L'emploi salarié lié au tourisme en Bourgogne

De
Publié par

En Bourgogne, l'emploi salarié lié au tourisme représente au maximum 4,4 % des salariés de la région en été et 3,5 % en hiver. Durant la période estivale, 7 000 emplois sont directement dépendants de la clientèle touristique. 15 000 autres bénéficient du complément d'activité apporté par le tourisme. L'emploi touristique se concentre le long des grands axes routiers qui traversent la région. Entre l'hiver et l'été, 2 500 postes de travail supplémentaires sont créés dans l'hôtellerie. La restauration, le commerce et certaines activités de service bénéficient également de l'attraction touristique régionale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

L’emploi salarié lié au tourisme
en Bourgogne :
de 3,5 % à 4,4 % des salariés selon la saison
En Bourgogne, l’emploi salarié
lié au tourisme représente
au maximum 4,4 %
des salariés de la région
en été et 3,5 % en hiver.
Durant la période
estivale, 7 000 emplois
sont directement dépendants
de la clientèle touristique.
15 000 autres bénéficient
du complément d’activité
apporté par le tourisme.
L’emploi touristique
se concentre le long
des grands axes routiers
qui traversent la région.
Entre l’hiver et l’été,
2 500 postes de travail
supplémentaires sont ’ est au cours des mois de juillet et août, période tradition-C nelle de départs en vacances, que l’activité touristique estcréés dans l’hôtellerie.
la plus importante dans la région. En Bourgogne, l’emploi salarié
La restauration, le commerce généré par le tourisme durant la période estivale représente ainsi
entre 1,4 % et 4,4 % de l’emploi salarié régional en 1996 commeet certaines activités
en 1995.
de service bénéficient Durant l’été 1996, 22 000 salariés occupent un emploi totale-
ment ou partiellement lié au tourisme. Parmi eux, 7 000 person-également de l’attraction
nes sont employées dans des activités qui dépendent
touristique régionale. exclusivement de la clientèle touristique. Elles travaillent dans les
1En été, entre 1,4 % et 4,4 % des salariés ont un emploi lié au tourismehôtels, auberges de jeunesse, cam-
Nombre d’emplois salariés liés au tourisme en Bourgogne en 1996pings, centres de vacances, ou ont été
embauchées temporairement dans les
janvier juillet-août septembre
restaurants et les commerces de proxi-
Nombre d’emplois totalement liés au tourisme (minimum) (1) 3 700 7 000 5 300
mité (boulangerie-pâtisserie, bouche-
Part dans l’emploi salarié total (%) 0,8 1,4 1,1
rie...), situés dans des communes
Nombre d’ement ou partiellement liés
touristiques et qui connaissent un sur- au tourisme (maximum) (1) 16 400 22 100 18 800
croît d’activité au cours de cette pé- Part dans l’em) 3,5 4,4 3,9
riode. (1) voir note de méthode page 4.
Source : INSEE - DADS.
Le tourisme
en complément
en montagne, ces emplois regroupent des vacanciers dans la région résidentde la clientèle locale
en 1994 au maximum 6,2 % de l’emploi chez des amis ou en famille. Les autres
15 000 autres personnes exercent salarié en période estivale. Dans la occupent une résidence secondaire,
région Centre, cette proportion atteint un gîte, un hôtel ou un camping. Cesun emploi qui n’est que partiellement
2,4 % en 1993. derniers ont enregistré respectivementlié à la présence de vacanciers. Il s’agit
notamment de l’ensemble des salariés En hiver, l’activité touristique en 4 millions et 1,4 million de nuitées en
Bourgogne est plus limitée. Ainsi, les 1997. La durée moyenne de séjourpermanents des restaurants et des
hôtels homologués bourguignons ont dans ces établissements reste cepen-commerces de proximité situés dans
des communes touristiques, et égale- comptabilisé plus de 510 000 nuitées dant faible avec à peine 1,3 jour pour
en août 1996 contre à peine 165 000 les hôtels et 2,9 jours pour les cam-ment de ceux recrutés en période d’été
en janvier. pings. Une grande partie de leur clien-dans les grandes surfaces commercia-
les, divers magasins spécialisés et ser- Dans ce contexte, l’emploi totale- tèle est en effet constituée de
ment lié au tourisme qui représente personnes de passage.vices (agences de voyage, stations
service, cafés-tabac, banques...). Si 1,4 % de l’emploi salarié en été ne
l’activité de ces personnes répond à la pèse plus que 0,8 % en hiver. 3 300 80 % des salariés
postes de travail supplémentaires sontconsommation de la population rési- le long des grands
dante, elle permet aussi de satisfaire ainsi créés entre janvier et août. De
la demande de la clientèle de passage. même, la part de l’ensemble des em- axes routiers
plois totalement ou partiellement liésL’ensemble de ces deux catégories
constitue ainsi un maximum de 22 000 au tourisme passe de 4,4 % en période Traversée par un important réseau
salariés qui représentent 4,4 % de estivale à 3,5 % en hiver. La différence de communication, la Bourgogne est
s’élève ainsi à 5 700 postes de travail.l’emploi salarié régional. Des études une "région étape" pour les estivants
similaires ont été menées dans d’au- Le tourisme vert, le patrimoine cul- français et étrangers. Elle constitue un
turel et la réputation gastronomique ettres régions. En Languedoc-Rous- passage obligé pour les franciliens et
viticole sont les grands atouts touristi-sillon, grâce à l’attractivité du bord de les touristes de l’Europe du Nord à la
mer et au développement des séjours ques de la Bourgogne. Près de 65 % recherche d’un peu de soleil.
