Les entreprises de services informatiques - Forte baisse des prix en 2003,reprise de l'activité en 2004

De
Publié par

Les prix des services de conseil et de développement informatiques ont baissé de 7 % entre fin 2002 et fin 2004. Cette baisse des prix s'est produite après une hausse extrêmement vigoureuse de l'activité et de l'emploi dans ce secteur au cours des années 1990. Cette croissance de l'activité a été accompagnée d'un gonflement des frais de personnel, conjuguant une forte augmentation du nombre d'heures travaillées et des salaires horaires des informaticiens en 2000. Parallèlement, la part des profits dans la valeur ajoutée des entreprises de services informatiques a diminué de moitié entre 1999 et 2001. Malgré cela, la baisse des prix de 2003 s'analyse plus comme un ajustement accompagné d'une rationalisation des coûts que comme la marque d'une véritable crise dans le secteur. L'activité a repris en 2004, et les prix se sont redressés au dernier trimestre, pour la première fois depuis trois ans. Le début de l'année 2005 est marqué par une relative atonie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1043 - SEPTEMBRE 2005
PRIX : 2,20€
Les entreprises
de services informatiques
Forte baisse des prix en 2003,
reprise de l’activité en 2004
Benoît Buisson, Insee Pays de la Loire, Colette Héricher, division Services, Insee
es prix des services de conseil et les activités de conseil, d’intégration de systè-
mes mais aussi dans les activités de logicielsde développement informatiques
(plus de 20 % en moyenne annuelle pour cha-Lont baissé de 7 % entre fin 2002 et
cun de ces segments). L’arrivée progressive
fin 2004. Cette baisse des prix s’est pro-
d’internet a également généré un supplément
duite après une hausse extrêmement vi- d’activité pour les sociétés de services en ingé-
goureuse de l’activité et de l’emploi dans nierie informatique (SSII) ; elles ont accompa-
ce secteur au cours des années 1990. Cette gné leurs clients dans cette transformation et
ont permis une généralisation croissante decroissance de l’activité a été accompagnée
l’internet et des messageries électroniques aud’un gonflement des frais de personnel,
sein des entreprises.
conjuguant une forte augmentation du
Le premier retournement de tendance, à la
nombre d’heures travaillées et des salai- baisse, se situe au début de l’année 2002 puis
res horaires des informaticiens en 2000. s’accentue jusqu’au troisième trimestre de
Parallèlement, la part des profits dans la 2003. Après avoir beaucoup investi, les entre-
prises clientes marquent une pause. L’en-valeur ajoutée des entreprises de servi-
semble des ventes du secteur a baissé de 1 %ces informatiques a diminué de moitié
en 2002 et de 2,3 % en 2003. Au sein des servi-
entre 1999 et 2001. Malgré cela, la baisse
ces informatiques, les activités de conseil et
des prix de 2003 s’analyse plus comme un d’ingénierie ont le plus contribué à la baisse du
ajustement accompagné d’une rationali- chiffre d’affaires en 2002. Ce sont elles qui
sation des coûts que comme la marque interviennent le plus en amont dans le proces-
sus de mise en place des systèmes.d’une véritable crise dans le secteur.
