Le bâtiment se porte bien

De
Publié par

La forte demande d'appartements, pour l'occupation personnelle ou l'investissement, a accéléré les mises en chantier, qui retrouvent un niveau très élevé, après le creux de 2002. La construction de maisons individuelles est freinée par le manque de terrains disponibles. L'activité dans le bâtiment non résidentiel souffre de la faiblesse de l'investissement dans l'industrie et dans le tertiaire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ACTIVITÉS
Le bâtiment se porte bien
française se situant à +16 % pour toutefois, qu'en Alsace, environLa forte demande
les logements commencés et à 60 % des maisons individuellesd’appartements,
+21 % pour les nouvelles autorisa- sont réalisées hors lotissements.pour l’occupation personnelle
tions de construire.
ou l’investissement, "L’individuel groupé", communé-
aaccélérélesmises enchantier, ment appelé "maisons en bande",Moins de maisons construites
qui retrouvent qui constitue une solution intermé-par manque de terrains
diaire entre la maison individuelle etun niveau très élevé,
France entière, le boom touche l’appartement, est très répanduaprès le creux de 2002.
aussi bien l’individuel (+12 %) que dans d’autres régions, mais il n’est
La construction
le collectif (+20 %), alors qu’en pas de tradition en Alsace. Pour-
de maisons individuelles Alsace, l’individuel piétine. À peine tant, ce type d’habitat commence à
est freinée par le manque 4 500 maisons individuelles ont été se répandre : ces deux dernières
de terrains disponibles. construites en 2004. Comparé à la années, une maison sur six relevait
moyenne des cinq dernières années, d’une opération groupée, contreL’activité dans le bâtiment
cela représente un déficit de 280 mai- une sur dix seulement, voici quatrenon résidentiel
sons. Ce déficit est particulièrement ou cinq ans.
souffre de la faiblesse
sensible dans le Bas-Rhin. Il tient,
de l’investissement pour l’essentiel, au peu de terrains Forte demande dans le collectif
dans l’industrie constructibles offerts à la vente, en
et dans le tertiaire. particulier aux abords immédiats Dans le collectif, la reprise des mi-
de Strasbourg. Dans les nouveaux ses en chantier, amorcée en 2003,
était d’abord hésitante, avant delotissements du Bas-Rhin, seules
quelque 700 parcelles ont été mises connaître une brusque accélération
ans l’ensemble, 2004 est un sur le marché en 2004, contre 950 au quatrième trimestre 2004. ParD bon cru pour la construction en 2003 et 1 000 en 2002. Notons rapport au reste de la France, les
résidentielle en Alsace. Un peu plus
de 10 000 nouveaux logements ont
Forte hausse des nouvelles autorisations de construire en 2004été mis en chantier. Il faut remonter
cinq ans en arrière, en 1999, pour
14 000
retrouver un niveau d’activité supé- Nombre de logements
rieur. Et si l’on en juge par les permis 13 000
de construire déposés et autorisés
Logements autorisés(18 % de plus qu’en 2003), la ten- 12 000
dance devrait se prolonger en 2005.
11 000
Cette bonne santé de l’immobilier
10 000n’est d’ailleurs pas propre à
l’Alsace. La plupart des régions af-
9 000fichent même des performances
Logements commencésnettement supérieures : en Aqui-
8 000taine, en Picardie, en Auvergne,
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004les mises en chantier ont augmen-
té de plus de 25 %, la moyenne
24
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : DRE Siclone, SitadelACTIVITÉS
promoteurs alsaciens ont réagi as-
Vente d'appartements neufs en 2004 : 20 % de plus qu'en 2003sez tardivement à la très forte de-
mande d’appartements qu’on ob-
5 000
serve depuis deux ans. Au point que Nombre de logements
les stocks de logements disponibles 4 500
à la vente ont littéralement fondu,
4 000en particulier dans le Bas-Rhin. Ce
n’était pourtant pas faute d’autori-
3 500
sations de construire, bien au con-
traire : mois après mois, la courbe
3 000
des autorisations accordées s’é-
cartait davantage de celle des loge- 2 500
ments commencés. Avec l’ouver-
2 000ture de nombreux chantiers en fin
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004d’année, on s’achemine lentement
vers un retour à la normale. Au to- Logements vendus Logements mis en vente
tal, 5 600 logements ont été com-
mencés dans le courant de 2004,
soit 22 % de plus qu’en 2003.
Quant au nombre de logements au- fisants et représentent à peine cinq Activité réduite
torisés, il s’élève à 7 500, un niveau mois de commercialisation. dans le non résidentiel
exceptionnellement élevé.
Le bon courant de ventes s’explique La construction de locaux se situe
par les taux d’intérêt très bas et des à un niveau très moyen, depuisBonne année
deux ans. Les chantiers démarrésconditions particulièrement attracti-pour la promotion immobilière
en 2004 portent sur 550 000 m² deves pour les investisseurs (dispositif
surface. Par rapport à la moyenneUn peu plus de 3 800 apparte- "de Robien"), à un moment où les
des années 2000-2002, l’activitéments neufs ont été vendus en marchés financiers sont toujours hé-
sitants. Le prix des appartements a dans le non résidentiel est en recul2004, ce qui correspond à une aug-
augmenté, en moyenne, de 6,6 % de 30 %. La baisse concerne sur-mentation de 20 % par rapport à
2003, qui était déjà une bonne d’une année sur l’autre, contre 9,5 % tout les locaux industriels et agrico-
année pour la promotion immobi- au niveau national. Avec un prix les, pour lesquels le volume des
lière. En fin d’année, la demande ne moyen de 2 088 euros au m² pour un nouveaux chantiers (en termes de
1
faiblit pas, et une grande partie des appartement neuf, l’Alsace fait plutôt SHON) a chuté de moitié. Dans le
secteur tertiaire, la réduction s’ob-nouveaux programmes mis sur le figure de région "bon marché",etne
e serve aussi bien sur les construc-marché est vendue sur plan. Le se classe que 16 parmi les régions
tions privées que sur lesuc-type de logement le plus demandé françaises. Cette situation s’ex-
tions publiques, à l’exception no-est le trois pièces, qui représente plique toutefois par le nombre im-
portant de petits collectifs qui se table cependant des bâtimentsprès de la moitié des achats. Au se-
construisent, depuis une dizaine d’enseignement.cond semestre, les nouvelles mises
en ventes ont sensiblement aug- d’années, dans beaucoup de com-
menté : 2 400 appartements ont été munes moyennes, voire petites,
mis en vente et 2 100 ont été ven- souvent éloignées des grands cen- Daniel WAHL
dus sur cette période. Les stocks tres urbains. Le coût du terrain y est
commencent donc à se reconsti- nettement plus abordable, et le prix
tuer, mais ils sont encore très insuf- des logements s’en ressent.
1
SHON : la Surface Hors d'Oeuvre Nette d'un immeuble correspond en gros à la surface totale des planchers, sous une hauteur minimale.
25
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : DRE Siclone, Sitadel

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.