Et les non salariés ...
L’étude sur l’emploi lié au tourisme présentée ici ne concerne que les salariés.
L’information statistique nécessaire n’est en effet disponible que pour ce type
d’emplois. Néanmoins, de nombreux établissements sans salariés vivent égale-
ment de l’activité touristique.
Au recensement de la population de 1990, environ 2 500 non salariés travaillaient
dans les communes touristiques de Bourgogne dans des établissements de
l’hôtellerie-restauration dépendant totalement ou partiellement du tourisme.
De même, en 1998, on compte plus de 1 000 propriétaires de gîtes ruraux et 400
propriétaires de chambres d’hôtes dans la région. Très souvent, ils n’emploient
pas de salariés et les locations qu’ils proposent leur apportent un complément de
revenu. Par ailleurs, d’autres formes d’activité comme le bénévolat dans les
offices du tourisme sont également liées à l’arrivée de la clientèle touristique.
2
L’emploi salarié lié au tourisme en BourgognePar ailleurs, de nombreux sites tou-
ristiques sont proches des grands axes
routiers. En rejoignant leurs lieux de
villégiature, certains vacanciers en
profitent pour faire halte dans la région
et s’ajoutent ainsi aux touristes venus
spécialement en Bourgogne. Cette
proximité de nombreux sites et l’apport
complémentaire d’une clientèle de
passage expliquent alors en grande
partie que les emplois touristiques se
concentrent principalement le long des
grands axes routiers : huit salariés sur
dix ayant un emploi totalement ou par-
tiellement lié au tourisme en Bourgo-
gne travaillent dans un établissement
situé le long de l’autoroute A6 ou du
Val de Loire.
C’est dans l’Yonne et en Côte-d’Or
que la proportion de salariés travaillant
dans le tourisme est la plus élevée ; elle
atteint respectivement 4,8 % et 4,7 %
au maximum. Dans ces deux départe-
ments, les activités de commerce et de
services aux particuliers sont très dé-
veloppées. Dans la Nièvre, l’emploi lié
au tourisme représente au maximum
4,1 % de l’emploi salarié. En Saône-et-
Loire, département plus industriel,
cette proportion est la plus faible de la
région (3,8 %).
5 900 emplois dans
l’hôtellerie durant l’été
En Bourgogne, l’hôtellerie est le
secteur qui offre le plus grand nombre
d’emplois touristiques. Si elle bénéficie
toute l’année du passage de touristes
l’arrivée de vacanciers (+ 65 %). Ces La restauration est également und’affaires ou de loisirs, son activité se
créations interviennent dans les quatre secteur touristique important. Estimerdéveloppe sensiblement en période
départements, notamment dans la Niè- le nombre d’emplois induits par la ve-estivale. L’activité des hôtels, auber-
vre où le nombre de postes de travail nue de touristes n’est pas aisé. Lesges de jeunesse, campings, centres de
offerts dans l’ensemble des établisse- restaurants accueillent tout au long devacances génère 5 900 emplois durant
ments d’hébergement double, attei- l’année une clientèle de vacanciersl’été 1996 contre 3 600 en hiver. Près
gnant 800 en cours d’été. mais reçoivent également des person-de 2 300 emplois sont ainsi induits par
nes habitant dans la région. Sur l’en-
semble de l’année 1996, près de 7 400
La proportion d’emplois touristiques est plus forte dans l’Yonne et en Côte-d’Or
postes de travail permanents dans la
Part de l’emploi touristique dans l’emploi salarié en juillet-août 1996 (en %) (1)
restauration seraient liés à la fréquen-
tation touristique.Côte- Nièvre Saône- Yonne Bourgogne Axe Axe Val Hors
d’Or et-Loire A6-N6 de Loire axes Mais l’hôtellerie-restauration n’est
pas le seul secteur qui bénéficie de laNiveau minimum 1,4 1,4 1,2 1,6 1,4 1,3 1,0 1,6
présence de touristes. Les vacanciers
Niveau maximum 4,7 4,1 3,8 4,8 4,4 5,1 4,2 3,0
au cours de leur séjour réalisent d’autres
(1) voir note de méthode page 4. dépenses dans différents domaines.
Source : INSEE - DADS.
