La communauté d'agglomération du pays de Lorient (Cap l'Orient) (Flash d'Octant n° 82)

De
Publié par

Avec 181 000 habitants et 19 communes, la communauté d'agglomération du pays de Lorient est la troisième agglomération de Bretagne, et le principal pôle démographique et économique du Morbihan. Comme ailleurs, la taille moyenne des ménages a diminué au cours de la décennie, le nombre de personnes seules s'est fortement accru et l'âge moyen des habitants a augmenté pour se situer au niveau de la moyenne d'âge départementale. Des spécificités sociales, fortement liées au type d'habitat se dégagent selon les quartiers malgré un certain brassage sur l'ensemble du territoire. Ainsi, quatre groupes de quartiers peuvent être mis en évidence selon que l'habitat est individuel, social dense, collectif privé ou mixte. La composition de ces territoires illustre en particulier le rôle social joué par le parc HLM.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 54
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Numéro 82 - Mars 2003Territoires
La communauté d’agglomération du pays de Lorient
(Cap l’Orient)
Avec 181 000 habitants et 19 communes, la communauté
d’agglomération du pays de Lorient est la troisième
Cléguer agglomération de Bretagne, et le principal pôle
Inzinzac-Lochrist
Pont-Scorff démographique et économique du Morbihan.
Languidic Comme ailleurs, la taille moyenne des ménages
Gestel Caudan Hennebont a diminué au cours de la décennie, le nombre
Guidel
BrandérionQuéven de personnes seules s'est fortement accru et l'âge
Lanester moyen des habitants a augmenté pour se situer
Lorient au niveau de la moyenne d'âge départementale.
Plœmeur
Des spécificités sociales, fortement liées au type d'habitatLocmiquélicLarmor-
RiantecPlage se dégagent selon les quartiers malgré un certain brassage
Port-Louis
sur l'ensemble du territoire. Ainsi, quatre groupes de quartiers
Gâvres
peuvent être mis en évidence selon que l'habitat est individuel,
social dense, collectif privé ou mixte. La composition de ces
Groix
territoires illustre en particulier le rôle social joué par le parc HLM.
es 19 communes qui Évolution de la population (indice 100 en 1946)L forment la communauté
d’agglomération du pays de 240
Lorient (”Cap l’Orient”)
220
regroupaient 181 000 habitants Communauté d’agglomération de Lorient
200en mars 1999, dont le tiers dans
la commune de Lorient (59 200 180
habitants). Trois autres villes de
160l’agglomération dépassaient
10 000 habitants en 1999 : 140
Lanester (21 900 habitants), Morbihan
120
Ploemeur (18 300) et
Hennebont (13 400 ). 100
80
La croissance de la population a
60été faible au cours des années 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
1990 : la population a augmenté
de 1 500 personnes en 9 ans, Note : la forte croissance de population de l’après guerre s’explique par
soit une croissance annuelle la reconstruction et le retour des habitants qui avaient fui la ville bombardée.
moyenne de + 0,1 %, qui
Source : Insee - Recensements de la populationcontraste avec la croissance
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH8264 - PRIX : 2,20€relativement régulière (entre 0,6 Répartition de la population selon l’âge
et 1 % par an en moyenne) que Communauté d’agglomération de Lorient Morbihan
connaissait l’agglomération Nombre % Nombre %
depuis les années soixante. C’est
0 à 4 ans 8 594 4,7 31 032 4,8le déficit migratoire qui est à
22 838 12,6 80 206 12,55 à 14 ansl’origine de cette diminution de la
23 522 13,0 80 255 12,515 à 24 anscroissance démographique.
