La carte de France des revenus déclarés

De
Publié par

En Île-de-France et en Alsace, les ménages déclarent des revenus fiscaux par unité de consommation plus élevés qu'ailleurs. Les revenus déclarés sont les plus faibles en Corse, Nord-Pas-de-Calais et Languedoc-Roussillon.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 45
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°900 - MAI 2003
PRIX : 2,20€
La carte de France
des revenus déclarés
Michel Rouxel, direction régionale de Bretagne, Insee
n Île-de-France et en Alsace, les d’unités de consommation (uc). Selon la défini-
tion adoptée par l’Insee et Eurostat, le premierménages déclarent des revenus
adulte compte pour 1 uc, le conjoint éventuel etEfiscaux par unité de consomma-
les autres personnes de 14 ans ou plus pour
tion plus élevés qu’ailleurs. Les revenus 0,5 uc et les enfants de moins de 14 ans pour
déclarés sont les plus faibles en Corse, 0,3 uc. Ainsi, un ménage composé uniquement
de deux adultes, déclarant un revenu annuelNord - Pas-de-Calais et Languedoc-Rous-
de 24 000 €, aura un revenu par uc de
sillon. Les régions de hauts ou de bas
16 000€. Un ménage composé de deux adul-
revenus présentent également les plus tes et d’un enfant de moins de 14 ans aura ce
fortes disparités internes, à l’exception même revenu par uc s’il déclare un revenu de
28 880€.de l’Alsace. Les revenus sont plus élevés
En 2000, la moitié des habitants de France
dans les espaces urbains et surtout à
métropolitaine vit dans un ménage déclarant un
proximité immédiate des villes. L’éventail revenu par uc inférieur à 14 000€ (tableau 1) :
des revenus est plus ouvert dans les pôles c’est le revenu médian par uc ; 10 % déclarent
erun revenu par uc inférieur à 5 150€ (1 décile),urbains, et plus encore dans les com-
et 10 % un revenu par uc supérieur à 28 700€
munes-centres de ces pôles, où l’offre de e(9 décile), soit 5,6 fois plus. Il convient de noter
logements est plus diversifiée. que les revenus déclarés sont nettement plus
dispersés que les revenus disponibles des
ménages. Ces derniers prennent en effet en
Dans cette étude, les revenus pris en compte compte les revenus sociaux et l’imposition, qui
sont les revenus déclarés au fisc, donc avant permettent une redistribution réduisant les
redistribution par les impôts et prestations, et inégalités. Ainsi le rapport inter-déciles des
sans tenir compte des revenus non imposables revenus disponibles est de l’ordre de 3, contre
ou imposés sans déclaration, ni de la fraude 5,6 pour les revenus déclarés.
fiscale éventuelle. Il ne s’agit donc pas du
revenu disponible, qui seul peut permettre de Des régions au profil particulier
mettre précisément en évidence les différen-
ces de niveau de vie. Pour comparer des Les revenus médians déclarés dans les dif-
ménages de composition différente, les férentes régions sont compris entre 11 500
revenus déclarés sont rapportés au nombre et 17 100 € par uc. Ils sont les plus élevés en
Médiane et rapport inter-déciles du revenu déclaré par uc en 2000
Médiane
18 000
Île-de-France
17 000
16 000
France métropolitaineAlsace Rhône-15 000
AlpesCentreBretagne
14 000
Provence-Alpes-
Côte d’Azur
13 000
Nord - Pas-de-CalaisPays
12 000
de la Loire CorseLanguedoc-Roussillon
11 000
4,0 4,5 5,0 5,5 6,0 6,5 7,0 7,5 8,0 8,5 9,0
Rapport inter-déciles
Source : Insee-DGI, revenus fiscaux localisés 2000
INSEE
PREMIEREÎle-de-France et en Alsace (gra- urbain, les revenus médians sont lesDes revenus plus élevés
phique 1). À l’inverse, dans trois régions, plus élevés dans les aires urbainesdans l’espace urbain
les revenus médians déclarés par uc (Définitions), là où chefs d’entreprises,
sont très inférieurs à la médiane natio- cadres, professions libérales et autres
nale : le Languedoc-Roussillon (- 13 %), Le maillage cantonal fournit une photo- professions intellectuelles supérieures
le Nord - Pas-de-Calais (- 14 %) et la graphie synthétique de la répartition des sont les plus présents. La distribution
Corse (- 17 %). Ces écarts renvoient aux revenus sur l’ensemble du territoire des revenus présente les plus forts con-
différences de composition des popula- métropolitain (carte 1). Les niveaux de trastes dans beaucoup de cantons du
tions des régions selon la catégorie revenus médians les plus élevés se pourtour méditerranéen du fait d’une
socio-professionnelle présente ou situent clairement dans les cantons de forte présence de ménages à bas reve-
passée, l’âge, le niveau de diplôme, etc. l’espace urbain, les plus faibles dans nus déclarés, dont les causes peuvent
Différentes par le niveau médian des rural. La géographie des reve- être diverses (niveau général des reve-
revenus, les régions le sont aussi par nus rappelle par conséquent celle de nus dans la région, présence de chô-
l’éventail des revenus qu’elles présen- l’armature urbaine. Au sein de l’espace meurs et de populations immigrées,
tent. La prise en compte des deux fac- Médiane du revenu déclaré pour 2000 par uc et par canton
teurs, niveau médian et disparités,
permet d’identifier des régions au profil
particulier.
