Le Cône de l'innovation : un territoire privilégié pour la recherche privée en France

De
Publié par

Au sud de l'Ile-de-France, le Cône de l’innovation (hors Paris) consacre 2,3 milliards d’euros et 18 000 emplois à la recherche privée en 2002, soit 10 % des dépenses et effectifs nationaux de recherche privée. Les activités à forte valeur ajoutée bénéficient des moyens en recherche les plus importants. La recherche privée se concentre à plus de 90 % dans la moitié ouest du Cône. Cependant, quelques organismes de renom sont localisés à l'est du Cône. Depuis 1996, les dépenses de recherche ont nettement progressé. Les services de transport et de communications ainsi que la zone d’Orly Nord Essonne ont le plus bénéficié de ce dynamisme. En 6 ans, la hausse des personnels de recherche privée résulte à la fois de la forte progression du nombre de chercheurs et d’une nette diminution des effectifs de techniciens. Introduction Un quart des moyens humains et financiers de la recherche privée francilienne Les secteurs innovants privilégiés Une recherche privée concentrée dans la moitié ouest du Cône Des dépenses de recherche en nette progression depuis 1996 Hausse des effectifs de chercheurs, mais baisse des techniciens
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 280 - Mars 2007
Le Cône de l’innovation :
un territoire privilégié pour la recherche
privée en France
Au sud de l'Ile-de-France, le Cône de l’innovation (hors Paris) consacre 2,3 milliards d’euros et 18 000
emplois à la recherche privée en 2002, soit 10 % des dépenses et effectifs nationaux de
recherche privée. Les activités à forte valeur ajoutée bénéficient des moyens en recherche les
plus importants. La recherche privée se concentre à plus de 90 % dans la moitié ouest du Cône.
Cependant, quelques organismes de renom sont localisés à l'est du Cône.
Depuis 1996, les dépenses de recherche ont nettement progressé. Les services de transport et de
communications ainsi que la zone d’Orly Nord Essonne ont le plus bénéficié de ce dynamisme.
En 6 ans, la hausse des personnels de recherche privée résulte à la fois de la forte progression
du nombre de chercheurs et d’une nette diminution des effectifs de techniciens.
Danielle JABOT, Service études et diffusion
u sud de l’Ile-de-France, un tion et industrie d’une part, entre secteurs représente à lui seul 23 % des dépenses ré-
territoire se distingue par public et privé d’autre part. gionales et 11 % des dépenses nationales.A l’exceptionnelle concentra- Les dépenses de recherche et développe-
tion des activités de recherche et de haute ment des entreprises (DIRDE) s’élèvent ain-Un quart des moyens humains
technologie, lui valant le nom de « Cône de si à 2,3 milliards d’euros en 2002 sur ceet financiers de la recherche
l’innovation » (➩■ Le Cône de l’innovation : territoire. La recherche privée dans le Cône
privée francilienneun découpage en 5 territoires). Couvrant de l’innovation se situe à un niveau équiva-
une grande zone du nord de l’Essonne, il lent à celui de la région Rhône-Alpes.Le Cône de l’innovation est situé dans une
s’étend également sur une partie des région traditionnellement dynamique dans
Yvelines, du Val-de-Marne et des la recherche privée en France. En 2002, les Le Cône regroupe également, à lui seul,
Hauts-de-Seine. Avec plus d’1,7 million entreprises franciliennes consacrent 9,9 près de 18 000 emplois de recherche
d’habitants et 16 % de l’emploi salarié milliards d’euros à la recherche, soit le privée, dont 10 000 chercheurs et 6 400
régional, il concentre notamment plus de quart des dépenses nationales. Cela place techniciens (➩■ Méthodologie). Il ac-
er10 % des effectifs nationaux de recherche, l’Ile-de-France au 1 rang des régions fran- cueille 22 % des effectifs franciliens de re-
ce qui en fait un pôle majeur de la re- çaises. Quant au Cône de l’innovation, il cherche et 10 % des effectifs français
cherche française.
