Le tourisme en région Centre, un potentiel demplois à valoriser

De
Publié par

Le tourisme génère 35 000 emplois dans le Centre, dont plus de huit sur dix sont salariés, la majorité dans la restauration et l’hôtellerie. L’emploi touristique progresse depuis dix ans et résiste plutôt bien à la crise économique actuelle. Il est concentré sur l’axe ligérien mais profite également aux territoires ruraux, notamment dans les activités liées à l’hébergement. Ce secteur, à forte composante saisonnière, favorise l’entrée dans la vie active des jeunes et constitue parfois une source de revenus ponctuelle pour des étudiants. Les emplois y sont cependant souvent précaires et peu rémunérés. Une réflexion est à mener sur l'offre en hébergement, la synergie entre les différents atouts de la région et la qualité des emplois afin de développer ce secteur.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

n°181
Octobre 2012
Le tourisme en région Centre,
un potentiel d’emplois à valoriser
Le tourisme génère 35 000 emplois dans le Centre, dont plus de huit
sur dix sont salariés, la majorité dans la restauration et l’hôtellerie.
L’emploi touristique progresse depuis dix ans et résiste plutôt bien à
la crise économique actuelle. Il est concentré sur l’axe ligérien mais
profite également aux territoires ruraux, notamment dans les activités
liées à l’hébergement. Ce secteur, à forte composante saisonnière,
favorise l’entrée dans la vie active des jeunes et constitue parfois une
source de revenus ponctuelle pour des étudiants. Les emplois y sont
cependant souvent précaires et peu rémunérés.
Une réflexion est à mener sur l'offre en hébergement, la synergie
emploisaisonnierhotellerierestauration.over-blog.com entre les différents atouts de la région et la qualité des emplois afin de
développer ce secteur.
Les attraits de la région Centre font plois sur le territoire régional, L'emploi salarié lié au tourisme
du tourisme un secteur important, à constitue un jalon indispen-
fort potentiel de développement, sable pour cibler les actions à
même si les retombées économi- mettreenœuvre et suivre
ques y sont moins fortes que dans leurs évolutions.
les régions littorales ou montagneu-
ses. Grâce à son héritage culturel
Plus de 35 000 emploisriche, son patrimoine naturel recon-
liés à l’activiténu (châteaux, fleuves, forêts, vins)
touristiqueet son offre touristique autour de l’iti-
nérance douce (La Loire à Vélo, les
Le nombre d’emplois engen-chemins de randonnées…), la ré-
drés par le tourisme régional engion attire de nombreux touristes. Part de l'emploi
touristique2009 est supérieur à 35 000,L’inscription du Val de Loire au patri- dans l'emploi
salariécomposé à 84 % d’emplois sala-moine mondial de l’Unesco depuis
%riés. En termes d’emplois touris-novembre 2000 traduit la reconnais-
7,0
tiques salariés, le Centre se 4,0sancedececapital.
2,5epositionne au 11 rang des ré-La nouvelle stratégie régionale de
tourisme durable 2011-2015 a pour gions françaises, loin derrière Effectif
l'Île-de-France, Provence -but de soutenir le développement du
286 700
Alpes - Côte d'Azur ou Rhône-secteur afin de favoriser l’emploi et
95 600de le rendre durable, notamment Alpes.