36 366 20,1 129 778 20,125 à 39 ansLorient fait partie des rares
40 à 49 ans 27 116 15,0 92 916 14,4
agglomérations du grand ouest,
21 097 11,7 71 322 11,150 à 59 ansavec Cherbourg en Basse-
26 994 14,9 103 698 16,160 à 74 ans
Normandie et Angoulême en
75 ans et plus 14 461 8,0 54 888 8,5
Poitou-Charentes, à n’avoir pas
Ensemble de la population 180 988 100,0 644 095 100,0
profité, au cours de la décennie,
Source : Insee, Recensement de la population 1999
d’un excédent migratoire
important. Ceci s’explique
surtout par deux évènements qui au détriment des familles
Et depuis 1999 ?ont affecté les activités nombreuses. Les personnes
traditionnelles de la ville de seules représentent désormais A Lorient comme ailleurs, la création d'emplois s'est fortement
Lorient : la fermeture de la base de 15 % de la population (4 points accélérée après 1999. Le recensement de la population est la seule
sous-marins, entraînant le départ de plus qu’en 1990), et occupent source permettant de disposer de données sur l'évolution de l'emploi à
de plusieurs centaines de plus d’un logement sur trois. Il tous les niveaux géographiques, c'est pourquoi nous ne disposons pas
militaires avec leurs familles, et la du nombre précis d'emplois supplémentaires créés sur l'agglomérations’agit d’abord d’une conséquence
diminution des effectifs de la depuis 1999. On dispose cependant de l'évolution du nombrede l’augmentation du nombre de
Direction des constructions d'emplois salariés au niveau du Pays, ce qui fournit une bonnepersonnes âgées, mais aussi
navales (DCN). approximation du résultat de l'agglomération : plus de 93 % desd’une augmentation du nombre
emplois du Pays de Lorient sont en effet situés dans la communautéde personnes de tout âge qui
d'agglomération.vivent seules pour des raisonsDavantage de personnes Au 31 décembre 2001, le Pays de Lorient comptait environ 71 000diverses : évolution desâgées, notamment emplois salariés. En 3 ans, de 1998 à 2001, près de 4 000 emplois
comportements, divorces,
dans les communes littorales salariés supplémentaires ont été créés dans le Pays, bien plus qu'au
allongement de la durée des cours des 9 années précédentes. Simultanément, le chômage diminuait
études. La famille évolue : les sensiblement : on comptait, au 31 décembre 2002, 8 000 demandeursAvec un âge moyen de 39,7 ans,
couples avec enfant(s) restent le d'emplois de catégorie 1 dans l'agglomération, 3 300 de moins qu'enla population de l’agglomération
mode de cohabitation le plus fin 1998. La diminution (- 29 %) est plus rapide que celle constatée ause situe dans la moyenne
fréquent (ils représentent 52 % de niveau régional (- 24 %).départementale. L’agglomération
la population), mais leur nombre
de Lorient est, comme les autres,
diminue (- 12 % en neuf ans),
concernée par le vieillissement Taille des ménages dans la communauté d’agglomération de Lorient
pendant que le nombre de
moyen de la population : au cours 40familles monoparentales et de
1990 1999de la décennie 90, la moyenne
couples sans enfant augmente 35d’âge a augmenté de 3 ans. Le
(respectivement + 10 % et
nombre de jeunes de moins de 20
30+19%).
ans a diminué de 11,5 % en 9 ans.
Ils sont un peu plus de 44 200 et 25
représentent 24,5 % de la Une évolution
% 20population. Simultanément, le moins favorable de l’emploi,
nombre de personnes de plus de 15expliquée par les départs60 ans a augmenté de 7 000 pour
de militaires et 10atteindre 41 400, soit 23 % de la
la restructuration de la DCNpopulation. Toutes les communes
5
sont confrontées à ce vieillisse-
ment, mais celui-ci est plus 0L’agglomération de Lorient est le
12 34 5 et +accentué dans des communes principal pôle du département
proche du littoral (Gâvres, Source : Insee - Recensements de la population
Larmor-Plage, Plœmeur) en
raison de l’arrivée de nombreux
Population des ménages selon le mode de cohabitation
retraités : + 5 ans en moyenne au dans la communauté d’agglomération de Lorient
cours de la décennie. 1999 Variation
1999/1990 (%)Nombre %
Ménages d'une personne 26 454 14,8 37,8La taille des ménages
51,4Homme seul 10 244 5,7diminue
30,5Femme seule 16 210 9,1
147 333 82,6 - 3,6Familles
En 1999, les deux tiers des Familles monoparentales 9,816 508 9,3
résidences principales sont homme seul et enfant(s) 6 467 3,6 14,6
occupées par des « ménages » (au 6,9femme seule et enfant(s) 10 041 5,6
sens statistique du terme) de petite Couples avec enfants - 12,592 261 51,7
taille (une ou deux personnes). Couples sans enfant 21,6 19,138 564
Comme ailleurs, leur nombre et Hors famille, ménage de plus d'une personne 7,54 626 2,6
leur proportion ont nettement Ensemble des personnes vivant dans un logement ordinaire 178 413 100,0 1,2
progressé au cours de la décennie, Source : Insee, Recensements de la population
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 82 - Mars 20032tant d’un point de vue démo- Saint-Brieuc (- 600 emplois Proportion de chômeurs parmi les actifs (en emploi ou au chômage)
dans la communauté d’agglomération de Lorient en 1999graphique qu’économique : il nets).
