Le Scot de la Dracénie : une croissance démographique soutenue, une vocation administrative historique

De
Publié par

Le territoire du schéma de cohérence territoriale de la Dracénie constitue un bassin résidentiel et d'emploi centré autour de Draguignan. L'activité économique y est essentiellement tertiaire. Ce territoire conserve une vocation administrative tandis que son tissu industriel demeure très limité. Située sur de grands axes de communication, la zone a connu un développement démographique rapide durant les dernières décennies.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 54
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 87 - décembre 2005 l'essentiel
Le Scot de la Dracénie :
une croissance démographique soutenue,
une vocation administrative historique
Le territoire du schéma de calcaire de Canjuers sur lequel est im-
planté un important camp militaire : basécohérence territoriale de la
à Montferrat, il s’étend également sur les
Dracénie constitue un bassin communes d’Ampus, Bargemon et Châ-
teaudouble. La moitié des communes durésidentiel et d'emploi centré
Scot sont rurales. Essentiellement au
autour de Draguignan. L’activité nord de la zone, elles occupent plus de
40 % du territoire. Quant aux huit autreséconomique y est essentiellement
communes, urbaines, elles concentrent
tertiaire. Ce territoire conserve
près de 90 % de la population.
une vocation administrative tandis Avec 32 800 habitants en 1999, Dragui-
gnan regroupe plus de 40 % de la popula-que son tissu industriel demeure
tion. Son développement démographique
très limité. Située sur de grands depuis 1962 s’est fait quasiment au même
rythme que l’ensemble du Scot. Plus duaxes de communication, la zone a
tiers de la population vit dans quatre au-
connu un développement démo-
tres communes : Le Muy, Lorgues, Vi-
graphique rapide durant les dauban et Trans-en-Provence. Dans cette
dernière commune, la population adernières décennies.
presque quadruplé depuis 1962.
Alors qu’on dénombre plus de 600 habi-
tants au km² à Draguignan et 280 à
Leterritoireduschémadecohérenceter-
Trans-en-Provence, la densité est infé-
ritoriale de la Dracénie couvre 12 % de la
rieure à 100 habitants au km² dans les
superficie du Var. Centré autour de la trois quarts des communes. Sur l’en-
principale ville, Draguignan, il est cons- semble du territoire, la densité est de 114
titué des seize communes composant la habitants au km², proche du niveau natio-
Communauté d’agglomération dracé-
nal. Elle est plus élevée sur le littoral va-
noise. Avec plus de 80 000 habitants en
rois, notamment au sein du Scot
1999, il représente 9 % de la population toulonnais (429 habitants au km²).
varoise.
Les Scots du Var
Situé sur l'axe commercial Nice - Aix-
Nice
en-Provence, cet espace est facilement
accessible. Il dispose au sud d’une gare
Draguignan
ferroviaire (aux Arcs) mais aussi d’un
Fréjus
accès à la Nationale 7 et surtout à l’auto-
route A8 (sortie Le Muy). Cette dernière Mer Méditerranée
Marseille
relie la zone à Toulon en une heure ainsi
qu’à Nice et Aix-en-Provence en une Toulon
heure et quart. Scot de la Dracénie
Autres scots varoisLe Scot est limité au nord par le plateau Limites départementales
© INSEE 2005
© IGN-INSEE 2005D25
N555
N7
D562
SUD INSEE
N° 87 - décembre 2005
l'essentiel
De grands axes de transport à proximité
Un territoire polarisé par Densité de population en 1999
sa ville-centre
Camp militaire de Canjuers
La ville de Draguignan constitue un réel
pôle administratif et de services au sein Ampus
Montferratdu Scot, surtout auprès des communes
Bargemonseptentrionales. Son aire d’influence
Châteaudoubletranscende même les limites du péri- Claviers
mètre intercommunal et s’étend jusqu’à
Figanières
plusieurs communes des cantons de Callas
Comps-sur-Artuby et de Salernes, si-
Flayosctuées au nord et à l'ouest du Scot et éloi- Draguignan
La Mottegnées des grands axes routiers. Plus Scot Trans-en- Scot
Provence Verte Provencepeuplées, les communes méridionales du Var Est
Saint-
Scot sont plutôt bien équipées, notam- Lorgues Raphaël
FréjusTaradeaument Lorgues et Le Muy.
