L'inventaire communal dans le Pas-de-Calais

De
Publié par

Même s'il est moins urbanisé que le Nord, le Pas-de-Calais offre aussi à neuf habitants sur dix, dans leur commune, les services de la vie quotidienne. Mais il faut se méfier là des moyennes. Les disparités sont fortes au sein du département. Elles ont ainsi permis, dans les vingt dernières, l'élévation au rang de pôles de quelques communes devenues autosuffisantes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

NORD-P AS-DE-CALAIS
ROFILS
Prix : 15 francs
2,29 P gresteA MI N IST È RE
DE L'AGRICULTURELA STATISTIQUE AGRICOLE
ET DE LA PÊCHE
DÉCEMBRE 1998HORS-SÉRIE
Bien que nettement moins urbain que sonMême s’il est moins urbanisé que leL’inventaire voisin le Nord, le Pas-de-Calais est aussi
Nord, le Pas-de-Calais offre aussi à bien équipé en services et commerces que
le département français moyen. En effetneuf habitants sur dix, dans leur
75,2% de sa population se trouve à moins
commune, les services de la vie quo- de 2,5 kilomètres des équipements alorscommunal dans
que cette proportion est de 75,0% entidienne. Mais il faut se méfier là
France (à comparer au 83,8% dans le
des moyennes. Les disparités sont Nord). Avec 1,47 kilomètre à parcourir
pour bénéficier des équipements dont il afortes au sein du département. Ellesle Pas-de-Calais
besoin, l’habitant du Pas-de-Calais est
ont ainsi permis, dans les vingt nettement plus proche que celui de la
Lozère ou du Cantal distant respectivementdernières, l’élévation au rang de
de 4,33 et 3,70 kilomètres, mais plus en 1998 pôles de quelques communes deve- loin que l’habitant des Bouches-du-Rhône
qui n’a que 0,3 kilomètre à parcourir. nues autosuffisantes.
La variété des équipements liée au degré d’urbanisation
Niveau d’équipement et éloignement des équipements
François Houssin - Insee
Service Études Diffusion
Philippe Rodriguez - DDAF
Service départemental
de la statistique agricole
du Pas-de-Calais
Éloignement des équipements Niveau d’équipement
(distance moyenne en kilomètres) (sur un total de 36)
7 et plus 36
12de 5 à moins de 7
6Délégation à l’Aménagement Du Territoire et à l’Action Régionale de 0 à moins de 5
Cette étude a été réalisée avec le soutien de Source : Inventaire communal 1998
la Datar © Insee - SCEES/IGN 1998
MI N ISTÈ R ESDSA Pas-de-Calais 13, Grand’Place - BP 912 - 62022 Arras Cedex - Tél. 03 21 50 30 50 - Télécopie : 03 21 50 30 30 DE L'AGRICULTURE
ET DE LA PÊCHE
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Niveau d’équipement des communes du département du Pas-de-Calais 56 pôles de servic
Aires d’influence des pôles
Unités : nombre, %
Proportion des communes Proportion de la population
Nombre Nombre de communes équipées desservie sur place
d’équipements équipées
dans le département en France dans le département en France
0 à 5 546 61,1 57,0 10,8 9,8
6 à 15 179 20,0 22,8 12,1 12,2
16 à 25 84 9,4 11,1 17,7 15,7
26 à 32 50 5,6 5,4 20,4 15,2
33 à 36 35 3,9 3,8 39,0 47,1
Source : Inventaire communal 1998
Cette bonne place n’est qu’une moyenne ainsi près de 20% des habitants du Pas-de-
qui cache des disparités locales impor- Calais qui doivent changer de commune pour
tantes. Ainsi, l’habitant de l’arrondissement aller à l’épicerie. Les disparitions les plus
de Lens ou de Calais a moins de 0,8 kilo- importantes concernent les petits commerces
mètre à parcourir quand celui d’Arras ou de produits d’habillement et d’équipement de
de Saint-Omer en a plus de 2. la maison que l’on trouve plus facilement dans
les supermarchés et autres hypermarchés. En
Une supérette dans moins d’une revanche, tout ce qui tient à la santé des
commune sur trois hommes et des animaux se répartit plus uni-
formément sur le territoire.