À partir de 2002, la réduction des coûts devientL’activité a repris en 2004, et les prix se
la priorité pour les entreprises clientes des
sont redressés au dernier trimestre, pour
sociétés informatiques. Les projets informati-
la première fois depuis trois ans. Le début ques sont reportés, voire annulés. Les clients
de l’année 2005 est marqué par une rela- des SSII préfèrent optimiser les systèmes mis
tive atonie. en place et donc se porter sur des domaines
Services informatiques :
De 1995 à 2001, le chiffre d’affaires des entre- évolution du chiffre d'affaires et de l'emploi
prises de services informatiques a augmenté
250 360 000
Emploi salarié (échelle de droite)régulièrement, et à un rythme très soutenu à
225 300 000partir de 1997, dépassant parfois 15 % par an
(graphique 1). Deux événements ponctuels
200 240 000
expliquent en partie cette envolée : le passage
175 180 000des systèmes informatiques à l’an 2000 et la
ermise en place de l’euro au 1 janvier 2002. Les 150 120 000
entreprises ayant beaucoup investi pour Chiffre d'affaires
125 60 000indice base 100 en 1995
moderniser leur système informatique ou rem- (échelle de gauche)
100 0placer des logiciels d’exploitation obsolètes
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
avant ces échéances, le pic de dépenses a été
Source : indices TVA, Insee - emploi salarié, Unedicatteint en 2001. Les plus fortes augmentations
www.indices.insee.fr/bsweb/servlet/bsweb rubrique indices de chiffres
de chiffres d’affaires sont essentiellement dans d'affaires - ICA
INSEE
PREMIEREleur permettant de faire des économies. ingénieurs informaticiens du secteur des baissé, et plus encore sa part dans la
Dans un contexte de ralentissement services informatiques progresse de valeur ajoutée, elle-même en forte crois-
économique, les entreprises clientes se 35 % en 2000. D’une part, le salaire sance. Cette croissance a donc davan-
sont recentrées sur leurs domaines de horaire de ces salariés s’est accru de tage bénéficié aux salariés qu’aux
compétences. Elles ont externalisé des 9 % en 2000 ; d’autre part, toujours pour entreprises.
fonctions réalisées jusqu’alors en ces salariés, le nombre total d’heures En 2002, les frais de personnel de l’en-
interne, externalisation rendue inéluc- travaillées a augmenté de 25 % (gra- semble du secteur n’augmentent plus
table du fait de la complexité de plus en phique 3). Les forts besoins en informati- que de 1 %, après + 17,3 % en 2000 et
plus grande des systèmes informati- ciens ont entraîné une forte hausse de + 16,4 % en 2001. Le nombre d’heures
ques, du développement des réseaux et leurs salaires ces années-là. L’excédent travaillées des programmeurs et ingé-
de l’internet. Ce sont donc sans surprise brut d’exploitation des entreprises de nieurs informaticiens des secteurs infor-
les prestations de « tierce maintenance services informatiques a ainsi fortement matiques se stabilise aussi, et le taux de
applicative » et « d'infogérance », profit des entreprises du secteur se
c’est-à-dire la prise en charge de la fonc- redresse en 2002, puis en 2003 (gra-
Part des frais de personneltion informatique d’une entreprise phique 2). La reprise de l’emploi en 2004
et des profits dans la valeur ajoutéecliente, qui ont permis de limiter la chute s’est alors effectuée à des coûts stabili-
de l’activité du secteur en 2002. Le suc- sés.en %
cès de ces services tient aussi à la 100
Frais de pers / VA
nature des contrats : souvent plurian- Forte baisse des prix en 2003
nuels, ils sont plus difficiles à remettre en 80
cause et assurent de fait des revenus Le ralentissement de l’activité des
60plus réguliers aux SSII. années 2002-2003 s’est accompagné
d’une importante baisse des prix. En
e e40 deux ans, du 3 trimestre 2002 au 3 tri-
Les taux de profit, dégradés mestre 2004, les prix des services de
20
EBE / VAau début des années 2000, conseil et de développement informati-
ques ont baissé de 7 % (graphique 4,se redressent en 2003 0
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 tableau 1, encadré). Cette forte baisse
Dès l’année 2000, tandis que l’activité Source : comptabilité nationale base 2000, Insee témoigne de la chute de l’activité dans le
était en pleine croissance, la part des
profits dans la valeur ajoutée a com-
Évolution des heures travaillées et du salaire horaire des programmeursmencé à baisser. Elle est passée de
et ingénieurs informaticiens17,4 % en 1999 à 8,6 % en 2000, pour
en %
descendre à 6,9 % en 2001 (graphique
40
36,92). Il faudra attendre l’année 2002 pour Évolution annuelle du nombre d'heures
35
que la tendance s’inverse, et 2003 pour Évolution annuelle du salaire horaire
30que la part des profits dépasse 12 %.