Le Muy
Scot Les ArcsCompte tenu de la diversité de leur Coeur du Var
taille, les communes du Scot sont rela- A8 MerVidaubantivement bien équipées ou à proximité Méditerranée
de pôles bien équipés. Par exemple,
seulement 5 % de la population du Scot
Limite de Scot
se situe à plus de trente minutes d'une
Nombre
2d'habitants au kmmaternité ou d'un service d'urgence
(respectivement 8 % et 11 % à l'échelle 270
39nationale).
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
Pôle d'emploi pour le Scot, Draguignan
est au coeur d'une aire urbaine com- de Draguignan, les trois quarts des actifs baine de Nice qu'inversement (250 en-
posée également de cinq autres commu- travaillent hors du périmètre communal trants et 700 sortants), la Dracénie attire
nes du Scot (Ampus, Châteaudouble, et souvent dans la ville-centre. Seul un davantage d'actifs de l'aire toulonnaise
Figanières, Flayosc et Trans-en-Pro- actif sur cinq travaille hors du Scot. (450 entrants et 350 sortants).
vence). Dans un tiers des cas, le lieu de travail se
L’influence économique de la ville- trouve alors dans l'aire urbaine voisine
Une véritable vocationcentre porte ainsi essentiellement sur la de Fréjus.
administrative et militairepartie nord-ouest de la zone. Les com-
munes de Callas, La Motte, Le Muy et Parmi les 25 400 emplois présents,
Les Arcs sont, quant à elles, partagées 56 % se situent à Draguignan. Ils sont L’activité économique au sein du Scot
entre l’influence dracénoise et celle de occupés par les actifs de la commune est essentiellement tertiaire. Si les ser-
Fréjus-Saint-Raphaël. dans six cas sur dix. Les autres pôles vices aux entreprises et aux particuliers
d'emploi sont de tailles plus limitées : ne sont pas particulièrement dévelop-
2 200 emplois au Muy et 1 600 em- pés, le territoire conserve une véritableDes échanges limités
plois à Lorgues. vocation administrative et militaire. Un
avec les territoires voisins
Les actifs non résidants n'occupent que quart de l’emploi se trouve dans l’ad-
ministration qui représente le principal15 % des emplois. Là encore, dans unEn 1999 comme en 1982 et 1990, le
cas sur cinq, ils vivent alors dans l'aire secteur économique contre 20 % dansterritoire dispose presque autant d'em-
urbaine de Fréjus. Si les actifs du Scot le Var. Parmi les 5 900 emplois dansplois que d'actifs occupés. Les migra-
travaillent plus souvent dans l'aire ur- l’administration publique, 2 650 sonttions domicile-travail restant limitées
Le Scot, outil de cohérence territorialeavec les territoires voisins (elles sont
Le schéma de cohérence territoriale (Scot) est un document de planification urbaine intercommunaltoutefois plus nombreuses qu'en 1990),
instauré par la loi solidarité et renouvellement urbain (loi SRU) du 13 décembre 2000. Il succède aula zone joue ainsi à la fois le rôle de
schéma directeur. Au regard des évolutions prévisibles et d’un projet politique territorialisé, il met en
bassin résidentiel et d'emploi. cohérence les politiques publiques sur le territoire.
Les plans locaux d’urbanisme (PLU), les plans de déplacements urbains (PDU), les plans locaux de
l’habitat (PLH) et les schémas de développement commerciaux (SDC) doivent être compatibles avecPlus de la moitié des actifs occupés tra-
le Scot.
vaillent dans leur commune de rési-
Dans cet article, le terme de Scot est utilisé pour définir le territoire sur lequel il porte. Le Scot de la
dence. Mais dans six communes autour Dracénie est composé des seize communes constituant la communauté d’agglomération dracénoise.