Au cours des vingt dernières années cet
Sur les vingt dernières années, 578 communeséloignement s’est accru en passant de 1,21
(soit plus de 64% des communes et près dekilomètre à 1,47 kilomètre. En effet, au
40% des habitants) ont perdu au moins uncours de cette période, les équipements ont
équipement alors que 169 en ont gagné au Guide de lecture :eu tendance à se concentrer dans les pôles,
Les communes situées aux limites de l’aire d’influencemoins un et seulement 58 en ont gagné plus
désertant les plus petites communes : renta- d’Hucqueliers subissent aussi l’attraction du pôle de
de deux. Ces dernières se trouvent princi- Desvres. Elles apparaissent donc moins dépendantes desbilité, concurrence des grandes surfaces et
équipements d’Hucqueliers que les communes qui sont lespalement en périphérie de Lens, Béthune,essor des déplacements vers des lieux de plus proches d’Hucqueliers.
Calais et le long du littoral.travail toujours plus distants, contribuant
Source : Inventaire communal 1998
très largement à la disparition des équipe- © Insee - SCEES/IGN 1998
Une aire d’influence large pourments de très grande proximité. Ainsi, une
les pôles bien équipés majorité (61,6%) des communes possé- Équipement Part des communes Proportion de la
daient un magasin d’alimentation en 1980, équipées en 1998 population desservieUne cinquantaine de pôles de services dits
elles ne sont plus que 30,9%, soit la moitié, “intermédiaires” concentrent de nombreux
Gamme minimale
à posséder cet équipement en 1998. Ce sont équipements de la gamme des services Tabac 53,2 92,2
Garage 42,8 86,6
Maçon 37,9 79,7
Alimentation 30,9 80,1
Détérioration de la situation dans l’intérieur rural Plombier-Menuisier 56,6 91,2
École 43,3 89,8Distance moyenne aux équipements
Gamme de proximité
Poste 26,2 80,3
Évolution entre 1980 et 1998 Coiffeur 35,6 86,4
Carburant 27,2 77,0
Plâtrier 26,0 71,5
Électricien 31,2 74,4
Détérioration de la situation Médecin 32,9 86,2
Infirmier 36,1 85,8Situation stable
Pharmacie 24,0 81,5
Boulangerie 35,0 85,9Amélioration de la situation
Boucherie 29,9 82,8
Gamme intermédiaire
Chaussures 9,7 56,7
Électroménager 13,9 60,8
Vêtement 13,3 66,1
Meuble 10,4 54,1
Droguerie 13,1 59,0
Librairie 12,6 65,4
Pompier 13,3 60,8
Ambulance 10,7 53,1
Dentiste 17,3 73,4
Masseur 22,8 79,1
Perception 7,9 48,1
Supermarché 14,8 69,5
Collège 11,5 63,3
Gendarmerie 9,3 53,3
Notaire 15,2 66,0
Banque 15,3 70,5
Vétérinaire 14,5 65,8
Source : Inventaire communal 1998 Gamme supérieure
© Insee - SCEES/IGN 1998 Hôpital 4,4 40,3
Laboratoire 4,9 45,0
Cinéma 2,5 29,4
Source : Inventaire communal 1998
MI N ISTÈ R E
DE L'AGRICULTURE 13, Grand’Place - BP 912 - 62022 Arras Cedex - Tél. 03 21 50 30 50 - Télécopie : 03 21 50 30 30 SDSA Pas-de-Calais
ET DE LA PÊCHE
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAISprécisément appelée “gamme intermédiaire”ces intermédiaires
et parmi lesquels on trouve les magasins s de services intermédiaires Pour comprendre ces résultats
spécialisés dans les vêtements, l’électroména-
Inventaire communalCommune très dépendante ger ou les meubles, le collège, le dentiste, la
de son pôle de services L’inventaire communal est une enquête réalisée
