La filère aéronautique : un cap à passer pour un secteur clé de l'économie régionale

De
Publié par

La filière aéronautique mobilise une centaine d’établissements qui représentent 5 % des 133 000 salariés de l’industrie picarde. Ils consacrent en moyenne la moitié de leur effectif à cette activité, soit environ 3 500 emplois. Au cœur de la filière, Airbus emploie à lui seul 1 300 salariés et exerce une influence économique au-delà du pôle d’Albert sur les zones d’emploi d’Amiens et du Santerre-Somme. Autour du cœur de la filière qui rassemble 40 % des salariés, gravitent de nombreuses activités sous-traitantes dans le domaine des métaux, de l’électricité et du caoutchouc. La mondialisation de cette activité entraine des exigences sur les coûts et les délais avec un impact sur l’organisation ; les sous-traitants doivent se positionner en tant qu’interlocuteur unique en s’impliquant depuis la conception jusqu’à la réalisation. Une activité concentrée dans la Zone d'Emploi d'Amiens 40% des salariés de l'aéronautique construisent des cellules d'aéronefs Quelques grands donneurs d'ordre pour une multitude de PME Des métiers qualifiés et des salaires correspondants Un secteur en évolution dans un marché mondialisé Une filière en mutation technologique Des sous-traitants intégrés au processus de conception Des fournisseurs moins nombreux mais plus impliqués
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
La filière aéronautique :Un cap stratégiqueà passer pour un secteur cléde l’économie régionaleLa filière aéronautique mobilise une centained’établissements qui représentent 5 % des 133 000salariés de l’industrie picarde. Ils consacrenten moyenne la moitié de leur effectif à cette activité,soit environ 3 500 emplois. Au cœur de la filière, Airbus emploie à lui seul1 300 salariés et exerce une influence économiqueau-delà du pôle d’Albert sur les zones d’emploid’Amiens et du Santerre-Somme.Autour du cœur de la filière qui rassemble 40 %des salariés, gravitent de nombreuses activitéssous-traitantes dans le domaine des métaux,de l’électricité et du caoutchouc.La mondialisation de cette activité entrainedes exigences sur les coûts et les délais avec un impactsur l’organisation ; les sous-traitants doiventse positionner en tant qu’interlocuteur uniqueen s’impliquant depuis la conceptionjusqu’à la réalisation.Hervé BOYAERTDRIRE PicardieThomas DAVOUST, Joël DEKNEUDTInsee PicardieIPA 28 Octobre 2008
Près d’une centaine d’éta-blissements composent la filière aéronautique pi-carde, c’est à dire qu’ils travaillent à la fabricationde pièces entrant dans la construction d’aéronefs.Parmi ces établissements, quelques-uns ont une ac-tivité entièrement consacrée à la filière, mais la plu-part ont une activité partagée entre l’aéronautiqueet d’autres domaines : ainsi parmi les 7 000 emploisdes établissements composant la filière dans la ré-gion, on estime que la moitié de l’activité salariéeest consacrée à la fabrication de pièces pour les avi-ons. À l’exception d’Airbus, la filière picarde necomprend que des sous-traitants.La filière aéronautique ainsi définie, emploie5 % des salariés de l’industrie et concerne 1 % desétablissements industriels. Cette place est modesteau regard des trois premières régions aéronautiquesfrançaises. En Île-de-France, en Aquitaine et enMidi-Pyrénées, l’emploi des établissements de lafilière aéronautique représente respectivement 16 %,24 % et 28 % de l’emploi industriel. Cependant, laplace de l’aéronautique dans le système productifrégional ne se mesure pas uniquement à l’aune del’emploi, mais aussi à celle de son rôle moteur dansl’innovation. Par exemple, l’inscription d’Airbusdans le paysage industriel de la région d’Albert adopé les performances des entreprises locales de lamécanique par l'utilisation de l'usinage grande vi-tesse ou dans les nouveaux modes d’organisationde la sous-traitance industrielle. Une activité concentréedans la Zone d’Emploi d’AmiensLa présence d’Airbus à Meaulte, de loin leplus gros employeur régional de la filière, expliquela concentration de l’aéronautique picarde surle département de la Somme (60 % des salariésde la filière). En plus d’Airbus, le départementcompte deux autres établissements importants :Segula Manufacturing à Albert spécialisé dans la11
  =+   >/      %    ?
