Le tourisme sportif, un marché en croissance.

De
Publié par

La Réunion dispose d'un potentiel naturel exceptionnel pour la pratique des sports et loisirs de nature. Depuis quinze ans l'offre d'activité sportive s'est beaucoup développée à travers les associations puis par les entreprises. Des aménagements publics ont accompagné cet essor, surtout dans les hauts. Dans ce contexte les évènements sportifs spectaculaires se sont multipliés. L'impact économique de ces activités n'est pas négligeable.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 227
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

dossier Quel tourisme ?
Le tourisme sportif, un
a Réunion dispose d’un potentiel La période 1989-2003 est marquée par la
naturel exceptionnel pour la progression régulière du nombre de struc-Lpratique des sports et loisirs de tures associatives et marchandes (de 38 à
nature. Depuis quinze ans l’offre d’acti- 223), par la multiplication des sites de
vité sportive s’est beaucoup déve- pratique (773 recensés) liés aux aména-
loppée, d’abord à travers les associa- gements spécifiques réalisés, ou encore
tions puis par les entreprises. Des par une dynamique évènementielle des
aménagements publics ont accompa- sports de nature. Le marché est aujour-
gné cet essor, surtout dans les Hauts. d’hui davantage structuré et diversifié.
Dans ce contexte les événements spor- L’offre en matière de loisirs et de tou-
tifs spectaculaires se sont multipliés. risme sportif de nature ne peut donc plus
Une étude réalisée pour le L’impact économique direct de ces être considérée comme marginale car elle
activités n’est pas négligeable. représente un véritable marché créateurCCCE
d’emplois et marque de plus en plus de
L’île de La Réunion offre en raison de sa son empreinte le territoire réunionnais
Cet article est issu d’une étude situation géographique, de sa configura-
commanditée par le Conseil de la tion géomorphologique et de sa particu- Une offre en constanteculture de l’éducation et de larité climatique, la possibilité de prati-
l’environnement (CCEE), organe augmentation
quer dans des conditions optimales une
consultatif de la Région Réunion et
grande diversité de sports de nature toutréalisée par le Centre universitaire de Depuis quinze ans les sports de nature se
au long de l’année. Il est rare de disposerrecherche en activités physiques et développent à un rythme particulière-
sur un même territoire d’une telle variétésportives (CURAPS). L’étude s’appuie
ment soutenu. Les structures ont vu leur
sur une enquête qui s’est déroulée de et d’une telle densité d’espaces propres à
nombre évoluer de 38 en 1989 à 223 endécembre 2002 à novembre 2003. Le l’exercice de ces activités. Du fait de ce
2003. Les associations sont à l’origine dechamp d’investigation couvre les potentiel exceptionnel, le développement
ce développement et leur nombre estdifférents territoires de l’île (quinze des sports de nature a pris, ces dernières
communes visitées) au cœur desquels toujours nettement supérieur à celui des
années, une nouvelle dimension qui
les sports de nature sont pratiqués à entreprises marchandes jusqu’en 1993.
dépasse les frontières du sport pourdes degrés divers. L’ensemble des Ces dernières prennent cependant de
s’inscrire dans l’univers des loisirs et duacteurs concernés par les interactions l’importance à partir des années 1995 et
tourisme. Précurseurs dans les annéesentre sports de nature, tourisme et
1996. Cette donnée est conforme aux
développement durable ont été quatre-vingt, les sports de nature repré-
résultats de l’enquête réalisée par la CCIRrencontrés (135 entretiens réalisés) sentent depuis une quinzaine d’années
en 1997 sur l’ensemble des entreprisesainsi que les consommateurs de loisirs un marché en pleine expansion générant (1)de loisirs . La fin de la période estsportifs de nature, que ce soit dans des retombées économiques, qu’il est
une logique touristique ou non (754 marquée par un rattrapage de l’offre mar-
difficile d’évaluer exhaustivement, mais
pratiquants interrogés dont 525 chande vis à vis de l’offre associative.