représente environ le tiers des Inzinzac-LochristCléguer
Languidichabitants et des emplois du Caudan
Hennebont
Morbihan. Près de 6 actifs sur 10
Pont-Scorff
En mars 1999, l’agglomération travaillent en dehors
comptait environ 69 000 de leur commune
emplois. Sur la décennie, un peu
Gestelde résidence
moins de 700 emplois
Guidelsupplémentaires ont été créés,
A Lorient comme ailleurs, Brandérionsoit une hausse d’environ 1 %,
contre 7,2 % pour le dépar- commune de travail et commu-
Quéven
tement et 7,6 % pour la région. ne de résidence coïncident de
Cette augmentation limitée moins en moins, induisant des
Plœmeurdéplacements alternantsrésulte d’une conjonction de
situations. domicile-travail de plus en plus
Larmor-Plage
Lorient
Le nombre d’emplois salariés a nombreux : près de 60 % des Lanester Pourcentage de chômeurs
Port-Louis (moyenne 15,0 %)augmenté tandis que celui actifs (8 points de plus qu’en Locmiquélic Riantec
Gâvres Plus de 251990) travaillent en dehors ded’emplois non-salariés diminuait.
20 à 25
Comme ailleurs, l’agriculture et la leur commune de résidence. La 15 à 20Groix
10 à 15construction ont perdu des majorité des déplacements
Moins de 10
emplois au cours de la dernière domicile-travail se dirigent de la Base aéronavale© IGN - Insee 2003
périphérie vers le centre : ladécennie (respectivement 1 200
Source : Insee-Recensement de la population 1999
et 300 emplois de moins en 9 commune de Lorient est le
ans). principal pôle d’emploi de
La très grande majorité des l’agglomération, avec 33 500
emplois (près de la moitié duemplois urbains sont désormais
des emplois de services. Lorient total) pour 25 500 actifs
n’échappe pas à la règle puisque résidants. La très grande majorité
le secteur tertiaire y concentre les des actifs effectuent ces
déplacements en voiture : 84 %.trois quarts des emplois, dont Évolution de la proportion de chômeurs
22,3 % dans l’éducation, la parmi les actifs, entre 1990 et 1999
santé, et l’action sociale. Les
Inzinzac-LochristCléguerChômage : de 1990 à 1999services ont créé 3 300 emplois Languidic
Caudan
Hennebontl’écart s’accroîtsupplémentaires en 9 ans, soit
Pont-Scorff
une hausse de 7 %, moins élevée entre les territoires
cependant que la moyenne
régionale (près de 20 %), La proportion de chômeurs dans
Gestel
notamment en conséquence de la la population active est restée
fermeture de la base de sous- stable dans l’agglomération de Guidel
marins (les emplois militaires font Lorient d’un recensement à Brandérion
partie de l’administration et donc l’autre (presque 15 %). Cette
Quévendu secteur tertiaire). proportion reste supérieure
Mais Lorient est une ville plus en 1999 à la moyenne
industrielle que ses voisines départementale (11,3 %). La part Plœmeur
bretonnes : l’industrie y repré- des chômeurs de longue durée
Larmor-Plage
Lorientsente plus de 17 % des emplois, est élevée : les personnes au Lanester
Variation entre 1990
Port-Louisdeux à cinq points de plus qu’à chômage depuis plus d’un an et 1999 (moyenne 0)
Locmiquélic Riantec
Quimper, Vannes, Saint-Malo, ou représentaient, en 1999, 59 % Gâvres Plus de 4 points
+2 à +4Saint-Brieuc. Le nombre des chômeurs, 8 points de plus
Groix 0 à +2
d’emplois industriels a fortement que la moyenne bretonne. -2 à 0
-5 à -2diminué, au cours de la décennie, A l’intérieur du territoire, les
Base aéronavale© IGN - Insee 2003
à Lorient (- 1 100 emplois nets), variations du chômage ont été
Source : Insee-Recensement de la population 1999essentiellement en conséquence cependant très différentes, et les
de la diminution du nombre de écarts entre les territoires se sont
accrus. La proportion desalariés de la DCN, tandis qu’il
augmentait à Quimper et Vannes, chômeurs a globalement
et qu’il diminuait de façon augmenté dans les quartiers où
beaucoup plus modérée à Saint- elle était déjà élevée, avec
notamment une hausse de prèsMalo (- 130 emplois nets) et à
L’emploi dans la communauté d’agglomération de Lorient en mars 1999
Évolution 90-99 Évolution 90-99Hommes Femmes Ensemble
