La saison touristique 2004 : une saison maussade (Octant n° 101)

De
Publié par

Entre mai et septembre 2004, la fréquentation hôtelière marque le pas, elle est en recul de 2 % par rapport à 2003. Dans la région, le nombre de nuitées françaises augmente alors qu'il diminue au niveau national. Dans l'hôtellerie de plein air, on enregistre une perte de nuitées proche de 10 % par rapport à la saison passée : les campeurs français et étrangers ont boudé la Bretagne comme l'ensemble du pays.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Tourisme
La saison touristique 2004 :
une saison maussade
Entre mai et septembre 2004, la fréquentation parallèlement, le Finistère se
maintient avec difficulté. Danshôtelière marque le pas, elle est en recul de 2 %
ce département, les évolutions
par rapport à 2003. Dans la région, le nombre sont contrastées : c’est là que
de nuitées françaises augmente alors qu’il diminue l’on note la plus forte progres-
sion des nuitées françaisesau niveau national.
(+ 4,4 %) mais aussi le plus im-
Dans l’hôtellerie de plein air, on enregistre une portant recul des nuitées étran-
perte de nuitées proche de 10 % par rapport gères (- 13,6 %).
à la saison passée : les campeurs français
et étrangers ont boudé la Bretagne
Forte réductioncomme l’ensemble du pays.
de la clientèle étrangère
u cours de la saison 2004 lerie de plein air. Ce résultat est in-A - de mai à septembre - on a férieur de 7,3 % à celui de 2003
Concernant la clientèle étran-dénombré un total de 13 574 800 mais se rapproche de celui cons-
gère, la Bretagne fait partie desnuitées dans l’hôtellerie et l’hôtel- taté en 2002.
cinq régions où la perte est su-
périeure à 10 %. En 2004, les
nuitées étrangères ne représen-
Hôtellerie : fréquentation en baisse tent plus que 26,5 % de l’en-
semble des nuitées, soit 3 points
de moins qu’en 2003. Parmi les
Dans les hôtels homologués et dégradation est la plus impor- touristes étrangers, les Britanni-
dans les de chaîne non tante (- 20 %). ques sont les plus nombreux. Ils
1homologués , le nombre de nui- précèdent la clientèle venue du
tées s’élève à 4 207 500 en Benelux (Belgique, Pays-Bas et
2004, soit une baisse de 2 % par Luxembourg) et d’Allemagne. A
La fréquentation déclinerapport à 2003, année excep- l’inverse, la progression des
dans tous les départementstionnelle en raison des condi- nuitées françaises est de 2,1 %
tions climatiques. La baisse contre - 1,3 % au niveau natio-
constatée est deux fois plus nal.
élevée que celle observée en Les Côtes-d’Armor sont très
1 : En 2004 les résultats de l'enquêteFrance métropolitaine. Nos voi- marquées par la baisse de fré-
de fréquentation dans l'hôtellerie intè-sins ligériens enregistrent en quentation, avec plus de 5 % de
grent les données des hôtels homolo-2004 la plus forte progression du perte des nuitées ; l’Ille-et-Vi-
gués et des hôtels de chaîne non
volume de nuitées (+ 4,9 %) ; à laine et le Morbihan accusent homologués (assimilés aux hôtels
l’opposé, c’est en Corse que la des baisses inférieures à 2 %, classés 0 et 1 étoile).
26 Octant n° 101 - Avril 2005 Bilan économique 2004Tourisme
Hôtellerie : évolution 2003-2004 (mai à septembre) des nuitées en Bretagne en milliers
Nuitées totales Nuitées françaises Nuitées étrangères
Variation Variation Variation
Nombre Nombre Nombreen % en % en %
Côtes-d’Armor 656,8 -5,3 462,8 - 3,7 194,1 - 8,9
Finistère 1 115,8 - 0,7 840,8 + 4,4 275,0 - 13,6
Ille-et-Vilaine - 1,7 + 3,3 - 11,11 412,3 967,5 444,9
Morbihan - 1,4 + 1,8 - 12,71 022,5 820,5 202,0
Bretagne 4 207,5 - 2,0 3 091,6 + 2,1 1 115,9 - 11,6
Les valeurs figurant dans ce tableau ayant été arrondies, l’égalité comptable peut dans certains cas ne pas être respectée.
Évolution 2003-2004 (mai à septembre) Évolution 2003-2004 des nuitées dans l’hôtellerie
des taux d'occupation dans l'hôtellerie homologuée (mai à septembre)
Nuitées totales
plus de 1En points
stable0 à 2
de -1 à - 7
de 0 à - 2
moins de -15moins de - 2
© IGN - INSEE 2005
Clientèle française
point) ; seul la façade finisté-Des taux d’occupation
rienne présente une petite pro-pratiquement stables
gression (+ 0,8 point). A l’inté-
rieur des terres, hormis le
Le taux moyen d’occupation en Morbihan qui perd 3,5 points,
plus de 12004 est identique à celui cons- les départements affichent de
stable
taté l’an passé. Sur le littoral, il légères hausses (entre 0,6 et 1,1 de -1 à -10
n’évolue quasiment pas (- 0,1 point).