très certainement importantes pour lelocaux et 229 touristes). L’approche se
développement local. Les aménagements réalisés en matièrelimite aux dix sports de nature les plus
d’espaces sportifs sont aussi un bon indi-représentatifs de l’île : le parapente, le
Stucture de l’offre de sports naturecanyoning, l’escalade, la randonnée cateur de la diffusion des sports de nature
de 1989 à 2003équestre, la randonnée pédestre, le à La Réunion. La région des “Hauts” en
VTT, le canoë-kayak, la plongée, le est le meilleur exemple grâce au rôle
surf et la voile. Le rapport final traite
majeur joué par la Maison de la Mon-
de l’ensemble des sports de nature car
tagne, l’ONF et les comités sportifsc’est un secteur d’activités qui doit
concernés. On assiste à l’aménagementêtre appréhendé dans sa globalité. Il
progressif d’aires de décollage et d’atter-propose aussi des analyses
différenciées par sports de nature et rissage de parapente mais aussi à l’équi-
deux études de cas approfondies pement de voies d’escalade et de canyon-
(randonnée pédestre et plongée). ning. Cependant, ce sont les infrastructu-
res de randonnées équestres, de ran-5
donnée pédestre et de VTT quiSources : Fichier consulaire de la CCIR ; Manuel
témoignent le mieux de la dynamiquede vente du CTR ; Etude “Réunion Ile intense”,
1998, CTR ; Ouvrage “Aspects du sport à La engagée.
Réunion, Chateureynaud-Lapierre, 1996 ; et croi-
sement des données des entretiens qualitatifs, En ce qui concerne la randonnée pédestre,
Bessy-Naria, 2003.
l’ouverture des sentiers s’est poursuivie
D’abord marginales les structures (de 700 à 1 000 km) ainsi que la réfection
marchandes sont maintenant pres-
que aussi nombreuses que les
structures associatives. (1) Panorama des entreprises de loisirs, CCIR.
20 économie 3e trimestre 2004
DE LAREUNIONdossier
marché en croissance
lioration du réseau routier facilite l’accèsEvolution des aménagements de sport nature
à des sites touristiques majeurs dans les
Hauts de La Réunion (Volcan, forêt deActivités 1989 1993 1998 2003
Bélouve, fenêtre des Makes) avec notam-
Parapente (aire de décollage et d'atterrissage) 10 16 50 63 ment le bétonnage de cinquante kilomè-
tres de pistes forestières entre 1991 et
Canyoning (sites) 10 78 110 125
1996. Presque toute l’île se trouve alors
dans le temps de l’aller-retour quotidienEscalade (sites) 5102030
des citadins ou des touristes et donc
Itinéraires 10 20 40 48 intégrée dans l’espace des loisirs.Randonnée
Kms de pistes aménagés 40 80 800 1 000
équestre Ensuite, les formations de Brevet d’Etat
Centres 1 2 9 12
mises sur pied par la DDJS et les ligues
Randonnée Kms de sentiers aménagés 700 1 000 1 000 800* concernées depuis la fin des années
pédestre Gîtes 20 25 40 67 quatre-vingt (randonnée pédestre, VTT,
parapente, plongée, surf…) permettent
Nombre de stations 0 1 7 10
VTT une meilleure structuration de l’offre. OnKms de pistes 50 150 1 000 1 500
peut citer aussi, l’évolution de la poli-
Canoë- Sites 1 - - 10 tique de communication du Comité du
kayak Centres - - - 1 tourisme de La Réunion davantage centrée
sur l’intérieur de l’île et son intensité spor-Plongée (centres) 7212530
tive (d’une Ile à grand spectacle, à une
Surf (locaux d'accueil) --- 3 Ile intense).
Voile (centres et locaux de stockage) 777 11 L’augmentation très nette durant cette
période de la demande de sport nature
* De nombreuses pistes ont été fermées à cause du cyclone Dina ainsi que des problèmes liés au frais de mainte- est principalement due à la progression
nance de ces dernières.