© INSEE 2005 2
© IGN-INSEE 2005
N7
A8
N7
57A
N98
N97SUD INSEE
N° 87 - décembre 2005
l'essentiel
Le tissu industriel a toujours été peu développé %dans le secteur de la défense avec no-
Emploi au lieu de travail par secteur d'activitétamment le camp militaire à Montferrat
Scot de la Dracénie Var France métropolitaineet l’école d’application de l’Artillerie à
1975 1999 1975 1999 1975 1999Draguignan. La sous-préfecture (et an-
cienne préfecture du Var) concentre de Agriculture 11,6 3,9 8,4 3,6 10,1 4,2
Industrie 8,9 5,4 17,7 9,2 29,4 18,2nombreux emplois administratifs. Le
Construction 15,6 7,9 14,7 7,2 9,1 5,8
transfert en 1974 de la préfecture va-
Tertiaire 63,9 82,9 59,2 80,0 51,4 71,8
roise vers Toulon a été compensé par dont administration /// 24,6 /// 19,8 /// 11,4
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0l’arrivée d’une population militaire im-
Source : Recensements de la populationportante.
Forte croissance de la population dans toutes les communes
Le Scot dispose de plusieurs unités
Population Structure de la population Evolution de la population
Communesd’enseignement avec des lycées géné- en 1999 en 1999 (en %) entre 1962 et 1999
raux et professionnels, un IUT, une fi- Ampus 707 0,9 + 362
Les Arcs 5 335 6,6 + 2 195lière BTS, un centre de formation de
Bargemon 1 210 1,5 + 542l’IUFM de Nice, une antenne de l’uni-
Callas 1 391 1,7 + 853
versité de Toulon-Var ainsi que son Châteaudouble 381 0,5 + 134
Claviers 552 0,7 + 236école d’artillerie. Ainsi, le secteur de
Draguignan 32 815 40,8 + 18 293l'éducation concentre 8 % de l'emploi
Figanières 2 228 2,8 + 1 747
(7 % dans l'ensemble du Var). En re- Flayosc 3 922 4,9 + 2 610
vanche, la santé et l'action sociale sont Lorgues 7 311 9,1 + 4 446
Montferrat 642 0,8 + 462moins présentes qu'à l'échelle du dé-
La Motte 2 346 2,9 + 1 670partement (10 % contre 12 %).
Le Muy 7 827 9,7 + 4 699
Taradeau 1 618 2,0 + 1 251
Compte tenu du poids de l’administra- Trans-en-Provence 4 796 6,0 + 3 506
Vidauban 7 297 9,1 + 4 686tion, le territoire dispose de nombreux
Scot de la Dracénie 80 378 100,0 + 47 692postes d’employés et de catégories in-
Source : INSEE - Recensements de la population
termédiaires dans la fonction publique
(un tiers des emplois). Les postes de peu industriel. La moitié des emplois in- Lorgues et Figanières. Les exploitations
techniciens et d’ouvriers sont moins dustriels sont dans l’agroalimentaire, sont de faible taille (9 hectares en
fréquents. Quant au personnel des ser- l’édition et l’imprimerie. Aucun établis- moyenne contre 42 en France). Avec
vices aux particuliers, il représente un sement industriel du Scot ne compte plus de 8 540 hectares, la surface agri-
emploi sur vingt, soit un point de moins plus de 100 salariés. Cette sous-repré- cole utile représente 12 % du territoire
qu’à l’échelle du Var. sentation sectorielle n’est pas récente. et plus du quart de la superficie des
En 1975, l’industrie représentait déjà communes de Châteaudouble et Figa-
moins d’un emploi sur dix. nières. La viticulture joue un rôle im-Aucun établissement
portant : onze des seize communes (lesindustriel de taille
Le secteur de la construction est au- plus au sud) font ainsi partie de la vaste
importante
jourd’hui moins présent (8 % des em- AOC des vins de “Côtes de Provence”.
plois) que durant les précédentesLa zone possède très peu d’établisse-
décennies où l’activité immobilière étaitments industriels. Ils ne représentent Moins touristique que leplus soutenue dans le département. Ce-qu'un emploi sur vingt, à peine plus que reste du départementpendant un établissement économiquele secteur primaire et deux fois moins
sur cinq appartient à ce secteur.
que dans l'ensemble du Var, pourtant Lieu de passage pour accéder aux gor-
ges du Verdon et à proximité d’un litto-
Un rythme de croissance plus soutenu
Une place importante ral très touristique, la capacité d’accueilque celui du Var
Taux de variation annuel sur la période touristique du Scot représente environpour la viticulture
%
5 35 000 lits. Avec 44 lits pour 100 habi-
En 1999, l’agriculture n’offre plus que tants, la capacité d’accueil du Scot reste4
3,3 4 % des emplois comme dans le Var et cependant limitée et représente même
3 2,5
au niveau national. Cependant près d’un moins d’un cinquième de celle de Fréjus
1,8 1,8
2
1,5
1,1 millier d’exploitations sont encore pré- et Saint-Raphaël.