Le Cône de l’innovation : un découpage en 5 territoires
Fort de ce potentiel, le Cône de l’innova-
Le Cône de l’innovation (103 communes) a fait l’objet d’un découpage en cinq zones multi-com-tion est aujourd’hui au coeur de projets
munales (Centre Essonne, Massy Saclay, Orly Nord Essonne, Vallée de la Bièvre et Versaillesd’envergure (Opérations d’Intérêt National,
Saint-Quentin-en-Yvelines). Leur définition a été guidée par une lecture historique, géographiquepôles de compétitivité) au sein desquels
et empirique du territoire en question, sans correspondance directe avec des réalités institution-l’innovation constitue l’un des principaux
nelles en place. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et la Vallée de la Bièvre représentent cha-leviers de rayonnement et de développe-
cun le quart des emplois du Cône fin 2004, les 3 autres zones entre 15 et 18 %. Lesment des territoires. Ces démarches, en
arrondissements du sud parisien, bien que faisant partie du Cône, ont été exclus de l'étude en rai-s’inspirant des « clusters », reposent sur la
son de l'indisponibilité des données.
mise en synergie entre recherche, forma-
Territoiremétropolitains (➩■ La recherche publique La recherche publique dans le Cône de l’innovation
dans le Cône de l’innovation). Ainsi, la La recherche publique est également très présente dans le Cône de l’innovation, qui concentre le
densité de chercheurs du Cône est nette- tiers des chercheurs publics en Ile-de-France en 1999, soit plus de 10 % des chercheurs publics en
ment supérieure à la moyenne régionale, France. La densité de chercheurs publics est nettement supérieure dans le Cône à celle de
et, surtout, plus de trois fois supérieure à l'Ile-de-France. La recherche publique est particulièrement bien implantée à Massy Saclay, dans la
la moyenne nationale (soit 58 chercheurs Vallée de la Bièvre et dans une moindre mesure à Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Sur ces trois
pour dix mille habitants contre respecti territoires, sont implantés plusieurs établissements du CNRS, l’INSERM, le Commissariat à l’Energie-
Atomique (CEA) ou encore des établissements d’enseignement supérieur, dont de grandes écoles tel-vement 41 et 16) ✎❶. De même, les dé-
les que polytechnique. Massy Saclay concentre la moitié des effectifs de chercheurs publics du Cône.penses de recherche par habitant y sont
La recherche publique est moins implantée à l'est du Cône, malgré la présence d’organismes phares,nettement plus élevées (1 300€ par habi-
comme le Genopole® et le Centre national d’études spatiales (CNES).tant contre 900€ en Ile-de-France). Toute-
fois, le budget moyen par chercheur est
Cône, plus de la moitié de la DIRDE etsimilaire dans le Cône, l’Ile-de-France et Une recherche privée concentrée
des effectifs se concentrent sur deux acti-en province (230 000 euros).
dans la moitié ouest du Cône
vités : l’énergie et l’extraction de pro-
Les secteurs innovants En 2002, au sein du Cône de l’innova- duits énergétiques (EDF), et l’industrie
privilégiés tion, les zones de Versailles Saint- pharmaceutique (Aventis principes actifs
Quentin-en-Yvelines, de la Vallée de la pharmaceutiques).
La recherche privée dans le Cône de
Bièvre et de Massy Saclay concentrent
l’innovation se concentre dans quatre Massy Saclay, premier pôle de rechercheplus de 90 % de la recherche privée.
grands secteurs qui regroupent 60 % de publique du Cône, est la troisième zone
la DIRDE et des effectifs : la fabrication Premier pôle de recherche privée, Versailles en termes de recherche privée avec un
d’équipements radio, télé et communi- Saint-Quentin-en-Yvelines rassemble plus de peu moins de 10 % des dépenses et des
cation (Motorola), l’industrie pharma- la moitié des dépenses et des personnels de effectifs. Deux secteurs d’activité de re-
ceutique (Sanofi recherche), l’industrie recherche et de développement du Cône cherche prédominent : la fabrication
automobile (Valeo climatisation) et les (1,2 milliard d’euros pour 9 900 personnels d’équipements radio, télé et communi-
services de transport et communica- de recherche). Sur ce territoire, quatre secteurs cation (Motorola) et l’industrie pharma-
tions (France Telecom) ✎❷. Ces sec- d’activité regroupent 84 % de la DIRDE : la ceutique (Laboratoire Etablissement
teurs innovants et à haute valeur ajoutée fabrication d’équipements radio, télé et com- Français du Sang Fractionnement).