moins de -25
Clientèle étrangèreHôtellerie de plein air : érosion des nuitées
La météo n’a pas été propice à la Clientèle française :
venue des campeurs en 2004. en recul de près de 7 %
De mai à septembre, les cam-
pings bretons ont comptabilisé
près de 9,4 millions de nuitées, En 2004, on dénombre plus de
plus de 1soit une perte proche de 10 % 6,8 millions de nuitées pour la
stablepar rapport à l’an passé. La baisse clientèle française, contre 7,1
de -1 à -10de fréquentation n’épargne au- millions en 2003. Les Cô-
moins de -10
cun département. Le Morbihan tes-d’Armor et le Morbihan ac-
est le plus touché : - 400 000 nui- cusent plus de 10 % de baisse
© IGN - Insee 2005tées, soit 11 % de moins qu’en par rapport à l’année précé-
2003. Pour les autres départe- dente ; pour les deux autres dé-
Sources (cartes et tableaux)ments, la réduction est comprise partements, le retrait est plus
Enquête tourisme 2004 - Secrétariat d’État auTourisme et Insee Bretagneentre - 6,1 % et - 14 %. limité.
-Réseau Morgoat, module Hôtellerie
Bilan économique 2004 Octant n° 101 - Avril 2005 27Tourisme
Campings : principaux indicateurs 2004 selon le type
Évolution 2003-2004 des nuitées
d’emplacement
dans l’hôtellerie de plein air
Emplacements Emplacements(mai à septembre) Ensemblenus locatifs
Taux d’occupation 30,2 51,1 33,0
Nuitées totales % nuitées étrangères 25,5 33,1 27,3
Durée moyenne
séjour français (en 6,3 7,8 6,6
nombre de jours)
Durée moyenne
séjour étranger (en 5,1 8,4 5,8
Les Français préfèrent les ter- 2004, contre 85,5 % au niveauplus de 0
rains de campings deux étoiles, national. La part des nuitéesde 0 à -5
de -5 à -13 46 % des nuitées y sont réali- réalisées sur ces emplacements
moins de -13 sées ; leur département de pré- s’élève à 75,7 % dans la région,
dilection reste le Morbihan. un peu plus que sur l’ensemble
de la France métropolitaine.
Clientèle française Toutefois sur les emplacements
Clientèle étrangère : locatifs, le taux global d’occu-
repli plus important pation est supérieur de plus de
20 points à celui des emplace-
ments nus ; en outre, les nuitéesLa baisse de fréquentation
étrangères y représentent un
étrangère dépasse 16 % pour
tiers des nuitées totales contrel’ensemble de la région. La va-
un quart sur les emplacements
riation la plus importante a lieu
nus ; enfin, la duréeduséjour ydans les Côtes-d’Armor qui per-plus de 0
est plus longue pour les Fran-
de 0 à -5 dent près de 22 % des nuitées ;
çais comme pour les étrangers.de -5 à -8 le repli est de 14 à 16 % pour les
moins de - 8
trois autres départements. L’hô-
En 2004, la part des campingstellerie de plein air haut de
gérés par des structures privées
gamme attire la clientèle étran-
Clientèle étrangère atteint 60 %. Un tiers des cam-gère : plus de 47 % des nuitées
pings relève des collectivitéslo-
sont concentrées dans les cam-
cales. Les autres sont gérésparpings quatre étoiles. Les touris-
des comitésd’entreprises ou
tes étrangers privilégient le Fi-
des associations (7 %).nistère pour leur séjour. La
clientèle en provenance du Bé-
nélux est la plus nombreuse,
devant les Britanniques et les
plus de 0 Allemands.
de 0 à -5
de -5 à -10
moins de - 10 Encore peu
d’emplacements locatifs
© IGN - Insee 2005
En Bretagne, les emplacementsSources (cartes et tableaux)
nus (non équipés) proposés à la
Enquête tourisme 2004 - Secrétariat d’État auTourisme et Insee Bretagne
clientèle de passage représen--Réseau Morgoat
tent plus de 87 % de l’offre en Élie Férard
Camping : évolution 2003-2004 (mai à septembre) des nuitées en Bretagne en milliers
Nuitées totales Nuitées françaises Nuitées étrangères
Variation Variation Variation
Nombre Nombre Nombreen % en % en %
Côtes-d’Armor 1 760,1 - 13,9 1 266,6 - 10,4 493,5 - 21,7
Finistère 3 408,5 - 6,1 2 442,2 - 1,6 966,4 - 16,0
Ille-et-Vilaine - 8,2 - 3,1 - 13,9956,1 528,6 427,5
Morbihan - 11,0 - 10,1 -14,33 242,6 2 569,3 673,3
Bretagne 9 367,3 - 9,6 6 806,6 - 6,7 2 560,7 - 16,4
Les valeurs figurant dans ce tableau ayant été arrondies, l’égalité comptable peut dans certains cas ne pas être respectée.
28 Octant n° 101 - Avril 2005 Bilan économique 2004
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.