24,5
Ces évolutions reflètent les variations 25
20,4
conjointes des frais de personnel et de la
20
valeur ajoutée des entreprises.
15Les entreprises de services informati-
9,89,2
10ques ont, en effet, fortement embauché 7,7
4,6jusqu’en 2001 (graphique 1). Témoi- 3,65 2,5
0gnant des tensions sur le marché du tra-
0
vail dans le secteur informatique, la 1999 2000 200120022003
masse salariale des programmeurs et Source : DADS, Insee
Prix des services informatiques aux entreprises
erbase 100 1 trimestre 2002
2002 2003 2004 2005Code
Branche
produit CPF T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2
Conseil et développement 72.10
100,0 100,0 100,0 99,8 98,2 96,0 94,8 94,0 93,4 92,7 92,6 93,1 93,3 93,0
informatiques + 72.22
Saisie de données et 72.30.21
100,0 99,6 100,1 100,8 98,8 97,3 96,3 96,6 97,5 98,1 96,9 97,0 97,1 96,9
travaux à façon + 72.30.22
Activités de banques
de données 72.40 100,0 98,5 98,0 97,4 97,8 97,8 97,2 97,4 100,3 99,6 99,6 98,9 100,5 101,9
Entretien et réparation
de machines de bureau et
de matériel informatique 72.5Z 100,0 98,5 97,5 97,5 98,1 97,5 97,7 97,9 97,7 97,6 97,5 98,5 99,2 99,3
Source : indice des prix des services aux entreprises, Insee.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREsecteur de l’informatique et a été rendue années 1990 d’une hausse extrême- entreprises et des administrations
possible par la compression des effec- ment marquée de son activité. Pendant publiques (+ 3,9 % en volume) et la
tifs. Cette baisse s’est surtout les années de recul de l’activité des fir- demande en investissements (+ 4,1 %
concentrée sur l’année 2003 et s’est pro- mes du secteur informatique, les admi- en volume). Selon le Syntec Informa-
longée, mais de façon ralentie, jusqu’au nistrations publiques ont contribué à tique, tous les secteurs d’activités
début de l’année 2004 et semble soutenir la demande de services infor- clients sont bien orientés. La plus forte
stoppée depuis le dernier trimestre de matiques. Leur part parmi les clients des progression viendrait du secteur des
2004. Les prix ont aussi diminué en entreprises de services informatiques télécommunications dont la demande
2003, mais dans une moindre mesure, est, de fait, passée de 5,8 % en 2000 à avait fortement reculé sur les années
pour les autres activités de services 7,6 % en 2003 (tableau 2). 2002-2003. En 2004, la demande de ce
informatiques (tableau 1). secteur progresse de 8 %, notamment
Parallèlement, l’indice des coûts suppor-
Regain d’activitétés par les sociétés de services Répartition du chiffre d’affaires
informatiques, calculé par le syndicat pro- et redressement des prix en 2004 selon le type de clientèle
fessionnel Syntec Informatique, a pro-
en %
gressé d’un peu plus de 1 % par an en L’année 2004 marque un nouveau
2000 2001 2002 2003
moyenne sur les deux dernières années retournement, cette fois-ci à la hausse.