Pour autant, comparée aux ré-dans les zones rurales. Cette étude
sur le tourisme, à travers ses em- gions sans massif de haute Source : Insee, DADS 2009
1
© IGN 2011 - Insee 2012montagne ni façade maritime, la ré- contre 5,5). Toutefois, le développe- Les emplois touristiques sont soit di-
gion se classe deuxième en pro- ment d’un tourisme itinérant, aux cour- rectement liés à la demande touris-
tes durées de séjour par établisse- tique (hôtels, campings...), soit induitsvince, derrière l’Alsace et devant la
Lorraine, la Bourgogne, l’Auvergne ment, génère un nombre de nuitées par la présence de touristes dans des
et Champagne-Ardenne. Dans le conséquent. Avec près de 7,5 millions activités qui répondent aussi à la de-
de nuitées en hôtels et hébergements mande de la population résidente (su-Centre, le tourisme fournit plus d’em-
plois salariés que les activités finan- de plein air en 2011, le Centre est per et hypermarchés, commerces de
avantageusement positionné parmi détail, etc). Les activités de com-cières ou d’assurances ou le
les régions comparables. merce liées au tourisme représententsous-secteur industriel des équipe-
ments électriques, électroniques, in- 16 % de l’emploi touristique, part supé-Par ailleurs, d’autres formes d’héber-
rieure à la moyenne des régions deformatiques et de machines. gement existent : les villégiatures
province, en partie du fait de ladans la famille, chez des amis ou en
Le poids du tourisme dans l’emploi consommation des touristes de pas-résidence secondaire sont d’une
salarié, un peu plus faible que dans sage et des visiteurs à la journée oudurée souvent supérieure aux sé-
beaucoup de régions, peut s’expli- chez l'habitant.jours dans les hébergements mar-
quer par l’importance d’autres sec- Sa forte densité de monuments histo-chands.
teurs de l’économie régionale. riques confère à la région Centre
une spécificité se traduisant par plusLes hôtels, source d’emploisPar ailleurs, le tourisme de la région
de 600 emplois dans le secteur de laen milieu ruralest fortement influencé par la proxi-
gestion du patrimoine.
mité de l’Île-de-France. Il bénéficie La moitié de l’emploi touristique sala-
de la venue de franciliens, qui effec- rié se concentre dans la restauration
Peu d’emplois dans lestuent de brefs séjours touristiques, et l’hôtellerie. À elle seule, la restau-
centres de vacances etdu tourisme d'affaires voire des ex- ration représente 8 900 emplois, soit
les campingscursions d’une journée. De plus, 30 % des salariés du tourisme, part
l’Île-de-France attirant des visiteurs identique à la moyenne des régions À l’opposé, l’emploi dans les héber-
du monde entier, certains d’entre françaises. Environ un emploi touris- gements touristiques autres que les
eux complètent leur voyage par une tique sur cinq relève du secteur hôte- hôtels est relativement faible. Le
visite des territoires voisins. La faible lier, soit 5 700 salariés. En milieu nombre d’emplacements de cam-
distance et l’attrait du patrimoine ré- rural, les hôtels sont porteurs d’em- pings régionaux représente moins
gional contribuent à ces échanges. plois et contribuent au maintien du de 3 % de l’offre nationale. Les hé-
Dans la région, la durée moyenne des tissu économique. Dans ces commu- bergements de plein air affichent un
séjours est relativement faible dans nes, le poids de l’hôtellerie dans l’em- taux d’occupation modeste : 25 %
les hôtels, 1,4 nuitée contre 1,8 en mé- ploi touristique devance celui de la contre 35 % en métropole. Seul un
tropole ou dans les campings (3,1 restauration (29 % contre 26 %). tiers des campings régionaux est
classé en 3 ou 4 étoiles, alors que
Près d'un emploi sur trois dans la restauration cette catégorie représente plus de
nombre quatre hébergements de plein air
sur dix en moyenne nationale. Or,
Emplois touristiques
cette gamme de campings proposesalariés moyens
Activité une offre de services plus large, favo-
annuels juillet- risant l’emploi. De plus, la part desannuels
ETP août
emplacements locatifs en région
Activités 100 % touristiques 8 181 6 298 9 690 Centre est peu élevée, moitié
dont moindre qu’en métropole. Cette
hôtels 5 747 4 425 6 410 forme d’hébergement est pourtant
autres hébergements touristiques (y compris campings) 1 383 1 022 2 026
de plus en plus recherchée par les
gestion du patrimoine 601 542 746
clients. Ils y demeurent en moyenne
Activités fortement touristiques 11 090 7 851 12 434
deux fois plus longtemps que sur
dont
des emplacements nus. Offrir des
restauration 8 925 6 306 10 201
prestations diversifiées dans les hé-
boulangeries 813 672 724
bergements de plein air pourrait per-
cafés - Tabacs 614 345 673
mettre de développer l’emploi.
