La communauté d'agglomération de Quimper (Flash d'Octant n° 95)

Publié par

En 1999, la communauté d'agglomération de Quimper regroupe sept communes et 83 000 habitants . La population y est relativement jeune mais n'échappe pas au vieillissement constaté dans toutes les agglomérations bretonnes. Avec 43 200 emplois, en progression de 9 % par rapport à 1990, Quimper Communauté est le principal pôle d'emplois cornouaillais ; le taux d'activité des femmes y est très élevé. Entre 1990 et 1999, l'emploi salarié a augmenté de 13 % ; le secteur tertiaire avec l'administration et les services aux entreprises a un poids important dans cette progression. Si la quasi-totalité de l'habitat est pavillonnaire, le collectif privé ou social existe cependant, mais essentiellement dans la ville de Quimper. La population diffère d'un quartier à l'autre, en termes de mobilité résidentielle, de composition familiale, de stabilité professionnelle et de précarité de l'emploi.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 79
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Numéro 95 - Février 2004Territoires
La communauté d’agglomération de Quimper
En 1999, la communauté d'agglomération de Quimper regroupe sept
communes et 83 000 habitants. La population y est relativement jeune
Plogonnec mais n'échappe pas au vieillissement constaté dans toutes les
agglomérations bretonnes. Avec 43 200 emplois, en progression de 9 %
par rapport à 1990, Quimper Communauté est le principal pôleGuengat
d'emplois cornouaillais ; le taux d'activité des femmes
y est très élevé.
Plonéis Entre 1990 et 1999, l'emploi salarié a augmentéErgué-Gabéric
de 13 % ; le secteur tertiaire avec l'administrationQuimper
et les services aux entreprises a un poids important
Pluguffan dans cette progression. Si la quasi-totalité de l'habitat
est pavillonnaire, le collectif privé ou social existe
cependant, mais essentiellement dans la ville de Quimper.
Plomelin
La population diffère d'un quartier à l'autre, en termes de mobilité
résidentielle, de composition familiale, de stabilité professionnelle
et de précarité de l'emploi.
es sept communes de Évolution de la population (indice 100 en 1901)
Quimper Communauté
250Lcomptaient 83 000
habitants en 1999, soit 3 800
de plus qu'en 1990. Chaque 200
année en moyenne, la commu-
nauté d'agglomération recen-
150sait ainsi 420 habitants supplé- Quimper Communauté
mentaires. Ce dynamisme Finistère
démographique a contribué 100
pour 28 % à l'augmentation du
nombre d'habitants dans le
50Finistère, et pour les deux tiers
à celle du Pays de Cornouaille.
Cette croissance démogra-
Source : Insee, Recensements de la population
1901
1906
1911
1921
1926
1931
1936
1946
1954
1962
1968
1975
1982
1990
1999
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH9564 - PRIX : 2,20€phique est due à la fois à un 1990 et 1999, dans les mêmes dant diminué de 11 % pendantLes familles
excédent naturel et à l'attrait proportions que dans le la période intercensitaire et plusmonoparentales
migratoire de l'agglomération. département. Ce vieillissement particulièrement les couples
en forte croissance
Entre 1990 et 1999, on a se traduit par une augmentation avec au moins deux enfants.
dénombré 8 699 naissances et du nombre des plus de 60 ans : Dans le même temps, le
La famille évolue, la cellule6 594 décès, soit 2 105 person- ils étaient 16 900 en 1999, soit nombre de familles mono-
nes supplémentaires. Dans le 2 000 de plus environ qu'en familiale est de plus en plus parentales a progressé de 30 % ;
réduite. Les couples avecmême temps, le solde migra- 1990. A l'inverse, le nombre de en 1999, 14 % des familles sont
toire s'est élevé à 1 680 jeunes de moins de 20 ans a enfants restent le mode de monoparentales. Plus de 18 %
personnes, essentiellement diminué (- 1 150) pour attein- cohabitation le plus fréquent : des Quimpérois âgés de moins
ils représentent 58 % desconstitué de familles d'actifs, dre 20 200 personnes. de 16 ans vivent avec un parent
traduction d'une vitalité écono- Toutes les communes sont con- couples. Leur nombre a cepen- isolé, 8 % dans les autres
mique. cernées par le vieillissement et
Cette croissance démographi- plus particulièrement Ergué- Les tranches d’âge dans la communauté d’agglomération
de Quimperque reste cependant inférieure à Gabéric, Plomelin et Pluguffan.