Entreprises 89,8 90,7 90,4 88,7(graphique 4). Les mouvements de Cette reprise se traduit tant en volume
baisse des prix des services fournis et de la production (+ 4,4 %) qu’en valeur Administrations 5,8 5,9 6,2 7,6
de hausse des coûts supportés par les (+ 2,8 %, graphique 5). La progression Particuliers et
associations 4,4 3,4 3,4 3,7entreprises de services informatiques des activités de conseil en systèmes
n’ont pas trop affecté leurs profits, du fait informatiques, + 4,4 % en volume, est Source : enquête annuelle d’entreprises dans les services,
Inseede la compression des effectifs en 2002 considérée par les professionnels
et en 2003. Ils s’analysent donc plus comme le signe précurseur d’une
comme un ajustement accompagné reprise du secteur. Les logiciels, avec Prix des services de conseil et
d’une rationalisation des coûts, que une progression de 4,7 % en volume, développement informatiques,
coût salariaux supportés par lescomme la marque d’une véritable crise tirent aussi la croissance du marché. Le
sociétés de services informatiquesdans le secteur, dans la mesure où regain d’activité est soutenu à la fois
celui-ci avait bénéficié au cours des par la consommation intermédiaire des indice base 100 en 2002
104
coût
102
Les indices de prix et de coût
100
dans les entreprises de services informatiques
98
- Les indices de prix calculés par l’Insee sont pondérées par le chiffre d’affaires 96
sont des indices de prix des prestations correspondant de l’entreprise enquêtée,
94
prixinformatiques et non des indices de coût pondérations actualisées chaque année.
92supportés par les sociétés de services in- Dans un souci de comparaison internatio-
formatiques. Ils mesurent donc l’évolution nale et pour respecter les recommanda- 90
20022003 20042005des prix de marché des prestations four- tions européennes en la matière,
nies par les sociétés de services informa- l’évolution des prix doit être mesurée Voir définitions pour le contenu précis des services ob-
servés.tiques à leurs clients et servent à calculer lorsque le service est fourni et non lorsque
Sources : indice de coût, Syntec informatique - indice de
la production en volume, obtenue en divi- le contrat est signé avec le client. Cette re-
prix des services aux entreprises, Insee
sant la valeur de la production par l’évolu- marque est d’autant plus importante que
tion de ces prix. la durée des contrats est parfois longue
La difficulté pour mesurer les prix dans ce (six mois, voire un an), notamment dans le Évolution de la production
type d’activité, notamment dans le conseil informatique. L’évolution des prix de services informatiques
conseil, est liée au fait que chaque presta- mesurée par l’Insee traduit bien l’évolu-
indice base 100 en 1995
tion est spécifique et non comparable à tion des prix lors de la réalisation des
220
Production en valeurcelle d’un autre client. Pour contourner prestations et non lors de la signature des
cette difficulté, l’Insee mesure l’évolution contrats. Ainsi, pour mesurer un trimestre 200
des prix par qualification du personnel donné le prix d’une qualification donnée,
180
employé pour fournir ces prestations (in- l’entrepriseenquêtéevaseréféreràtous
Production en volumegénieur, programmeur…). Pour chaque les projets en cours sur ce trimestre et non
160
entreprise enquêtée, les qualifications les aux nouveaux projets signés durant ce tri-
plus représentatives ont été sélection- mestre. 140
nées, et leur prix a été suivi au fil du -Un indice de coût calculé par le Syntec
120
temps. Il s’agit donc bien de prix de mar- Informatique est obtenu en interrogeant
ché pratiqué et non de prix de type cata- les principales entreprises du secteur.
100
logue. Pour construire l’indice, les Ces indices sont parfois utilisés pour in- 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
prestations suivies (qualification donnée dexer le prix des contrats entre une entre-
Lecture : la production de services en volume s'obtient en dé-
au sein d’une entreprise échantillonnée) prise de services et ses clients. flatant l'évolution en valeur par l'évolution des prix.