supérettes 221 174 264
commerce de viande, poisson, fruit… 520 353 569
Activités moyennement touristiques 6 306 4 871 8 154 Évolution favorable de
dont l’emploi malgré la crise
commerce de détail non alimentaire 1 943 1 592 2 284
Entre 2003 et 2010, l’emploi touris-super et hypermarchés 1 822 1 617 3 066
tique a augmenté de 11 %, principale-activités sportives 1 380 729 1 388
ment de 2003 à 2008, avec uneactivités financières 567 497 782
croissance d’environ 9 %.coiffure 451 340 438
Un ralentissement se produit durantActivités faiblement touristiques 4 089 2 356 5 580
les années 2008 et 2009, marquéesEnsemble des emplois 29 666 21 376 35 858
parlacrise.Ladiminutiondelaclien-Source : Insee, DADS 2009
2 2Spécificités de l'emploi salarié lié au tourisme mique du tourisme y est plus élevé.
Le secteur représente 4,7 % de l’em-
point
ploi salarié, soit un point de plus que
Autres hébergements touristiques la moyenne régionale. La répartition
des 5 000 postes entre le rural et l’ur-
Cafés - Tabacs
bain est la moins contrastée de la ré-
Restauration gion : près de trois emplois
touristiques sur dix se situent dans
Boulangeries
des communes rurales du départe-
Activités financières ment.
Ce dernier se différencie par la part
Activités sportives
de l’emploi dans les hébergements
touristiques, 16 % contre 4,7 % en ré-Super et hypermarchés
gion. La présence de CenterParcs
Hôtels
mais également d’un certain nombre
de campings haut de gamme dotésCommerce de détail non alimentaire
d’emplacements locatifs expliquent
Gestion du patrimoine
en partie ce constat. Par ailleurs, le
- 2,0 - 1,5 - 1,0 - 0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 taux d'occupation en hébergement
Note de lecture : la part de l'emploi salarié dans les hébergements touristiques de la région de plein air est le plus élevé de la ré-
Centre est inférieure de près de 2 points à celle de la France de province.
gion (30,2 %).
Source : Insee, DADS 2009
L’emploi lié à la gestion du patri-
moine y est surreprésenté grâce àtèle étrangère s’accompagne d’un effri- baines. Les six principales commu-
des sites touristiques majeurstement du tourisme d’affaires. En nautés d’agglomération concen-
comme Chambord, Cheverny, Chau-2010, une reprise s’amorce avec l’amé- trent 56 % de l’emploi touristique ré-
mont-sur-Loire, etc.lioration de la conjoncture. gional. Dans les communes rurales,
près de 5 000 emplois sont liés au En Indre-et-Loire, le tourisme fournitEn 2011, l’emploi dans les secteurs
tourisme. Sa part dans l’emploi sala- 8 000 emplois salariés, soit près dede l'hôtellerie-restauration se main-
rié y est identique à celle observée 4 % de l’emploi départemental. Cetient. Au final, le tourisme est plutôt
en zone urbaine (3,5 %). Les varia- territoire bénéficie à la fois d’unemoins affecté par la crise que de nom-
tions saisonnières y sont plus mar- clientèle de loisirs grâce à son patri-breux autres secteurs d’activité et son
quées qu’en milieu urbain, où le moine naturel et culturel et d’unepotentiel de développement reste
tourisme d’affaires aténue les pics clientèle d’affaires. Cette dernière as-réel.
