La Mayenne, entre spécificités et contrastes

De
Publié par

L’originalité de la Mayenne s’observe par sa présence dans les rangs extrêmes des départements français pour quelques indicateurs significatifs. Et pourtant, la diversité des territoires mayennais est grande. Les trois chefs-lieux d’arrondissement constituent un axe nord-sud relativement dense, industriel et créateur d’emplois. Autour de celui-ci s’organisent des territoires ruraux, à la population plus âgée, de faible densité et à la vocation agricole encore affirmée en dépit d’un important déclin.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 14. Mars 2003
La Mayenne,
entre spécificités
et contrastes
ÉPARTEMENT spécifique, la Mayenne franche entre ces deux groupes de terri-L’originalité de la Mayenne
toires, passant de 28 % dans le Pays dul’est assurément : c’est le pluss’observe par sa présence
jeune des départements ruraux Maine-Angevin à 70 % dans le Pays deDdans les rangs extrêmes des
de France, celui qui connaît l’un des plus Loiron. Les quatre territoires à dominante
départements français pour urbaine concentrent 55 % de la populationfaibles taux de chômage, la plus forte
quelques indicateurs sur 29 % de la superficie. Cependant,activité féminine entre 20 et 59 ans, le plus
significatifs. Et pourtant, même dans les villes, la densité de po-faible taux d’emploi dans les services. Elle
figure également parmi les départements pulation reste peu élevée au regard dela diversité des territoires
à forte fécondité et espérance de vie à la communes de taille et de fonctions com-mayennais est grande.
parables : la densité de Laval est une desnaissance élevée. Près de 43 % de sa po-Les trois chefs-lieux
plus faibles des chefs-lieux des départe-pulation vit dans un espace à dominante
d’arrondissement constituent ments ayant une population comprise entrerurale. Cette notion prend en compte l’im-
un axe nord-sud relativement portance de la population, la proximité du 250 000 et 300 000 habitants. Mayenne,
dense, industriel et créateur bâti, le volume d’emploi offert et les rela- et plus encore, Château-Gontier figurent
parmi les chefs-lieux d’arrondissement lestions entre lieu de résidence et lieu de tra-d’emplois. Autour de celui-ci
vail. Le territoire mayennais est deux fois moins densément peuplés.s’organisent des territoires
moins peuplé que la moyenne nationale.ruraux, à la population plus Une complémentarité entre
Spécificités mais aussi contrastes. Obser-âgée, de faible densité pôles d’emploi urbains et ruraux
vée selon un découpage en dix territoires,et à la vocation agricole
la Mayenne en compte six à dominante ru- Comme dans le reste de la France, l’em-encore affirmée en dépit
rale entourant une colonne vertébrale ploi s’est concentré en Mayenne tandis
d’un important déclin. urbaine le long de la Nationale 162 qui que l’habitat s’est desserré. Les déplace-
relie Château-Gontier, Laval et Mayenne. ments domicile - travail entre la Commu-
Ces six Pays à dominante rurale sont ceux nauté d’agglomération lavalloise et les
des Coëvrons, totalement rural, du Bo- deux Pays limitrophes, Loiron et Maine-
cage Mayennais, de Craon, du Haut-Maine- Angevin, sont intenses.
et-Pail, de l’Ernée et du Maine-Angevin. Les
Les territoires ruraux, à l’exception duPays de Loiron, Château-Gontier, Mayenne
Maine-Angevin, comprennent un pôle, c’est-et la Communauté d’agglomération deÉliane AUBRY à-dire une ville isolée ou une agglomérationLaval, constituent les quatre territoires àSerge JOSEPH de communes, offrant au moins 1 500 em-dominante urbaine. L’emprise de l’espaceMarie-Jo MOULIN plois. Ces pôles sont également pôles deà dominante urbaine marque une ruptureTerritoires
et contrastes
La Mayenne, entre spécificités
services intermédiaires, notion qui recou- Répartition de l’espace rural et urbain
vre un bon équipement en commerces,
services financiers, services locaux de Communauté d'agglomération de Laval
l’État et professions de santé et une attrac-é de communes du Pays territoires à dominante urbaine
de Mayennetivité auprès de la population environnante.
