La Dordogne en bref

De
Publié par

La Dordogne compte 413 800 habitants au 1er janvier 2010, dont 32 % ont 60 ans ou plus. Cela en fait le département où la population est la plus âgée de l’Aquitaine. Son territoire est largement consacré à l’agriculture et l’élevage et il est réputé, entre autres, pour sa production de vins, de tabac, de noix ou de foies gras. Ses industries sont plutôt traditionnelles, avec une prédominance du secteur agroalimentaire. La majorité des emplois salariés sont orientés vers les services. Les salaires y sont en moyenne moins élevés que dans la région Aquitaine en raison d’une économie très présentielle et d’une sous-représentation des cadres. Le niveau de vie médian est inférieur à celui de la région. Grâce à la richesse et la diversité de son patrimoine, l’attrait touristique de la Dordogne ne se dément pas. Aires d’influence des villes et chiffres-clés Des emplois salariés orientés majoritairement vers les services Un habitant sur six considéré pauvre Prédominance des industries traditionnelles Des exploitations agricoles moins nombreuses et plus grandes Des productions agricoles, souvent sources d’activités saisonnières Des attraits touristiques
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

La Dordogne en bref
Édition avril 2012
n° 4 - avril 2012
Mireille Dalla-Longa
erLa Dordogne compte 413 800 habitants au 1 janvier 2010, dont 32 % ont 60 ans ou plus. Cela en
fait le département où la population est la plus âgée de l’Aquitaine. Son territoire est largement
consacré à l’agriculture et l’élevage et il est réputé, entre autres, pour sa production de vins, de
tabac, de noix ou de foies gras. Ses industries sont plutôt traditionnelles, avec une prédominance
du secteur agroalimentaire.
La majorité des emplois salariés sont orientés vers les services. Les salaires y sont en moyenne
moins élevés que dans la région Aquitaine en raison d’une économie très présentielle et d’une
sous-représentation des cadres. Le niveau de vie médian est inférieur à celui de la région.
Grâce à la richesse et la diversité de son patrimoine, l’attrait touristique de la Dordogne ne se dé-
ment pas.
Aires d’influence des villes et chiffres-clés
Le département de la Dordogne s’étend au nord-est de l’Aquitaine sur 9 000 km², soit 22 % du territoire ré-
gional. C’est le troisième département de la France par sa superficie après la Gironde et les Landes. À l’écart
de l’arc atlantique, la est restée longtemps sous-équipée en infrastructures routières par rapport
aux autres départements aquitains. Les communications nord-sud demeurent difficiles avec des projets
concernant la RN21, notamment sa mise en 2 fois 2 voies. L’ouverture complète de l’A89 facilite l’accès vers
l’Atlantique et le Massif central. Deux aéroports participent au désenclavement : Bergerac Dordogne Péri-
gord assurant des liaisons internationales, en particulier à destination des îles britanniques, et Périgueux
Bassillac reliant Paris.
Cognac Limoges
Angoulême
Nontron
Thiviers
Ribérac
Brive-La Roche-Chalais - Périgueux Le Lardin- la-Saint-Aigulin Saint-Lazare
Gaillarde
Terrasson-
Saint-Seurin- Lavilledieu
Mussidansur-l’Isle
Montpon-
Ménestérol
Libourne
Sarlat- SouillacCastillon- Bergerac la-Canédala-Bataille Lalinde
030 60
Kilomètres
© IGN - Insee 2011
Aires urbaines de Dordogne - délimitation 2010
Grands pôles Moyens pôles Petits pôles
(plus de 10 000 emplois) (5 000 à 10 000 emplois) (moins de 5 000 emplois)
Couronne des grands pôles Couronne des moyens pôles Couronne des petits pôles
Multipolarisé des gr
Communes isolées
Autre multipolarisé Limites départementales
hors influence des pôles
Source : Insee, RP2008 exploitation principale
La Dordogne en bref - Édition 2012 1/4 © Insee 2012Quelque 560 communes maillent le territoire de la Dordogne. Le nouveau zonage en aires urbaines 2010 qui
identifie les degrés d’influence des villes sur leur environnement les classe en quatre catégories d’espace, al-
lant de la grande aire urbaine à la commune isolée hors influence des pôles. Périgueux et Bergerac consti-
tuent deux des douze grandes aires urbaines de l’Aquitaine et concentrent plus de 40 % des habitants du
département. Cette proportion est inférieure à celle de la région où 70 % des Aquitains vivent dans ce type
d’espace.