en nombre en %
- 41Agriculture 1 249 393 1 642 - 1 154
12 074 - 9Industrie * 8 505 3 569 - 1 168
- 7Construction 3 868 312 4 180 - 316
Tertiaire + 724 820 26 155 50 975 + 3 330
+ 1Ensemble 38 442 30 429 68 871 + 688
* Y compris DCN
Source : Insee, Recensements de la population
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 82 - Mars 20033de 7 points dans deux quartiers commune périurbaine. Compte UNE TYPOLOGIE DES TERRITOIRES
sociaux de Lorient (Kervenanec tenu du rôle social conféré à
DE L’AGGLOMERATION DE LORIENTNord et Sud) pour atteindre 35 %. l’attribution des logements dans
La hausse a été supérieure à 3 le parc HLM, ils sont alors
points dans les quartiers centraux remplacés par des ménages en Une typologie des communes et marqués que dans les autres
de Lorient : Arsenal Maritime et situation plus difficile, avec une quartiers de l’agglomération territoires. Les actifs résidants
Lorientis mais aussi à Manio, plus forte proportion de permet de distinguer quatre occupent moins souvent un
quartier proche du centre. En chômeurs ou d’actifs en emploi grands types de quartiers, qui se emploi précaire (contrat à durée
revanche, le chômage est resté précaire, plus faiblement distinguent notamment par leur déterminée, intérim ou emploi
globalement stable dans les rémunérés. Lorient est type d’habitat dominant. aidé). En mars 1999, la proportion
territoires pavillonnaires. particulièrement concerné par le de chômeurs est de 10,9 %, soit 4
L’augmentation du chômage dans phénomène en raison de points de moins que la moyenne.
Quartiers à habitatles quartiers d’habitat social est l’importance de son parc social,
l’illustration du rôle du parc HLM qui représente 17,5 % des individuel :
Quartiers à habitat socialau sein des trajectoires logements, quatre points de plus accession à la propriété
dense : une population jeunerésidentielles. Certains habitants, qu’à Vannes et Quimper, et trois et peu d’emplois précaires
lorsque leur situation sociale et de plus qu’à Saint-Brieuc. Près et moins d’emplois stables
familiale le permet, quittent le des deux tiers des logements
Dans les communes de moins delocatif pour accéder à la HLM de l’agglomération sont
10 000 habitants et dans les Parmi les quartiers d’habitatpropriété, souvent dans une situés dans la commune centre.
quartiers pavillonnaires de social dense, figurent les quartiers
Hennebont, Lanester, Lorient et situés en périphérie du centre de
Type de logement dominant selon le territoire Lorient, un quartier au sud dePlœmeur, l’habitat individuel
prédomine largement. Dans ces Hennebont, le centre ville deInzinzac-LochristCléguer
LanguidicCaudan territoires vivent près de 110 000 Lanester, et une partie du centre
Hennebont
personnes, soit 60 % des de Plœmeur. Près de 32 000Pont-Scorff
personnes y résident en marshabitants de la communauté
d’agglomération. 1999, soit 18 % des habitants de
Les ménages ont souvent accédé l’agglomération.Gestel
à la propriété : 70 % des ménages Ce sont des quartiers essentielle-
Guidel ment locatifs : 30 % des ménagessont propriétaires de leur
Brandérion logement, contre 58 % en sont propriétaires contre près de
moyenne dans l’agglomération. 58 % en moyenne dans l’agglo-
Quéven
Cette proportion atteint même mération. Ils se caractérisent par
un assez fort renouvellement de80 % dans les communes de
Plœmeur la population : 56 % desCléguer, Gestel et Riantec. Le
renouvellement de la population habitants ont emménagé dansLarmor-Plage
Lorient
Lanester Type de logement depuis 1990 a aussi été plus leur logement au cours de la
Port-Louis décennie soit 6 points de plus queLocmiquélic limité : 43 % des habitants ontRiantec Habitat individuel
Gâvres sur l’ensemble du territoire. Laemménagé dans leur logement auCollectif privé
cours de la décennie, contre mobilité s’est plus fréquemmentGroix Habitat social dense
50 % en moyenne dans déroulée à l’intérieur de laHabitat mixte
Zone portuaire, commune : près de 48 % des© IGN - Insee 2003 l’agglomération.artisanale...