Communauté
de Château-Gontier
Deux siècles qui ont renforcé Communauté de communes du Pays
de Loironla position centrale de Laval
Syndicat intercommunaI du Maine-Angevin
Contrastes également en ce qui concerne Communauté de communes du Pays
de l'Ernéeles évolutions de population au cours des
Syndicat mixte du Haut-Maine-et-Paildeux derniers siècles. Le département a territoires à dominante rurale
connu une baisse de son nombre d’habi-
Syndicat mixte du Pays de Craon
tants de 11 % entre 1800 et 2000, tandis
Communauté de communes
du Bocage Mayennaisque la population nationale doublait. La
Syndicat à Vocation Économiqueperte est intervenue entre 1870 et 1940 ;
et Touristique des Coëvrons
depuis, le département a renoué avec la
0 % 25 % 50 % 75 % 100 %
un pôle urbaincroissance. Au cours de la dernière décen- Répartition de la population de
une commune périurbaine ou multipolariséechacun des dix territoires vivant dans :
un espace à dominante rurale (en %)nie, la population mayennaise a augmenté
grâce à l’excédent des naissances sur les Source : INSEE-recensement de la population 1999
décès. Le département a continué de
perdre des habitants au jeu des migra- celle des 60 ans ou plus. L’aggloméra- La Mayenne compte 118 inactifs pour 100
tions, mais de façon moins prononcée tion de Laval constitue la partie la plus actifs, rapport proche de la moyenne natio-
qu’au cours des décennies antérieures. jeune du département. nale (121 %). Des taux d’activité élevés,
L’évolution de la population sur longue pé- tant chez les hommes que chez les fem-
riode distingue trois types de territoires : la Des spécificités partagées mes, ne compensent pas une structure
Communauté d’agglomération de Laval, mais des difficultés réelles par âge qui présente un déficit chez les
seul espace à avoir massivement gagné 20-59 ans. Trois des territoires urbains
Les migrations portent massivement surdes habitants, les trois autres territoires à comptent particulièrement peu d’inactifs :
deux classes d’âge : les jeunes de 17 àdominante urbaine qui ont maintenu leur Laval, Mayenne et Loiron. À l’opposé, les
30 ans qui quittent le territoire pour pour-population et les six territoires plus ruraux quatre territoires les plus ruraux dévelop-
suivre leurs études ou trouver un premierdont la population a baissé de façon plus pent une fonction résidentielle de plus en
emploi, les 30-40 ans qui y reviennent,ou moins importante. Parmi eux, le Maine- plus prononcée. Ils connaissent les plus
accompagnés de leurs jeunes enfants.Angevin -au carrefour des influences de fortes proportions de retraités - jusqu’à
Laval, Château-Gontier et Sablé-sur-Sarthe- 30 % dans le Bocage Mayennais.
et les Coëvrons sont entrés dans une Le département de la Mayenne se compose
Le record du taux d’activité féminine entrephase de redressement depuis 1975. de dix pays désignant des structures
intercommunales supports d’un Contrat Régional 20 et 59 ans détenu par le département deLa population du Pays de l’Ernée s’est
de Développement (CRD). Seules les communes la Mayenne -dû en partie à l’importance desstabilisée, le Pays de Craon, le Bocage
de Bouessay (qui appartient à la communauté de aides familiales dans le milieu agricole-Mayennais, et le Haut-Maine-et-Pail ont communes de Sablé-sur-Sarthe) et de Saint- Georges-
Buttavent n’ont adhéré à aucune de ces dix structures.continué de perdre des habitants, les deux
derniers affichant un nombre de décès Le zonage en aires urbaines et en aires d’emplois de l’espace rural.
supérieur au nombre de naissances. Il est défini à partir des lieux de domicile et de travail déclarés au recensement de la population de 1999.