perception et la gendarmerie. Bien équipés,
Commune faiblement dépendante par le Service central des enquêtes et études
ces pôles exercent une forte attraction survices statistiques (SCEES) du ministère de
les zones rurales qui les environnent.Unité urbaine de plus de 10 000 habitants l’Agriculture et de la Pêche et l’Institut national
Limites cantonales Ainsi, la population recourant aux commerces de la statistique et des études économiques
implantés à Montreuil et Thérouanne est (Insee) avec le soutien de la Délégation àAire d’influence
l’aménagement du territoire et à l’actionplus de quatre fois plus importante que leUn trait relie chaque commune
régionale (Datar). Toutes les communes deau pôle de services intermédiaires nombre d’habitants de ces communes. Ce
France ont été interrogées au cours des moisfréquenté habituellement taux atteint même 6,16 pour Hesdin et la
de février et mars 1998 (comme par le passépalme revient à Hucqueliers qui draine plus
en 1979 et 1988) sur les principaux équipe-
de 9 fois sa population. Ces zones repré-
ments commerciaux et services à la population
sentent des espaces de solidarités fortes existant sur leur territoire. En l’absence d’un
entre des communes dont les habitants équipement, il était demandé à la Commission
usent des mêmes services et des mêmes communale, réunie pour l’occasion, de se
équipements commerciaux, dans des limites prononcer sur la commune généralement
fréquentée par les habitants pour trouver cetqui furent jadis celles du canton (les 2/3
équipement.des pôles sont des chefs-lieux de canton).
Ces aires d’influence des pôles de services
Tous les résultats présentés dans ce document
intermédiaires, du fait des solidarités pro- concernent les communes enquêtées en
fondes qu’elles révèlent, ont assez peu février 1998, hors Dom, Corse et petite
évolué au cours des vingt dernières années. couronne parisienne (départements de Paris,
Très peu d’entre elles prennent pied dans des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis
et du Val-de-Marne).les départements limitrophes (pôles de
Doullens, Douai et Cambrai). Les créations
Centrée sur les équipements les plus courants,de pôles correspondent à l’apparition de
cette enquête permet d’appréhender plus spéci-communes autosuffisantes comme Dannes,
fiquement le monde rural. La plupart des
Lestrem, Maresquel-Ecquemicourt et Tincques,
communes appartenant à des grandes agglo-
alors que les disparitions sont les absorptions mérations (comptant plus de 10 000 habitants)
Évolution de la part de la population de petits pôles par des pôles dynamiques.Distance moyenne n’ont donc été enquêtées que sur une gamme
desservie sur placede la population C’est le cas de Blangy-sur-Ternoise absorbé restreinte de services, la présence ou l’absence
à l’équipement dans le département en France par Hesdin, de Fléchin par Thérouanne et des ces commerces ayant été imputée a priori
à partir de fichiers d’origine administrative.de Vis-en-Artois par Arras.
0,36 - 4,4 - 4,8
Les agglomérations de plus de 10 000 habitants0,78 - 4,7 - 2,7
font donc l’objet d’un traitement particulier1,36 - 8,5 - 4,1 Un renforcement des services de0,84 - 14,0 - 9,3 dans l’ensemble des résultats de cette enquête.