Ainsi, l’Île-de-France concentre des très
hauts revenus : 10 % des habitants
vivent dans un ménage déclarant un
revenu par uc supérieur à 37 000€, soit
40 % de plus que les 10 % des habitants
des ménages les plus aisés de province.
En revanche, en Alsace les revenus sont
élevés mais relativement homogènes.
En Corse, Languedoc-Roussillon, Pro-
vence-Alpes-Côte d’Azur et Nord - Pas-
de-Calais, les revenus médians par uc
sont plus faibles qu’ailleurs, mais les dis-
parités restent très marquées, surtout
vers le bas de l’échelle des revenus :
10 % des habitants vivent dans un 15500 ou plus
de 14000 à moins de 15500ménage déclarant un revenu par uc
autour de la médiane France de province (13426)
de 11500 à moins 13000inférieur à 4 000€.
moins de 11500
Dans les autres régions, la distribution
des revenus déclarés est plus homo- Rapport inter-déciles du revenu déclaré pour 2000 par uc et par canton
gène. C’est particulièrement vrai en
Bretagne et Pays de la Loire. Ce cons-
tat résulte pour l’essentiel du fait que
les 10 % des ménages les moins aisés
perçoivent des revenus sensiblement
plus élevés que dans les autres
régions.
Revenu déclaré par uc pour
l’année 2000
France
Île-de-
Province métro-
France
politaine
Revenu
médian par uc 13 426 17 139 13 949
er
Limite du 1 décile 5 122 5 288 5 152
6,5 ou plus
e
Limite du 9 décile 26 498 37 069 28 657 de 5,6 à moins de 6,5
autour de la valeur France de province (5,2)
Rapport
de 4 à moins de 4,8
moins de 4inter-déciles 5,2 7,0 5,6
non diffusable
Revenu
moyen par uc 15 349 20 574 16 343 Note : Les déciles ne sont pas calculés pour les zones comptant moins de 2 000 habitants. C’est pourquoi 174 cantons restent à
blanc sur la carte
Source : Insee-DGI, revenus fiscaux localisés 2000 Source : Insee-DGI, revenus fiscaux localisés 2000
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREetc.) (carte 2). À l’inverse, l’éventail des dans les villes-centres de ces pôles, que Elles sont toutes situées dans la cou-
revenus déclarés est plus resserré dans toutes les autres communes. En ronne parisienne, notamment dans les
dans les cantons de l’Est et du grand effet, l’offre de logements y est en géné- Hauts-de-Seine et dans les Yvelines.
Ouest. ral plus diversifiée, allant de l’HLM à la Parmi les 12 villes (unités urbaines) de
résidence de luxe, ce qui permet plus de 400 000 habitants en 1999,
d’accueillir toutes les catégories socia- l’éventail des revenus, mesuré par le
Des revenus plus élevés à
les et accroît donc la mixité sociale. rapport inter-déciles, est particulièrement
proximité des villes, ouvert à Paris, ainsi que, à un moindre
des disparités plus fortes degré, à Marseille et à Lille (gra-
Les grandes villes aux revenus phique 2). C’est à Nantes et à Bordeauxdans les centres
qu’il est le plus resserré.les plus faibles se situent
Au sein des aires urbaines (hormis celle au Nord et au Sud
Sourcesde Paris dont la taille est exceptionnelle),
les ménages aisés optent souvent pour Dans une vingtaine de communes de
une résidence dans une commune péri- plus de 10 000 habitants, 10 % des habi- L’Insee diffuse à partir de 2003 de nouvel-
phérique pour bénéficier de plus d’espace tants vivent dans un ménage déclarant les statistiques locales sur les revenus,
qu’il établit à partir des fichiers des déclara-et de verdure. Conséquence de ces stra- un revenu par uc inférieur à 2 000€. Ces
tions de revenus 2000 et de la taxe d’habi-tégies résidentielles, les revenus communes, où résident beaucoup de
tation, fournis par la Direction Générale des
médians au sein des aires urbaines sont ménages aux revenus les plus modes-
Impôts (DGI). Les indicateurs diffusés per-
en général plus élevés dans les commu- tes, sont situées au Nord de la France mettent de décrire le niveau et les dispari-
nes périurbaines que dans les pôles ou sur le pourtour méditerranéen. tés des revenus des ménages à travers leur
médiane et les déciles, ainsi que la compo-urbains (tableau 2). Il en est de même, En revanche, certaines communes peu-
sition du revenu. Cette source décrit plus fi-mais dans une moindre mesure, à la vent être considérées comme des îlots
nement les revenus que la source
périphérie des pôles d’emploi ruraux. de richesse, au sens où 10 % des habi-
« IRCOM » disponible jusqu’à présent, qui
L’éventail des revenus est plus ouvert tants vivent dans un ménage déclarant était basée sur le calcul d’une moyenne des
dans les pôles urbains, et plus encore un revenu par uc supérieur à 50 000 €. revenus fiscaux après abattement et par
foyer fiscal et non par ménage.