Chiffres-clés
Unités : nombre et %
Dordogne Aquitaine
erPopulation au 1 janvier 2010 (p) (1)..................................... 413812 3231860
dont moins de 20 ans (%) .......................................... 20,2 22,5
dont 60 ans ou plus (%)............................................ 31,9 26,0
Évolution annuelle moyenne entre 1999 et 2010 (%) .......................... 0,6 1,0
due au solde naturel (%) ........................................... - 0,3 0,1
due au solde migratoire apparent (%) .................................. 0,9 0,9
Emploi total au 31/12/2010 (p) (2)....................................... 145588 1312658 salarié au (p) 123342 1158585
dont Agriculture (%) .............................................. 2,1 2,4
dont Industrie (%)................................................ 14,5 12,5
dont Construction (%) ............................................. 7,6 6,5
dont Commerce (%) 13,8 13,4
dont Services (%) 62,0 65,2
Évolution annuelle moyenne de l’emploi salarié entre 1999 et 2010 (%)............. 0,2 1,0
Nombre d’établissements au 31/12/2009 (3)................................ 43392 312018
Nombre de DEFM catégorie A au 31/12/2011 (4) ............................. 18181 145584
Évolution des DEFM A entre le 31/12/2010 et le 31/12/2011 (%) .......... 10,5 9,3
e
Taux de chômage au 4 trimestre 2011 (%) (p).............................. 10,5 9,5
Bénéficiaires du RSA au 31/12/2011 (5) ................................... 10704 87637
Évolution du nombre de bénéficiaires du RSA entre le 31/12/2010 et le 31/12/2011 (%) . 2,2 2,1
(p) données provisoires
Sources : (1) Insee, Estimations de population,
(2) d'emploi,
(3) Insee, Clap, Champ : établissements actifs au 31/12, hors secteur de la défense
(4) Insee - Pôle emploi - Dares, données CVS
(5) Caf
erAu 1 janvier 2010, la Dordogne compte 413 800 habitants et représente 13 % de la population aquitaine.
La densité de population de la Dordogne est faible (46 hab/km²), comparée à celle de l’Aquitaine
(78 hab/km²) et de la métropole hors Île-de-France (96 hab/km²). L’âge moyen estimé à 45,2 ans
(43,4 ans en 1999) est le plus élevé de l’Aquitaine. En effet, 31,9 % de la population est âgée de 60 ans ou
plus pour 20,2 % de moins de 20 ans. Ce vieillissement va encore s’accentuer : en 2040, l’âge moyen serait
de 49,9 ans et les personnes de 75 ans ou plus deviendraient même plus nombreuses que celles de moins de
20 ans.
Entre 1999 et 2010, la population s’accroît de 0,6 % par an en moyenne, grâce à un excédent migratoire qui
compense le fort déficit naturel. La Dordogne présente le plus faible taux de natalité de la région, soit
8,9 naissances pour mille habitants et le taux de mortalité le plus élevé, 12,4 décès pour mille habitants en
2009. Dans les 30 ans à venir, l’accroissement démographique annuel serait un peu moins fort (+ 0,4 %) et
la population atteindrait 464 000 habitants en 2040.