nouveaux arrivants de cesLes signes de difficultés d’accès* Les quartiers à habitat social dense sont ceux où le parc HLM représente au moins
30 % de l’ensemble du parc. au marché du travail sont moins quartiers habitaient en 1990 dans
Source : Insee-Recensement de la population 1999
Les communes et les quartiers de la typologieLes zonages
infracommunaux Habitat individuel Habitat collectif privé
à l’Insee BRANDERION
LORIENT : Arsenal maritime, Aristide Briand,CAUDAN
L’Orientis, Dupuy de Lome,
- L’ÎLOT est la cellule élémentaire CLÉGUER Hôpital Kerforn, Paul Guieysse, Manio,
de collecte de l’information du GAVRES Étienne Dolet, Merville, Nouvelle ville
recensement de la population et GESTEL
GROIXd’agrégation des données
GUIDEL Habitat social densestatistiques. Il est constitué d’un
HENNEBONT : Langroix Talhouet St-Gilles, Rive droitepâté de maisons, dont les contours
INZINZAC-LOCHRISTsont clairement identifiés par des LORIENT : Kanveur Kerfichant, Saint-Armel,
LANESTER : Kerentrech, Notre Dame du pont,voies, sa taille peut varier de Parc du Scorff, Bourgneuf, Kervenanec nord,
Chantiers, Le Penher, Le Plessis, Campagnequelques logements à plusieurs Kervenanec sud, Polygone, Quai de Rohan
LANGUIDICcentaines de logements.
LARMOR-PLAGE Centre ville, Touleno, Touldrain,LANESTER :
Lann GazecLOCMIQUÉLIC- L’IRIS2000 est un regroupement
HENNEBONT :d’îlots entiers, effectué principale- LORIENT : Kreisker, Le Ter Kerihouais
ment suivant les caractéristiques de PLŒMEUR : Lomener / Kerroch / Kerpape
Centre ville sud-ouestPLŒMEUR :l’habitat (collectif ou individuel, Kervam / Saint-Deron,
Keraude / Breuzent / Kerabus,ancien ou récent, par exemple) et
Le Fort Bloqué / Le Courégant,de l’utilisation du bâti (résidentiel Habitat mixte
centre ville sud-est, centre ville nord-est,
ou professionnel). Il constitue la ville nord-ouest
“ brique de base ” de la diffusion PONT-SCORFF LORIENT : Keryado, Chant des oiseaux
des données du recensement, pour PORT-LOUIS
LANESTER : Parc des expositionstous les publics utilisateurs (privés QUEVEN
ou publics). RIANTEC HENNEBONT : Centre ville Kerlano
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 82 - Mars 20034la même commune, soit 15 points (10 % dans l’agglomération). personne par logement contre 2,3Quartiers à habitat collectif
de plus que la moyenne de Les actifs sont plus souvent sur l’ensemble du territoire.privé : davantage
l’agglomération. qu’ailleurs en situation de A l’inverse, les familles
de personnes seules
Dans ces quartiers, la moyenne précarité pour l’accès au marché nombreuses (3 enfants et plus)
et un fort renouvellement
d’âge est inférieure à celle de du travail. La proportion de sont moins présentes et l’on
de la populationl’ensemble du territoire sauf au observe en proportion plus dechômeurs dépasse 22 % contre
Polygone et au Quai de Rohan à près de 15 % en moyenne dans familles monoparentales (17,2 %
Lorient où elle dépasse 42 ans. Ce l’agglomération. Les contrats L’habitat collectif privé est des familles, deux fois plus que la
sont des quartiers familiaux, avec courts sont aussi plus fréquents, dominant dans 10 quartiers moyenne de l’agglomération).