0,50 - 2,4 - 0,7 santé dans les pôles de proximité
0,25 - 5,1 - 4,5
Les équipements de proximité, c’est-à-dire1,02 + 1,8 + 0,1
0,78 - 0,4 + 2,1 les commerces ou les services que près de commerces et ces services semblent avoir
1,44 - 11,1 - 10,2
neuf habitants du Pas-de-Calais sur dix mieux résisté que les autres. Ainsi, les 2,07 - 11,3 - 2,0
1,79 - 4,1 + 0,5 trouvent sur leur commune même, depuis la boulangeries, les bureaux de poste, les
0,69 + 2,3 + 3,0
boulangerie jusqu’à la station-service, en coiffeurs et les électriciens se sont maintenus0,77 + 3,5
0,96 + 1,2 + 2,2 passant par le bureau de poste et le dans la plupart des communes. On note même
0,33 - 1,3 - 1,5
médecin généraliste, se concentrent dans une croissance du nombre de communes0,73 - 6,5 - 6,2
un peu plus d’une centaine (102) de disposant des principaux services de santé :
3,84 - 12,0 - 9,9
communes, qualifiées de pôles de services médecin généraliste (+6,5%), infirmier3,54 - 17,3 - 10,4
3,45 - 0,6 - 3,3 de proximité. Ces pôles, de par leur (+7,8%) et masseurs kinésithérapeutes
4,67 - 14,0 - 9,6
équipement commercial de base, relaient (+4,9%). Le vieillissement de la population3,11 - 21,0 - 11,3
3,12 - 2,9 + 0,4 les pôles de services intermédiaires pour des espaces ruraux contribue très largement
3,06 + 21,4 + 14,5
les produits les plus simples (le pain, la à ces installations récentes de professionnels3,48 - 9,6 + 0,6
1,82 + 4,8 + 2,1 viande, la poste ou l’essence), évitant aux de santé qui compensent les départs des
1,32 + 2,2 + 3,9 habitants des communes les plus rurales services les plus concurrencés par les3,79 + 1,5 - 1,7
2,10 + 16,0 + 8,2 d’avoir à faire plus de 5 kilomètres pour grandes surfaces, comme les bouchers
2,18 - 2,9 - 1,5 ces produits de première nécessité. charcutiers (-38,5%) et les stations-services
3,24 + 7,5 + 1,4
2,34 + 25,5 + 1,7 Du fait de leur caractère basique, ces (-34,9%).
1,86 - 1,4 - 1,0
2,29 + 31,4 + 10,4
7,10 + 5,5 + 0,3
5,33 + 6,0 + 3,2
7,94 - 12,4 - 5,4
MI N ISTÈ R ESDSA Pas-de-Calais 13, Grand’Place - BP 912 - 62022 Arras Cedex - Tél. 03 21 50 30 50 - Télécopie : 03 21 50 30 30 DE L'AGRICULTURE
ET DE LA PÊCHE
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00102 pôles de services de proximité
Pour comprendre ces résultats Aires d’influence des pôles de ser
Limite départementale
Niveau d’équipement
Nombre de commerces et de services présents Aire d’influence d’un pôle
sur la commune sur un total de 36 équipements de services intermédiaires
de référence (dont la liste figure dans le
tableau ci-après). Il n’est pas tenu compte du
Aire d’influence d’un pôle de proximité
nombre de commerces de chaque type installés
Un trait relie chaque commune au pôle desur la commune.
proximité fréquenté habituellement
Berck Pôle intermédiaire étantÉloignement ou distance moyenne aux
équipements aussi pôle de proximité
Distance moyenne des habitants de la commune
Blangy-sur-Ternoiseaux 36 équipements de référence. Si la com- Aire-sur-la-Lys
mune possède un équipement, ses habitants Pôle de proximité
sont réputés “desservis sur place”. Plus un équi-
pement est rare sur le territoire, moins il pèsera
dans le calcul de l’éloignement : une commune
qui apparaît très éloignée des équipements l’est
Blangy-sur-Ternoise
donc avant tout des commerces les plus vitaux Hesdin
(boulangerie, supérette, etc.).
Guide de lecture :Des équipements qui se regroupent par gamme
Berck est à la foisLes équipements apparaissent plus ou moins
pôle de services inter-
dispersés sur le territoire. Ils ont en fait tendance médiaires et pôle de
à se concentrer dans certaines communes : le services de proximité :
les habitants de son airebureau de tabac et l’épicerie dans la même
d’influence se rendent à
commune que l’école, le supermarché dans le Berck donc pour trouver les commerces
même bourg que la gendarmerie, la banque, le de ces deux gammes. En revanche,
Blangy-sur-Ternoise n’est fréquentée quedentiste ou le collège. On définit ainsi quatre
pour les services de la gamme de proximité, les habitants de son aire
gammes d’équipements qui se retrouvent très d’influence se rendant à Hesdin pour les commerces de la gamme intermédiaire.
largement dans les mêmes communes : une
Source : Inventaire communal 1998gamme minimale, une gamme de proximité,
© Insee - SCEES/IGN 1998une gamme intermédiaire et une gamme
supérieure.