.9+ "++01"+"5 92 07 <"44. 0 -41 4 -,,70%: !/  , :14/ 6784"  ! 23 + !42./, 6 %0  %   +   ;,4   !$  & '(14￾# # ) $￾ ￾ ￾*) !￾"￾#     
construction de cellules d’aéronefs, etJPR àAmiens, filiale du groupeHutchinson spécialistede la confection de pièces pour les systèmesd’étanchéité aérodynamiques. Au total, 55 % desemplois régionaux de l’aéronautique et 30 % desétablissements sont concentrés dans le GrandLa filière aéronautiqueAmiénois.La filière aéronautique, telle qu’elle est définie dans cette étude, représentel’ensemble des établissements qui construisent des aéronefs et leurs sous-traitantsL’Oise rassemble 30 % des emplois salariésqui appuient la production : soit directement en produisant des « pièces avions »de la filière dans 45 établissements. Il hébergesoit indirectement : recherche, outillage.esPour identifier les établissements de la filière, nous avons recueilli les résultatslqèuse lAqvuion iéct aEblliescsterimcaeln tàs  iMméprour,t laen tds ecuoxmièmmee  Tehma--d’une enquête de la CRCI en 2006 et d’une étude de la DRIRE datant de 2003. Laliste des établissements retenus, vérifiée à dire d’experts, peut néanmoins comporterployeur picard de l’aéronautique avec près de 300quelques omissions.salariés ouDraka Fileca à Sainte-Geneviève. LaSont exclues de la filière, au sens de cette étude, les activités liées à l’exploitationdes avions : ainsi les activités aéroportuaires, hormis la maintenance des avions,fdieli èBreea suev acios nect ednatrnes  laeu Ssuudd- dOei slea. zone demploine font pas partie de la filière aéronautique, ainsi que les services aux entreprises non liées à la production : nettoyage, gardiennage, restauration des salariés parL’Aisne est le département où l’activité aé-exemple. Ces entreprises entrent dans la catégorie de l’activité économique induiteronautique est la moins développée avec 10 %par la présence de la filière et sont prises en compte dans l'encadré sur l’impactd’Airbus.des effectifs régionaux de la filière. Son tissu pro-ductif est constitué de petites, voire de très peti-tes entités, plutôt concentrées dans la zoned’emploi de Soissons. Le plus gros employeurdu département arrive seulement en douzièmeposition régionale.IPA 28 Octobre 2008
22
 40 % des salariés de l’aéronautiqueconstruisent des cellules d’aéronefsLe cœur de la filière aéronautique est cons-titué des établissements dont l’activité principaleest la construction d’aéronefs. En Picardie, unedizaine d’établissements constituent ce cœur del’activité aéronautique, ils emploient 40 % dessalariés de la filière. On y retrouve l’usineAir-busde Méaulte,Segula Manufacturing à Albertet quelques autres établissements de plus petitetaille.Autour du cœur de la filière gravitent denombreuses activités sous-traitantes qui élaborentdes produits entrant dans la composition d’unavion (pièces pour avions). En Picardie, ces acti-vités se regroupent en trois domaines : les mé-taux, l’électricité et le caoutchouc. Dans ce deuxième cercle d’activités, la mé-tallurgie et la transformation des métaux pren-nent la place la plus importante dans l’emploi :un quart des salariés de la filière régionale. Plusde 40 établissements picards produisent des élé-ments métalliques destinés à l’aviation. Ces