proportionnellement peu de 17 % des salariés ont des lorientais. Ils abritent 27 700 La situation sur le marché du
couples sans enfant (ils repré- contrats précaires (CDD, travail des actifs qui vivent danspersonnes, 15 % des habitants
sentent 17 % de la population intérim, emplois aidés), contre de l’agglomération. ces quartiers à habitat collectif
contre 22 % en moyenne dans 12,5 % en moyenne dans Seulement 43 % des ménages privé est intermédiaire entre celle
l’agglomération) et à l’inverse, l’agglomération. Il reste sont propriétaires de leur des quartiers pavillonnaires et
plus de couples avec enfants et de néanmoins que plus de la moitié celle des quartiers à habitat sociallogement. L’importance du parc
familles monoparentales. Ces des actifs occupés résidant dans locatif privé donne à ces dense. La proportion de
dernières, prioritaires pour ces quartiers dispose d’un quartiers une fonction de chômeurs atteint 16,6 %, et 15 %
l’attribution de logements contrat à durée indéterminée transition avant un éventuel des actifs résidants qui travaillent
sociaux, représentent en dans le secteur privé. ont un emploi précaire.accès à la propriété. La
moyenne 22 % des familles population s’y renouvelle donc
assez vite : 62 % des habitants
Quartiers à habitat mixte :ont emménagé dans leur
des quartiers en essorlogement entre 1990 et 1999
contre 50 % en moyenne dans
l’agglomération. Contrairement Deux quartiers à Lorient (Chant
aux quartiers à habitat social des oiseaux et Keryado), le
Proportion d’habitants de la communauté d’agglomération
dense, la majorité de ces quartier du centre ville dede Lorient qui résident en 1999 dans le même logement qu’en 1990
nouveaux arrivants habitaient en Hennebont, et le Parc des
Inzinzac-LochristCléguer 1990 en dehors de la commune. expositions à Lanester ont un parc
LanguidicCaudan
Hennebont Une partie importante d’entre immobilier mixte, avec
Pont-Scorff eux habitaient en dehors du quasiment autant de maisons
département du Morbihan. Ce individuelles que de logements
sont principalement des jeunes en collectif (privé ou social).
Gestel entre 20 et 30 ans qui sont venus 10 500 personnes y vivent, soit
s’installer dans la ville-centre un peu plus de 5 % de
Guidel
lors de leur premier emploi. l’agglomération. Le profil des
Brandérion
Les actifs sont nombreux et habitants se situe dans une
représentent près de 55 % des position intermédiaire entre ceuxQuéven
nouveaux arrivants, c’est des quartiers à dominante
environ 10 points de plus qu’en collectif privé et ceux des
Plœmeur
habitat individuel ou en habitat territoires pavillonnaires.
Larmor-Plage social dense. Au final, la situation des habitantsLorient
Lanester Part de la population
dans le même logement Dans ces espaces, 80 % des est très proche de la moyenne dePort-Louis
Locmiquélic qu’en 1990Riantec résidences principales sont l’agglomération, tant sur leur(moyenne = 50 %)Gâvres
occupées par des ménages55 à 70 condition de logement que sur
45 à 55Groix d’une ou deux personnes (contre l’emploi (57 % de propriétaires,
35 à 45
18 à 35 64 % dans l’agglomération), le 52 % de nouveaux arrivants dans
Base aéronavale© IGN - Insee 2003 nombre moyen d’occupants des le logement, 14,5 % de chômage,
logements est donc faible : 1,8 12,4 % d’emplois précaires).Source : Insee-Recensement de la population1999
Nombre d’habitants et population active selon le type d’habitat en mars 1999
Proportion de chômeursNombre Actifs
Chômeurs dans la population actived’habitants occupés
109 587 40 665 5 775 10,9Habitat individuel dominant
Habitat social dense 31 922 10 466 3 044 22,4
Habitat collectif privé dominant 27 729 10 566 2 112 16,6
Habitat mixte 14,510 524 3 799 648
Communauté d’agglomération de Lorient* 15,0180 988 65 886 11 700
Source : Insee, Recensement de la population 1999
* La ZI d’Hennebont, la ZA nord ouest et la zone portuaire de Lorient figurent dans les totaux mais pas dans la typologie.