Des pôles de services correspondant aux
gammes d’équipements
Concentrés généralement dans les mêmes
communes, les équipements d’une gamme
(intermédiaire ou de proximité) exercent le
même type d’attraction sur les communes non
équipées alentour. Ainsi, en l’absence d’une
perception et d’un notaire, les habitants de
65% des communes trouvent ces deux services
sur la même commune.
Les deux gammes de services, intermédiaire
et de proximité, définissent de ce fait par leur
attraction, des pôles de services et une aire
d’influence autour de chacun d’eux.
Les agglomérations de plus de 10 000 habitants
sont considérées comme des entités indisso-
ciables qui attirent les communes environnantes
par leurs équipements, quelle que soit la commune
de l’agglomération qui héberge les commerces.
MI N ISTÈ R ESDSA Pas-de-Calais 13, Grand’Place - BP 912 - 62022 Arras Cedex - Tél. 03 21 50 30 50 - Télécopie : 03 21 50 30 30 DE L'AGRICULTURE
ET DE LA PÊCHE
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00En dix ans, le Pas-de-Calais a fait son chemin
Depuis 1988, le nombre des communes seule une commune sur deux est traversée
par un sentier.traversées par des sentiers aménagés
Le tiers des communes considère les sentiersa plus que doublé dans le Pas-de-
en excellent état. Seules 5% des communesCalais. Les taux de desserte les plus
jugent les sentiers détériorés ou posant des
forts s’observent dans les arrondis-
problèmes de sécurité. Pour la majorité
sements côtiers. Grâce à un entretien restante, les sentiers sont satisfaisants.
suffisant, les parcours sont quasiment À l’image des parcs naturels ou des sites
MI N I ST È RE tous praticables en l’état. aménagés comme les bases de plein air, les
DE L'AGRICULTURE
plans d’eau ou les plages en bord de mer,
ET DE LA PÊCHE Pas moins de 550 communes du Pas-de- les itinéraires balisés contribuent à la valo-
Calais offrent des parcours de randonnée : risation de l’environnement. C’est un moyen
elles n’étaient que 251 en 1988. Ainsi, original de découvrir les territoires tout en
près de trois habitants sur quatre ont accès respectant la nature. De plus, la multiplication
à ce loisir sur le territoire de leur commune.Coup de zoom des sentiers aménagés contribue au dévelop-
Par rapport à 1988, seules 44 communes pement économique et touristique de nos
déclarent ne plus être traversées par un che- campagnes.
min de randonnée, dont 25 pour les seuls Le développement économique se traduitsur 2 équipements arrondissements d’Arras et de Montreuil. En par une offre d’emplois nouveaux : gardes,
contrepartie, 343 nouvelles communes agents d’entretien, etc. Le développement
proposent un lieu de promenade : elles sont touristique transparaît dans l’inventaire
bien réparties dans le département. communal où neuf communes sur dix
Les arrondissements côtiers de Calais, déclarent attirer les touristes que ce soit
Boulogne-sur-Mer et Montreuil sont les mieux pour une simple halte ou pour un séjour.
équipés : respectivement huit communes sur Pour les trois quarts de ces communes, l’attrait
dix pour le premier et sept sur dix pour les de la campagne est prépondérant... et dans
deux autres. Dans l’arrondissement d’Arras, Pas-de-Calais il y a PAS !
