La filière agroalimentaire picarde dans le Bassin parisien. Un dynamisme à pérenniser

De
Publié par

La Picardie emploie 10,8% des salariés de la filière agroalimentaire du Bassin parisien, soit 33 800 personne. Hormis l'Ile-de-France qui représente 40% de la filière, seul le Centre fait légèrement mieux dans le Bassin parisien. La filière agroalimentaire picarde se démarque par sa diversité mais reste dominée par la transformation de légumes et la fabrication de sucre. Ainsi, grâce à un tissu agricole et économique spécifique, la filière picarde n'a pas été touchée par la perte qu'a subi la filière agroalimentaire dans l'ensemble du Bassin parisien.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°116 - 2003
La filière agroalimentaire picarde
dans le Bassin parisien
Un dynamisme à pérenniser
La Picardie emploie 10,8% des salariés de la filière agroalimentaire du Bassin
parisien, soit 33800 personnes. Hormis l’Île-de-France qui représente 40% de la
filière, seul le Centre fait légèrement mieux dans le Bassin parisien. La filière
agroalimentaire picarde se démarque par sa diversité mais reste dominée par la
transformation de légumes et la fabrication de sucre. Ainsi, grâce à un tissu agricole
et économique spécifique, la filière picarde n’a pas été touchée par la perte qu’a
subi la filière agroalimentaire dans l’ensemble du Bassin parisien.
i la Picardie est une région dont de gros et les IAA, et le Centre (38 090 die est spécialisée dans la fabrication
l’économie et le tissu industriel salariés) spécialisé dans les IAA. de glaces et sorbets, dans celle deS sont liés à ceux du Bassin pari- matériel agricole ainsi que dans la
Une spécialisation agro-sien, c’est particulièrement vrai pour la transformation et conservation de légu-
alimentaire picarde originalefilière agroalimentaire. La proximité de mes. Dans toutes ces activités, de
Paris, avec sa forte concentration hu- dans le Bassin parisien grandes enseignes sont présentes
maine, a très tôt offert des débouchés. comme Nestlé, Bonduelle ou Beghin-La filière se caractérise par le poids
Ses vastes étendues font de la Picar- Say. De plus, de nouvelles activités sontdes petits établissements : moins de
die une région agricole considérable, apparues en Picardie entre 1993 et4 salariés en moyenne par établisse-
essentiellement orientée vers les cé- 2000 : la préparation de jus de fruits etment dans le Bassin parisien. La Pi-
réales et les betteraves : le Bassin pa- légumes, d’aliments pour animaux decardie se distingue à cet égard par une
risien compte pour 44% des surfaces compagnie et d’aliments pour enfantstaille moyenne deux fois plus grande,
agricoles françaises et la Picardie pour ainsi que la production de boissons ra-soit 9 salariés, du fait du poids des IAA
11% de celles du Bassin parisien. Les fraîchissantes et le commerce de grosdans la filière picarde. Au sein du Bas-
retombées d’une telle activité agricole de tabac.sin parisien, la Picardie se démarque
sur la filière agroalimentaire sont as- par son importance dans la fabrication Une spécialisation qui confortesez naturellement importantes. Cette de sucre : 36,8% des établissements
la dynamique de la filièrefilière emploie 312 000 personnes du et 34,5% des salariés du Bassin pari-
Bassin parisien, soit 40% des salariés sien. Mais cette activité n’est pas do- Si dans l’ensemble, la filière n’a pas
de la filière française et 3,9% des sa- minante en Picardie. En effet, la Picar- été dynamique entre 1993 et 2000 puis-
lariés du Bassin parisien (pour 4,5%
Le champ de cette étude est l’industrie agroalimentaire hors agriculture proprement dite quides salariés au niveau national). Parmi
relève d’une problématique différente. Les données sont issues des DADS et concernent lesces salariés, 47,9% sont ouvriers et
salariés au 31 décembre 2000.