Les données étudiées ici sont actuellement Revenu déclaré par uc en 2000 selon le type de commune
disponibles pour des regroupements de
Type de Population Revenu er e Rapport
1 décile 9 décile communes correspondant à des découpa-
commune (en milliers) Médian inter-déciles
ges géographiques officiels et comptant au
Espace urbain Pôles urbains 35 708 14 447 4 646 30 598 6,6 moins 2 000 habitants au recensement de
Couronnes la population de 1999 (ce seuil est réduit à
périurbaines 9 345 14 777 6 789 27 818 4,1 50 ménages pour la médiane). Le respect
Autres communes des règles de confidentialité limite donc la
de l’espace urbain 2 912 13 493 6 082 25 166 4,1 disponibilité des résultats à ces zones géo-
Espace rural Pôles d’emploi 3 034 12 648 5 092 24 348 4,8 graphiques.
Couronnes de pôles
d’emploi 253 12 850 5 978 23 784 4,0
DéfinitionsAutres communes
de l’espace rural 7 265 11 848 5 190 22 843 4,4
France métropolitaine 58 518 13 949 5 152 28 657 5,6
Un ménage est défini comme l’ensemble
Sources : Insee-DGI-revenus fiscaux localisés 2000, Insee-recensement de la population 1999
des occupants d’un même logement. Les
« ménages fiscaux » désignés ici sont cons-
Revenu déclaré par uc en 2000 dans les unités urbaines de plus titués par le regroupement des foyers fis-
de 400 000 habitants caux répertoriés dans un même logement.
en euros Sont exclus de l’étude :
40 000 - les ménages de contribuables concernés par
e9 décile un événement de type mariage, décès ou sépa-
35 000 médiane ration au cours de l’année étudiée (2000) ;
er1 décile - les ménages constitués de personnes ne
30 000
disposant pas de leur indépendance fiscale
(essentiellement des étudiants, inclus dans25 000
le ménage de leurs parents) ;
20 000 - les contribuables vivant en collectivité.
Les « ménages fiscaux » retenus représen-
15 000 tent 95 % des ménages au sens du recen-
sement en France métropolitaine.
10 000
Le revenu déclaré aux services fiscaux,
plus simplement appelé revenu déclaré, est5 000
la somme des ressources déclarées par les
0 contribuables sur la « déclaration des reve-
nus 2000 », avant abattement. Il comprend
quatre catégories de revenus :
- les revenus salariaux (salaires, droits
Source : Insee-DGI, revenus fiscaux localisés 2000 d’auteur, avantages en nature, indemnités
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
Paris
Toulouse
Lyon
Grenoble
Bordeaux
Nantes
Strasbourg
Nice
Toulon
Marseille
Aix-en-Provence
Lille
Douai-Lens
INSEE
PREMIEREde maladie, allocations de chômage et de Couronne des pôles d’emploi de l’es- Fougère D ., L’Horty Y., Morin P., « Économie
préretraite, revenus perçus à l’étranger) ; pace rural : communes dont au moins 40 % des bas revenus », Revue Economique,
- les revenus des professions non salariées des actifs résidents travaillent dans le pôle n° 6, novembre 2002.
(revenus nets de déficits des indépendants d’emploi ou dans une autre commune de la Guillemin O., Roux V., « Le niveau de vie
comprenant les bénéfices agricoles, indus- couronne. des ménages de 1970 à 1999 », Données
triels, commerciaux et non commerciaux) ; sociales, Insee, 2002.
- les retraites (hors minimum vieillesse), Vallès V., « Organisation territoriale deBibliographie
pensions d’invalidité, pensions alimentai- l’emploi et des services », Insee première,
res (déduction faite des versées) n° 870, novembre 2002.
et rentes viagères ; Insee, « L’évolution des inégalités de revenu deCédérom « Revenus fiscaux des ménages -
- les autres revenus (essentiellement des 1970à 1996 », Synthèses, n° 28, septembre 1999.Année 2000 », Insee, 2003.
revenus du patrimoine).