Pôle urbain : unité urbaine comptant 5 000 emplois ou plus et n’appartenant pas à la couronne
La période récente montre une attracti- périurbaine d’un autre pôle urbain. Il en existe trois en Mayenne : Laval, Château-Gontier et Mayenne.
vité nettement différenciée des territoires Couronne périurbaine : ensemble des communes dont 40 % ou plus des actifs résidants vont travailler
mayennais. De nouveaux habitants se dans une autre commune de l’aire urbaine.
sont installés dans les territoires ruraux Une aire urbaine est composée d’un pôle urbain et de sa couronne périurbaine.
de l’Est, à savoir le Maine-Angevin, le Haut- ??? Les communes multipolarisées sont des communes ou agglomérations situées hors des aires urbaines,
dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires urbaines, sansMaine-et-Pail et les Coëvrons. Dans le
atteindre ce seuil avec une seule d’entre elles, et qui forment avec elles un ensemble d’un seul tenant. Il en existe
même temps, les territoires ruraux de quelques-unes en Mayenne, partagées entre les aires urbaines de Mayenne et Laval, de Laval et Château-Gontier
l’Ouest ont continué de voir leur popula- ou de Laval et Vitré.
tion les quitter sans être suffisamment L’espace à dominante urbaine est formé de l’ensemble des aires urbaines et des communes multipolarisées.
attractifs pour équilibrer la balance. ?? Pôle d’emploi de l’espace rural : commune ou unité urbaine n’appartenant pas à l’espace à dominante urbaine
et offrant 1 500 emplois ou plus. Il en existe cinq en Mayenne : Évron, Villaines-la-Juhel, Ernée, Craon, Gorron.
Le département de la Mayenne compte 91 Couronne d’un pôle d’emploi de l’espace rural : ensemble des communes ou agglomérations n’appartenant
pas à l’espace à dominante urbaine dont 40 % ou plus des actifs résidents vont travailler dans le reste de l’airepersonnes de soixante ans ou plus pour
d’emploi de l’espace rural.100 de moins de vingt ans, proportion
Une aire d’emploi de l’espace rural est composée d’un pôle d’emploi de l’espace rural et de sa couronne.assez voisine de la moyenne nationale (87
???? L’espace à dominante ruraleé de l’ensemble des communes n’appartenant pas à l’espacepour 100). Cinq des six territoires ruraux,
à dominante urbaine.
en particulier le Bocage Mayennais et le
Les territoires dont 50 % ou plus de la population habitent dans l’espace à dominante urbaine sont,
Haut-Maine-et-Pail, comptent davantage par simplification d’écriture, qualifiés dans cette étude de territoires urbains. Les autres sont qualifiés
de territoires ruraux.de personnes de 60 ans ou plus que de
Pôles de services intermédiaires ou communes bien équipées : communes bien équipées (possédantjeunes. Le Maine-Angevin, sous domi-
9 des 16 équipements de base) ou exerçant une attraction sur les habitants d’au moins une commune.nante rurale, se distingue avec un rap-
Aires d’influence des pôles de service intermédiaire : chaque commune est reliée par un trait au pôleport proche de ceux des territoires
de service intermédiaire fréquenté habituellement.
urbains dont la population jeune excède
2
INSEE PAYS DE LA LOIRE - LA MAYENNE, ENTRE SPÉCIFICITÉS ET CONTRASTES - MARS 2003est partagé par les dix territoires. Le plus Les ouvriers, bénéficié de la concentration de l’emploi,
faible taux (dans les Coëvrons) se situe fortement dans le cas de la Communautépremier groupe social
nettement au-dessus de la moyenne natio- d’agglomération de Laval (+ 11 %), de
Plus d’un actif sur trois en Mayenne est unnale : 79,8 % contre 74,4 %. Tous les ter- façon plus modérée dans les Pays de
ouvrier, un sur quatre en moyenne natio-ritoires présentaient au recensement de Loiron, de Mayenne et de Château-Gontier.
nale. Cette spécificité est vérifiée dans les1999 un niveau de chômage inférieur à la Le Maine-Angevin et les Coëvrons sont
dix espaces, même dans la Communautémoyenne nationale. Cela ne doit pas s’in- les seuls territoires ruraux à avoir élevé
d’agglomération de Laval où la proportionterpréter comme une absence de difficul- leur nombre d’emplois.
