Le secteur industriel de la chimie-caoutchouc-matières plastiques : La chimie premier employeur industriel

Publié par

En Haute-Normandie, la chimie est le premier employeur industriel, devant l'industrie automobile et les industries agroalimentaires. Alors que la chimie de base est le fait de quelques grands groupes situés le long de l'axe de la Seine, la parachimie, le caoutchoux et les matières plastiques sont plus répartis sur le territoire. Pour ces activités de production, il est surtout fait appel à une main d'oeuvre masculine et ouvrière. Très encadré par les pouvoirs publics, ce secteur est au centre d'enjeux importants liés à l'évolution de la réglementation européenne en matière de protection de l'environnement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LE SECTEUR DE LA CHIMIELE SECTEUR INDUSTRIEL
DE LA CHIMIE - CAOUTCHOUC - MATIÈRES PLASTIQUES Le secteur de la chimie, du caoutchouc et des matières
plastiques regroupe les activités suivantes :
- La chimie minérale comprend les activités de fabricationLa chimie, de gaz industriels, de colorants et de pigments, d’élé-
ments chimiques inorganiques, de produits azotés et
d’engrais ;premier employeur industriel
- La chimie organique comprend la fabrication de pro-
duits chimiques organiques de toute origine (pétrochimie,
carbochimie) ;Isabelle BIGOT (Insee), Françoise DRUBAY (Drire)
- La parachimie recouvre la fabrication de produits agro-
chimiques (insecticides, désinfectants, fongicides), la fa-
brication de peintures et vernis et la fabrication d’autres
produits chimiques (poudre, explosifs, colles et gélatines,En Haute-Normandie, la chimie térise par un fort taux de dépendance à
huiles essentielles, encres industrielles…) ;
l’égard d’entreprises dont le siège socialest le premier employeur - L’industrie du caoutchouc concerne la fabrication de
pneumatiques neufs ou rechapés et autres articles enest hors de la région. La moitié des éta-industriel, devant l’industrie
caoutchouc (tubes, courroies, vêtements…) ;blissements de la chimie haut-normande
- La transformation des matières plastiques recouvre laautomobile et les industries
sont dans ce cas et notamment les éta- fabrication de plaques, feuilles, tubes et profilés en ma-
agroalimentaires. Alors que la tière plastique, la fabrication d’emballages en matièreblissements de la chimie de base où pré-
plastique, la fabrication d’éléments en matière plastiquechimie de base est le fait de dominent les grands groupes. Ceux-ci pour la construction et de divers autres éléments en ma-
quelques grands groupes situés tière plastique (articles ménagers, casques, bonnets depossèdent des sites de production en
bain…).
Haute-Normandie et ont généralementle long de l’axe de la Seine, la
une faible présence d’équipes deparachimie, le caoutchouc et les
recherche et développement ou com- tricité, l’électronique, la pharmacie et lamatières plastiques sont plus
merciales. Dans les domaines de la para- cosmétologie ainsi que l’agroalimentairerépartis sur le territoire. Pour
chimie et de la transformation des et les activités d’emballage et de
ces activités de production, il est matières plastiques, la part des PMI est conditionnement.
surtout fait appel à une main plus importante, et le taux de dépen- Enfin, la spécialisation de la région
dance plus faible. Cependant, leur dé-d’œuvre masculine et ouvrière. dans ce secteur d’activité lui offre aussi
pendance est importante vis-à-vis des un certain rayonnement : la proportion deTrès encadré par les pouvoirs
grands donneurs d’ordre. Les principaux salariés dépendant d’une entreprisepublics, ce secteur est au centre
clients sont l’industrie automobile, l’élec- haut-normande et travaillant dans desd’enjeux importants liés à
établissements localisés hors région est
l’évolution de la réglementation
double de celle observée dans l’industrieL’EMPLOI SALARIÉ
européenne en matière de DANS LE SECTEUR DE LA CHIMIE en général.
protection de l’environnement. Haute-
Normandie France
Industrie chimique minérale 9,5 7,5
DES ACTIVITÉS CONCENTRÉES organique 27,4 12,1
a chimie constitue un secteur im- LE LONG DE L’AXE DE LA SEINEParachimie 10,4 17,3Lportant et spécifique de l’éco- Fabrication de fibres
artificielles ou synthétiques - 0,6nomie haut-normande. Avec 320 La chimie de base regroupe la chimie
Industrie du caoutchouc 15,3 19,9
établissements et 21 000 emplois sala- minérale et la chimie organique et
Transformation des matières
riés, il est le plus gros employeur indus- emploie environ 37 % des salariés de laplastiques 37,4 42,6
triel de la région. Les produits chimiques, Ensemble 100,0 100,0 chimie en Haute-Normandie.
Source : INSEE - DADS au 31 décembre 2003 Unité : %en caoutchouc ou en matière plastique Ces activités sont concentrées le
représentent 20 % des exportations ré- long de l’axe de la Seine entre les agglo-
gionales, soit un poids équivalent à celui mérations du Havre et de Rouen-Elbeuf.