3
L’emploi salarié lié au tourisme en BourgogneS’ils résident en famille ou chez des
Pour comprendre ces résultatsamis, campent, louent un gîte ou vien-
nent profiter de leur résidence secon- Cette étude propose une estimation de que le surplus d’emplois durant la période
l’emploi salarié généré par le tourisme en estivale dans les restaurants, les débits dedaire, ils achètent de la nourriture, des
Bourgogne au cours de l’année 1996. Ce boissons et les commerces de proximitéproduits régionaux. Ils se déplacent
calcul est un exercice difficile. De nom- situés dans une commune touristique.(voiture, bateau...), vont au spectacle,
breuses activités doivent être prises en Elle permet également de définir un ni-
visitent les sites culturels et pratiquent
compte, de l’hôtel jusqu’au guichet de veau d’emploi touristique maximum in-
des loisirs sportifs. banque, mais toutes ne sont pas concer- cluant l’ensemble des emplois des
Toutes ces activités peuvent induire nées de la même manière. Certaines sont établissements dont l’activité est partielle-
un accroissement de l’emploi notam- totalement dépendantes du tourisme (par ment liée à la présence de touristes. Il
exemple les hôtels), d’autres peuvent aus- comprend notamment l’ensemble des em-ment dans le commerce et certains
si compter en partie sur une clientèle lo- plois des restaurants et des commercesservices. En Bourgogne, ce surplus
cale (les restaurants). Enfin pour de de proximité situés dans une communed’activité en période estivale s’accom-
nombreux secteurs, la clientèle touristique touristique. Sont également comptabilisés
pagne de la création de 3 300 postes
ne représente qu’un complément d’activi- les emplois créés en période estivale dans
de travail. Près de 2 500 salariés sup- té. De plus, le caractère plus ou moins certaines activités situées dans une com-
plémentaires sont ainsi employés touristique de la commune est également mune touristique qui connaissent une sai-
dans les supermarchés, hypermar- déterminant. sonnalité de l’emploi proche de celle de la
Les estimations présentées ici font ainsi fréquentation hôtelière (hypermarchés,chés, cafés-tabac, agences de voya-
intervenir trois composantes : l’intensité supermarchés, cafés-tabac, banques,ges, activités récréatives en été. Sur
touristique de la commune, l’activité éco- agences de voyage...). Cette estimationl’ensemble de ces postes, il n’est ce-
nomique des établissements et la saison- maximale comprend de ce fait les emplois
pendant pas possible de distinguer les
nalité de l’emploi. L’intensité touristique correspondants aux remplacements pen-
embauches dues à la demande touris- des communes a été définie à partir de dant les congés d’été.
tique de celles assurant les remplace- leurs capacités d’hébergement et du poids Les données sont issues du fichier DADS
ments d’été du personnel permanent de leurs emplois saisonniers. Les établis- (Déclarations Annuelles de Données So-
sements saisonniers sont ceux pour les- ciales) de l’année 1996. Cette déclarationparti en congés.
quels l’emploi moyen en juillet, août ou est un document administratif rempli par
septembre est supérieur à celui des neuf les employeurs. Elle concerne l’ensemble
autres mois de l’année. des salariés des établissements de l’in-
Régine Bordet
Cette méthode permet ainsi d’estimer dustrie, du commerce et des services
d’abord l’emploi totalement lié au tou- dans les secteurs privés et semi-publics
risme. Celui-ci regroupe essentiellement ainsi que les agents des collectivités terri-
l’emploi situé dans les hôtels et autres toriales et de la fonction publique hospita-
formes d’hébergement touristique, ainsi lière.
Ce numéro de Dimensions présente les
Thème du prochain numéro :résultats d’une étude de l’INSEE Bour-
gogne financée avec la participation du
Comité Régional du Tourisme de Bour- Les nouvelles entreprises
gogne. trois ans après leur création
INSEE-BOURGOGNEPOUR EN SAVOIR PLUS
2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
- Bilan de l’hôtellerie bourguignonne en 1997 - Retour de la clientèle étrangère - Tél : 03 80 40 67 67
INSEE Bourgogne - Résultats statistiques n° 15 - mars 1998. Fax : 03 80 40 67 40
Directeur de la publication : Alain Ravet
- Saison 1997 dans les campings - Les campeurs sont venus moins nombreux mais
Rédacteur en chef : Lionel Espinasse
plus longtemps - INSEE Bourgogne - Résultats statistiques n° 20 - mai 1998.
Assistante de rédaction : Martine Molet
Maquette PAO : Maryvonne Poisot
- Les chiffres-clés du tourisme en Bourgogne - Comité Régional du Tourisme.
Abonnement :
11 numéros par an + Bilan économique
- Mémento du tourisme 1997-1998 - Observatoire National du Tourisme. et social annuel : 150 F.
15 F. le numéro
- Les Français prennent de plus en plus goût aux voyages - INSEE Première Impression : Imprimerie 21 - Dijon
n° 565 - janvier 1998. Dépôt légal : à parution
ISSN 1246-483 X
- Typologie des comportements touristiques des Français des années 1990 - Code Sage D985616
Secrétariat d’État au tourisme - janvier 1998.
© INSEE 1998
L’emploi salarié lié au tourisme en Bourgogne 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.