emploient des personnels de recherche munication (Alcatel CIT), l’industrie automo-
hautement qualifiés. Les chercheurs y La recherche privée est moins présente àbile (Technocentre Renault), les services de
disposent également des budgets les Orly Nord Essonne et dans le Centretransport et de communications (Nortel
plus élevés, avec ceux de l’industrie chi- Essonne (moins de 5 % des effectifs et deNetworks SA) et la fabrication de machines et
mique, la construction aéronautique et la DIRDE). A Orly Nord Essonne, les troiséquipements (GIAT Industries SA).
spatiale et la fabrication de machines quarts des moyens de recherche sont
équipements (entre 250 000 et 270 000 Dans la Vallée de la Bièvre, qui repré- consacrés à l’industrie pharmaceutique.
euros par chercheur). sente 30 % de la recherche privée du Le Centre Essonne est moins spécialisé
Cône de l'innovation : 58 chercheurs pour dix mille habitants en moyenne
Densité de chercheurs en 2002 (Recherche privée)
Source : Insee, ministère de l'Education nationale et de la recherche (DEPP) en 2002du début des années 90. Cependant, lesPrès de la moitié des dépenses de recherche privée dans trois secteurs en 2002
dépenses de recherche et développement
Fabrication d'équipement radio, des entreprises, financées par les entrepri-Industrie pharmaceutique
télé et communication
(21,0 %) ses elles-mêmes et par l’administration, ra-(22,3 %)
lentissent dans le Cône de l’innovation en
2002. La diminution des dépenses de re-
cherche résulte uniquement de la baisse
Autres du financement des entreprises, et non de
Industrie automobile(9,7 %)
celui de l’administration. La réduction de(14,4 %)
la DIRDE ne s’observe que dans le Cône
de l’innovation. En Ile-de-France, comme
en province, la DIRDE continue d’aug-
Fabrication de machines et
équipements menter, mais à un rythme moins soutenu
(9,7 %)
Services de transport et de que lors des années précédentes.
communications
Energie et extraction de (12,7 %)
produits énergétiques
La baisse des dépenses de recherche des(10,1 %)
entreprises est imputable uniquement au
Source : Insee, ministère de l'Education nationale et de la recherche (DEPP) en 2002
territoire de Versailles Saint-Quentin-
en-Yvelines. C’est par ailleurs la seule
zone où le niveau de la DIRDE en 2002puisque trois secteurs représentent 82 % gressé dans le Cône de l’innovation,
est inférieur à celui de 1996, ceci en rai-de la DIRDE : l’industrie automobile comme en Ile-de-France. Elles sont ainsi
(37 %),la fabrication d’équipements ra- passées de 2 à 2,3 milliards d’euros son de la baisse des dépenses dans l’in-
dustrie automobile.dio, télé et communication (26 %) et l’in- (+ 16 %) ✎❹.
dustrie pharmaceutique (19 %)✎❸.
Après une baisse en 1997 et 1998, la Plus petite zone du Cône en termes de
DIRDE a connu une progression régulière moyens de recherche en 1996, OrlyDes dépenses de recherche en
Nord Essonne a connu le plus fort déve-dans le Cône de l’innovation, passant de
nette progression depuis 1996
1,8 à 2,5 milliards d’euros en 2001. Cette loppement au sein du Cône de l’innova-
Entre 1996 et 2002, les dépenses de re- croissance est observée également au ni- tion entre 1996 et 2002 : sa DIRDE a
cherche des entreprises ont fortement pro- veau national et régional, après la baisse triplé sur la période. Cela s’explique par
Méthodologie
La recherche et développement dans les Dans le secteur privé, les chercheurs sont nombre de chercheurs (on parle alors de
entreprises privées des scientifiques et des ingénieurs travaillant budget moyen par chercheur).