1 0,50,5 0,4 sentes au sein du Scot. Le dynamisme
0 agricole est notamment encore très pré- Malgré la présence d’une vingtaine1975-1982 1982-1990 1990-1999
Scot de la Dracénie Var France métropolitaine sent sur les communes des Arcs, Vidau- d’hôtels et de douze campings en 2005
Source : INSEE - Recensements de la population ban, Taradeau, La Motte, Ampus, au sein du Scot, cette capacité d’ac-
3SUD INSEE
N° 87 - décembre 2005
l'essentiel
Plus de 23 000 arrivants depuis 1990
Origine des arrivants dans le Scot de la Dracénie entre 1990 et 1999 Destination des partants depuis le Scot de la Dracénie entre 1990 et 1999
Autres communes régionalesAutres communes régionales
Autres régions Autres régions
13 703 7 943 2 9833 072
Nice Nice
2 493 1 789
1 061 9921 927 FréjusMarseille-Aix-en-Provence Fréjus 1 392Marseille-Aix-en-Provence
1 109 1 402
Mer Méditerranée Mer Méditerranée
Toulon Toulon
Limites des aires urbaines Limites des aires urbaines
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
cueil est essentiellement constituée de 1968 à plus de 80 000 en 1999 (contre région dont plus de 5 000 personnes au
résidences secondaires (84 % des lits). une croissance de 62 % dans le Var et sein du Var. Les partants sont relative-
Ces dernières ne sont pas aussi nom- 18 % en France). ment jeunes : 37 % ont moins de 24 ans
breuses que sur le littoral : on en dé- Durant les années 90, la croissance contre 33 % des arrivants.
nombre 6 150 en 1999, soit seulement s’est ralentie pour retrouver un rythme
14 % des logements contre le double d’évolution proche de celui du Var. L'attractivité du Scot est comparable à
dans le Var. Leur poids est surtout im- Toutes les communes du territoire ont celle du Var. Entre 1990 et 1999, sur
portant au nord de la zone (plus de bénéficié de cette croissance. Le déve- 1 000 habitants, le Scot de la Dracénie
40 % des logements d’Ampus et Cla- loppement de la population a été parti- en a gagné dix en moyenne chaque
viers) tandis qu'elles ne représentent culièrement important à Taradeau et année, comme dans le Var. Au total, les
que 3 % des logements à Draguignan. Figanières où la population a plus que échanges avec le reste de la métropole
quadruplé. Si la croissance a été moins ont augmenté la population de près de
forte, elle a eu un impact important 7 000 habitants. La zone est particuliè-
Une croissance dans une commune déjà dense comme rement attractive auprès de la région
démographique Draguignan. Ile-de-France (+ 2 300 personnes), mais
supérieure à celle du Var également au sein de la région, notam-
ment depuis les Alpes-Maritimes.
Une attractivitéDurant les dernières décennies, la po-
pulation du Scot s’est développée à un comparable à celle du Var Le solde migratoire est positif avec les
rythme supérieur à celui du Var, pour- airesurbainesdeNiceetdeFréjusmais
Près de 23 400 personnes de Francetant très dynamique à l’échelle de le profil des migrants diffère. Ce sont
métropolitaine sont venues s’installerl’hexagone. Cet essor démographique souvent des retraités qui viennent
au sein du Scot entre 1990 et 1999.est essentiellement dû aux migrations s’installer depuis l’aire urbaine de Nice
Elles sont également 2 850 à venir ymême si le solde naturel est toujours et une population relativement jeune
vivre depuis l’étranger ou lesresté positif depuis 1962. depuis l’aire de Fréjus (cette popula-
DOM-TOM. Dans 40 % des cas, cesL’accessibilité du territoire représente tion continue d’ailleurs souvent à tra-
nouveaux arrivants (depuis le reste deun facteur important de développe- vailler sur le littoral). L’aire niçoise,
la métropole) habitaient déjà dans la ré-ment. La population a doublé en trente avec notamment son université, attire
gion neuf ans plus tôt, essentiellementans passant de 39 200 habitants en surtout les jeunes du Scot, tandis que
dans le Var (5 300) et les Alpes-Mariti- les retraités partent plus souvent dans
De nombreux échanges migratoires ‰ mes (2 600). Parmi ceux qui habitaient l'aire urbaine de Fréjus.