Trois habitants sur quatre au pied des pistes... de randonnée
Présence de sentiers aménagés, circuits de randonnée
Limites administratives
Communes
Contours et noms des arrondissements
Calais
Analyse
Saint-OmerSaint-OmerSaint-OmerSaint-OmerSaint-OmerSaint-Omer PrésenceSaint-OmerSaint-OmerSaint-Omer
BouloBouloBouloBouloBouloBouloggggggne-sur-Merne-sur-Merne-sur-Merne-sur-MerBouloBouloBoulogggne-sur-Merne-sur-Mer
Non réponse
Bethune
MontreuilMontreuilMontreuilMontreuilMontreuilMontreuilMontreuilMontreuilMontreuil LensLensLensLensLensLensLensLens
Arras
Cette carte fait apparaître une présence de sentiers,
circuits sportifs ou parcours de randonnée.
Tous les sites aménagés, balisés et tracés sont retenus :
circuits de grande randonnée, itinéraires de petite randonnée,
sentiers de promenade. Les communes d’Arras, Boulogne-sur-Mer, Calais,
Lens et Liévin sont hors champ de l’enquête.
Source : Inventaire communal 1998
© Insee - SCEES/IGN 1998
MI N ISTÈ R ESDSA Pas-de-Calais 13, Grand’Place - BP 912 - 62022 Arras Cedex - Tél. 03 21 50 30 50 - Télécopie : 03 21 50 30 30 DE L'AGRICULTURE
ET DE LA PÊCHE
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Le véto des villes remplace le véto des champs
Vétérinaire, un métier à plusieurs facettes
La diminution des animaux d’élevage communes, principalement situées dans
L’inventaire communal recense les vétérinaires
une zone sud sud-ouest, le nombre de vétéri-conjuguée à l’augmentation des libéraux qui assurent les soins des animaux
naires est resté stable en dix ans. Seules domestiques : animaux de compagnie dans lesanimaux de compagnie expliquent
6 communes perdent la moitié de leurs vétéri- villes, animaux d’élevage dans les campagnes.l’engouement des vétérinaires pour
naires : 5 d’entre elles sont en zone d’élevage. Généralement, il leur est attribué, à leur
les agglomérations au détriment demande et par le Préfet, un mandat sanitaireAinsi, les vétérinaires sont moins présents
des campagnes. afin d’exercer les missions de police sanitaire etdans ces zones traditionnelles où l’élevage
d’épidémio-surveillance.est également en déclin. Ils se tournent
En 1998, les vétérinaires sont installés dans Ne sont pas pris en compte les vétérinaires
d’avantage vers les animaux de compagnie
fonctionnaires du ministère de l’Agriculture et130 communes, soit plus du double qu’en
toujours plus nombreux dans les villes. de la Pêche qui assurent des missions de1988 : seules 60 communes en disposaient
Cependant, les vétérinaires continuent contrôle : hygiène alimentaire, santé et protection
alors. Les disparitions, peu nombreuses,
d’exercer dans la majorité des chefs-lieux animales, inspection des établissements classés.
affectent les zones rurales au cœur du dépar-
Sont également exclus les vétérinaires salariés,de cantons. Ils assurent une bonne couverture
tement : ce sont les régions agricoles du dont ceux d’entreprises d’aliments, liés auxdu territoire départemental : ce qui est très
Haut Pays d’Artois et du Ternois. Les implan- éleveurs par un contrat appelé plan sanitairesécurisant en matière de surveillance
tations apparaissent surtout dans les agglo- d’élevage.épidémiologique.