à la conception ou à la création de connais- Afin d’obtenir des résultats plus robustes, lesLes enquêtes annuelles du ministère de
sances, de produits, de procédés, de métho- effectifs de recherche et la Dépense inté-l’Education nationale et de la recherche sont
des ou de systèmes nouveaux. Les boursiers rieure de r et développement desmenées auprès des entreprises effectuant
de thèse rémunérés par l’entreprise, dont les entreprises d’une année n sont le résultat dedes travaux de recherche et développement
bénéficiaires d’une convention CIFRE la moyenne de trois années (n-1, n et n+1).(pour leur propre compte ou pour le compte
(convention industrielle de formation par la
de tiers). Elles couvrent la France métropoli-
Une autre approche de la recherche et durecherche), ainsi que les personnels de haut
taine et les DOM-TOM.
développementniveau ayant des responsabilités d’animation
Concernant la recherche privée, ont été des équipes de chercheurs, font également
Il est possible d’estimer la recherche sur unécartées les entreprises employant moins partie de cette catégorie.
territoire à partir des établissements déclarantd’un chercheur en équivalent temps plein.
comme activité économique la recherche-dé-Les techniciens sont des personnels d’exé-
Si ces enquêtes permettent de localiser la re- veloppement (code 731Z et 732Z de la No-cution placés auprès des chercheurs pour
cherche au niveau régional ou départemen- menclature d’Activités Française). Ainsi, dansassurer le soutien technique des travaux de
tal, il est néanmoins difficile de déterminer le Cône de l’innovation, plus de 22 000 sala-recherche et développement. Ces person-
précisément le niveau de la recherche pour riés travaillent, fin 2004, dans ce secteur d’ac-nels, parfois de très haut niveau, se distin-
d’autres territoires. Ainsi, la dans tivité. Cela correspond à 40 % des emploisguent des chercheurs dans la mesure où il
le Cône de l’innovation a été estimée à partir
franciliens du secteur. Les plus grands établis-n’entre pas dans leurs fonctions de définir ou
des réponses des entreprises présentes sur sements employeurs du Cône sont le CNRS,d’orienter les travaux de recherche, mais plu-
le territoire et déclarant effectuer de la re- le CEA, l’institut de radioprotection et de sûre-tôt d’en assurer le support logistique.
cherche dans l’un des départements du té nucléaire et l’Institut National de Recherche
Cône. En revanche, il est impossible d’affec- La DIRDE, dépense intérieure de recherche et Agronomique (INRA).
ter, par établissement, la recherche réalisée développement des entreprises, mesure l’exé-
par des entreprises répondantes localisées cution de la recherche sur le territoire national Cette approche ne permet toutefois pas de
hors du Cône, mais qui ont un établissement (masse salariale des personnels de recherche et mesurer la recherche effectuée dans des
effectuant de la recherche dans le Cône. Ain- développement, dépenses de fonctionnement, établissements dont l’activité principale dé-
si, la recherche dans le Cône de l’innovation clarée ne correspond à celle du secteur de ladépenses en capital) quelle que soit l’origine des
est sous-estimée. fonds. Cette dépense peut être rapportée au recherche-développement.l’implantation de sociétés telles que Sa- Une concentration de la recherche privée dans l'ouest du Cône de l'innovation
nofi Recherche et de l’augmentation des
Dépensesdépenses de recherche des entreprises
Effectifs de intérieures de Nombre de DIRDEdéjà présentes. Le Centre Essonne est dé- recherche recherche et chercheurs pourZone par habitant
(en équivalent développement 10 000sormais le territoire du Cône où la (€)
temps plein) (en millions habitants
DIRDE est la plus faible. d'euros)
En 6 ans, les dépenses ont évolué diffé Centre Essonne 430 62 6 158-
Orly Nord Essonne 860 104 18 438remment selon les secteurs. La fabrication
Massy Saclay 1 530 200 39 775d’équipements radio, télé et communica-
Vallée de la Bièvre 5 550 719 69 1 396tion est désormais le premier secteur de re-
Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines 9 920 1 208 150 3 826cherche en 2002 alors qu’il était second en
Cône de l'innovation 18 290 2 292 58 1 3351996, derrière l’industrie automobile. La
Ile-de-France 81 660 9 896 41 904
recherche dans les services de transport et
communications a connu un essor notable. Source : ministère de l'Education nationale et de la recherche (DEPP) en 2002
Ce secteur est passé, en 6 ans, de la dix-
Une évolution des dépenses et des effectifs de recherche privéeneuvième à la quatrième place des dépen-
dans le Cône de l'innovation plus contrastée qu'en Ile-de-Franceses de recherche dans le Cône, principale-
Effectifs en équivalent temps plein - Base 100 en 1996
ment en raison de l’installation de Nortel
130
Networks SA, SFR et Bouygues Telecom.