est la moins élevée (29 %). C’est dans letés sociales. La ville de Laval compte trois
L’appareil productif mayennais reste mar-Pays de Loiron qu’elle est la plus pronon-zones urbaines sensibles abritant plus de
qué par la vocation agricole du départe-cée, avec 40 % d’ouvriers. Le département9 000 personnes, dont 19 % des actifs
ment. Il s’agit principalement d’élevage deabrite également bon nombre d’agricul-sont à la recherche d’un emploi.
bovins et de porcins qui a été fortementteurs exploitants qui constituent plus de
Le département de la Mayenne connaît affecté par les crises successives, ESB et20 % des actifs dans les territoires les plus
aussi un faible niveau de revenu. La part des fièvre aphteuse. Le département a connu,ruraux (le Bocage Mayennais et le Pays de
foyers fiscaux non imposés y est nettement entre 1990 et 1999, une réduction de l’em-l’Ernée). On compte peu de cadres.
supérieure à la moyenne nationale. Seule la ploi agricole supérieure à celle observée
Communauté d’agglomération de Laval au plan national (- 35 % contre - 26 % enDes gains dans l’urbain
figure en dessous ; la proportion est voisine moyenne). Les Coëvrons, le Pays d’Ernée et
Entre les recensements de 1990 et 1999,de la moyenne nationale dans le Pays de le Bocage Mayennais ont été fort touchés.
l’emploi a progressé en Mayenne au mêmeMayenne. Dans les neuf autres territoires,
rythme que dans le reste de l’Hexagoneplus d’un foyer fiscal sur deux est non im- Renforcement
(+ 4 % contre + 3 % en France métropoli-posé. Cette proportion croît avec la ruralité de la spécificité industrielle
taine). Ensuite, la hausse s’est poursuivieet atteint 60 % dans le Bocage mayennais.
L’industrie (hors construction) assure leen 1999 et 2000 mais -contrairement au
Autre difficulté, le niveau de formation. Plus quart des emplois en Mayenne, contrereste de la France- une stagnation a été
du quart des Mayennais de 15 à 39 ans 18 % en moyenne nationale. Elle estenregistrée en 2001.
ayant terminé leurs études ne dispose très diversifiée avec une importante
Seul le recensement de la population per-d’aucun diplôme, onze points de plus qu’en composante agroalimentaire, des activités
met de connaître l’emploi au lieu de travailmoyenne nationale. Le retard pris par la po- traditionnelles (habillement, imprimerie),
au niveau d’un ensemble de communes.pulation des territoires les plus ruraux est mais aussi des productions de haute-
Entre les deux derniers (1990 et 1999),patent : jusqu’au tiers des jeunes actifs technologie. Cette présence industrielle
les variations ont été très disparates surdans le Bocage Mayennais. Même autour de forte se vérifie dans chacun des dix terri-
le territoire mayennais. Les territoiresLaval, là où se concentrent les cadres, le ni- toires et tout particulièrement dans les
urbains ont, comme partout en France,veau reste inférieur à la moyenne nationale. Pays de Mayenne, des Coëvrons, du
Haut-Maine-et-Pail et de Château-Gontier.
Territoires mayennais
Il s’agit avant tout d’une industrie de main-
La Ferté-macéDomfront
d’œuvre. Les fonctions administratives et
Saint-James commerciales n’y constituent que 18 %
Louvigné-du-Désert de l’emploi contre 25 % en France. Ces
fonctions de « tête-d’œuvre » sont particu-
lièrement sous-dimentionnées dans les en-Coglès Gorron
pays des Coëvrons, de Château-Gontier,
Pays du Bocage Mayennais Pays du Haut-Maine et Pail
du Haut-Maine-et-Pail et de l’Ernée.Fougères
Villaines-la-Juhel L’agriculture et les industries agroalimen-
MayenneErnée taires fournissent le tiers des emplois dans
Pays de l'Ernée le Bocage Mayennais, à peine moins dans
Pays de Mayenne
les autres territoires ruraux. Les spécialisa-
tions recouvrent la production de viandesPays des Coëvrons
Sillé-le-Guillaume bovine, porcine, de volailles, l’abattage, laVitré
Pays de Loiron Évron production d’aliments pour le bétail, les fro-
mageries. La filière est complète avec de
LAVAL nombreux emplois dans la fabrication deArgentré-du-Plessis
Communauté d'agglo. de Laval machines pour l’industrie agroalimentaire,
le commerce de gros de produits agricoles.