celle des années 80 et prolonge La population de ces commu- 1990 1999
ainsi une tendance amorcée nes a en effet fortement aug- Nombre % Nombre %
dans les années 70. L'évolution menté (entre 40 et 45 %) dans
0 à 14 ans 14 946 18,9 14 079 17,0annuelle moyenne de la popu- les années 70.
15 à 29 ans 22,9 21,318 079 17 718lation de Quimper Commu-
30 à 44 ans 19 148 24,2 18 669 22,5
nauté est passée de 1,07 %
45 à 59 ans 12 050 15,2 15 675 18,9Davantageentre 1975 et 1982 à 0,52 % 9 63660 à 74 ans 12,2 10 883 13,1
entre 1990 et 1999. de petits ménages 5 142 6,5 5 894 7,175 à 94 ans
Les trois quarts de la population 65 0,1 96 0,195 ans et plus
En 1999, les deux tiers desde la communauté d'agglo-
Ensemble 79 066 100,0 83 014 100,0
mération sont concentrés dans ménages de Quimper Commu-
Âge moyen 36,7 ans 38,6 ansla commune de Quimper. Ce nauté comptent une ou deux
poids prépondérant de la ville- personnes. Leur proportion a
Source : Insee, Recensement de la population 1999
centre masque des disparités nettement progressé au détri-
communautaires importantes. ment des ménages plus grands. Taille des ménages dans Quimper Communauté
Ainsi le nombre d'habitants n'a Les personnes seules représen-
40
progressé, au cours de la tent 38 % des ménages, soit 7
1990
dernière décennie, que dans les points de plus qu'en 1990. C'est 35
1999trois communes les plus d'abord la conséquence du
30importantes : Plomelin, Ergué- vieillissement de la population
Gabéric et Quimper. Si chaque qui accroît la proportion des
25
%commune a enregistré un solde personnes âgées, mais c'est
naturel positif, seules Ergué- aussi l'augmentation du 20
nombre de personnes de tousGabéric et Quimper ont connu
15plus d'arrivées que de départs. âges qui vivent seules pour des
raisons diverses : évolution des 10
comportements, divorces,
Vieillissement comparable 5allongement de la durée des
études.au département
0
51 23 4 6
ou plusLa population de l'agglomé- Nombre de personnes par ménage
ration quimpéroise est plus
Source : Insee, Recensement de la population 1999
jeune que la moyenne départe-
mentale : 38,6 ans contre 40,4
Variation annuelle de la population entre 1990 et 1999
ans dans le Finistère. En tant que
pôle urbain et pôle d'emplois,
0,8
la communauté d'agglomé-
ration attire plutôt des actifs 0,6
PluguffanPloneissoucieux d'habiter à proximité
0,4
de leur lieu de travail. Parmi les Plomelin
83 000 habitants, 48,4 % ont 0,2 PlogonnecGuenguat
entre 25 et 60 ans, soit 3 points
0,0
de plus que dans le Finistère. Ergué-Gabéric Quimper%
Les résidents âgés de plus de 60 - 0,2
ans sont quant à eux moins
- 0,4
nombreux : un résident de
l'agglomération sur cinq a - 0,6
atteint la soixantaine, contre un
variation de la population- 0,8
sur quatre dans le Finistère.