La Dordogne en bref - Édition 2012 2/4 © Insee 2012Âges
90
Hommes Femmes
80
70
60
50
40
Aquitaine
30
20
10
0
10 8 6 42 00 2 4 68 10
Effectif de chaque âge pour 1 000 habitants
er
Pyramides des âges Dordogne et Aquitaine au 1 janvier 2010
Source : Insee, Estimations localisées de population
Des emplois salariés orientés majoritairement vers les services
Au 31 décembre 2010, la Dordogne compte 145 600 emplois, soit 11,1 % de l’effectif régional. Parmi eux,
plus de huit sur dix sont des emplois salariés. La majeure partie de l’emploi salarié relève du secteur des ser-
vices (62 %), l’industrie en capte 14 %, le commerce 14 %, la construction 8 %. L’agriculture occupe 2 %
des salariés, mais son poids passe à 4,3 % dans l’emploi total salarié et non salarié.
L’économie de la Dordogne est présentielle, ses activités sont majoritairement tournées vers la satisfaction
des personnes présentes, résidentes ou touristes. Elle l’est plus que dans le reste de la région : en termes
d’emplois, fin 2009, 72 % des effectifs salariés œuvrent dans la sphère présentielle contre 69 %. Par ailleurs,
les salaires versés sont en moyenne moins élevés que dans les autres départements aquitains. Ils traduisent
une sous-représentation des cadres : 8,5 % des emplois contre 12,8 % au niveau régional.
Un habitant sur six considéré pauvre
En 2009, plus de 180 000 ménages ont rempli leur feuille d’impôt. Parmi eux, 51 % sont imposés, contre
57 % au niveau régional. La moitié de la population de la Dordogne vit dans un ménage qui déclare un reve-
nu fiscal par unité de consommation inférieur à 16 700 euros. Ce niveau médian de revenu est inférieur aux
moyennes régionale (18 200 euros) et de province (17 900 euros). Un habitant sur six vit en dessous du
seuil de pauvreté, soit avec moins de 954 euros par mois. Par ailleurs fin 2011, près de 11 000 personnes
perçoivent le revenu de solidarité active. Au total, en comptant les conjoints et les enfants, celui-ci couvre
plus de 23 000 personnes.
Prédominance des industries traditionnelles
Au 31 décembre 2010, l’industrie occupe 14,5 % de l’emploi salarié départemental. Trois secteurs domi-
nent : la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac avec plus d’un quart
de l’emploi industriel (28 %), le travail du bois, industries du papier et imprimerie (15 %) et la fabrication de
produits en caoutchouc et en plastique ainsi que d’autres produits minéraux non métalliques (12 %). La fa-
brication de fromages, de biscuits, de pâtisserie, la production de viandes ou la préparation industrielle de
produits à base de viande demeurent les activités majeures des industries agroalimentaires. Fromarsac,
Martine Spécialités, Sobeval en sont les principaux établissements. Dans le secteur du bois-papier, les pape-
teries de Condat constituent le plus gros établissement industriel de la Dordogne avec près de 700 salariés.
Polyrey, usine de panneaux décoratifs et la Socat (société d’outillage et de caoutchouc pour applications
techniques) figurent parmi les premiers employeurs dans le secteur de la fabrication de produits en caout-
chouc et en plastique et la société KSB dans celui de la fabrication de machines et équipements. Les effectifs
des industries traditionnelles de l’habillement et du cuir continuent de décliner : ils ne comptent plus que
La Dordogne en bref - Édition 2012 3/4 © Insee 2012pour 5,6 % de l’emploi industriel alors que cette proportion était encore de 16 % en 1990. Cependant,
quelques entreprises de l’industrie du luxe, comme Repetto, avec sa ballerine, ou encore la Maroquinerie
nontronnaise du groupe Hermès, tirent leur épingle du jeu.
