Les aires urbaines limousines de 1968 à 1999

De
Publié par

Depuis 1968, les aires urbaines limousines progressent tant en nombre de communes qu'en nombre d'habitants. En 1999, le Limousin en compte six : Limoges, Brive-la-Gaillarde, Tulle, Guéret, Ussel et Saint-Junien. Globalement, sur la période 1968-1999, elles suivent un schéma que l'on retrouve dans beaucoup d'agglomérations françaises, qui combine densification de population et extension géographique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

territoire
Les aires urbaines
limousines de 1968 à 1999 :
entre extension
et densification
Le regroupement des communes hausse du nombre de communesChantal Desbordes
en aires urbaines s'appuie sur qui les composent : 180
les échanges de population communes appartiennent à une
active entre communes de aire urbaine en 1999, soit treizeDepuis 1968, les aires
résidence et communes de fois plus qu'il y a trente ans.urbaines limousines
travail et met en relief Cependant, alors que lesprogressent tant en
l'organisation urbaine du extensions géographiques qui
nombre de communes
territoire. L'intensité de ces interviennent entre chaque
qu'en nombre migrations quotidiennes s'est recensement garantissent un
d'habitants. En 1999, fortement accentuée ces trente apport de population, la
le Limousin en compte dernières années, confirmant densification des territoires
six : Limoges, Brive-la- une polarisation de plus en plus appartenant déjà aux aires
Gaillarde, Tulle, importante autour des urbaines au recensement
principaux pôles d'emplois. En précédent ne se vérifie pasGuéret, Ussel et Saint-
effet, en 1999, près de la moitié toujours.Junien. Globalement,
des actifs du Limousinsur la période 1968- Limoges et Brive :
travaillent hors de leur1999, elles suivent un les plus dynamiques
commune de résidence contre
schéma que l'on
38 % en 1990 et 21 % en 1975. Le L'aire urbaine de Limoges,
retrouve dans périmètre des aires urbaines capitale régionale, est la plus
beaucoup n'est pas figé et évolue à chaque peuplée avec près de 248 000
d'agglomérations recensement en intégrant des habitants répartis dans 78
françaises, qui communes supplémentaires. communes. Il est à noter que le
combine densification Ainsi, en 1999, 59 % des pôle urbain, composé de sept
Limousins vivent dans les aires communes, concentre à lui seulde population et
urbaines de la région contre 33 % près des deux tiers de l'emploiextension
en 1968. Cette augmentation haut-viennois. Depuis 1968,géographique.
provient essentiellement de la l'aire urbaine a intégré 70
8 r insee limousin communes supplémentaires, et régulièrement excepté lors des
plus de 97 000 habitants. années 1980 où elle accuse une
L'évolution la plus importante en baisse due en totalité à la ville
terme de population a eu lieu centre, Limoges, qui perd près
pôle urbain de Brive s'estentre 1968 et 1975 avec un gain de 7 000 personnes. Cependant,
également modifiée en intégrantde près de 40 000 habitants. Plus dans la période récente, cette
quatre communesde la moitié d'entre eux ville bénéficie de nouveau
supplémentaires dont uneproviennent de l'extension d'un léger dynamisme
appartenant au département degéographique, tandis que l'autre démographique.