saisonniers. sure une fréquentation conséquenteL’augmentation du nombre de restau-
En milieu rural, l’hôtellerie et les au- et régulière. L’hôtellerie, notammentrants, de 3 800 établissements en
tres formes d’hébergement représen- haut de gamme et le commerce de2000 à plus de 5 500 en 2011, a per-
tent la plus grosse part des emplois détail non alimentaire y sont plus par-mis une hausse de l’emploi. Cette
touristiques (environ 47 %). La res- ticulièrement présents, avec respec-croissance concerne principalement
tauration n’arrive qu’en deuxième po- tivement 23,3 % et 8,1 %. Lala restauration rapide (fast-foods, piz-
sition (26 %), contrairement à ce qui communauté d’agglomération dezerias, sandwicheries…), dont le
s’observe en milieu urbain.
nombre a augmenté de 80 % en dix Tours concentre près des deux tiers
des postes touristiques du départe-ans.
Le tourisme, un atout pour ment.L’emploi hôtelier en région Centre
l’emploi dans le Loir-et-Chers’est maintenu sur la période malgré
Le Loiret compte 7 800 emplois tou-
la baisse du nombre d’établisse- Le Loir-et-Cher présente une situa- ristiques salariés. Les activités de
ments, de 738 en 2003 à 653 en 2011, tion atypique en termes d’emplois commerce de détail non alimentaire,
et celle de la capacité hôtelière, de touristiques salariés. L’impact écono- fortement liées à l’urbanisation, sont
20 090 chambres en 2003 à 19 600
en 2011. Cette diminution constatée
également au niveau national s’opère Le tourisme, générateur d’emplois
au profit d’autres types d’héberge-
Part de l’emploi salarié touristiquements et de la montée en gamme de Nombre
d’emplois Indice del'hôtellerie. Cette évolution permet dans dans l’emploiDépartement
touristiques saisonnalité*une diversification des services, en- l’emploi salarié touristique
salariés salarié (%)gendrant une hausse des emplois et régional (%)
une plus grande qualification de Cher 3 642 1,5 3,7 12,3
ceux-ci. Eure-et-Loir 3 470 1,4 2,7 11,7
Indre 1 756 1,7 2,5 5,9
Indre-et-Loire 8 019 1,7 3,9 27,1Un emploi concentré
Loir-et-Cher 4 998 1,6 4,7 16,8dans les zones urbaines
Loiret 7 781 1,4 3,1 26,2
Centre 29 666 1,5 3,5 100,0En région Centre, plus de huit em-
*rapport entre les effectifs d'emplois touristiques du mois où les effectifs sont maximum et celui où ils sontplois salariés liés au tourisme sur dix
minimum.
sont situés dans des communes ur- Source : Insee, DADS 2009
3Soutenir le tourisme en région Centre
Le Conseil régional s’est doté d’une Stratégie Régionale de Tourisme Durable pour accompagner et soutenir le dé-
veloppement du tourisme sur son territoire. L’un des enjeux est la création et le maintien d’emplois durables et non
délocalisables. Il s’agit d’accroître les retombées économiques sur le territoire, de favoriser la création ou le main-
tien d’emplois, notamment dans des zones rurales. En matière d’emploi et de formation, le secteur touristique est
confronté au problème de la saisonnalité et pour certains métiers (restauration en particulier) à la pénurie de per-
sonnel qualifié et compétent. La Région souhaite soutenir toute initiative favorisant la création ou le maintien d’em-
plois durables sur le territoire. La politique de formation qu’elle conduit vise aussi à renforcer la qualification et le
secteur de l’hôtellerie-restauration occupe une place importante dans ces actions.
Pour atteindre ces objectifs, mais aussi pour mesurer et évaluer l’efficacité de la Stratégie Régionale de Tourisme
Durable, le Comité Régional du Tourisme Centre-Val de Loire s’est associé à l’Insee afin de disposer d’indicateurs
fiables et comparables sur l’activité touristique régionale et ses emplois.