Le revenu déclaré est un revenu avant
redistribution. Il ne peut pas être assimilé à
un revenu disponible, qui supposerait que
Quatre catégories de revenus
l’on ajoute les revenus sociaux non décla-
rés (minima sociaux tels que RMI et mini- Les revenus salariaux représentent 77 % en Alsace. Elle est généralement
mum vieillesse, prestations familiales, 65,7 % des revenus déclarés, les pensions plus élevée en milieu urbain qu’en zone
aides au logement) et que l’on soustraie les et retraites 22,7 % et les revenus non sa- rurale. Elle est maximale dans les couron-
impôts directs (impôt sur le revenu et taxe
lariaux, qu’ils soient agricoles, industriels, nes périurbaines, là où résident beau-
d’habitation). Le revenu déclaré ne permet
commerciaux ou non commerciaux 7,7 %. coup de couples d’actifs et où les
donc pas de tirer de conclusions complè-
Les autres revenus, essentiellement des re- ménages de retraités sont moins repré-
tes en termes de niveau de vie des ménages.
venus du patrimoine, ne représentent que sentés. Réciproquement, le poids desPour étudier le niveau du revenu,on
3,9 % du total. Mais seule une partie des pensions et retraites dépasse 30 % dansutilise la médiane du revenu déclaré par
revenus du patrimoine figure sur les dé- les zones rurales en raison de la plusunité de consommation (uc), qui partage les
personnes en deux groupes : la moitié des clarations fiscales. grande proportion de personnes âgées appartiennent à un ménage qui La répartition des revenus par grandes qui y habitent. Mais il peut également at-
déclare un revenu par uc inférieur à cette va- catégories diffère selon les régions et les teindre voire dépasser cette proportion
leur et l’autre moitié un revenu par uc supé- types de commune, en fonction de leur com- dans certaines villes accueillant de nom-
rieur.
position socio-démographique. breux retraités, souvent aisés, principale-
Pour mesurer la dispersion du revenu,
La part des revenus d’activité, salariaux ment le long des côtes et dans les régions
on utilise le rapport inter-déciles du
ou non, atteint 79 % en Île-de-France, du Sud.
déclaré par unité de consommation (uc),
qui établit le rapport entre les « hauts reve-
nus » et les « bas revenus ».
Le seuil des « bas revenus » correspond à
er
la limite du 1 décile : 10 % des personnes
Une autre approche des revenus régionaux :
appartiennent à un ménage qui déclare un
les revenus disponibles bruts des régionsrevenu par uc inférieur à cette valeur.
Le seuil des « hauts revenus » correspond à
e
la limite du 9 décile : 10 % des personnes
L’Insee calcule un revenu disponible brut Par rapport au revenu fiscal déclaré, la
appartiennent à un ménage qui déclare un
des ménages conforme aux concepts de prise en compte des transferts sociaux et
revenu par uc supérieur à cette valeur.
la comptabilité nationale uniquement au fiscaux dans ce revenu disponible conduitLa typologie des communes a été conçue à
niveau des régions ; les données existan- à un léger resserrement de l’éventail entrepartir d’une analyse des déplacements
tes ne permettent pas pour le moment de les régions, plus marqué pour les dispari-domicile-travail recensés en 1999.
Pôle urbain : unité urbaine qui offre 5 000 réaliser ce calcul à un niveau géogra- tés entre régions de province que pour la
emplois ou plus et n’appartient pas à la cou- phique plus fin. différence Île-de-France - province.
ronne périurbaine d’un autre pôle urbain En termes de revenu disponible par habi- Dans leurs grandes lignes, les positions
Couronne périurbaine : ensemble des tant, l’écart entre les régions de province relatives des régions restent assez sem-
communes dont au moins 40 % de la popu-
extrêmes est d’environ 20 % ; sur une blables selon les deux indicateurs. De fa-
lation résidente ayant un emploi travaille
base 100 (France de province) cet indica- çon plus détaillée, quelques modifications
dans le pôle urbain ou dans des communes
teur varie de 85 pour le Nord - Pas-de-Ca- apparaissent : la Corse a par exemple un
attirées par celui-ci.
lais à 106 pour la Bourgogne ou l’Alsace. revenu disponible par habitant supérieur àAire urbaine : ensemble constitué par le
L’Île-de-France est nettement au-dessus celui du Nord - Pas-de-Calais, alors que lepôle urbain et sa couronne périurbaine.
de la France de province, avec un indica- revenu déclaré médian par personne estPôle d’emploi de l’espace rural : commu-
ne rurale qui regroupe entre 1 500 et 5 000 teur qui approche de 130. un peu inférieur.
emplois.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2003 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : C.Kohler
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP03900
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2003
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.