Des exploitations agricoles moins nombreuses et plus grandes
La Dordogne est un département à vocation agricole : 354 000 hectares, soit 38 % de son territoire et 23 %
de la SAU régionale, sont consacrés à la culture et à l’élevage en 2010. Quelque 8 700 exploitations mettent
en œuvre ses terres agricoles. Comme partout, leur nombre a fortement diminué : - 2,9 %, en évolution an-
nuelle moyenne entre 2000 et 2010, contre - 2,5 % de 1988 à 2000. Les exploitations de petites tailles sont
les plus touchées par cette baisse. Une majeure partie de leurs terres est absorbée par des exploitations plus
grandes d’où un fort accroissement de celles d’au moins 50 hectares : 25 % des exploitations en 2010 contre
19 % en 2000. En parallèle, les formes sociétaires des exploitations progressent au détriment du statut d’ex-
ploitation individuelle : en 2010, huit exploitations sur dix sont individuelles alors qu’elles étaient neuf sur
dix, dix ans auparavant.
Les céréales recouvrent 78 000 hectares dont 40 % attribués au maïs et 30 % au blé tendre. Le tournesol est
cultivé sur plus des trois quarts des superficies développées en oléagineux. Le vignoble en production s’é-
tend sur 13 000 ha dont 90 % en appellation d’origine protégée (AOP). Il se situe essentiellement dans le
Bergeracois, il produit des vins renommés tels le Monbazillac en vin blanc liquoreux et le Pécharmant en vin
rouge.
Des productions agricoles, souvent sources d’activités saisonnières
La Dordogne est aussi reconnue pour ses productions de tabac de la variété Burley, de fraises, de noix, de
châtaignes ou encore de truffes, pour lesquelles elle se place parmi les premiers départements producteurs.
Elle est réputée pour ses foies gras. De nombreux produits sont certifiés : entre autres, AOP pour les noix et
les pommes, IGP (indication géographique protégée) pour les fraises, le canard à foie gras et l’agneau.
Que ce soit la viticulture, les cultures spécialisées ou encore l’élevage, la production agricole pourvoit des
emplois, en particulier saisonniers. En 2010, elle occupe quelque 14 000 salariés dont les deux tiers en tant
que saisonniers. L’agriculture n’est pas la seule à recourir à la main-d’œuvre saisonnière, le tourisme est un
autre secteur y faisant largement appel, notamment le Périgord noir dans le secteur de l’hôtellerie et de la
restauration.
Des attraits touristiques
Grâce à la richesse de son patrimoine culturel, historique et préhistorique, la Dordogne est un département à
vocation touristique. Le tourisme y génère 5 % de l’emploi salarié et près d’un emploi sur deux lié au tou-
risme se situe dans l’hôtellerie et la restauration. La ville de Sarlat et les grottes de Lascaux II comptent par-
mi les sites les plus visités.
Au cours de la saison d’été 2011, la Dordogne a enregistré dans ses hôtels et ses campings, 3,6 millions de
nuitées de touristes, dont 80 % passées dans les campings et 60 % dans le Périgord noir. Plus de 40 % des sont le fait de la clientèle étrangère, provenant essentiellement des Pays-Bas et du Royaume-Uni.
Dans les campings, cette est en majorité néerlandaise avec les deux tiers des nuitées étrangères,
tandis que dans les hôtels, il s’agit principalement de Britanniques avec le quart des étrangères.
Pour en savoir plus
La région et ses départements
www.insee.fr - Région Aquitaine - Présentation de la région - La région et ses départements
Site Données locales
www.insee.fr - Bases de données - Données locales (voir aussi : Portrait de territoire)
Saisonniers dans le sud-Dordogne : une professionnalisation difficile
Le Quatre Pages Insee Aquitaine n° 196 - novembre 2011
En Aquitaine, 12 grandes aires urbaines structurent le territoire
Le Quatre Pages Insee Aquitaine n° 195 - octobre 2011
(Version imprimable de : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=4&ref_id=18463)
La Dordogne en bref - Édition 2012 4/4 © Insee 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.