125
120Au contraire, la fabrication d’instru-
115ments médicaux, de précision, d’op-
110tique et l’industrie automobile sont des
105secteurs où la DIRDE a été divisée par
100deux en 6 ans.
95
90Hausse des effectifs
85
de chercheurs, mais baisse
80
des techniciens 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
DIRDE Cône DIRDE Ile-de-France Effectifs Cône Effectifs Ile-de-France
En 2002, les effectifs de recherche et déve-
Source : ministère de l'Education nationale et de la recherche (DEPP) en 2002
loppement dans le Cône de l’innovation
représentent 18 300 équivalents temps
précision, d’optique a été divisé par trois des chercheurs/ingénieurs, une ten-
plein, soit 12 % de plus qu’en 1996. L’é-
et celui des techniciens de l’industrie au- dance généralement constatée dans la
volution des personnels de recherche est
tomobile par deux. Cette baisse relative recherche. Ce phénomène pourrait no-
parallèle à celle des dépenses de re-
d’effectifs de techniciens confirme une tamment traduire la progression de la
cherche. La hausse globale des personnels
évolution vers une plus grande qualifica- R&D dans des activités moins
de recherche bénéficie aux chercheurs
tion des emplois au profit de la catégorie techniques, comme les services.
(+ 50 % en 6 ans), alors que le nombre de
techniciens diminue (- 9 %).
Pour en savoir plus
Les effectifs de chercheurs progressent
« Le Cône de l’innovation : un espace économique francilien en mouvement », Insee Ile-de-France -
dans tous les territoires du Cône. Cepen-
Conseil général de l'Essonne, mars 2007.
dant, dans les zones de Versailles
« Les activités de recherche et développement en Ile-de-France », Iaurif, Note rapide sur l’éco-Saint-Quentin-en-Yvelines et du Centre
nomie, n° 420, novembre 2006.
Essonne, les effectifs de techniciens bais-
Dhont-Peltrault E. : « Les configurations régionales des activités de recherche et développementsent fortement, tandis qu’ils progressent
en 2003 », ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la recherche, note recherche,dans les trois autres territoires du Cône.
n° 06.01, janvier 2006.Entre 1996 et 2002, le nombre de tech-
Site internet du ministère délégué à l’Enseignement supérieur et à la recherche :niciens travaillant dans le secteur de la
http://www.recherche.gouv.frfabrication d’instruments médicaux, de
Directrice de la publication : Sylvie Marchand
Comité de rédaction : Brigitte Belloc Gestion des abonnements : Agnès VavasseurINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Tél. : 01 30 96 90 75 - Fax : 01 30 96 90 67
Secrétaire de rédaction : Françoise BeaufilsDE LA STATISTIQUE Vente par correspondance : Tél. :0130969056- Fax :0130969027
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
er78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2007 Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€ Dépôt légal : 1 semestre 2007 Code Sage I0728052
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.