10,8% sont cadres. La filière picarde
La filière agroalimentaire globale comprend les industries agroalimentaires (IAA)
compte 3 619 établissements et 33 800
mais aussi les industries des machines agricoles, le commerce de gros et de détail lié à
salariés, parmi lesquels 59,4% sont l’agroalimentaire et des services divers. Elle est composée au plan national de 87 secteurs
ouvriers et seulement 7% ont des fonc- selon la NAF 700 soit 26 activités selon la NAF 90. En Picardie, on ne retrouve que 25
activités, soit 77 secteurs.tions d’encadrement. La filière
Certaines activités agroalimentaires ayant un caractère artisanal associé à la vente auagroalimentaire picarde représente
détail ont été ôtées de la filière globale. La charcuterie, la cuisson de produits de boulangerie,
donc 10,8% des emplois de la filière
la boulangerie et boulangerie-pâtisserie et la pâtisserie, ainsi que les commerces de détail, ne
globale du Bassin parisien et 7% des font pas partie de la filière agroalimentaire industrielle.
salariés régionaux. La région se situe Les IAA sont constituées des industries des viandes, des fruits et légumes, laitières, du
travail du grain, de la fabrication d’aliments pour animaux, de l’industrie des boissons et desau troisième rang derrière l’Île-de-
autres industries alimentaires (sucre et confiserie, thé, condiments, aliments pour enfants etFrance (127 120 salariés), spécialisée
alimentation n.c.a., c’est à dire arômes alimentaires, soupes, levures, desserts lactés, etc.).comme la Picardie dans le commerce
BASSIN PARISIENfruits et légumes représente 9,8% desPoids important du Bassin parisien et de la Picardie dans l'agroalimentaire
effectifs, soit 3315 salariés et 30 établis-Répartition des salariés dans la filière agroalimentaire globale en Picardie
sements. Viennent ensuite, avec la
Source : Insee - DADS 2000
même part en effectifs dans la filière pi-
Poids dans la filière (%)
Établissements Salariés carde (plus de 8%), le commerce de gros
Salariés Salariéspicards picards de produits alimentaires, les industriespicards du BP
laitières et les industries de la viande.IAA 1 596 19 270 57,0 48,4
Au niveau le plus fin, la boulangerieAutres industries alimentaires ** 1 167 9 051 26,8 23,6
est le plus gros employeur régional avecIndustrie des fruits et légumes 30 3 315 9,8 1,7
Industrie laitière 3472 salariés, soit 10,3% de la filière21 2 721 8,1 6,0
Industrie des viandes ** 313 2 541 7,5 10,4 globale. Viennent ensuite la fabrication
Fabrication d'aliments pour animaux 19 758 2,2 1,3 d’emballages plastiques (1 858 salariés),
Travail des grains 20 665 2,0 0,9 la transformation et conservation de lé-
Industrie des boissons 22 131 0,4 3,8 gumes (1834 salariés) et la fabrication
Industrie des corps gras 4 88 0,3 0,5 de sucre (1791 salariés). Sur ces qua-
Industrie du tabac - - - 0,2 tre activités, seul le sucre a perdu 395
Industries diverses 138 3 973 11,8 9,2 emplois en 7 ans, les trois autres ont
Transformation des matières plastiques 26 1 858 5,5 4,4 créé plus de 1 500 emplois sur la même
Fabrication de machines agricoles 82 1 453 4,3 2,3
période dont 1 200 dus à la transforma-
Fabrication d'autres machines 15 366 1,1 1,2
tion de légumes, symbolisant par cette
Industrie chimique de base 7 221 0,7 0,7
spécialisation la dynamique régionale.Fabrication de produits agrochimiques 8 75 0,2 0,6
Commerce de gros 772 6 925 20,5 27,9 Une approche « industrielle »
Commerce de gros de produits alimentaires 238 2 794 8,3 14,6
de la filière agroalimentaire
Commerce de gros d'équipements industriels 185 1 616 4,8 3,5
La Picardie compte donc 33 800 sa-Commerce de gros de produits agricoles 249 1 602 4,7 3,8
Commerce de gros de produits intermédiaires lariés dans la filière agroalimentaire mais77 809 2,4 4,0
Intermédiaires du commerce de gros 23 104 0,3 1,9 il y a une forte différence entre la struc-
Commerce de détail * 1 059 2 141 6,3 10,9 ture de la partie industrielle de la filière
Commerce de détail alimentaire en magasin 694 1 538 4,6 7,3 et sa partie artisanat et commerce de
Commerce de détail en magasin non spé. 224 372 1,1 2,3 détail exclusivement tournée vers le con-