Comité Régional du Tourisme Centre - Val de Loire
surreprésentées. Ce peut être dû à communauté d’agglomération de croissance des effectifs entre le mois
l’impact du nombre de résidences se- Bourges. de janvier et la haute saison touris-
condaires et de la proximité avec tique, varie selon les activités. Elle est
Le tourisme dans l’Indre génèrel’Île-de-France, favorisant à la fois particulièrement marquée dans le
1 760 emplois salariés. La part deles séjours courts et le tourisme d’af- secteur du commerce et dans les hé-
l’hôtellerie y est conséquente, envi-faires. De même, de nombreux em- bergements touristiques, hors hôtel-
ron un tiers, caractéristique des es-plois touristiques sont liés aux lerie. Dans la restauration, l’emploi
paces ruraux. La Brenne, une desactivités sportives, assez dévelop- augmente de 39 % sur cette période,
plus importantes zones humidespées dans le département. contre seulement un quart dans l’hôtel-
continentales françaises, développe lerie, du fait d’une clientèle d’affaires
Avec 3 500 emplois salariés liés au un tourisme de nature, basé sur l’ob- régulièrement présente tout au long de
tourisme, l’Eure-et-Loir regroupe servation de la faune et de la flore. l’année.
12 % des effectifs de la région. La
part du tourisme dans l’emploi sala-
Une saisonnalité variablerié y est plutôt faible. À Chartres, le Un secteur propice
tourisme est important en termes de selon les secteurs aux jeunes actifs
clientèle d’affaires, mais aussi d’ex-
En région Centre, les activités liées Le tourisme est un secteur d’activitécursionnistes. Pour ces derniers, la
permettant à de nombreux jeunesau tourisme regroupent en moyennecathédrale, patrimoine classé à
23 000 emplois salariés au mois de jan- d’entrer sur le marché du travail. Lesl’Unesco, constitue un monument in-
vier et 36 000 en juillet-août. L’emploi étudiants ou lycéens profitent decontournable.
l’abondance des emplois saison-se trouve ainsi multiplié par 1,5 commeLa restauration s’impose comme l’ac-
en Bourgogne, mais ce coefficient est niers, notamment dans la grande dis-tivité touristique principale, son poids
légèrement inférieur à celui enregistré tribution, pour se confronter audans l’emploi touristique restant iné-
en Picardie et au plan national (1,6). La monde du travail et s’assurer un re-galé dans les autres départements
saisonnalité, qui traduit l’ampleur de la venu. L’âge moyen des emplois(40 %). A contrario, l’hôtellerie est
moins représentée du fait d’une offre
assez réduite. Seuls 9 % des hôtels Une saisonnalité marquée dans les hébergements touristiques
et 11 % des chambres de la région
base 100 en janviersont situés en Eure-et-Loir, mais le
200taux d’occupation des établisse-
ments hôteliers y est le plus élevé de Hôtels
la région. Sur ce territoire, près d’un 180 Autres hébergements
tiers des établissements sont classés touristiques
en haut de gamme, contre un quart Restauration
160
en moyenne régionale. Commerce
Dans le Cher, la part du tourisme
140dans l’emploi salarié est de 3,7 %,
soit 3 600 emplois. L’emploi touris-
120tique pèse un peu plus ici qu’en
moyenne régionale. La restauration
en recense un tiers et l’hôtellerie
100
15,5 %. Dans ce dernier secteur,
l’emploi est peu développé du fait
80d’une offre en établissements assez
Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Décfaible, 12 % du parc régional. Six em-
plois sur dix sont concentrés dans la Source : Insee, DADS 2009
4 4Des emplois plutôt jeunes et féminisés dans le tourisme En 2009, les 29 700 emplois touristi-
% ques salariés de la région Centre
représentent un volume de travail deEmplois saisonniers Emplois
d'été de référence* 21 400 équivalents temps plein
(ETP), soit 72 emplois à temps pleinSexe
pour 100 salariés, contre 82 tousFemmes 62,4 63,4
secteurs confondus.Hommes 37,6 36,6
Âge Le temps partiel concerne 57 % des
emplois saisonniers. Il permet d’assu-Moins de 26 ans 57,6 25,9
De 26 à 35 18,8 24,5 rer la continuité de l’activité, au
De 36 à 45 12,0 23,6 moment où de nombreux perma-
De 46 à 55 8,1 18,6 nents sont en vacances. Les facteurs
Plus de 55 ans 3,5 7,4 de précarité se cumulent chez les
Catégorie socioprofessionnelle saisonniers : plus d’un sur deux
Chefs d'entreprises et cadres 4,5 7,4 dispose d’un contrat de moins d’un
Professions intermédiaires 7,9 14,0 mois, qu’il travaille à temps partiel ou
Employés 71,9 59,2
complet. L’importante rotation de la
Ouvriers 15,7 19,4
main-d’œuvre traduit une précarité
*Les emplois de référence correspondent à l'ensemble des emplois des secteurs dont tout ou partie des
emplois est lié au tourisme. plus marquée que dans le reste de
Source : Insee, DADS 2009 l’économie régionale.
