, dont un tiers dans la partie
alsacienne. Il s'agit du deuxième
espace urbain français, après celui
du “ grand bassin parisien ”. La population française dans les catégories
du zonage en aires urbaines
Catégorie d’espace Communes Population en 1999
nbre % nbre %
Espace à dominante urbaine 18 030 49,3 47 965 268 82,0
Aires urbaines 13 908 38,0 45 052 901 77,0
Pôles urbains 3 100 8,0 35 708 162 61,0
Couronnes périurbaines 10 808 30,0 9 344 739 16,0
Communes multipolarisées 4 122 11,3 2 912 367 5,0
Espace à dominante rurale 18 535 50,7 10 553 127 18,0
France métropolitaine 36 565 100,0 58 518 395 100,0
6 Chiffres pour l’Alsace • revue n° 2 • juin 2001
Source : Insee, recensement de la population de 1999.TERRITOIRE
Pour en savoir plus
“ Le zonage en aires urbaines
en 1999 – 4 millions d'habi-
tants en plus dans les aires
urbaines”, Insee première
n° 765, avril 2001.
“ Les grandes villes françaises
étendent leur influence”,
En neuf ans, le milieu urbain Bossue et les Vosges du Nord auInsee première n° 766, avril
alsacien a gagné du terrain : une nord-ouest de l'Alsace, et une2001.
centaine de communes supplé- partie des Vosges centrales.“ Les déplacements domicile-
mentaires se sont agrégées au Avec 120 000 habitants en 1999,travail – De plus en plus
détriment du reste du territoire, l'espace rural alsacien abrited'actifs travaillent loin de
c'est-à-dire de l'espace rural. Le désormais moins de 7 % de lachez eux”, Insee première
milieu urbain gagne ainsi 204 000 population régionale contre 13 %n° 767, avril 2001.
habitants entre 1990 et 1999. La dans ses limites de 1990. Cet
moitié de cet accroissement reflète espace conserve cependant unLa présentation du zonage
l'extension territoriale du milieu dynamisme démographique, dûen aires urbaines et les trois
urbain. L'autre moitié résulte des à l'accroissement naturel et sur-Insee première figurent sur
mouvements démographiques, tout à l'installation de nouveauxle site Internet de l'Insee :
avec un excédent naturel supé- résidents. L'espace rural accueillewww.insee.fr
rieur à l'apport migratoire. moins de 7 % de l'emploi dans la
Sous l'effet de l'étalement des région.
aires urbaines et de l'extension
L'espace à dominante de leur territoire d'influence,
rurale se réduit, l'espace à dominante rurale s'est Sonia BOURDIN
mais reste dynamique fortement contracté en Alsace. En Michel DUÉE
1999, il ne couvre plus que 16 % Patrice MULLER
En 1990, les aires urbaines avec
des communes alsaciennes au
les communes multipolarisées for-
lieu de 28 % en 1990. Il occupe L’article est disponible sur le site
maient deux ensembles urbains
ainsi 19 % de la superficie régio- Internet de l'INSEE-Alsace :
bien distincts: l'un au nord-est,
nale au lieu de 31 % neuf ans www.insee.fr/alsace
l'autre au sud de la région. Ces
plus tôt. Cet espace se partage
deux ensembles urbains étaient
principalement en deux zones
nettement séparés, dans la partie
situées aux confins de la région,
centrale de l'Alsace, par une large
loin des principaux pôles urbains
bande de communes appartenant
alsaciens. Il englobe l'Alsace
à l'espace rural.
La population augmente plus vite dans l’espace urbain
Catégorie d’espace Population en 1999 Population en 1990 Variation de population entre 1990 et 1999 (en %)
(délimitation 1999) (délimitation 1990) Totale due aux mouvements due à la différence de
démographiques composition des espaces
Espace à dominante urbaine 1 614 494 1 411 066 14,4 7,4 7,0
Aires urbaines (1) 1 284 171 1 165 669 10,2 7,0 3,2
Pôles urbains 972 420 903 750 7,6 5,5 2,1
Couronnes périurbaines (1) 311 751 261 919 19,0 12,2 6,8
Communes multipolarisées 330 323 245 397 34,6 9,4 25,2
Espace à dominante rurale 119 651 213 306 -43,9 2,5 -46,4
Alsace 1 734 145 1 624 372 6,8 6,8 ///
(1) y compris deux communes (Siltzheim, Gœrlingen) rattachées à des aires urbaines lorraines (Sarreguemines, Sarrebourg).
Chiffres pour l’Alsace • revue n° 2 • juin 2001 7
n
Source : Insee, recensements de la population de 1990 et 1999.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.