la Dordogne. Dans les périodespartie découle de la croissance L'aire urbaine de Brive arrive en
suivantes, on observe unde population de l'aire de 1968 deuxième position dans la région
ralentissement de laqui a augmenté de 1,6 % par an. avec 89 300 habitants pour 33
densification des territoires deCette combinaison (extension + communes, et un pôle urbain
l'aire plus accentué que surdensification) se poursuit offrant 36 % de l'emploi total du
Limoges. Le pôle urbain gagnejusqu'en 1999 avec cependant un département. En une trentaine
des habitants grâce aunet ralentissement ces dernières d'années, elle s'est étirée sur 31
dynamisme de l'agglomérationannées surtout pour ce qui est de communes de plus et sa
car Brive-la-Gaillarde, la villela densification. En effet, la population s'est accrue d'environ
centre, se dépeuplepopulation de l'aire telle que 40 000 personnes. Comme pour
régulièrement depuis 1975.délimitée en 1975, puis en 1982 Limoges, l'accroissement de
et en 1990 augmente population le plus notable se Tulle et Guéret :
respectivement de 0,75 %, 0,21 % situe entre 1968 et 1975 avec un la densification
et 0,3 % par an entre chaque gain de près de 14 500 n'agit plus
recensement concerné. Depuis personnes. La moitié résultent depuis 1975 et 1982
1975, la composition du pôle de la densification de l'aire de
La taille des aires urbaines deurbain de Limoges est identique. 1968, soit une augmentation de
Tulle et Guéret est relativementSa population s'accroît 1,9 % par an. La composition du
proche. Celle de Tulle regroupe
22 communes et 30 700
ENTRE 1968 ET 1999 : UNE AIRE URBAINE ET 166 COMMUNES DE PLUS habitants en 1999. Trois
communes forment le pôle et
Nombre de communes fournissent 12 700 emplois.Nombre appartenant à une aire urbaine
Années d'aires Depuis 1968, sa population a étédonturbaines dontTotal couronne
pôle urbain multipliée par 1,5. 95 % de lapériurbaine
croissance démographique de
1968 5 14 12 2
1975 provient de l'extension,1975 4 50 15 35
1982 5 77 16 62 l'aire de 1968 n'ayant progressé
1990 6 125 18 107 que de 0,16 % par an. Au cours
1999 6 180 18 162
des périodes postérieures,source : INSEE - recensements de la population
insee limousin r 9 r 9l'augmentation de population de 1999. L'aire urbaine de Guéret et 1975, elle enregistre une
l'aire urbaine s'explique compte 28 100 habitants pour augmentation de 5 700 habitants
uniquement par les extensions 28 communes en 1999. Le pôle dont les deux tiers sont dus à
géographiques. En effet, on urbain, composé de la seule l'extension de la zone. Avec une
assiste à une diminution de la commune de Guéret propose évolution de 2,09 % par an,
population et qui va en 10 500 emplois. Formée d'une Guéret affiche le plus fort taux
s'accentuant. Ainsi, l'aire de seule commune en 1968, l'aire de croissance dû à la
1975 perd 0,6 % de ses habitants urbaine étend aujourd'hui son densification du territoire de
en 1982. L’aire de 1982 en perd influence sur 27 communes 1968. Dans l'intervalle suivant,
3 % en 1990 et l’aire de 1990 supplémentaires et a plus que le dynamisme est toujours
accuse une baisse de 5,8 % en doublé sa population. Entre 1968 présent, la population de l'aire
LA POPULATION AUGMENTE ESSENTIELLEMENT DANS LES AIRES URBAINES
Montluçon
Guéret
Saint-
Junien
Limoges
Taux d'évolution
de la population
Ussel1968-1999
+50
+25
0
-25
- 50
aire urbaine
région
Tulle
Périgueux
Brive-
la-
Gaillarde
Aurillac
Sarlat-la-CanédaBergerac
source : INSEE - recensements de la population
r insee limousin10 10 r de 1975 s'accroît au rythme de Saint-Junien et Ussel : concernent celles de Saint-
1,35 % par an. C'est après 1982 entre apparition, Junien et d'Ussel. La première
que l'on constate une situation disparition et apparaît en 1968, composée
analogue à celle de Tulle : la réapparition uniquement de la commune de
densification des territoires Saint-Junien et offrant alors plus
Les modifications les plusn'opère plus et seule leur de 5 000 emplois, seuil requis
visibles du zonage en aireextension fait progresser la pour prétendre au statut de pôle
urbaine durant cette périodepopulation. urbain. La forte baisse de la
LES AIRES URBAINES S'ÉTALENT
Montmorillon
Montluçon
Guéret
Saint-
Junien
Limoges
Clermont-
Ferrand
Angoulême
Ussel
Tulle
Périgueux
Brive-
la-
Gaillarde
Sarlat-la-
Canéda AurillacBergerac
Extension territoriale de l'aire urbaine (1968-1999)
aire urbaine en 1968 extension de 1975 extension de 1990
dont ville-centre extension de 1982 extension de 1999
source : INSEE - recensements de la population
insee limousin r 11 r 11CROISSANCE INTERNE ET ÉTALEMENT DES AIRES URBAINES DéfinitionsDéfinitionsDéfinitionsDéfinitionsDéfinitions
ENTRE 1990 ET 1999
Pôle urbain : unité urbaine offrant+6
Limoges 5 000 emplois ou plus et n'appartenant
pas à la couronne périurbaine d'un
autre pôle urbain.
