Les bassins de vie des bourgs et petites villes : une économie résidentielle et souvent industrielle

De
Publié par

Dans plus de la moitié des 1 745 bassins de vie des bourgs et des petites villes, les emplois se situent en majorité dans les commerces et les services destinés aux particuliers. Cette « économie résidentielle » marque autant les bassins périurbains et urbains que les bassins ruraux, mais elle est, dans ce second cas, plus souvent à vocation touristique. À l'inverse, les activités agricoles et agroalimentaires ont perdu leur rôle structurant dans la plupart des bassins de vie. Les bassins où ces activités pèsent encore dans l'économie locale sont localisés à l'ouest d'une diagonale Cherbourg/Marseille. Le recul de ces activités traditionnelles du monde rural a laissé la place à l'économie résidentielle mais aussi à une tendance industrielle plus ou moins prononcée.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
N° 954  AVRIL 2004 PRIX : 2,20
Les bassins de vie des bourgs et petites villes : une économie résidentielle et souvent industrielle Éric Ambiaud (Insee), Michel Blanc et Bertrand Schmitt (Inra)
ans plus de la moitié des 1 745il s’agit de l’accès aux services privés ou publics assez souvent fréquentés et de l’accès bassins de vie des bourgs et des tueDnt en majorité dans les commerces etune commune de moins de 30 000 habitants à l’emploi (cf.Insee premièren° 953). Les petites villes, les emplois se si 1 745 bassins centrés sur une unité urbaine ou les services destinés aux particuliers. forment les bassins de vie des bourgs et des Cette « économie résidentielle » marque petites villes, étudiés ici. autant les bassins périurbains et urbainsTrois grands types d’activités structurent l’éco nomie de ces bassins de vie. L’ « économie que les bassins ruraux, mais elle est, résidentielle » regroupe les activités essentiel dans ce second cas, plus souvent à voca lement destinées à satisfaire les besoins des tion touristique. À l’inverse, les activités populations locales. Son poids est toujours agricoles et agroalimentaires ont perdu important, il n’est inférieur à 44 % des emplois leur rôle structurant dans la plupart des que dans un bassin sur quatre, et inférieur à bassins de vie. Les bassins où ces activi25 % dans seulement 10 bassins : il existe donc un seuil quasi incompressible d’un quart tés pèsent encore dans l’économie locale des actifs locaux dont l’activité est tournée prin sont localisés à l’ouest d’une diagonale cipalement vers la satisfaction des besoins des Cherbourg/Marseille. Le recul de ces acti populations résidentes. vités traditionnelles du monde rural a Les autres activités produisent ou contribuent à laissé la place à l’économie résidentielle produire des biens et services destinés à un mais aussi à une tendance industriellemarché plus vaste que le seul marché local ; elles sont par nature plus tournées vers plus ou moins prononcée. « l’extérieur » et donc plus exposées à la concurrence d’entreprises implantées en Les bassins de vie constituent la plus petitedehors du bassin. On y distingue les activités maille territoriale sur laquelle les habitants peurelevant d’une « économie agrialimentaire » vent accomplir la majorité des actes courants : la production agricole et sa transformation  et 1 Les bassins de vie des bourgs et petites villes ont des orientations économiquescontrastées
747 bassins peu industriels et peu agrialimentaires
643 bassins à « tendance industrielle »
355 bassins à « tendance agri alimentaire »
977 bassins à « économie fortement résidentielle » (E >50 %) R 463bassins fortement192bassins fortement résidentiels et peu indusrésidentiels et triels ou agrialimentairestouristiques
155bassins fortement résidentiels et industriels (E> E)1/3, E I IA
167bassins fortement résidentiels et agrialimentaires> E )1/6, E(E > A AI
768 bassins peu résidentiels,i.e.plus tournés vers l’« extérieur » (E50 %) R
92bassins « diversifiés »
169bassins très industriels50 %)(E = I
319bassins plutôt industriels (E1/3, E>E ) I IA
188bassins agrialimentaires (E 1/4,E >E ) AA I
90spécialisés
79non spécialisés
118spécialisés
201non spécialisés
137à dominante agricole
51à dominante alimentaire
1. Voirencadré. Note : E, E, et Ereprésentent les parts de l'emploi résidentiel, de l'emploi industriel, de l'emploi agrialimentaire dans les emplois locaux : pour R IA plus de détails, voirencadré. Sources : recensement de population 1999, inventaire communal 1998, Insee
celles relevant de la « sphère indus trielle », incluant ici les principaux servi ces aux entreprises.