À l’horizon 2020, le nombre d’actifs de
conditions de travail : forte saisonna-dans les secteurs liés au tourisme moins de 25 ans diminuerait de près
s’établit à 36 ans, contre 39 ans pour lité, horaires importants et bas salai- de 3 % sur la région Centre et celui
res. Ainsi, dans les métiers del’ensemble des salariés de la région. des 25-35 ans stagnerait. Dans un
serveurs et d’employés d’hôtel, le re-Six saisonniers embauchés sur dix contexte de départs massifs à la
crutement est jugé difficile.sont âgés de moins de 25 ans, alors retraite, l’enjeu pour ce secteur d’acti-
De fait, les emplois sont souvent peuque cette classe d’âge ne constitue vité sera de trouver des arguments
que le quart des emplois potentielle- qualifiés et le recours au temps par- attractifs pour les salariés dans la
ment touristiques. Le tourisme est tiel y est relativement développé. mesure où ces emplois, non délocali-
également un secteur favorisant Plus de six emplois salariés sur dix sables, participent au dynamisme
l’emploi féminin, plus de 60 %, aussi sont occupés par des personnes économique des territoires. Des com-
bien sur l’emploi saisonnier que sur ayant le statut d’employé, soit près du plémentarités avec d’autres secteurs
l’emploi pérenne. Ce taux est légère- d’activité pourraient être recherchées,double de la moyenne des emplois sa-
ment supérieur à la moyenne natio- par exemple les services à lalariés de la région. Ils regroupent des
nale. personne, afin d’assurer des emploismétiers variés allant du guide-inter-
àtempscomplet.prète au serveur de restaurant. Deux
Des conditions d’emploi emplois sur dix sont occupés par des
peu attractives
ouvriers (cuisiniers, jardiniers, etc.). Des emplois moins bien
Le secteur du tourisme n’est pas tou- Les professions intermédiaires et les rémunérés
jours très attirant en raison des cadres sont peu présents.
Dans les secteurs liés au tourisme,
le salaire net horaire s’élève à
9,60 euros en moyenne, inférieur deDes emplois saisonniers peu rémunérés
plus de deux euros à celui de l’en-
salaire net horaire (euros)
semble des salariés du secteur privé
et semi-public de la région Centre.Activités sportives et récréatives
En moyenne métropolitaine, le sa-
laire horaire net des activités liées
Commerce de détail non alimentaire
au tourisme s’élève à 10,60 euros.
Les femmes perçoivent 15 % de
Autres hébergements touristiques moins que les hommes.
La conjugaison d’une forte propor-
Super et hypermarchés tion de jeunes inexpérimentés et de
nombreux contrats précaires pour
Hôtels des emplois peu qualifiés explique
un niveau de salaire moyen plus
Emplois de référence
faible chez les saisonniers (8,71 eu-Restauration
Saisonniers ros). Toutefois, ce salaire reste supé-
rieur au Smic horaire net
Ensemble
(6,93 euros).