due au mouvement naturel
- 1,0Comme ailleurs la population
due au mouvement migratoire
de Quimper Communauté
- 1,2
vieillit. La moyenne d'âge a
Source : Insee, Recensement de la population 1999augmenté de deux années entre
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 95 - Février 20042communes de l'agglomération. ne un fort taux d'activité dans de 40-55 ans étaient sur le sur le territoire de Quimper
Quimper se démarque nette- les communes environnantes. marché de l'emploi, soit 8 Communauté, soit une aug-
ment des autres communes de Le taux d'activité des 20-59 ans points de plus qu'en 1990. Le mentation de 9 % par rapport à
la communauté d'agglomé- sur l'agglomération quimpé- taux d'activité des hommes de 1990 et 405 emplois supplé-
ration. Plus de 40 % des roise reste ainsi supérieur de 2,5 cette même tranche d'âges reste mentaires chaque année en
ménages quimpérois ne sont points à la moyenne finisté- stable à 96 %. moyenne.
composés que d'une seule rienne (82,5 %). Cet écart est Le recul de l'entrée des jeunes Cette croissance de l'emploi
personne : un Quimpérois sur particulièrement marqué chez dans la vie active se poursuit. concerne essentiellement les
cinq vit seul. Ces personnes les femmes : près de 80 % des Ainsi, 47 % des 20-24 ans salariés. Leur nombre a
seules ne représentent que femmes de l'agglomération de étaient actifs en 1999, contre progressé de 13 % alors que
19 % des ménages dans les 20-59 ans sont actives, contre 59 % en 1990. Cette chute du dans le même temps, les
taux d'activité est particu-autres communes. Les couples 74 % dans le Finistère. Ceci est emplois non salariés ont chuté
avec enfants sont également à mettre en relation avec le lièrement marquée chez les de 17 % (- 771 emplois). Le
moins nombreux : ils repré- nombre important de femmes femmes : - 14 points entre les commerce qui reste un secteur
sentent 41 % des familles seules, ayant souvent un enfant deux recensements, soit 43 % d'activité important à Quimper
quimpéroises, soit 10 points de à charge et la nécessité de en 1999. La moitié des hommes (6 000 emplois) compte de plus
moins que dans le reste de la trouver un emploi. De plus le âgés entre 20 et 24 ans en plus de franchisés au
communauté d'agglomération. marché du travail favorise cette occupent ou recherchent un détriment des indépendants, ce
Cette structure réduite des féminisation de l'activité. emploi, ils étaient 61 % en qui explique en partie cette
familles et des ménages L'administration et l'industrie 1990. régression. En 1999, neuf
quimpérois constitue un agroalimentaire, deux secteurs emplois sur dix sont des
phénomène urbain comme majeurs de l'agglomération, salariés.
400 emploisdans les autres pôles urbains emploient en effet tradition- Quimper concentre 87 % des
bretons. nellement beaucoup de emplois de l'agglomération.supplémentaires
femmes. Ville préfecture du Finistère, lachaque année
Ce taux d'activité progresse, ville-centre compte plus de
depuis 1990Huit femmes mais dans une moindre mesure 5 000 emplois issus de l'admi-
que dans le reste du Finistère. Dans les années 90, le nistration publique. Le secteursur dix sont actives
Cette croissance s'est principa- tertiaire représente l'essentieldynamisme démographique
Quimper est un pôle d'emploi lement focalisée sur les femmes s'est accompagné d'un dyna- de l'emploi, 33 200 sur les
important du Finistère et cette de plus de 40 ans : au dernier misme économique. En 1999, 43 200 de l'agglomération et
concentration d'emplois entraî- recensement, 86 % des femmes 43 175 emplois étaient recensés ses effectifs ont progressé
d'environ 11 % entre 1990 et
1999. Les services à la personnePopulation des ménages selon le mode de cohabitation
- éducation, action sociale,
1990 1999
santé et services aux particuliersÉvolution
Nombre Nombre 1990-1999 (%) (13 000 emplois) - et les servi-%%
de personnes de personnes
ces aux entreprises (5 000
Ensemble 76 824 100,0 80 739 100,0 5,1
emplois) impulsent cette dyna-
Ménages d’une personne 9 532 12,4 13 552 16,8 42,2 mique avec respectivement
Homme seul 3 256 4,2 5 336 6,6 63,9 20 % d'augmentation pour les
8 216 30,9Femme seule 6 276 8,2 10,2 premiers et 31 % pour les
seconds.