Indicateurs de migrations entre 1990 et 1999 une autre région métropolitaine et qui Si les échanges sont plutôt équilibrés
Scot de la Var viennent vivre dans le Scot de la Dra-
Dracénie avec l’aire de Marseille - Aix-en-Pro-
cénie, 18 % sont retraités contre 14 %
Taux annuel d'immigration* 62 39 vence, on dénombre plus de partants
des arrivants de la région Provence-Taux d'émigration* 52 30 vers l’aire urbaine de Toulon que d’ar-
Taux annuel de migration nette* 10 9 Alpes-Côte d’Azur. rivants.
*En provenance ou vers le reste de la France métropolitaine
Note de lecture : entre 1990 et 1999, sur 1 000 habitants,
62 personnes se sont installées en moyenne chaque Durant la même période, 16 500 per- Les échanges migratoires modifient laannée au sein du Scot de la Dracénie et 52 personnes
l'ont quitté. Ainsi, entre 1990 et 1999, sur 1 000 habitants, sonnes ont quitté l’intercommunalité. taille de la population mais égalementle Scot de la Dracénie en a gagné en moyenne 10 chaque
année. La moitié d’entre eux est restée dans la sa structure. Avec l’arrivée de jeunes
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
© INSEE 20054
© IGN-INSEE 2005
© IGN-INSEE 2005SUD INSEE
N° 87 - décembre 2005
l'essentiel
Le territoire attire surtout les familles avec enfants et les jeunes retraités tement et en France de Province. Avec
Impact des migrations sur la population par sexe et par âge entre 1990 et 1999 (1)un revenu médian de 14 336 euros ,le
% niveau de revenu au sein du Scot est lé-
30
gèrement inférieur à celui du Var et de laFemmesHommes
région. Si le revenu médian des ménages20
dépasse les 16 000 euros à Trans-en-Pro-
vence et Figanières, il n’excède pas les10
12 000 euros à Bargemon et Claviers.
0
Avec un neuvième décile six fois su-
-10 périeur au premier décile, le niveau de
revenu est moins homogène qu’enAge
-20 France de Province (cinq fois supé-
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 rieur). Le neuvième décile est pourtant
NB : Pour calculer l'impact des migrations, le solde migratoire de la zone est rapporté à la population qui aurait été celle relativement faible pour une zone mé-de 1999 en l'absence de migrations. La courbe a été lissée en utilisant une moyenne mobile d’ordre 3 sur l’âge.
Source : INSEE - Recensement de la population 1999 ridionale (28 350 euros). Il dépasse
toutefois les 30 000 euros dans la com-retraités et de familles avec enfants, ce Var, le poids des seniors dépasse celui
mune de Lorgues. Avec Le Muy, lessont surtout les moins de 15 ans et les des jeunes de quatre points (27 et 23 %
habitants de ces deux communes ont
personnes de 30 à 39 ans et de 60 à de la population). Alors que 38 % des
les revenus les moins homogènes : les
74 ans qui bénéficient de l'excédent habitants de Claviers ont plus de 60
hauts sont sept fois plus impor-migratoire. En revanche l’impact est ans, ils ne sont que 18 % et 20 % à
tants que les bas revenus. A Figanièresnégatif sur les jeunes de 15 à 24 ans qui Montferrat et Draguignan.
et Trans-en-Provence, ce ratio n'est quevont parfois s’installer dans les villes
de quatre.