du nombre de touristes extérieurs qui ont
Sources : Maison de la Montagne de La Réunion, 2003, Cartographie et analyse des filières de tourisme et de loi- un comportement sportif de plus en plussirs de pleine nature dans les Hauts de la Réunion ; CRCK, 2003, Schéma régional d’équipements de canoë-kayak (3)
et données issues des entretiens qualitatifs auprès des acteurs des sports nature, Bessy-Naria, 2003. affirmé . La majoration du nombre de
pratiquants créoles est le second facteur
explicatif qui prend durant cette périodeet la diversification des gîtes de mon-
Une dynamique des proportions plus importantes. Selontagne. Pour le VTT, la première station
nos investigations, en 1989, les touristesévènementiellepilote est ouverte au Maïdo en 1992. Elle
extérieurs représentaient 70 % des prati-est suivie de celles de Cilaos (1993), de
(2) quants et les locaux 30 %, alors qu’enLes évènements sportifs se sont aussiSaint-Philippe (1994), de Sainte-Rose
multipliés durant cette période. Une vraie 1998, la répartition a évolué vers 60 %(1995), de La Plaine des Palmistes (1996),
dynamique évènementielle est à l’œuvre de touristes extérieurs et 40 % de locaux.du Volcan (1997) et de l’Entre-Deux
puisque leur nombre passe de 2 à 24. Elle(1998). Le nombre de km de pistes bali-
Enfin, l’évolution des représentations
est principalement animée par les sportssées passe quant à lui de 150 à 1 500 km
des acteurs locaux mais aussi de la popu-
sur la dernière décennie. de nature des “Hauts” à l’instar de la
lation, vis-à-vis de la mer comme de larandonnée pédestre (Rando Gadiamb et
Les espaces maritimes exploitables de la montagne a certainement favorisé ce pro-Grand Raid), le parapente (critérium natio-
Côte sous le vent sont globalement moins cessus de diffusion. Hier pensés commenal) et le VTT (Mégavalanche et Big
aménagés que les Hauts, en raison de des lieux inhospitaliers et dangereux, ilsRun). Seul, le surf grâce à l’organisation
l’absence d’un acteur catalyseur de pro- sont progressivement devenus des espa-d’une étape du championnat du monde à
jets lors de la période de développement ces récréatifs et des territoires à valori-Saint-Leu vient positionner les “Bas”.
des sports de nature océaniques. Il a man- ser. Ces activités dépassent aujourd’hui
Quels sont les facteurs explicatifs de laqué une “Maison de la Mer” à l’image de les frontières du sport pour s’inscrire
diffusion des sports de nature sur le terri-la Maison de la Montagne. Un effort de dans l’univers des loisirs et du tourisme. 5
toire réunionnais ? Tout d’abord, l’amé-structuration intervient malgré tout durant
cette période sous l’action conjuguée des
schémas proposés par la Région (Sché-
(2) Nous prenons en compte ici uniquement les événements sportifs à large participation au niveau
ma de la mise en valeur de la mer intégré local et national et les événements sportifs compétitifs spectaculaires de niveau national et interna-
au SAR et Schéma nautique Régional). tional générant des retombées locales importantes. Nous excluons les compétitions organisées par
-les différentes ligues et comités dans le cadre de leurs championnats respectifs et ouverts uniqueCertaines communes littorales ont aussi
ment à un public restreint.contribué à cette dynamique en aména-
geant des ports (Saint-Paul, Saint-Leu, (3) 62 % déclarent pratiquer un sport lors de leur séjour dans l’île d’après Etude GB2 pour le compte
Etang-Salé, Saint-Pierre). du CTR sur les comportements des touristes non résidents à La Réunion en 1998.
économie 213e trimestre 2004
DE LAREUNIONdossier
Les sports nature les plus porteursLes auteurs du dossier
Rando Nelly ACTIF est responsable de la Estimations Canyoning Parapente Plongée
équestredivision “Etudes” à la direction
régionale de l’Insee.
Associatives 12 1 10 15
Structures
Olivier BESSY est maître de Marchandes 12 12 6 17
conférence en sciences et
Chiffre d'affaires cumulé (euros) 1 500 000 1 000 000 1 500 000 3 000 000techniques en activités physiques
et sportives (STAPS) au Centre
Emplois directs 25 30 30 100
Universitaire de Recherche en
Activités Physiques et Sportives Source : Données issues des entretiens qualitatifs auprès des acteurs des sports nature,
(CURAPS) de l’Université de La Bessy-Naria.
Réunion
valent, les structures marchandes pèsent
Gaëlle DABET est volontaire civil
plus lourdement et profitent beaucoupLes enjeux économiquesde l’aide technique à la direction
plus de la dynamique économique créée.régionale de La Réunion.