L’économie résidentielle domine dans plus de la moitié des bassins de vie
Les bassins ont été classés selon le poids, dans l’emploi local, des trois grands types d’activités (encadré, tableau 1). L’économie résidentielle fournit plus de la moitié des emplois dans les 977 bassins à économie fortement résidentielle. Leurs caractéristiques dépendent, pour une part, de l’armature urbaine. 452 d’entre
eux sont centrés sur une petite unité urbaine ou une commune périurbaine (tableau 2). Ils sont alors le plus souvent à orientation exclusivement résidentielle : les bassins «fortement résidentiels et touristiques» ou «fortement résidentiels et agrialimentaires» sont ici exception nels et seuls 114 bassins de l’espace à dominante urbaine combinent économie résidentielle dominante et activité indus trielle secondaire. L’économie résidentielle structure éga lement fortement la moitié des 1 050 bassins de vie de l’espace à dominante rurale, où elle fournit la majorité des emplois. Dans cet espace, bien plus sou vent que dans l’espace à dominante
urbaine, l’orientation résidentielle domi nante se combine avec une activité agri cole non négligeable ou s’appuie sur le tourisme (tableau 2). Ainsi, dans le rural, les bassins «fortement résidentiels et tou ristiques» sont presque aussi nombreux que les bassins «fortement résidentiels et peu industriels ou agrialimentaires». Ils sont, sans surprise, localisés dans les zones de montagne, sur le littoral et en Corse ainsi que dans quelques autres zones touristiques comme le Morvan, le Massif Central ou le Périgord (carte). L’association d’une orientation résidentielle dominante et d’une activité agrialimentaire notoire n’est pas rare : elle concerne 121 bassins de vie de l’espace à dominante rurale.
Répartition des bassins de vie selon 11 orientationséconomiques
Les emplois (actifs ayant un emploi, dénombrés à leur lieu de travail et classés selon leur activité économique lors du recensement de population de 1999) ont été répartis en trois grandes caté gories :
les secteurs de l’économie résidentielle(E R) : commerces de détail, services marchands aux par ticuliers, activités financières et immobilières, servi ces administrés ; les secteurs de la sphère agrialimentaire (E ): agriculture et industries+ agricoles et ali A mentaires ; les secteurs de lindustrie au sens large (E ): tous les autres secteurs industriels, services I marchands aux entreprises, commerce de gros, travaux publics et transport de marchandises.
Selon le poids, dans l’emploi local, de ces trois types d’emplois, on distingue d’abord les bas sins où l’économie résidentielle est dominante (tableau 1). Parmi ceuxci, on repère, le cas échéant, la présence d’une tendance indus trielle ou d’une tendance agrialimentaire. Cela conduit, d’une part, à mettre en évidence des bassins associant activités résidentielles majo ritaires et poids non négligeable de l’industrie ou de la sphère agrialimentaire et, d’autre part, à isoler les bassins où seule l’économie rési dentielle domine. Une frange de ces derniers est marquée par une forte activité touristique, repérée par une capacité d’accueil touristique supérieure à 1,5 lit par résident permanent, soit un potentiel de croissance de 150 % de la popu lation locale durant la saison touristique.
Les autres bassins, où l’économie résidentielle n’est pas dominante, sont répartis en fonction du poids qu’y occupent l’économie industrielle et l’économie agrialimentaire. Parmi les bas sins à tendance industrielle (et peu résiden tiels), on distingue, d’une part, ceux où cette tendance industrielle est fortement marquée (l’emploi industriel représente plus de 50 % de l’emploi local) et, d’autre part, les bassins à in dustrie monospécialisée. De leur côté, les bassins à tendance agrialimentaire (et peu ré sidentiels) sont répartis en fonction du poids des emplois agricoles relativement aux em plois agroalimentaires. Finalement, il reste quelques bassins ne satisfaisant à aucune des conditions précédentes et considérés comme « diversifiés ».