mérations urbaines du bassin minier : autour
de Béthune, Lens, Hénin-Beaumont. D’autres Deux tiers des habitants du département
vétérinaires ont choisi les communes de la peuvent faire appel à un vétérinaire sur
côte entre Berck et Boulogne-sur-Mer. place. Les autres sont distants de moins de
Les vétérinaires en place voient leurs effectifs 7 kilomètres en moyenne du cabinet ou de
croître dans 24 communes dont 14 ont la clinique vétérinaire : la distance excède
rarement les 20 kilomètres.plus de 10 000 habitants. Pour 24 autres
Installations massives dans le bassin minier
Présence et attractivité des vétérinaires
Gravelines Limites administratives
Calais
Communes
Contours des arrondissements
Ardres
Polincove
Évolution 1988-1998MarquiseMarquiseMarquiseMarquiseMarquiseMarquiseMarquiseMarquiseMarquise ÉperlecquesÉperlecquesÉperlecquesÉperlecquesÉperlecquesÉperlecquesÉperlecquesÉperlecquesÉperlecques Sans changementLicquesLicquesLicquesLicquesLicquesLicquesLicquesLicquesLicques
WimereuxWimereuxWimereux
Saint-Omer Apparition
Boulogne-sur-Merg
DisparitionLumbres
Saint-Étienne-au-Mont
Desvres Pôle hors département
Aire-sur-la-Lysys Laventie
Fauquemberguesg
HucqueliersFrencq LillersFléchin
La BasséeLa BasséeLa BasséeLa BasséeLa BasséeLa BasséeLa BasséeLa BasséeLa BasséeÉtaplesÉtaplesÉtaplesÉtaplesÉtaplesÉtaplesÉtaplesÉtaplesÉtaples BethuneBethuneBethuneBethuneBethuneBethuneBethuneFruFruFrugggeseses BethuneFruFruFruFruFruFru ggggggeseseseseses AuchelAuchelAuchelAuchelAuchelAuchelAuchelAuchelAuchel WinWinWingglesleslesgWinWinWinggglesleslesWinWinWingggleslesles CarvinCarvinCarvinPernesPernesPernes CarvinCarvinCarvinPernesPernesPernes CarvinCarvinCarvinPernesPernesPernes
Montreuil Oignies
Houdain
Liévin Hénin-Beaumont
Berck
Saint-Pol-sur-TernoiseHesdin
Aubigny-en-Artoisygn
Vitry-en-Artoisy
ArrasFrévent Avesnes-le-ComteRue Beaurains Écourt-Saint-Quentin
Auxi-le-ChâteauAuxi-le-ChâteauAuxi-le-Château BasseuxBasseuxBasseuxAuxi-le-ChâteauAuxi-le-ChâteauAuxi-le-ChâteauAuxi-le-ChâteauAuxi-le-ChâteauAuxi-le-Château BasseuxBasseuxBasseuxBasseuxBasseuxBasseuxGuide de lecture :
LucheuxLucheuxLucheux CroisillesCroisillesCroisillesLucheuxLucheuxLucheuxLucheuxLucheuxLucheux CroisillesCroisillesCroisillesCroisillesCroisillesCroisillesLes communes signalées sur
InchInchInchyyy-en-Artois-en-Artois-en-ArtoisInchInchInchInchInchInchyyyyyy-en-Artois-en-Artois-en-Artois-en-Artois-en-Artois-en-Artois CambraiCambraiCambraiCambraiCambraiCambraicette carte sont celles où exerce Doullens Pas-en-Artois
Bucquoyyau moins un vétérinaire.
HermiesEn cas d’inexistence de ce dernier, Bapaume
Beauquesnela commune a indiqué le lieu où est
installé le vétérinaire fréquenté habituellement
par ses habitants. Sur la carte, ce déplacement est représenté
par un trait reliant la commune non équipée à la commune fréquentée.
La délimitation des zones est approximative : en effet, certains habitants peuvent
utiliser les services d’un vétérinaire situé dans une autre commune que celle indiquée.
Sur cette carte figurent également les changements intervenus entre 1988 et 1998 dans la répartition géographique
des vétérinaires.
Source : Inventaire communal 1998
© Insee - SCEES/IGN 1998
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Daniel HUART - Service Études Diffusion : François HOUSSIN
Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN - Cartographie : Bernadette JOLY - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE
Vente : Bureau de vente, 130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00
CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal janvier 1999 - © Insee 1999 - Code Sage PR0981520 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
MI N ISTÈ R E
DE L'AGRICULTURE 13, Grand’Place - BP 912 - 62022 Arras Cedex - Tél. 03 21 50 30 50 - Télécopie : 03 21 50 30 30 SDSA Pas-de-Calais
ET DE LA PÊCHE
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.