7,5 8,0 8,5 9,0 10,0 10,5 11,0 11,59,5
Source : Insee, DADS 2009
5Un renouvellement Pour comprendre ces résultats
des emplois non salariés
à anticiper Définition
Le secteur du tourisme génère envi- Indice de saisonnalité : rapport entre les effectifs d’emploi touristique du
ron 5 500 emplois non salariés. Le mois où les effectifs sont maximum et celui où les effectifs sont minimum.
tiers d’entre eux concerne la restau-
France de province : France métropolitaine moins l'Île-de-France.ration, 15 % les hôtels et 9 % le com-
merce non alimentaire. Plus du
quart se trouve en Indre-et-Loire.
Méthodologie
Dans les hôtels, les gérants sont
pour plus de la moitié âgés de plus L’estimation de l’emploi salarié touristique est basée sur une méthode
de 45 ans, un quart dépassant nationale élaborée par l’Insee, à partir des données issues des déclara-
55 ans. Les non-salariés de la restau- tions annuelles des données sociales (DADS), couvrant l’ensemble des
ration sont plus jeunes : un sur cinq à salariés, à l’exception de ceux de l’agriculture, des services domestiques
plus de 55 ans. Ce constat pose la et de la fonction publique d’État.
question des départs à la retraite et Cette méthode d’estimation est axée sur deux critères : l’orientation touris-
du maintien de l’activité, notamment tique des communes et le caractère plus ou moins touristique des sec-
dans les territoires ruraux. Rendre at- teurs d’activité.
tractif ces secteurs et faciliter l’instal-
Deux types d’emplois touristiques sont considérés comme saisonniers :
lation ou la reprise d’établissements er
ceux dont la période de rémunération se situe entre le 1 mai et le
est un enjeu pour conserver l’emploi
30 septembre ;
dans ce secteur d’activité. er ceux pour lesquels la rémunération entre le 1 mai et le 30 septembre
représente plus de la moitié de la rémunération totale perçue pour un con-
ertrat allant du 1 mars au 31 octobre.
L’estimation de l’activité non salariée liée au tourisme pose l’hypothèse
que, pour une activité donnée, la part de l’emploi non salarié consacrée
au tourisme équivaut à celle de l’emploi salarié liée au tourisme. Cette esti-
mation a été faite à partir des résultats du recensement de la population
de 2009.
Les évolutions d'emploi sont calculées sur le champ "hôtels-restau-
rants" à partir des sources DADS et Epure (données Urssaf).
Pour en savoir plus
« La saison touristique 2010 : retour de la clientèle étrangère », Insee
Ouest-France.fr Centre Flash n°36, décembre 2010.
« Bilan économique et social de la région Centre 2011 : chapitre Tou-
risme (pages 26-28), Insee Centre Dossiers n°17, juin 2012.
« En région Centre, le tourisme génère 26 000 emplois salariés », Insee
Centre Info n°143, juin 2007.
« 53 % des emplois liés au tourisme en Franche-Comté se situent dans
l’espace urbain », l’essentiel n°139, août 2012.
Directeur de la publication
Dominique Perrin
Sites internet
Coordination des études
Olivier Aguer Stratégie Régionale de Tourisme Durable 2011-2015 (130 pages), Région
Centre :
Équipe de projet
www.regioncentre.fr/accueil/lavenir-de-ma-région/stratégies-régionales-1.htmlEmmanuel Agbovon
Annie Clerzau
Comité Régional du Tourisme, rubrique « espace professionnels » :
Véronique Tagnati
www.visaloire.com/Espace-pro
Rédactionenchef
Philippe Calatayud
Danielle Malody
Institut national de la statistique et des études économiques
Maquettiste / Webmestre
Direction régionale du Centre
Christian Leguay / Yves Dupuis
131 rue du faubourg Bannier
45034 Orléans Cedex 1
Relations médias
Tél : 02 38 69 52 52 - Fax : 02 38 69 52 00
Martine Blouin
www.insee.fr/centreHortense Robert
Exemplaire non destiné à la vente - ISSN 0986-976X - © Insee 2012
6 6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.