universitaires pour leurs études supé- Le Scot n’échappe pas au phénomène
A l'instar du département, 31 % des re-
rieures, notamment à Nice. En ce qui de vieillissement de la population fran-
venus sont issus des retraites, c’est seu-
concerne les cadres supérieurs, ils sont çaise. En Dracénie, la reste
lement le quart en France de Province.plus nombreux à rejoindre le Scot qu’à plus âgée qu’au niveau national où seu-
le quitter mais seulement à partir de 30 lement une personne sur cinq a plus de
ans. Avant cet âge, ils ont tendance à 60 ans. Selon les hypothèses, les plus de Une accession croissante
plus souvent rejoindre de plus grandes soixante ans pourraient même représen- à la propriété en maison
agglomérations pour réaliser leurs pre- ter 31 à 34 % de la population du Scot individuelle
mières expériences professionnelles. en 2020. Toutefois la structure de sa po-
pulation se déforme moins qu’au niveau Parmi les 42 600 logements présents
départemental et surtout national (cf. ta- aujourd’hui, les trois quarts sont desAutant de jeunes que de bleau "La structure de la population..."). résidences principales. C’était déjà leseniors Entre 1975 et 1999, le poids des seniors cas en 1975. Sur l’ensemble du Scot,
dans la population augmente au détri- les logements sont plus souvent va-Avec la présence d’un enseignement ment des plus jeunes (- 3,4 points) mais cants que dans le Var (8 % contre 6 %relativement important et varié, les étu- moins vite que dans l’ensemble de la des logements). Ce sont surtout lesdiants de plus de 15 ans représentent France (moins six points pour les moins petites communes rurales du nord,7 % de la population soit seulement un de 20 ans). plus isolées, qui sont le plus concer-point de moins que dans le Scot toulon-
nais. Le profil socioprofessionnel des habi- Des revenus plus élevés autour de
En 1999, les personnes âgées de plus Draguignantants est proche de celui de l’ensemble
Revenu annuel des ménages par unité dede 60 ans (un quart de la population) du Var. Avec le poids démographique consommation et par commune en 2002
sont presque aussi nombreuses que les important de la sous-préfecture (et an- Scot de la Dracénie
jeunes ayant moins de 20 ans. Dans le cienne préfecture du Var), on recense
notamment 17,5 % de résidants em-La structure de la population varie peu
ployés.%
Part des moins de 20 ans et des 60 ans et plus
Draguignan
Part des moins Part des Un revenu proche de celui
de 20 ans 60 ans et plus
En eurosdu Var
1975 1999 1975 1999
15 539
Scot de la 14 24027,5 24,1 23,4 25,2Dracénie MerEn 2002, 58 % des ménages étaient im-
Méditerranée
Var 27,3 22,8 23,1 26,6 Secret statistique*posés comme dans l’ensemble du dépar-
France * Donnée disponible pour les communes ayant au moins30,7 24,6 19,0 21,3métropolitaine (1) Il s'agit de revenus avant redistribution, donc avant 50 ménages
déduction des impôts et ajout des prestations sociales.Source : INSEE - Recensements de la population Source : INSEE - DGI, revenus fiscaux des ménages
© INSEE 2005 5
© IGN-INSEE 2005SUD INSEE
N° 87 - décembre 2005
l'essentiel
C’est seulement 41 % des jeunes acti-Près d'un ménage sur deux est propriétaire d'une maison individuelle %
ves du Scot qui n’ont pas continué
Résidences principales selon le type d’immeuble et le statut d’occupation
après le collège. Elles ont en effet plusScot de la Dracénie Var France
métropolitaine souvent suivi des études supérieures :
1982 1999 1999 une sur quatre a un diplôme supérieur
Maison individuelle au bac contre seulement 16 % des hom-
Propriétaire 38,0 47,7 38,5 44,0 mes. Ces derniers sont plus souvent
Locataire 6,9 10,1 8,0 9,3
sans diplôme (19 %) et dans 38 % desLogement collectif
Propriétaire 14,8 9,3 16,6 10,5 cas ils détiennent un CAP ou un BEP.
Locataire non HLM 22,2 16,1 19,9 14,4
Locataire HLM 6,7 7,6 7,6 13,5
4 600 demandeursAutres cas* 11,4 9,1 9,4 8,3
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 d'emploi en 2004
* Logements-foyers pour personnes âgées, chambres d’hôtel, pièces indépendantes louées ou prêtées…
Source : INSEE - Recensements de la population A l’instar du département, 18 % des ac-
tifs se déclaraient être au chômage ennées : un logement sur dix à Claviers ploi. Le taux d’activité au sein du Scot
et Bargemon, 13 % des logements à est de 65 % pour les 15 à 64 ans. Avec mars 1999. Le nombre de demandeurs
Montferrat. la présence du camp militaire, ce taux d’emploi a ensuite diminué en 1999 et
2000 (et plus fortement qu’à l’échelleatteint 73 % à Montferrat contre seule-
du Var) puis stagné jusqu’à fin 2002.En 1999, six ménages sur dix vivent ment 60 % à Claviers ou encore Vidau-
Le Scot a ensuite moins souffert qu’audans des maisons individuelles (moins ban et Lorgues.