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ
des exportations d’automobiles. En En effet, la présence des ports et des
108
termes d’effectifs, le poids de la chimie grandes raffineries (Total, Exxon Mobil,
dans l’industrie haut-normande est Shell) a permis le développement d’une
106
1,6 fois supérieur à celui de la chimie industrie chimique de base autour deChimie Haute-Normandie
française dans l’industrie nationale. 104 trois grands centres : le Havre, Port
Entre 2001 et 2003, la chimie Jérôme-Notre Dame de Gravenchon et
102haut-normande perd 500 emplois par an, Rouen-Elbeuf.Chimie France
suivant la tendance nationale du secteur La chimie minérale est représentée
100
et celle de l’industrie régionale. Pourtant, par des établissements importants
entre 1996 et 2000, ce secteur n’a cessé 98 comme Grande Paroisse près de Rouen
de progresser, malgré les politiques d’ex- pour la fabrication d’engrais ou encore
96ternalisation et les mouvements de Lyondell-Millenium pour les oxydes de
Industrie Haute-Normandie
concentration opérés par les grands titane au Havre. La chimie organique est
94
groupes. bien implantée en Haute-Normandie, du1995 1997 1999 2001 2003
A l’image de l’industrie haut-nor- fait de la présence de plusieurs grandes
Source : INSEE - Unité : indice base 100 en 1995
mande, le secteur de la chimie se carac- raffineries. Les activités de productionsEstimations d’emploi au 31 décembre 2003
4 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 51 - Janvier 2006
INDUSTRIELES ÉTABLISSEMENTS DE LA CHIMIE, DU CAOUTCHOUC ET DES MATIÈRES PLASTIQUES LE VAPOCRAQUEUR
EN HAUTE-NORMANDIE
Un vapocraqueur est une unité de pétrochimie servant à
fabriquer de l’éthylène et du propylène, deux produits in-
dispensables dans la fabrication du polyéthylène et du
polypropylène, deux matières plastiques bien connues.
contraire, la chimie haut-normande
emploie davantage de contremaîtres,
agents de maîtrise et ouvriers non quali-
fiés. Elle emploie trois fois plus
d’hommes que de femmes. Les salariés
sont plus âgés qu’au niveau national :
plus de la moitié a plus de 40 ans et un
sur cinq a plus de 50 ans.
Les salaires moyens versés sont su-
périeurs de 3,3 % à la moyenne natio-
nale de ce secteur. L’écart joue
favorablement pour toutes les catégories
socioprofessionnelles sauf pour les
cadres, dont les salaires se situent dans
la moyenne. C’est dans l’industrie du
caoutchouc que la situation des cadres
haut-normands est la moins favorable,
avec un salaire inférieur de 14 % à la
moyenne nationale.
DES ENJEUX LIÉS
À LA RÉGLEMENTATION
Pour l’avenir, la capacité des établis-
REE ( )
sements haut-normands à augmenter
leur productivité et à attirer de nouveaux
investissements sera essentielle. En par-
d’hydrocarbures, oléfines, polyoléfines, les détergents. ticulier dans la chimie de base, où les
alcools sont assurées au sein de plate- Le caoutchouc et la transformation établissements doivent acquérir une
formes pétrochimiques, en particulier des matières plastiques représentent taille critique face aux concurrents euro-
chez ExxonMobil sur la zone de Port plus de la moitié des effectifs de la chimie péens, notamment pour ce qui est des
Jérôme-Notre Dame de Gravenchon et haut-normande. Des entreprises spécia- vapocraqueurs qui représentent le socle
chez Total Petrochemical à Gonfreville lisées dans les articles en caoutchouc de la chimie organique.
l’Orcher. La production des grands pro- comme Metzeler sont présentes dans La capacité des industriels de la
duits intermédiaires que sont l’éthylène, l’Eure, ainsi que de nombreuses PMI chimie à s’insérer dans une démarche de
le propylène et le benzène est en effet spécialisées dans la transformation des développement durable, en termes d’en-
liée aux vapocraqueurs présents sur ces matières plastiques, en particulier des vironnement et de sécurité sera une clé
deux sites. équipementiers travaillant pour l’industrie de la pérennité de ce secteur. A cet
La parachimie représente 10,4 % de automobile et de ses sous-traitants. égard, l’adaptation aux normes
la chimie haut-normande. Ses princi- L’Eure compte également des unités spé- SEVESO 2 avec la réduction des émis-
paux établissements sont Lubrizol, dont cialisées dans les activités de transfor- sions de soufre, la lutte contre les acci-
le siège est à Rouen pour les lubrifiants, mation plastique liées aux marchés de la dents industriels, l’application de la
et Chevron Oronite, au Havre, pour la pharmacie et de la cosmétologie, comme réglementation européenne future
production de matières premières pour par exemple l’entreprise Valois. REACH seront des enjeux essentiels
pour la chimie haut-normande dans les
REACH (REGISTRATION, EVALUATION années à venir
UNE MAIN-D’ŒUVRE OUVRIÈREAND AUTHORIZATION OF CHEMICALS)
IMPORTANTELe projet de règlement européen REACH a pour objectif
d’améliorer la connaissance des risques environnemen-
taux et sanitaires qui peuvent résulter de la production et Des informations complémentaires sur la chimieLes cadres de la chimie sont propor-
de l’utilisation des substances chimiques. Le projet
et les autres secteurs de l’industrie figurent danstionnellement moins nombreux enconcerne 30 000 commercialisées à plus
d’une tonne sur le marché européen (sur un total de la rubrique “ Publications électroniques ”,Haute-Normandie qu’en moyenne natio-
100 000 substances recensées). Producteurs et importa-
www.industrie-hn.org, du site www.insee.fr,nale : ils représentent 10,5 % des em-teurs disposeront de onze années pour procéder à l’enre-
gistrement des substances. région Haute-Normandie.plois contre 13,5 % en France. Au
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 51 - Janvier 2006 5
2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.