A l’interface du sport, du loisir et du tou- Olivier NARIA est assistant L’enquête menée par la CCIR en 1998
risme, les sports nature ne concernent pastemporaire d’enseignement et de signalait déjà que le marché des entrepri-
uniquement la demande locale de loisirsrecherche en STAPS au Centre ses d’activités de pleine nature était en
et de tourisme sportif mais aussi celle deUniversitaire de Recherche en croissance : 52 % des chefs d’entreprise
Activités Physiques et Sportives nombreux touristes extérieurs qui interrogés déclaraient à l’époque avoir
(CURAPS), il est aussi rattaché au consomment des services sportifs ainsi enregistré une tendance à la hausse de
Centre de Recherches et d’Etudes que des prestations connexes. La pro- leur chiffre d’affaires. Par ailleurs, deux
en Géographie de l’Université de gression constante et spectaculaire de la études menées en parallèle par la MaisonLa Réunion (CREGUR). demande en matière de sports nature (4) (5)de la Montagne et la DDJS souli-
durant les quinze dernières années est à gnent le dynamisme du marché. La pre-
l’origine d’une explosion du marché, esti- mière met en évidence la contribution
mé aujourd’hui à 500 000 pratiquants. Le des sports nature dans l’économie desBibliographie nombre d’évènements sportifs de dimen- “Hauts”. La seconde souligne une aug-
sion nationale et internationale organisés mentation régulière depuis cinq ans du
BESSY O., NARIA O., 2004, à La Réunion aujourd’hui génère aussi chiffre d’affaires pour 65 % des structu-
Sociologie des pratiquants de sport un flux important de touristes qui se res et estime à 476 le nombre de person-nature : l’exemple de La Réunion, déplacent à cette occasion. Le Grand nes travaillant dans le secteur, avec unin Cahiers Espaces en collaboration Raid, la Mégavalanche, la Finale Coupe potentiel égal au double.avec le ministère de la Jeunesse, du Monde de parapente, le championnat
des Sports et de la vie associative,
de France de surf, le Créolia Cup Even Nos propres investigations révèlent des
n°81, pp. 52-78.
retombées économiques directes consé-Sport en voile et les raids aventure (Réu-
BESSY O., NARIA O., 2003, Loisirs quentes. Les pratiquants de sports naturenion d’Aventure) en sont de bons exem-
et tourisme sportif de nature à La sont des consommateurs de prestationsples. On peut estimer à 3 000 le nombre
Réunion : Etat des lieux, enjeux et de touristes extérieurs drainés unique- d’encadrement pour 37 % d’entre eux et
perspectives en matière de de location pour 32,5 %. L’achat d’unement par ces manifestations.
développement durable, Rapport
prestation d’encadrement comme la loca-
de recherche sous la directive du L’impact économique de cette augmenta- tion de matériel concernent prioritairementConseil de la Culture de tion du nombre de touristes sportifs et de les adeptes du parapente, de la randonnéel’Education et de l’Environnement pratiquants locaux n’est pas négligeable équestre, de la plongée et du canyoning.(CCEE), 150 p.
pour La Réunion. Les retombées écono- Ce sont effectivement ces quatre prati-
CTR - Etude sur les comportements miques directes concernent l’ensemble ques qui profitent aujourd’hui le plus desdes touristes non résidents - des organisations sportives qui profitent retombées économiques directes. Ellescomparaison 1998-2001.
de cette dynamique, en générant des flux totalisent un chiffre d’affaires de 7 mil-
financiers et des emplois dans ce secteur lions d’euros. Viennent s’ajouter 3 mil-
d’activité. Nous englobons sous cette lions d’euros liés aux chiffres d’affaires
appellation les prestataires publics des autres sports nature. (La randonnée
(Ligues, comités, clubs, associations…) pédestre, le surf, la voile, le VTT et le
et les prestataires marchands (entreprises canoë-kayak). Les retombées économi-
5 de services liées à l’encadrement, à la ques directes peuvent ainsi être estimées
formation, à la découverte aménagée à 10 millions d’euros.
mais libre d’un milieu, les entreprises
Olivier BESSY et Olivier NARIAd’évènementiel, les entreprises de loca-
tion et de réparation de matériels, les
(4) Les filières de tourisme et de loisirs de pleine
entreprises de fabrication et/ou de vente
nature dans les hauts de La Réunion, octobre
de biens). Ces structures se sont multi- 2003.
(5) DDJS/organigram, 2004. Les potentialités, lespliées par six de 1989 à 2003. Si associa-
facteurs dedéveloppement et les formation destions et entreprises sont en nombre équi-
sports nature à La Réunion.
22 économie 3e trimestre 2004
DE LAREUNION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.