+3
Brive-
Aire urbaine : ensemble de commu-la-
Saint-
Gaillarde nes d'un seul tenant et sans enclave,Junien
0 constitué par un pôle urbain et par des
communes rurales ou unités urbaines
Guéret (couronne périurbaine) dont au moins
40 % de la population résidente ayant-3
un emploi travaille dans le pôle ou
dans des communes attirées par
Ussel celui-ci.
-6
Tulle Couronne périurbaine d'un pôle
urbain : ensemble des communes de
l'aire urbaine à l'exclusion de son pôle-9
0 3 6 9 12 15 18 21 24 urbain.
indicateur de l'étalement
Communes multipolarisées : commu-
source : INSEE - recensements de la population
nes rurales ou unités urbaines situées
hors des aires urbaines, dont au moins
40 % de la population résidente ayantNote de lecture :
un emploi travaille dans plusieurs
La surface des disques est proportionnelle à la population de l’aire urbaine en 1999. aires urbaines, sans atteindre ce seuil
avec une seule d'entre elles, et qui
Guide de lecture : forment avec elles un ensemble d'un
seul tenant.
Pour Brive-la-Gaillarde, la population de l’aire urbaine de 1990 a augmenté de
1,9 %. La population des communes supplémentaires représente 7,4 % de la popula- Espace à dominante urbaine : ensem-
ble des aires urbaines et des commu-tion totale de l’aire urbaine de 1999.
nes multipolarisées.
Espace à dominante rurale : ensem-population qui s'est ensuite apparaît, constituée d'une ble des communes n'appartenant pas
opérée aux divers recensements commune pôle et de trois à l'espace à dominante urbaine.
jusqu'en 1990 s'est accompagnée communes périurbaines. Les
d'une diminution du nombre extensions successives de 1990
d'emplois qui passent en dessous et 1999 lui permettent de en compte 354, Limoges arrive
ème du seuil causant ainsi sa s'étendre à présent sur dix-sept en 36 position pour sa
disparition. Elle ressurgit en communes et de gagner environ population. Parmi les capitales
1990, formée de 3 communes et 2 000 habitants. Parallèlement, régionales, seules Besançon,
peuplée d'environ 13 000 les communes constituant l'aire Poitiers et Ajaccio ont une
habitants. Entre 1990 et 1999, de 1982 perdent en moyenne population inférieure. Brive-la-
èmeelle intègre une commune annuelle 0,16 % d'habitants entre Gaillarde se situe en 88
supplémentaire, 500 habitants 1982 et 1990 tandis que celles position. Tulle et Guéret se
de plus dont 85 % sont issus de formant l'aire de 1990 se placent respectivement aux
ème èmel'extension géographique. En dépeuplent de 0,6 % par an entre 198 et 206 rang, et il faut
ème èmeeffet, la variation de population 1990 et 1999. descendre aux 316 et 324
de l'aire de 1990 n'atteint que Malgré cette croissance places pour trouver Ussel et
0,07 % par an. géographique, les aires urbaines Saint-Junien.
Quant à l'aire urbaine d'Ussel, limousines sont de petite taille.
ce n'est qu'en 1982 qu'elle Dans le classement national qui
r insee limousin12 12 r
indicateur de densification

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.