Quelques grands noms de l’agroalimentaire
La Guerche-de-Bretagne
se trouvent sur le territoire mayennais :
Pays du Maine-Angevin siège de Lactalis (Laval), établissementsPays de Craon
des Fromageries BEL, de la Société d’ex-
Craon ploitation des abattoirs d’Évron (pays des
Château-Gontier Sablé-sur-Sarthe Coëvrons), CELIA (pays de Craon).
Pays de ChâPouancé
L’industrie mayennaise a connu, entre les
recensements de 1990 et 1999, une
réduction du nombre d’emplois bien infé-
© INSEE - IGN 2003 rieure à celle observée pour l’ensemble de
Source : INSEE-recensement de la population 1999 et inventaire communal 1998
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - LA MAYENNE, ENTRE SPÉCIFICITÉS ET CONTRASTES - MARS 2003
et contrastes
La Mayenne, entre spécificités
Carte d’identité des territoires
Communauté Communauté Communauté Syndicat
Communauté Communauté Syndicat Syndicat Syndicat
Communauté de communes de de à Vocation
de communes de communes mixte ilntercommuna mixte
d'agglomération du Pays communes communes Économique
du Pays du Pays du Maine- du Haut-du Paysde Laval de Château- du Pays du Bocage et Touristique
de Mayenne de Loiron Angevin Maine-et-Pailde Craon d'Ernée Mayennais des CoëvronsGrontie
Population totale 1999 88 295 26 526 26 404 14 375 26 741 19 283 12 336 23 517 20 242 25 704
2Densité de population (hab./km)4290 5677524049203833 3
S5olde migratoire entre 1990 et 1999 -31 34 +816 +038 -628 -871 -256+751 +923-354 + 48
L7es 60 ans ou plus / les moins de 20 ans 02,6 09,8 06,7 05,7 13,0 17,1 02,8 12,3 13,4 1,1
Part des non-diplômés chez les résidents
ayant terminé leurs études (en %) 179,8 247, 285, 287, 341, 340, 218, 320, 302, 29,
P6art des ouvriers dans la population (en %) 114, 157, 166, 118, 146, 195, 145, 136, 155, 17,
P8art des cadres dans la population (en %) 49, 20, 34, 23,, 10, 24, 14, 17, 1,art des retraités dans la population (en %) 136,1, 179, 108, 234, 296,1, 247, 380, 24,
N8ombre d'emplois offerts 466 17 120 52 152 214804150 0361764903 82547813 9 59art des actifs travaillant hors du territoire (en %)1, 223, 273, 516, 278, 353, 445, 207, 249, 25,
Part des emplois occupés
p9ar des non-résidents (en %) 264, 169, 229, 352, 262, 292, 208, 271, 230, 19,
T6aux de chômage au RP 1999 (en %) 84, 78, 64, 69, 52, 74, 61, 84, 76, 7,
Taux d'évolution de l'emploi
e4ntre 1990 et 1999 (en %) +511, +05, +27, +26, -60, -58, +04, -34,-314, + 3,
P5art de l'emploi agricole (en %) 22, 191, 70, 200, 231, 215, 224, 221, 207, 17,
P0art de l'emploi industriel (en %) 277, 314, 368, 361, 324, 288, 331, 305, 259, 35,
P3art de l'emploi dans les commerces (en %) 112, 131, 161, 98, 80, 96, 93, 113, 191, 8,
P1art de l'emploi dans les services (en %) 508, 473, 482, 368, 355, 357, 324, 370, 362, 38,
Rlevenu net imposable moyen par foyer fisca
e8n 1999 (en euros) 185 32 112 70 133 66112 44 191 26141 30141 90171 21180 81 11 40
Source : INSEE recensement de la population de 1999 et direction des impôts pour le revenu annuel moyen
la Métropole : - 3 % contre - 12 %. À l’image cependant progressé beaucoup plus rapi- et 1999, contre + 16 % en Métropole), et
de la France, l’emploi industriel mayennais dement au cours des deux derniers recen- prononcée dans le Pays de Loiron
a ensuite stagné en 1999, progressé en sements qu’au plan national, + 23 % (+ 51 %) et les Coëvrons (+ 43 %) .