Familles 65 057 - 0,165 128 84,8 80,6
Le dynamisme économique
Familles monoparentales 6 068 7,9 7 712 9,6 27,1
s'appuie également sur l'indus-
Homme seul et enfant(s) 2 160 2,8 2 954 3,7 36,8
trie agroalimentaire. Ce secteur
Femme seule avec enfant(s) 3 908 5,1 4 758 5,9 21,8
génère 16 % des emplois de laCouples avec enfants 45 148 58,8 40 957 50,7 - 9,3
communauté d'agglomérationCouples sans enfant 16 388 17,813 912 18,1 20,3
(2 220 emplois) et il a connu
Hors famille dans un ménage une croissance de plus de 30 %- 1,62 164 2,8 2 130 2,6de plus d’une personne
entre 1990 et 1999.
Source : Insee, Recensement de la population 1999
L’emploi dans la communauté d’agglomération de Quimper en 1999
AutresPopulation Taux d’activité en % ÉlèvesPopulation inactifs
étudiantsactive totale Retraités et personnesHommes Femmes de 15 ansTotale Active occupée de moins20 - 59 ans 20 - 59 ans et plus
de 15 ans
Ergué - Gabéric 6 929 3 465 89,5 82,1 3 217 1 019 715 1 730
Guengat 1 476 753 90,9 81,1 682 248 103 372
2 815 1 342 89,6 81,5 1 249 568 188 717Plogonnec
3 945 1 908 89,4 79,7 1 766 632 388 1 017Plomelin
332Plonéis 1 416 672 90,1 80,7 616 248 164
Pluguffan 3 159 1 556 87,9 82,0 1 447 516 317 770
Quimper 15 20163 274 29 207 85,5 78,0 25 401 11 844 7 022
Quimper Communauté 20 13983 014 38 903 86,5 78,8 34 378 15 075 8 897
Source : Insee, Recensement de la population 1999
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 95 - Février 200432
1
2
9
5
4
)
Population qui réside en 1999 dans le même logement qu’en 1990une commune de l'agglomé-Davantage
ration quimpéroise.de navettes
domicile-travail
La notion de proximité entre Tertiarisation
lieu de travail et lieu de de l'emploi,
résidence évolue. Elle fait cadres plus nombreux
moins référence à la distance
qu'au temps de parcours. La tertiarisation de l'emploi
L'amélioration des voies de constatée entre les deux
derniers recensements modifiecommunication ces vingt
dernières années dans le le paysage social de l'agglo-
Finistère, et notamment les mération. Ainsi, le nombre de
cadres ou professions intellec-dessertes de Quimper, ont
rapproché les communes tuelles supérieures augmente
autour de la ville-centre et de 15 % (+ 600 emplois) tandis
Part en %favorisé le développement des que les professions intermé-
migrations alternantes. La diaires progressent de 24 % 24 - 40
population active et le nombre (+ 900 emplois). Après la forte 41 - 50
d'emplois ont augmenté durant restructuration qu'a connue 51 - 60
cette période, les flux se sont leur secteur, les agriculteurs
61 - 70
sont moins nombreux en 1999.donc multipliés. Le nombre
© IGN - Insee 2004d'actifs sortants (allant travailler Le BTP ainsi que l'agro-
Source : Insee, Recensement de la population 1999hors de Quimper Communauté) alimentaire, une des forces de
l'économie cornouaillaise,a progressé de 63 % et celui des
actifs entrants de 45 %. continuent de recruter (main-
L'essentiel de l'emploi de d'œuvre essentiellement ou-
vrière) d'où l'augmentationl'agglomération se concentre à Les migrations domicile - travail en 1999
Quimper. La moitié des emplois sensible du nombre d'ouvriers,