1 Lorientationébassins de vie dconomique desépend de la localisation de leur pôle Pôles urbainsCouronnes CommunesEspaceàAires Autrescommunes Espaceà < 30 000péde ldominante d'emploiri multipolaespaceàdominante Total habitants urbainesriséruralees urbaine ruraldominante rurale Bassins fortement ré977284 525452 241228 95sidentiels 129 Dont : peu industriels ou agrialimentaires75 13950 264116 83199 463 touristiques 149 528 56108 164192 industriels 3652 26114 3011 41155 agrialimentaires 428 1446 3982 121167 Bassins industriels et peu résidentiels 47197 18099 51111 291488 Dont : très industriels, spécialisés6 2312 4131 18 4990 très industriels, non spécialisés7 2414 4524 10 3479 plutôt industriels, spécialisés4 209 3349 36 85118 plutôt industriels, non spécialisés30 3216 7876 47123 201 Bassins agrialimentaires, peu ré20 6112 4sidentiels 4188107 168 Dont : à dominante agricole2 91 1233 92125 137 à dominante alimentaire2 33 828 15 4351 Bassins«diversifiés»8 126 2622 44 6692 Total 188351 156695 504546 10501745 1. Voirencadré.
Sources : recensement de population 1999, inventaire communal 1998, Insee
INSEE  18, BD ADOLPHE PINARD  PARIS CEDEX 14  TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
Géographie des bassins de vie des bourgs et des petites villes selon leur orientationéconomique
Bassins de vie des grandes agglomérations
Typologie des bassins des bourgs et petites villes selon l'orientationéconomique
fortement résidentiels et touristiques fortement résidentiels et sans autre dominance fortement résidentiels et industriels fortement résidentiels et agrialimentaires plutôt industriels et non spécialisés plutôt industriels et spécialisés très industriels et non spécialisés très industriels et spécialisés agrialimentaires à dominante agricole agrialimentaires à dominante alimentaire diversifiés
Sources : recensement de population 1999, inventaire communal 1998, Insee
INSEE  18, BD ADOLPHE PINARD  PARIS CEDEX 14  TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
dominante urbaine. Les 125 d’entre euxle développement d’une industrie agroali Une tendance industrielle centrés sur un pôle d’emploi de l’espacementaire associée à l’agriculture locale. Le marquée dans plus dun bassin rural renforcent l’orientation industrielle,SudOuest et le Massif Central sont plutôt de vie sur trois déjà notée à propos des bassins trèsles terres d’élection des bassins «agriali La sphère industrielle (hors industriesindustriels, des bassins animés par unmentaires à dominante agricole», là où la agroalimentaires mais y compris les serpôle d’emploi de l’espace rural.population et l’activité économique rura vices aux entreprises) rassemble enles continuent à régresser. moyenne 30 % des emplois des bassins Un nombre faible de bassins où de vie des bourgs et des petites villes. Définitions Dans les 643 bassins de vie «à tendanceagriculture et agroalimentaire industrielle», elle représente plus du tiers pèsent dans lemploi local des emplois (encadré). Elle n’est cepen Zonage en aires urbaines et en aires dant majoritaire dans les emplois queLes activités agricoles et agroalimentaidemploi de lespace rural: Pôles urbains: unités urbaines comptant dans 169 «bassins très industrielsres pèsent aujourd’hui peu, en termes» et, à 5 000 emplois ou plus. l’inverse, se combine presque aussi soud’emplois, dans l’économie de la plupart Couronnes périurbaines: communes (ou vent avec une orientation résidentielledes bassins de vie des bourgs et des unités urbaines) dont 40 % ou plus des ac dominante (155 bassins). Les 319 autrespetites villes. Elles sont majoritaires tifs résidents travaillent hors de la com bassins à tendance industrielle sontdans les emplois de seulement 11 basmune (ou de l’unité urbaine) mais dans l’aire urbaine. «plutôt industriels et peu résidentiels». sinset ne représentent plus du sixième Communes multipolarisées: communes Les bassins «très industrielsdes emplois que dans les 355 bassins» sont sur (ou unités urbaines) dont 40 % ou plus des représentés à l’est de la diagonale«à tendance agrialimentaire» (enca actifs résidents travaillent dans plusieurs Cherbourg/Marseille (excepté en Prodré). Parmi ceuxci, les bassins de vie aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec venceAlpesCôte d’Azur) et notammentoù ces emplois sont associés à uneune seule d’entre elles. Aires demploi de lespace rural: consti en région RhôneAlpes (carte). Exceporientation résidentielle dominante sont tuées despôles demploi de lespace ru tionnellement urbains, ils sont le pluspresque aussi nombreux (167) que les ral(communes ou unités urbaines n’étant souvent animés par un pôle d’emploi debassins «agrialimentaires» (et peu ni pôle urbain ni périurbaines et comptant l’espace rural ou par une communerésidentiels) (188). Dans ces derniers, 1 500 emplois ou plus)et de leurs couron périurbaine (tableau 2). On retrouve,les emplois agricoles et agroalimentaines(communes dont 40 % ou plus des ac tifs résidents travaillent hors de la dans le premier cas, le tissu de petitsres fournissent plus du quart de l’emploi. commune mais dans l’aire d’emploi de l’es pôles industriels qui a historiquementDe plus, dans les trois quarts de ces pace rural). animé le milieu rural. On peut voir, dansbassins «agrialimentaires», les emplois Autres communes de lespaceàdomi le second cas, le signe du maintien ou dusont plus nombreux dans l’agriculture nante rurale: communes (ou unités urbai développement d’activités productivesque dans l’agroalimentaire.nes) n’appartenant à aucune des catégories précédentes. dans les territoires où s’estompent lesPar nature très rares dans les espaces influences urbaines et, avec elles, leurbains mais aussi périurbains, les bas poids de l’activité résidentielle.sins agrialimentaires sont plutôt l’apanage Bibliographie Si les 319 bassins «plutôt industrielsruraux isolés des influences» d’espaces (et peu résidentiels) sont assez uniforurbaines : 107 d’entre eux sont animés par Julien Ph., « Les bassins de vie, au cœur de mément répartis sur l’ensemble du terriune autre commune de l’espace à domi la vie des bourgs et petites villes »,Insee toire, ils sont cependant plus fréquentsnante rurale (tableau 2). C’est à l’ouest de première, n° 953, avril 2004. sur ses franges orientales  de la régionla diagonale Cherbourg/Marseille que ces Vallès V., « Organisation territoriale de RhôneAlpes à l’Alsace  et sur les pouractivités agrialimentaires jouent plus sou l’emploi et des services »,Insee première, tours du Bassin Parisien (Picardie, nordvent un rôle significatif dans la structurationn° 870, novembre 2002. « Structuration de l’espace rural : une ap de la région Centre et Pays de la Loire).économique des bassins ruraux (carte). proche par les bassins de vie »,Rapport Ils sont plus rares dans le sud du pays.Les bassins «agrialimentaires à domi pour la Datar, juillet 2003 (disponible sur le Ils sont en même temps deux fois plusnante alimentaire» sont principalement site internet de l’Insee, sous la rubrique La nombreux à être localisés dans l’espacelocalisés en Bretagne. Les dynamiques France en faits et chiffres, thème Territoire, à dominante rurale que dans l’espace àéconomiques rurales y ont été portées parLes bassins de vie).
INSEE PREMIÈREfigure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee :www.insee.fr(rubrique Publications) Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution danshttp://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE A RE T O U R N E RA : IN S E EI n f oS e r v i c e ,S e r v i c eA b o n n e m e n tB . P .4 0 9 ,7 5 5 6 0P a r i sC E D E X1 2 T é l .: 01 53 17 88 45 Fa x: 01 53 17 89 77 OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE  Tarif 2004 Abonnement annuel=70(France)87(Étranger) Nom ou raison sociale :________________________ Activité: ____________________________ Adresse : ___________________________________________________________________ ______________________________________ Tél: _______________________________ Cijoint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE :__________________________________. Date :__________________________________ Signature
Direction Générale : 18, Bd AdolphePinard 75675 Paris cedex 14 Directeur de la publication : JeanMichel Charpin Rédacteur en chef : Daniel Temam Rédacteurs :R. Baktavatsalou, C. Benveniste, C. Dulon, A.C. Morin Maquette :PT Code Sage IP04954 ISSN 0997  3192 © INSEE 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.