éta-blissements sont de taille modeste, et unevingtaine dépasse 20 salariés. L’importance dutravail des métaux dans la filière va de pair avecla spécialisation de la région dans cette activité.Cette situation est de nature à favoriser les sy-nergies entre le cœur de la filière et les sous-trai-tants locaux. Depuis 1993, Airbus fait partie duPôle Hydraulique et Mécanique d’Albert(PHMA), de mêmeThales Avionic Electricaldéveloppe autour de Méru des partenariats avecle système productif local dans les domaines dutravail des métaux.Les équipements et les composants électri-ques ou électroniques constituent le deuxièmeemployeur des sous traitants aéronautiques pi-cards. La dizaine d’établissements de ces activi-tés emploient près de 20 % des effectifs de lafilière. L’usineThalesde Méru etMatra à laCroix-Saint-Ouen sont les deux principaux em-ployeurs, bien que l’activité deMatra ne soit quepartiellement liée à la filière aéronautique.Dernier secteur important, l’industrie de lachimie, caoutchouc, plastiques emploie 10 % dessalariés dans 13 établissements.En particulierdans le secteur du caoutchouc,JPR emploie plusde 100 personnes.Dans l’ensemble de ces trois activités, entre40 et 50 % du chiffre d’affaires des établissementssont réalisés sur le marché de l’aéronautique.Seuls quelques établissements fortement spécia-lisés dans des domaines de pointe travaillent ex-IPA 28 Octobre 2008
      -! ! !   >  ! ?9>>> =+ # ?# ?"
8
?*)#    
*) '
           -!  !    >/  ! !  "  '=! ￾ '! ￾# '￾ ￾!# '=!* '  > 7) '            
33
 ajouterl faut yertc.)I feef tidrdca (iet enPienr iudiséisu'q ende liés alar00 s1 2 a xup saimetlie  snee ltauMéed subriA etis ee gnnerdeép ral omique régionalea'Lvitc étinocénnos'dleud srep det es srbAi eusocsnmoamp ral  a familletion des000 1norivne dnetsuind iislomp el coqieunomo tcéomprte cu sial def (tifeirndt)ecnE .,nifi'l capms régionaux fourinssuesrd  uisetplem0 50s des oilbaté 57tnemessiiron env emp 800p raolsise 4iml usrbAit enemsslibaté'l ed lairotluetM-aé44ct terriL'impae Méte de.
"+D '
aultirne eéa uisend en cne uVue.intah ne iuqtnegrebé
    ￾   ! "#"  $$   # !IPA 28 Octobre 2008
!42
0
+ @!     ! @!  @ "+  ?  ! # A   ?%!7 7   #
"++ 04"B
1 2  sedp èredtnrési où ommela S ed tnemetrapéd leur sréntceon cC-laia s uaP-sedrophes des limitoc snumm etieltes ié sdu s00aralC'Pnoiraci.eid"#"ffe(i tenoig xuaurserés ou fisrnniAeriubd  e'lsuL'impactnduit).  à éulavé ertê teu pteuléa Mdes r gé ral suslpio0 em3 00ron envi)'U ena ri e'dinfluence directoc enecneért rus blesiasden ie vblred A'pmcaLti'rectt dil'ét de messilbaiA'd tneéa Musrbst eteul!!+'C+"'DD%'"#"'%8"'C
800 2reobct O28AP  5I5de la sasecteur  e'ldécutn éted 'a lioctioatetn q ,ertauos nlaiccts.direu ints o snilpio smerTiosex dir sus itdu el snadtneutis 'dmelpio1s ,'cset à dire un empli ioiudnop tedru euxlomp disecir'lneuo reld esbm Pice lae, cardiérperalerp etnesn 'u dèsr iellmibahxnatieéniua ss téstdeacs vitieill.eP érisedtnconomie ts : l'éca enu tiudniiuqe  cs,urtemaomns seld naacel eolmiquconoté étivis Lelasaésrit  ed sirp ecudonoitont aussi des coelru safimllses  r de poumploux epmolnUe udti ini neyom eolp-med mar pise.agén eaplisissni rabvie  de ombrle ne rumitsc reon erembon, om cabpt1PoA 23 n21nooç urt