Évolution de l’emploi occupésur la ville-centre sont occupés contrairement à la tendance
par des actifs résidants :
constatée en Bretagne.par des Quimpérois. Ainsi en diminution-
- stablechaque jour près de 20 000 Enfin, le vieillissement de la
Taux de croissancepersonnes se rendent à population a entraîné comme
de flux entre 1990 et 1999
Quimper pour y travailler. Ces ailleurs un accroissement du
migrations alternantes sont nombre de retraités. En 1999,
particulièrement importantes Quimper Communauté compte Flux
avec le Pays fouesnantais et le près de 15 000 retraités, chiffre
Pays Glazik : 40 % des actifs de en hausse de 22 % par rapport à
1990. C'est la catégorie socialecette première communauté de
HORS
communes et le tiers des actifs la plus représentée. COMMUNAUTÉ
Autresde la seconde travaillent dans D’AGGLOMÉRATION
communes DE QUIMPER
de
Quimper
communauté
UNE TYPOLOGIE DES TERRITOIRES
DE QUIMPER COMMUNAUTE
construits sont collectifs.Habitat essentiellement
La proportion de pavillons estpavillonnaire
très variable d'un quartier à QUIMPER
La quasi totalité des logements l'autre. Il existe néanmoins un Source : Insee, Recensement de la population 1999
des communes de l'agglomé- gradient progressif du centre-
ration sont des maisons ville vers la périphérie : plus on
individuelles, sauf à Quimper s'éloigne du centre-ville de
où cette proportion n'est que Quimper, plus la proportion de au profit des plus de 60 ans (+ 3 tiers : moins de 40 % des
d'un logement sur deux. La logements individuels est points). Les trois quarts des habitants des communes
proportion de logements importante. Quelques excep- ménages des quartiers pavillon- périphériques n'habitaient pas
individuels tend à décroître à tions demeurent comme naires sont propriétaires de leur le même logement en 1990,
Quimper au profit des loge- Kermoysan où 92 % des logement, contre 59 % en contre plus de 48 % dans la
ments situés en immeubles logements sont en immeubles. moyenne dans l'agglomération. ville de Quimper. En effet, le
Cette proportion dépasse les rythme de construction àcollectifs. Le rythme de La population de Quimper
construction des logements Communauté vit à 62 % en 80 % dans les communes de Quimper reste assez élevé et le
collectifs s'est en effet accéléré pavillon. La part des moins de l'agglomération hors Quimper. marché locatif y est plus
Ainsi, la stabilité résidentielle important qu'ailleurs.dans les années 90. Entre 1990 25 ans qui résident dans ce type
et 1999, 60 % des logements d'habitat a diminué de 4 points est importante dans ces quar-
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 95 - Février 20044
2
%
)
%
)
)
%
0
%
0
9
0
3
4
8
(
+
(+
6
3
(
1
+
06
14 5
3
1
1
(
)
5
%)
2
3
+
9
%
(
-
3
4
7
671
5
9
,
0
(
+
1
-
(
-
0
(
1
5
4
7
3
8
1
06
%
4
%
)
)de la seule population quim- Une des principales caractéris-Quelques quartiers Collectif privé
péroise. tiques de ces quartiers à habitatà habitat social dense au centre-ville
Ce sont des quartiers essen- social dense est la moyenne
de Quimper
tiellement locatifs : seul un d'âge, plus faible qu'ailleurs.