Commerce de détail hors magasin 141 231 0,7 1,2 sommateur final. Afin de mieux compren-
Services associés 54 1 489 4,4 3,6 dre l’organisation industrielle de cette fi-
Services divers 44 1 455 4,3 2,6 lière, certaines activités agroalimentaires
Manutention et entreposage 4 25 0,1 1,0 ont donc été ôtées. Ces activités, dont
Location de machines et équipements 6 9 0,0 0,0
la localisation est généralement liée à
Total 3 619 33 798 100,0 100,0
celle de la population, sont concentrées
* n'appartiennent pas à la filière industrielle ** n'appartient que partiellement à la filière industrielle
dans des établissements de très petite
taille (en moyenne 3 salariés par établis-qu’elle a perdu 3000 emplois en Picar- 61% en 7 ans, les industries des fruits
sement). Par contre, la taille moyennedie, soit 7,3% des effectifs, cette dimi- et légumes avec 10,6% de salariés en
par établissement de la filière industriellenution reste faible si on la compare à celle plus (en dépit de la transformation de la
agroalimentaire est supérieure à celle dede 15% constatée dans le Bassin pari- pomme de terre qui perd un peu moins
la filière globale : 18 salariés ensien. La région présente donc un diffé- de 1 000 salariés), et le conditionnement
moyenne. Ainsi, cette filière industriellerentiel de croissance favorable de 8 à façon avec une augmentation de 815
compte 27 634 salariés et 1 574 établis-points sur le Bassin parisien qui peut s’ex- salariés.
sements et semble plus pertinente pourpliquer pour 6 points par une résistance
Les IAA et le commerce de gros étudier plus finement la structure indus-particulièrement forte de la Picardie, à
dominent en Picardie trielle de la Picardie et de ses départe-structure équivalente, et pour 2 points par
ments. Elle se caractérise par 63,3%la composition de l’activité picarde. En Picardie, l’ensemble des IAA re-
d’ouvriers et 7,7% de cadres. La repré-En effet, la Picardie est présente sur présente 57% des salariés de la filière ;
sentation des femmes y est sensible-des activités spécifiques qui résistent dans le Bassin parisien, elles ne comp-
ment identique à celle dans l’industrie.mieux à la crise, soit qu’elles n’aient pas tent que 32% des effectifs. C’est le sec-
encore commencé leur transition, soit teur le plus important, suivi par le com- Les industries
qu’elles aient été rationalisées depuis merce de gros qui compte 27,9% des
de transformation des produits
longtemps. Ainsi, le déficit picard est es- salariés. Les IAA regroupent deux activi-
végétaux au cœur de la filièresentiellement dû au commerce d’alimen- tés principales : les autres industries ali-
tation générale avec 74,6% des salariés mentaires (qui recouvrent entre autre les Avec 60 salariés en moyenne, les in-
en moins entre 1993 et 2000 (1 415 per- activités importantes en Picardie comme dustries agroalimentaires proprement di-
sonnes), aux industries laitières avec le sucre, la confiserie, la soupe) et l’in- tes représentent 53% des salariés de la
20,6% des salariés en moins (804 per- dustrie des fruits et légumes. Avec 26,8% filière picarde ainsi rectifiée, soit 14 644
sonnes), dont particulièrement la fabri- des effectifs de la filière, les autres in- salariés dans à peine 16% des établis-
cation de glaces (moins 650 salariés), dustries alimentaires comptent 9 050 sa- sements. Les industries agroalimen-
mais aussi aux intermédiaires du com- lariés et 1167 établissements mais seu- taires sont bien moins fragilisées en Pi-
merce de gros. En revanche, les activi- lement 3 448 salariés dans 46 établisse- cardie que dans le Bassin parisien puis-
tés dynamiques en Picardie sont le tra- ments si l’on ne tient pas compte des que entre 1993 et 2000 elles ont perdu
vail du grain avec une augmentation de activités liées au pain. L’industrie des 11,6% de leurs salariés dans le Bassinparisien (plus de 21 000 personnes) con-


tre seulement 1,6% en Picardie.
En Picardie, trois grands secteurs 3 (// 4 5/+
( , dominent au sein des IAA, totalisant les
2
trois quarts des salariés : l’industrie des ( -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.