2000 puis reculé en 2001. Les évolutions contre + 13 %. Cette progression s’est
Spécificités dans ses structures, con-entre les recensements sont nettement poursuivie de 1999 à 2001. La part du
trastes entre ses territoires dans les évo-contrastées : fortes baisses dans le commerce atteint la moyenne nationale
lutions caractérisent le département deBocage Mayennais (habillement-cuir et dans le Haut-Maine-et-Pail, essentiellement
(1)la Mayenne. Une récente analyse desIAA), le Pays du Loiron (produits miné- grâce à un fort développement du com-
profils des départements français selonraux, industries des équipements du merce de gros. La progression spectacu-
33 variables statistiques démontrait le ca-foyer), baisse plus modérée dans le Haut- laire du commerce du Bocage Mayennais
ractère atypique de la Mayenne. Le dépar-Maine-et-Pail (industries des équipements est, elle-aussi, largement due au commer-
tement dont le profil socio-économiquedu foyer) et le Pays d’Ernée (habillement- ce de gros. La Mayenne est le dernier dé-
s’en rapproche le plus est celui des Deux-cuir), croissance dans le Pays de Craon partement de France par l’importance
Sèvres, voisinage au demeurant global et(industrie des composants électriques et relative de l’emploi dans les services. Seule
assez lâche. Témoignage de sa singu-électroniques, métallurgie et transforma- la Communauté d’agglomération de Laval
larité, la Mayenne est le départementtion des métaux) et le Maine-Angevin (mé- y consacre une proportion d’emplois voi-
ligérien le plus éloigné de la moyenne dessine de la moyenne nationale. Les troistallurgie et transformation des métaux).
départements français.territoires chefs-lieux d’arrondissement at-
Le secteur de la construction est également teignent un niveau d’emplois un peu supé-
plus développé en Mayenne qu’au plan na- (1)rieur à la moyenne nationale dans le Voir à ce sujet INSEE Pays de la Loire Études n°12
tional. Dans les Pays de Loiron et de Craon, intitulé « Des départements ligériens qui se ressemblent »secteur de l’éducation, de la santé et de
(janvier 2003)cette activité fournit un emploi sur dix. l’action sociale, notamment en raison de la
présence des structures hospitalières. LaL’importance relative du secteur tertiaire DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
progression des services est nette dans Bruno TRÉGOUËTest, par conséquent, nettement moins
tout le département (+ 25 % entre 1990 RÉDACTEUR EN CHEFforte en Mayenne qu’en France. Celui-ci a
Alain MALMARTEL
SECRÉTAIRE DE RÉDACTIONLes dix plus grands établissements industriels de la Mayenne
Gabrielle PILET
SECRÉTAIRE DE FABRICATION
Hélène VERRON
MISE EN PAGE
Groupe Seb Moulinex Annick HARNOIS
IMPRIMEUR
M.P.O. Disque compact
Mayenne La Contemporaine - Nantes
Prix : 2,20 €
Fromageries Bel
Photo : INSEE
erSociété d'exploitation des Abattoirs d'Évron Dépôt légal 1 trimestre 2003 - ISSN 1633-6283
Flextronic Manufacturing France CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU1444
Laval © INSEE Pays de la Loire - Mars 2003Pompes Salmson
Inergy Automotive Systems Ouest
Abonnement annuel complet :
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €
Valéo Thermique Moteur
CELIA Abonnement annuel Études : 20 €
Château-Gontier
INSEE Pays de la Loire
Effectifs salariés Le Joint Français 105, rue des Français Libres
Secteurs
810 BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2Industries agricoles et alimentaires Limite des pays
Chef-lieu d'arrondissement270 Autres industries manufacturières Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39
© IGN - INSEE 2003
Source : INSEE-Sirène au 01/01/2002
INSEE PAYS DE LA LOIRE - LA MAYENNE, ENTRE SPÉCIFICITÉS ET CONTRASTES - MARS 20034

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.