Quatre quartiers quimpérois ménage sur quatre est proprié- Dans ces quartiers, l'âge moyen
comptent une majorité de taire contre presque six sur dix reste inférieur à 30 ans, alors L'habitat collectif privé est
logements sociaux : la Zus dans l'agglomération. Ces qu'il dépasse 38 ans dans dominant en centre-ville de
(zone urbaine sensible regrou- quartiers se distinguent par une l'agglomération. Les moins de Quimper ainsi que dans deux
pant les trois quartiers suivants : mobilité résidentielle plus 25 ans représentent 37 % de la autres quartiers quimpérois :
rue de Vendée/boulevard de importante, qui correspond population, soit 6 points de plus Braden Saint-Laurent et
Bretagne, place d'Ecosse/rue du plutôt à des mouvements à que sur l'ensemble de Quimper Kernoter. Ces quartiers abritent
Limousin et Kermoysan) ainsi l'intérieur de la commune : plus Communauté. A l'opposé, les 13 536 habitants, soit 21 % de
que le Braden Croas ar Plouz. de la moitié des personnes qui plus de 60 ans sont moins la population quimpéroise et
Près de 7 200 habitants y ont emménagé dans ces représentés. 16 % de la population de
résidaient en mars 1999, soit quartiers pendant la décennie Ces quartiers à habitat social Quimper Communauté.
8,5 % de la population de vivaient déjà à Quimper en dense sont des quartiers Dans ces quartiers, six loge-
Quimper Communauté et 10 % 1990. familiaux qui comprennent peu ments sur dix sont occupés par
de couples sans enfants (29 % : une personne seule et 83 % par
13 points de moins qu'en deux personnes maximum,
moyenne) mais plus de familles contre 62 % en moyenne à
monoparentales. Ces dernières, Quimper Communauté. MoinsType de logement dominant selon le territoire
prioritaires pour l'attribution de présentes, les familles sont
logements sociaux, représen- surtout des couples sans enfant
tent le tiers des familles, contre (45 %) et des familles mono-
14 % en moyenne dans l'agglo- parentales (19 %, soit 5 points
mération. Le Braden Croas ar de plus que dans l'agglomé-
Plouz se distingue avec une ration).
présence moins marquée de Seulement 35 % des ménages
familles monoparentales (25 % sont propriétaires de leur
des familles contre 49 % Place logement. Ces quartiers sont
d'Ecosse). essentiellement des de
Les actifs de ces quartiers sont transition et sont des zones de
plus souvent qu'ailleurs en prédilection pour les nouveaux
situation de précarité. Le Quimpérois : sept habitants sur
contrat à durée indéterminée dix ont emménagé dans leur
(CDI) reste la norme, 55 % des logement entre 1990 et 1999 et
actifs sont dans ce cas ; toutefois près des deux tiers viennent
21 % occupent un emploi en d'une autre commune (alors
contrat à durée déterminée qu'en général, la moitié des
Type de logement
(CDD) ou sont intérimaires, soit nouveaux arrivants seulement
9 points de plus qu'en moyenne proviennent d'une autre com-Habitat individuel
à Quimper Communauté. A mune).
Habitat social dense
l'inverse, les non-salariés y sont La taille et la qualité des
Habitat collectif privé nettement moins représentés : logements de ces quartiers
Habitat mixte 3 % de la population active, la locatifs sont variées. Un
© IGN - Insee 2004
moyenne étant à 11 %. nombre important de petits
Source : Insee, Recensement de la population 1999 logements, bon marché,
côtoient nombre de logements
de haut standing, faisant
cohabiter deux populations
différentes, particulièrementL’emploi dans la communauté d’agglomération de Quimper
dans les quartiers historiques de
Emploi Évolution 1990-1999 la ville. D'une part uneQuimper communauté
1990 1999 Nombre % population jeune, occupant
Agriculture, sylviculture 1 096 888 - 208 - 19 souvent un premier emploi ou
6 248 6 768 520 8 en situation de précarité (enIndustrie - Énergie
1 696 2 219 523 CDD, intérimaire, apprenti… ),dont Industries agricoles et alimentaires 31
ainsi que de nombreuxIndustrie des biens d’équipement 1 712 1 549 - 163 - 10
étudiants et d'autre part, desConstruction 2 308 2 313 5 0
non-salariés et des cadres29 880 33 206 3 326 11Tertiaire
supérieurs.dont Commerce 6 116 6 072 - 44 - 1
Services aux entreprises 3 856 5 062 1 206 31
Éducation, santé, action sociale Et aussi8 260 10 226 1 966 24
Administration 5 116 5 878 762 15 un habitat mixte
Ensemble 39 532 43 175 3 643 9 Quatre quartiers quimpérois
Source : Insee, Recensement de la population 1999 ont un parc immobilier mixte,
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 95 - Février 20045Composition des familles en 1999avec quasiment autant de
maisons individuelles que de
100
logements collectifs (publics et
90privés). 16 700 Quimpérois y
80résident, soit 1 700 habitants de
plus qu'en 1990 (+ 19,2 %). De 70
nombreux programmes immo- 60
biliers ont étoffé l'offre de % 50
logements dans ces quartiers.