Source : comptabilité nationale base 2000, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERERéalisation de logiciel (NAF 72.2) comprend ni l’infogérance ni l’hébergementgrâce au développement des réseaux et
Sa production est évaluée à 27 milliards de sites, qui feront l’objet d’indices de prixde l’internet dans les entreprises. La
d’euros en 2004. Elle se décompose en : séparés. La production de la branche dans
bonne tenue des dépenses du secteur
- Édition de logiciels non personnalisés son ensemble est estimée à 8,2 milliards
public ne s’est pas démentie, avec une (NAF 72.2A) d’euros dans les comptes nationaux en
progression de 6 %. En revanche, la Il s’agit des services de développement, 2004.
production, location ou octroi de licence, Activitésdebanquesdedonnées,publi-reprise de la demande en provenance
fourniture et documentation des logiciels cation en ligne (NAF 72.4Z)de l’industrie et des autres services est
standards (progiciels, utilitaires d’applica- L’activité consiste à fournir des données aux
plus modérée.
tion, logiciels de jeux) ainsi que de leur édi- clients, par extraction ou par accès direct
Le premier semestre 2005 est relative- tion. aux données (données financières, de com-
ment atone. Les chiffres d’affaires n’ont - Autres activités de réalisation de logiciels portement de consommation, d’adres-
(NAF 72.2C) ses…). Cette activité comprend l’édition deprogressé que de 1,2 % au cours du
Comprend la conception, la programmation bases de données en ligne, sans liaisonsemestre. Par ailleurs, les chefs d’entre-
et la maintenance de systèmes prêts à l’em- avec d’autres formes de publication, et les
prises de l’industrie ont revu à la baisse
ploi, « à la demande », d’après les directi- portails de recherche sur l’internet, mais pas
leurs prévisions d’investissements, se ves des utilisateurs, la conception de pages la vente d’espace publicitaire. Elle est es-
limitant à + 2 % pour 2005, ce qui devrait web, la création et le développement de si- timéeà1milliard d’euros en 2004, en forte
tes internet, mais pas leur hébergement. augmentation sur les années récentes.se traduire en particulier par une pro-
L’indice de prix « Conseil et ingénierie infor- Entretien et réparation de machines degression moindre que prévu de leurs
matiques » agrège les prix des conseils bureauetdematérielinformatique (NAF
investissements informatiques.
(NAF 72.1Z) et ceux des activités de déve- 72.5Z)
loppement logiciels personnalisés (NAF Entretien et réparation d’ordinateurs, d’im-
72.2C) en excluant toutefois de ces derniè- primantes, de matériel de photocopie, deDéfinitions :
res la maintenance, et notamment la tierce caisses enregistreuses et de terminaux
maintenance applicative (TMA). La TMA spécialisés divers (de paiement notam-
Les activités et les services informati- sera retracée dans un autre indice de prix ment), mais pas leur location. La produc-
ques relatif à l’infogérance, dont la construction tion est estimée à 6,8 milliards en 2004.
Le secteur des services informatiques est en cours.
(NAF 72) comprend cinq segments : Services de traitements de données Bibliographie
Conseil en systèmes (NAF 72.3Z)
(NAF 72.1Z) Comprend les services de gestion d’instal-
Il s’agit des activités d’études et de conseil lations informatiques et la mise à disposi- « Les services marchands en 2004 : les ser-
et assistance en matière de systèmes ou de tion du personnel appelé à les gérer et à les vices aux entreprises reprennent », Insee
configurations informatiques, tant en ce qui faire fonctionner sur une base permanente, Première n° 1030, juillet 2005.
concerne les matériels que les logiciels où que soient situées les installations infor- « Les Services en 2004, rapport sur les
(évaluation des besoins du client, planifica- matiques (infogérance). Cette classe com- comptes des services », Document de
tion des acquisitions, conseils en matière prend aussi les traitements informatiques travail de l’Insee n° E2005/06.
de choix du matériel et du logiciel, en ma- comme les de données, de http://www.insee.fr/fr/nom_def_met/ac-
tière de sécurité). La production de ces ser- saisie de données, d’hébergement de sites cueil.htm
vices est estimée en 2004 à 12,5 milliards internet. L’indice de prix « Saisie de don- http://www.syntec-informatique.fr
d’euros par les comptes nationaux. nées et travaux informatiques à façon » ne http://indicespro.insee.fr
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2005 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : L. Jean
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP051043
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2005
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.