Le tourisme : Une industrie neuve.

De
Publié par

Le secteur marchand de l'hébergement s'est développé et fortifié au cours des quinze dernières années avec la création d'un réseau hôtelier, secondé par d'autres structures d'hébergement. Quasiment inexistant en 1990, une industrie hôtelière est née, soutenue par les pouvoirs publics et favorisée par les flux touristiques. Le tourisme vert à son tour se développe peu à peu.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

dossierQuel tourisme ?
Une industrie neuve
e secteur marchand de l’héber- lière et de l’offre. En 1994, le tauxNaissance du secteur
d’occupation moyen a retrouvé songement s’est développé et fortifié hôtelier
niveau de 55 % pour un nombre deLau cours des quinze dernières
chambres d’environ 1 700.années avec la création d’un réseau
L’offre hôtelière avait commencé à se
hôtelier, secondé par d’autres structu-
développer depuis 1986, avec la mise en Les années 1994 à 1998 sont des années
res d’hébergement. Quasiment inexis-
œuvre des mesures de défiscalisation. excellentes pour le secteur hôtelier. De
tante en 1990, une industrie hôtelière Ces mesures, appelées aussi “loi Pons” nombreux hôtels sont créés ; le chiffre
est née, soutenue par les pouvoirs vont attirer, pendant toute la décennie d’affaires et la valeur ajoutée progressent
publics et favorisée par les flux touris- suivante, les investissements dans ce sec- rapidement. C’est peut-être là un effet de
tiques. Le tourisme vert à son tour se teur d’activité. L’envol de la demande tou- la loi Perben (1994) qui prévoit des allè-
développe peu à peu. ristique à partir de 1990 va à son tour gements de charges pour le secteur hôte-
participer à la naissance d’un véritable lier. Qui plus est, les flux touristiquesLa question de l’hébergement a réguliè-
secteur hôtelier sur le département. On augmentent et concomitamment lesrement été associée aux problématiques
compte, en 1990, 37 hôtels classés sur le dépenses des touristes en matièredu développement touristique de l’île.
territoire réunionnais, disposant de 1 600 d’hébergement. Depuis, on assiste à uneEn 1992 déjà, le Plan stratégique du mar-
chambres. La majorité des chambres certaine stagnation de l’activité du sec-keting touristique de l’île de La Réunion,
(74 %) relève des catégories 3 et 4 étoi- teur : stabilisation du taux d’occupation,qui visait une affluence de 500 000 tou-
les. Leur taux d’occupation s’établit tou- croissance très modérée du chiffreristes en 2000, recommandait d’augmen-
tes catégories confondues à 54 %. Cette d’affaires, +2 %, et de la valeur ajoutéeter sensiblement l’offre, notamment en
offre a donc été multipliée par 1,8 entre
hébergement. Augmenter et améliorer
1990 et 2004. Perspectivesl’offre d’hébergement ont été les leitmo-
tivs des professionnels depuis quinze ans. Cet essor de la capacité hôtelière ne s’est
Dans la perspective d’accueillir 600 000Plusieurs axes ont été proposés : plus de pas déroulé de façon linéaire, sans heurt.
touristes en 2010 et un million en 2020 illits, une meilleure adéquation qualité/ Les taux d’occupation, qui permettent de
faudrait créer 3 000 puis 7 000 lits supplé-prix, plus de grandes structures (au mesurer l’adéquation de l’offre à la
mentaires. Soit en quinze ans une aug-moins 50 lits), une meilleure répartition demande, ont d’abord fortement chuté de 3
mentation des deux tiers de la capacitésur le territoire, une diversification des 1990 à 1993, sous les effets conjugués
actuelle qui est de 11 000 lits.produits, la création de structures plus de la première guerre du Golfe (qui
attractives et typées (lodges de pleine pénalise le tourisme international) et Le Schéma de développement et d’amé-
d’une inadéquation de la demande hôte-nature, hôtels de charme)… nagement touristique de La Réunion pré-
conise une action sélective pour le déve-
loppement des hébergements.
Courbe des taux d’occupation des chambres
Dans le domaine de l’hôtellerie seraient
privilégiés les établissements attractifs par
eux-même comme les hôtels de charme
dans un cadre ancien, les hébergements 4
en pleine nature, les résidences thémati-
ques ou centrées sur certaines activité.
Il faudra sans doute aussi envisager de
rénover les établissements existants, près
de la moitié des chambres d’hôtels dis-
ponibles datant d’avant 1990. L’objectif
est de créer une ambiance créole dans les
parties communes et dans les chambres, et
d’améliorer la qualité des parties exté-
rieures comme les façades, les piscines, 5
les jardins et les lieux d’activité.
Les actions en faveur des hébergements
en milieu rural doivent aussi se pour-
suivre et viser à encourager l’améliora-
tion de la qualité.
Source : Insee, enquête sur la fréquentation hôtelière.
Nelly ACTIF
L’hôtellerie a traversé des années difficiles avant d’obtenir un taux d’occupation
des chambres homogène de l’ordre de 65 %
économie 173e trimestre 2004
DE LAREUNION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.