Le bassin de vie d'Albert est le principalbénéficiaire de l'emploi du site : deux tiersdes salariés d'Airbus Méaulte y demeurent.À la périphérie de ce territoire, les bassinsde vie de Corbie et d'Amiens au sud et dePéronne, à l'est, accueillent chacun un peumoins de 100 salariés (6 à 7 % des emplois).Cette implantation correspond auxprincipales voies d'accès routières et à laligne de chemin de fer Arras-Amiens.Relativement peu de salariés logent dansle bassin de vie de Doullens, voisin maismoins bien desservi. Des liens indirectsjusque dans l'OiseL'impact local du site d'Airbus Méaultedépend également de l'activité générée chezles fournisseurs du site. Parmi les 75établissements picards, ayant des relationscommerciales significatives avec9 'l'établissement Airbus de Méaulte, une#￾vingtaine appartiennent à la filière#￾ A *￾aéronautique, les autres participent au￾? A #￾fonctionnement de l'entreprise dans￾# A ￾?    ￾   "#" diverses activités : outillage et maintenance,logistique et transport, entretien nettoyage,bâtiment et commerce. Au total, ces fournisseurs emploient 4 500 salariés          et consacrent en moyenne 18 % de leur chiffre d'affaires aux commandesd'Airbus, soit en proportion, 800 emplois.En tenant compte de la résidence des salariés des fournisseurs,l'influence économique de l'établissement se diffuse sur le départementde la Somme et gagne le sud de la Zone d'Emploi de Beauvais dans l'Oise.) 'Par contre, l'aire d'influence d'Airbus ne s'étend que marginalement sur le"+département de l'Aisne, avec quelques dizaines d'emplois dans le bassin* 'de vie de Saint-Quentin.Moins concentrée autour d'Albert que l'impact direct, l'influenceC 'indirecte du site est principalement localisée sur trois pôles. Le premierest le bassin de vie d'Albert où habitent un tiers des salariés desfournisseurs. Le bassin de vie d'Amiens, qui accueille 17 % des emploisindirects, constitue un second pôle. Plus éloigné d'Albert, le troisième 'pôle s'étend sur les bassins de vie de Beauvais, Noailles et Méru et ' rassemble 15 % des emplois indirects. Contrairement aux deux premierspôles, les fournisseurs dans ce pôle isarien appartiennent à la filièreaéronautique ou à l'industrie. L'influence économique d'Airbus sur ceterritoire s'apparente davantage à un effet de complémentarité économique   "#" qu'à un effet de proximité.
"++
"+%+" B"440!/
lte.Méau0 à 
6
$    %            
iolpme 0ab el ,ss,ifctfe36c ve aocpmne ss laet6  de ssin'Amiviedséill à tca'tiviiéarsus 1 r 0 00uq.esAesbmalegd é de l'aéronautiislomp ees cs,buriA à séil siolp la % dee 3 ns dm ioettnséneerrpe vii quinsse  dd noab uupopitalr les efième pouio .eDxu anumelps bu rseuiédrat ediptnemiA . isn d'Albert, l'impcartletafid A'rispret enmevetiece 061 tnme 021 t Corpouret Pbie en ,rénomotpuqcimesn elbed %e'l ésriui qs delasamelpio sse 201 0tent 18 représen eiréhpirép al Aie vden sias bdu seldtnadiner séie. de vsin  basé'uqvilanedt e 3bus représente leuqi ud etisriA ct'aitivécé omon .eCebtrleuq suq de ssind'Alvie ad % 07 ab el snplem0 00ntdos oivices à  des serasan tuo e'lraitrcme de,dus om cme siolpnoseed tl, ltota.Au atifsirtmdnirua ceet sdut enèvel ruxed teennosrep al
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.