40
Penvillerc'h a connu au cours
30
de la décennie 90 un rythme de
20construction important : sa
10population, essentiellement des
familles d'actifs ayant un 0
Habitat Habitat Habitat Habitat Quimper Quimperemploi avec enfants, y a pro- collectif privé individuel social dense mixte communauté
gressé de 47 %. Le parc immo- monoparentale couple couple couple couple couple
avec 4 enfants avec 3 enfants avec 2 enfants avec 1 enfant sans enfantbilier des trois autres quartiers
datent en grande partie des
Source : Insee, Recensement de la population 1999
années 50. De vastes opérations
de rénovation ont amélioré la
qualité des logements, favo-
risant la croissance démo-
Les zonages infracommunaux à l’Inseegraphique.
Le profil de la population reste
très proche de la moyenne de
l'agglomération, entre celui des - L’ÎLOT est la cellule élémentaire de collecte - L’IRIS2000 est un regroupement d’îlots
de l’information du recensement de la entiers, effectué principalement suivant lesquartiers pavillonnaires et celui
population et d’agrégation des données caractéristiques de l’habitat (collectif oudes quartiers à habitat collectif
statistiques. Il est constitué d’un pâté de individuel, ancien ou récent, par exemple) et
dense. Quartier plus récent, maisons, dont les contours sont clairement de l’utilisation du bâti (résidentiel ou profes-
Penvillerc'h se démarque identifiés par des voies, sa taille peut varier de sionnel). Il constitue la “ brique de base ” de la
quelques logements à plusieurs centaines de diffusion des données du recensement, pourtoutefois par une population
logements. tous les publics utilisateurs (privés ou publics).sensiblement plus jeune et plus
active.
Les communes et les quartiers de la typologie
Habitat social denseHabitat individuel
Quimper : Braden/ Croas Ar Plouz, Place d’Écosse/ Rue duGuengat
Limousin, Kermoisan, Rue de Vendée/ Bd de BretagnePlonéis
Plogonnec
Habitat collectif privéErgué-Gabéric
Pluguffan
Plomelin Quimper : Quimper Centre, Providence/ Saint-Mathieu, Gare/
Quimper : La Forêt/Cuzon, Kermoguer/ Kerroue, Kervir/ Rozolen, Coteau du Frugy, Braden/ Saint-Laurent, Coz Maner/ Kernoter,
La Tourelle/Kergoat Al Lez, L’Eau Blanche/Kerlaéron, Rosmadec/ Kergos
Kervillou/Quistinidal, Kerambellec/Ty Bos / Bourdonnel,
Habitat mixteLocmaria/Creac’h Cadic, Paludec Kervilien/Kerlagatu,
Penhars/ Kergestin, Prat Ar Rouz/Terre Noire,
Cosquer/Kermabeuzen, Coat Ty Dreux/Moulin Vert, Quimper : Guerlac’h/ Pen Ar Run, Penvillerc’h/ Métairie Neuve,
Nord Kerfeunteun/Penhars, Sud Ergué Armel Frugy/ Pen Ar Stang, Cap Horn/ Penanguer/ Merdy
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement :
Composition : Éric MONTEILBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :er
© INSEE 2004 Dépôt légal : 1 trimestre 2004
Stéphane TROPRÈS, de Quimper CommunautéImprimerie : Média Graphic - Rennes
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 95 - Février 20046

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.