niveau national de la hausse du chô-d'un ménage sur deux dans l'ensemble
du Var). La population active se féminise. Le mage. En six ans (depuis fin 1998), le
Au sein du Scot, les ménages ont accédé taux d’activité féminin a augmenté nombre de demandeurs d’emploi a di-
minué de 16 % dans le Scot contrede plus en plus souvent à la propriété en (surtout au-delà de 45 ans). Il atteint
18,5 % dans le Var. Aujourd’hui prèsmaison individuelle, au détriment des 59 % en 1999, soit 13 points de moins
de 4 600 actifs sont à la recherche d’unlogements collectifs. Alors qu’ils n’é- que le taux masculin (72 %). L’écart
taient que 38 % dans ce cas en 1982, était de 30 points en 1982. emploi fin 2004 dont 840 personnes de
près d’un ménage sur deux est proprié- Parmi les actifs occupés, près de moins de 25 ans.
Les femmes actives ont moins bénéfi-taire d’une maison en 1999. Les locatai- 23 000 sont salariés. Un sur cinq tra-
cié des années de croissance. L’écartres en logement HLM représentent vaille à temps partiel : il s’agit essen-
entre le nombre de femmes et d’hom-moins de 8 % des ménages ; leur poids tiellement de femmes, le plus souvent
mes recherchant un emploi a doubléest stable depuis plusieurs décennies. entre25et49ans.
entre fin 1997 et 2000. Cet écart s’est
Plus de 9 300 personnes vivent seules Le niveau de formation des 16 440 ac- réduit depuis. Elles sont 2 600 en 2004
mais elles représentent encore 56 %au sein du Scot, soit 12 % de la popula- tifs de moins de 40 ans du Scot est plus
des demandeurs d’emploi contre 53 %tion et près de trois ménages sur dix. faible qu’à l’échelle du Var, particuliè-
au sein du Var.Elles sont près de 5 000 à avoir plus de rement pour les hommes : 57 % d’entre
60 ans dont 3 700 femmes. eux ont arrêté leurs études au collège
contre 53 % des jeunes actifs varois.
Le territoire du Scot de la Dracénie se
Les femmes restent davantage pénaliséesUne population active qui caractérise par l'importance de l'admi-sur le marché du travail
se féminise Demandeurs d’emplois par sexe dans le Scot nistration publique (le quart de l'em-
de la Dracénie au 31 décembre ploi) et par un développement limité du
Nombre
3 500Parmi la population de plus de 15 ans, reste de son économie notamment du
Hommes Femmes
seulement une personne sur deux est
3 000 -tissu industriel. Ses structures d’ensei
active. Si une sur quatre est à gnement et ses atouts géographiques
2 500la retraite, moins d’une sur dix est étu- devraient permettre au Scot de disposer
diante. Durant les années 80 et 90, le d’un tissu économique plus diversifié2 000
nombre d’actifs a progressé au même lui permettant d’être plus dynamique et
Années1 500rythme que l’ensemble de la popula- dedemeurerattractifdemanièredurable.
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
tion. En 1999, on dénombre près de
Source : ANPE - DEFM catégories 1+2+3 HAR
33 000 actifs dont 27 100 ayant un em- Olivier Pégaz-Blanc(Hors activités réduites)
Pour en savoir plus
"Le Scot Provence Méditerranée : un territoire attractif malgré une offre limitée d'enseignement supérieur". SUD INSEE l'essentiel N° 75, novembre 2004.
"Le Var : les inactifs un peu plus nombreux que les actifs". SUD INSEE l'essentiel N° 34, octobre 2004.
© INSEE 2005 Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques
Dépôt légal : décembre 2005 Provence-Alpes-Côte d'Azur
17, rue MenpentiN° CPPAP : 0909B05336
Directeur de la publication : François Clanché 13387 Marseille Cedex 10
N° ISSN : 1287-292X
Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal Oger Téléphone : 04 91 17 57 57
Prix : 2,20 euros Rédacteur en chef : Annie Mulard Fax:0491175960
Code Sage : SIE058732 Téléchargeable sur internet : www.insee.fr/paca

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.