Conditions d’emploi des actifs occupés selon le type d’habitat en mars 1999 (en %)
Ensemble
Fonction CDIEmplois NonApprentis Stagiaires des actifsIntérim CDD publique privésaidés salariés occupés
Habitat individuel dominant 1,0 0,6 1,6 1,6 7,4 22,4 52,4 13,0 100,0
Habitat social dense 1,8 1,6 3,4 3,5 10,1 18,8 54,6 6,2 100,0
Habitat collectif privé dominant 1,2 1,0 1,9 2,4 10,7 22,1 49,2 11,5 100,0
Habitat mixte 1,6 0,8 1,9 2,2 8,3 23,2 49,4 12,6 100,0
Communauté d’agglomération de Lorient 1,2 0,8 2,0 2,1 8,4 21,8 52,1 11,6 100,0
Source : Insee, Recensement de la population 1999
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 82 - Mars 20035Le paysage social de la communauté d’agglomération de Lorient
D’un recensement à l’autre, le paysage social de l’agglomération
s'est modifié dans le même sens que celui du département et de la Évolution des catégories socioprofessionnelles des actifs
de plus de 15 ans ayant un emploi et résidantrégion. La tertiarisation de l'emploi se poursuit, avec notamment une
dans la communauté d’agglomération de Lorientprogression importante du nombre des cadres et des professions
intermédiaires non techniques. L’agglomération compte 6 800 25 000
cadres ou professions intellectuelles supérieures en 1999, soit une 1990
progression de 16 % (26 % au niveau de la Bretagne). Ils représen- 199920 000
tent désormais 10 % des actifs occupés, chiffre identique à la
moyenne régionale, mais plus faible que celui des autres aggloméra-
15 000
tions bretonnes. L'accroissement du nombre de femmes cadres est
important, 30 % des cadres sont des femmes en 1999, soit 4 points
10 000de plus qu'en 1990.
La progression des effectifs a été aussi vive pour les professions
5 000intermédiaires (+ 14 %). A l'image de la Bretagne, la progression a
été forte pour les métiers du secteur de la santé et du secteur social.
Enfin, le nombre d’ouvriers a diminué au cours de la décennie 0
(- 7 %). Ils sont 17 800 et représentent 27 % des actifs occupés en
1999 (contre 20 % àVannes et 24 % à St Brieuc).
En 1999, l’agglomération de Lorient compte plus de 35 000 retraités,
chiffre en hausse de 27 % par rapport à 1990. Près de 34 % des
Source : Insee - Recensements de la populationretraités sont des anciens employés, et 30 % des anciens ouvriers.
L’activité des habitants des communes de l’agglomération de Lorient en 1999
Proportion
de chômeursActifs*Population Élèves, Autres inactifsChômeurs Retraités dans laoccupéstotale et -15 ansétudiants population
active
7,5BRANDERION 955 433 35 147 90 250
11,9CAUDAN 6 745 2 687 362 1 084 617 1 995
10,0CLEGUER 3059 1 313 146 470 316 814
22,4GAVRES 893 235 68 267 54 269
2 235 949 252 729 8,8GESTEL 91 214
GROIX 2 285 622 130 720 142 671 17,3
GUIDEL 9 155 3 655 501 1 361 919 2 719 12,1
13,3HENNEBONT 13 410 5 208 801 2 610 1 204 3 587
11,8INZINZAC-LOCHRIST 5 399 2 150 289 1 043 422 1 495
17,6LANESTER 21 901 7 666 1 638 3 925 1 888 6 784
9,7LANGUIDIC 6 488 2 632 282 1218 574 1 782
11,8LARMOR-PLAGE 8 472 2 979 399 2 166 728 2 200
LOCMIQUELIC 3 949 1 325 230 987 303 1 104 14,8
59 224 20 694 4 847 11 518 5 988 16 177 19,0LORIENT
PLŒMEUR 18 301 6 963 881 3 492 1 795 5 170 11,2
12,3PONT-SCORFF 2 632 051 1 148 458 253 722
16,1PORT-LOUIS 2 807 854 164 776 186 827
QUEVEN 8 311 3 243 409 1 350 888 2 421 11,2
15,1RIANTEC 4 767 1 563 279 1 049 390 1 486
Aire de la communauté 15,0180 988 65 222 11 700 34 893 16 971 51 202
d’agglomération de Lorient
* y compris les militaires du contingent
Source : Insee, recensement de la population 1999
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement :
Composition : Jean-Paul MERBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :e
© INSEE 2003 Dépôt légal : 1 trimestre 2003
Charlotte DAMMANImprimerie : Média Graphic - Rennes
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 82 - Mars 20036
Agriculteurs,
artisans, commerçants
Cadres,
prof. Intellectuelles
supérieures
Prof.intermédiaires
Employés
Ouvriers

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.